Accueil / T Y P E S / Articles / Expansion, Gravitation et Métrique de l’espace

Expansion, Gravitation et Métrique de l’espace

 

 

Expansion, gravitation et métrique.

À mes yeux, cet article est le plus important que j’aie jamais écrit.

Il explique l’effet gravitationnel de A à Z et répond à tous les aspects de la question.

Voici les données :

1-la métrique de base de l’univers est la distance de Planck 10^-35 mètres.  Mais cette métrique ne peut pas « grossir » puisqu’une demi-distance de Planck ne peut pas exister.  La métrique ne peut donc passer par 1 distance 1/2.

2-La seule solution pour expliquer l’univers que l’on observe aujourd’hui est que cette distance du volume initial s’est tout simplement décuplée grâce à son énergie « interne »; son énergie « propre ».  Au moment du Big bang, dont on parle, c’était toute l’énergie existant encore aujourd’hui.

Mais quel en fut le processus?

Les trois dessins suivants devraient représenter une expansion normale et usuelle de la métrique initiale de l’espace.  Le troisième est celui dont la science se sert constamment.

Et le dessin suivant serait ce qui se produit lorsque de l’énergie de masse s’oppose à l’expansion de la métrique

On se rend compte, avec les lignes rouges pointillées que ce qui « altère » la topologie spatiale n’est qu’un simple retard sur la vitesse d’expansion normale (lignes pleines bleues).

Voici une vue de profil :

On voit bien la géodésique altérée de la métrique causée par le retard produit par la poussée d’énergie de masse sur un point de l’espace.  La conséquence en est un « effet gravitationnel ».  Aucune « force » n’est développée dans ce processus et la métrique elle-même ne possède aucune énergie quelle qu’elle soit. C’est l’espace qui est énergétique; son tissu (sa métrique) est « inerte ».

Les deux derniers dessins sont exacts puisqu’ils ne représentent que la « topologie altérée »; mais deux des trois dessins précédents sont complètement inexacts.  Voici ce qu’ils devraient être :

Le dessin no 1 est exact :

Le dessin no 2 est faux et devrait être :

Et le même dessin devrait également être au no 3.

La raison en est très simple :

La duplication du volume initial se fait tout autour de lui-même et non à côté.  Voici ce que cela donne :

 

Et c’est ce qui rend la topologie de l’espace « plate »;  parce que quel que soit l’angle considéré, on obtient toujours une ligne droite; une trajectoire rectiligne.

Maintenant regardons comment la pression de l’énergie de masse peut « altérer » la métrique de l’espace.

Lorsque l’énergie de masse est dirigée sur un point qui devient un centre de gravité, cela ne diminue aucunement la dimension relative de la métrique environnante; cette pression ne fait que retarder l’expansion.  De sorte que « l’effet gravitationnel » est en réalité un effet sur le « temps » plutôt que sur « l’espace ».  J’ai été époustouflé lorsque j’en ai pris conscience.

Jetons-y un coup d’œil :

 

Les lignes rouges pointillées représentent l’endroit où devrait se trouver le volume retardé par l’énergie de masse.  Comme vous pouvez le constater, la poussée ne déforme pas du tout le volume puisque la pression arrive de partout tout autour.

On observe également qu’étant donné l’invariance de la vitesse de la lumière, la métrique recouvre graduellement son retard.  La raison est que, plus la métrique s’éloigne du centre de gravité, plus l’énergie de l’espace qu’elle contient est graduellement libérée de l’oppression et reprend son intensité normale qui est la même que celle de l’espace « plat ».  Ce qui lui fait récupérer graduellement le retard qu’avait subi sa métrique.

Mais même si la pression ne déforme pas le volume d’espace de la métrique, l’ensemble relativiste spatial est tout de même « altéré ».  Regardons le résultat chez la forme normale d’un volume d’espace :

Et voici ce qui arrive lorsque vous traversez le volume relativiste d’une métrique retardée :

 

La fusée B s’oriente directement vers le centre de gravité donc sa trajectoire ne sera pas déviée.  Bye Bye fusée!

Quant à la fusée C, si personne n’a regardé par le hublot, rien de spécial n’a été remarqué.

Par contre, la fusée A a vécu une histoire tout à fait différente.  Elle a eu l’impression d’augmenter de vitesse jusqu’à ce qu’elle dépasse le centre de gravité, pour ensuite se rendre compte qu’elle ralentissait. La réalité est que sa vitesse était restée constante mais que c’était la métrique de l’espace ambiant qui avait diminué pour ensuite augmenter.  Elle en prit conscience lorsqu’elle retrouva sa vitesse initiale en sortant de la « déformation métrique » (en fait, ici, c’est le même principe utilisé pour expliquer la masse donnée à une particule par le champ de Higgs;  mais dans notre cas, c’est la vitesse qui est diminuée.  Un défenseur du Higgs ajouterait que c’est la masse qui est augmentée.  Heureusement que la fusée récupère sa vitesse!

Notons en plus que l’effet « sling shot » utilisé par les satellites se produit lorsqu’on entre la déformation derrière la planète en orbite.  La vitesse de la déformation s’ajoute alors à la vitesse du satellite. Lorsqu’on pénètre devant la planète (la déformation), l’effet contraire se produit et la vitesse de la déformation se déduit de la vitesse du satellite sans qu’il puisse la recouvrer en sortant de cette déformation.

Le processus précis du dévoiement s’explique de la façon suivante :

Ce qui ne nous laisse qu’à vérifier les lentilles gravitationnelles. Un dessin très simple l’explique :

 

Comme on peut le voir, la source de lumière rayonne à tout azimut.  Les rayons projetés directement vers le centre de gravité de la déformation métrique sont de la lumière perdue pour l’observateur.

Par contre, les rayons traversant la bordure de cette déformation sont re-déviés vers l’observateur; de sorte qu’il perçoit deux images de la source de lumière, cachée derrière l’objet déployant l’énergie de masse et bloquant tout rayonnement dirigé vers lui.

Notons que si l’observateur est trop près de l’objet obturateur, il verra un cercle de lumière autour de la métrique déformée au lieu de deux images.  Ce cercle s’appelle une anneau d’Einstein.

Donc, je pense que nous avons fait le tour de la question au sujet de l’expansion et de la gravitation versus la métrique de l’espace.  J’espère que cela a pu vous intéresser.  Personnellement, je suis encore perturbé par la découverte que la gravitation est un effet conséquent à une « action » sur le temps au lieu de sur l’espace.   Cela explique bien d’autres questionnements qui m’agacent depuis longtemps.

Amicalement

André Lefebvre

Auteur de:

L’Histoire… de l’univers

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 1:  La Science Secrète)

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 2: Le Mystère Sumérien

Le tout dernier livre, paru en novembre 2016 (version gratuite):

Histoire de ma nation

Commentaires

commentaires

A propos de Andre lefebvre

avatar

Check Also

France: Les sentiers de la honte …

Avec des matraques en guise de dialogue, mais aussi des grenades, des bombes lacrymogènes, des ...