Accueil / T Y P E S / Chroniques / Faisons la f?te!

Faisons la f?te!

Photo :  mujitra Flickr
Photo : mujitra Flickr

Bient?t les f?tes de fin d?ann?e! Voil? bien le meilleur moment de l?ann?e pour observer qu?il n?y a d?cid?ment pas de g?n?ration spontan?e possible d?un fond ? partir d?une forme.

Les ann?es se suivent et se ressemblent. Beaucoup le disent : ?faire? la f?te, ou autre chose, est surtout toujours ?faire? plus de la m?me chose! Quoi d??tonnant que d?avoir ? consommer de plus en plus de la f?te, pour « faire » (de) l’amour, dans ?LA? civilisation de la f?te, qui veut faire de la f?te tous les jours en tentant d?arr?ter le temps ? ses acquis? De pire en pire, quoi! Comment en finir avec cette croissance-l?, celle de l?agitation sur le point d??quilibre? Qu?y a t?il ? f?ter dans le fond et comment? C?est quoi une f?te? Qui sait encore si le dimanche est le dernier jour ou le premier jour de la semaine? Alors que ?a change tout de le penser d’une mani?re ou de l’autre!

Dans notre tentative d?arr?ter le temps au temps de la f?te, nous n?avons r?ussi qu?? r?duire si consid?rablement les espaces, par la technologie des transports, physiques et m?diatiques qu?il n?y a plus la possibilit? de ?transports? v?ritables. A force de vouloir vivre tout en ?live?, on finit par s?ennuyer de ce tout. L?amour-fusion est devenu confusion! On se blase jusqu?? en devenir indiff?rent ? son propre malheur parfois. Big mother a la main lourde : n?est-ce pas la vie que d?accepter les choses telles qu?elles sont, surtout quand il s?agit des ?autres? ou de la ?mode?? Que d??motions, que d??motions! Nous voil? alors r?duits ? faire semblant, ? l?occasion de l?un ou l?autre charity-show, o?, entre autres f?tes, la f?te de No?l se r?duit ? ?tre une forme de th?l?thon ?priv??, chacun esp?rant en secret, courtoisie exige, que ?cela? ne lui arrive pas ? lui, lui-m?me personnellement, ? l?insu de son plein gr?!

Et pourtant ce d?sir de se retrouver ensemble, de faire vraiment la f?te avec tous ceux que la biodiversit? fait exister diff?remment, ce d?sir d?humanit? et de communion se rel?ve sempiternellement de ses cendres, m?me si, pour nous, la mode ?barbecue-?-l?improviste-entre-amis? a lamentablement foir?, de notre faute sans doute. Osons-nous esp?rer que ces f?tes de fin d?ann?e ?- tiens donc; pourquoi ne dit-on pas de ?d?but? d?ann?e?- ;? ou au minimum osons-nous nous demander ce qui manque, ce qui manquerait, pour que ce le soit vraiment, la f?te?

Ce qui manque, ce qui nous manque, c?est d?avoir ? changer notre regard sur l?autre et sur son avenir, apprendre ? anticiper dans la chenille qui s?enferme dans la chrysalide le beau papillon qu?elle devient, et surtout, en attendant, apprendre ? ne pas gaffer, en croyant bien faire, par exemple en la ?lib?rant? pr?matur?ment!

Toutes les civilisations ont c?l?br? la lumi?re au milieu de la nuit, la renaissance, garantie assur?e, du printemps au plein mi-temps de la mort apparente de l?hiver?.
Pour que la f?te existe, il faut qu?elle ait un sens, qu?elle aille dans le ?bon? sens, celui de l?avenir, qu?elle f?te l?espoir, pas le ventre repus ni les provisions accumul?es.

No?l, ce n?est que le 25 d?cembre! Pas un autre jour! Le pont entre l’id?al et sa r?alisation, entre le symbole et la r?alit? n’est pas encore construit! Le r?veillon du 24 n?est donc pas autre chose que la pr?paration de cette c?l?bration de l?avenir au mi-temps de la plus longue nuit de l?ann?e, acte de foi absolu en ce que la vie sera toujours plus forte que la mort. Ce n’est pas encore « la f?te », mais un moment n?cessaire de recueillement sur la signification de la f?te du lendemain : l?amour-cr?ation de nouveau, de diff?rent, de mieux, la lutte ?pour? est plus fort que la haine-destruction, la lutte ?contre?, pente naturelle vers l?homog?n?isation de la biodiversit? en un magma informe, inodore et incolore de pens?e unique politiquement correcte.

Que voil? un merveilleux moment que ces f?tes de d?but d?ann?e pour s?essayer ?? ?REFUSER?, r?sister aux ?vidences commerciales sur l?amour, dont les formes, si g?n?reuses soient-elles, ne g?n?reront jamais le(s) moindre(s) fond(s). Pr?f?rer ?rien? ? toute cette mascarade. Accepter cette souffrance du vide qui appelle au plein, pour s?investir enfin, l?an prochain peut-?tre, dans de v?ritables retrouvailles avec la f?te, celle de la joie cr??e, pas achet?e, donn?e et pas re?ue, par la conscience retrouv?e de la solidarit? gratuite, si r?elle et si n?cessaire ? notre humanit?, envers et contre tous les arguments qui tendent ? nous ?prouver? le contraire.
Huit jours de f?tes, la tr?ve des confiseurs, de tr?ve de confiseries, pour se souhaiter enfin ?BONNE ANNEE?! Mais oui bien s?r! La bonne nature va finir par gagner! Peut-?tre pas si vite; mais avec la bonne volont? de tous et de chacun, cela pourrait aller vite. De toute fa?on, elle gagne toujours, la nature, car elle ne pardonne jamais!

Il ne sert ? rien de passer la nuit, cette nuit-l?, ? s?endormir encore plus l?esprit sur l?invivable tour de Babel d?une civilisation qui a voulu se prendre pour dieu.? Bonne ann?e ? tous,? ou ? personne. Le bonheur ne peut exister que partag?. A deux, pour faire trois puis quatre et r?cr?er ainsi de fil en aiguille la communion humaine, un seul corps, un r?seau de solidarit? universelle. Chaque effort, de chaque instant, pour ne pas retomber dans l?orni?re de la psychologie et ses interpr?tations parano?aques (? cause de?, ? cause de?) contribue ? l?accouchement, dans la douleur sans doute, comme toujours, d?un nouveau monde, du monde nouveau o? le respect de ?LA? loi de la vie et la bienveillance seront ma?tres :

???? savoir dire non, gentiment, ? ce qui ne nous convient pas, sans se croire oblig? de d?passer l?obstacle par des explications et des justifications bien inutiles ou pire, par des mauvaises intentions si facilement pr?t?e ? l? ?autre? si radicalement ?autre? qu?on s?autoriserait ? en devenir ?m?chant?;
???? cesser d?essayer de se vouloir ?normal? selon des modes toujours purement imaginaires, en s?emp?chant d??tre ?soi?, sous pr?texte de chasse ? l??go?sme, bonne conscience au rabais et ? tr?s courte vue, qui ne fait que postposer et aggraver d?un peu la violance, cette d?fense ?pr?ventive? si caract?ristique de notre trop permanente mani?re de ?communiquer?.

Oui, vraiment, et de tout c?ur, Joyeux No?l et Bonne ann?e? ? tous ceux qui auront pris le temps de s?inventer leur rituel de passage lors de ces deux jours consacr?s, « symboliques », dans ce nouvel ?tat d?esprit, celui de se souvenir, une fois par an que nous sommes en r?alit? tous et chacun sur le m?me bateau, avant tout des ?tres appel?s ? devenir humains, m?me et surtout si nous nous sommes malheureusement plus ou moins abrutis depuis l?enfance sous le m?me carcan mental d?un d?lire collectif sur l?amour et la libert? sans pr?c?dent historique!

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le bocal à mouches…

Depuis quelques jours, en superposition d’un monde qui m’écœure profondément, je revois avec une acuité ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Merci à celui qui a déniché cette superbe illustration. Je n’aurais pas pu trouver mieux!