Accueil / T Y P E S / Articles / Exil? surplace (2/4)
Ici, l?, maintenant, l?air ne manque pas, mais je suffoque devant l?infini et le vide. Si la moindre brise faisait une pause dans mon huis clos, aucune nature, m?me morte ne viendrait corroborer les faits. Et je fais que p?le figure et j?aurai...

Exil? surplace (2/4)

Ici, l?, maintenant, l?air ne manque pas, mais je suffoque devant l?infini et le vide. Si la moindre brise faisait une pause dans mon huis clos, aucune nature, m?me morte ne viendrait corroborer les faits. Et je fais que p?le figure et j?aurais grand plaisir ? contempler un mirage ? la hauteur de mon absurdit? ordinaire.?Tandis que je traque le moindre ?cho ? mes questions intimes, la tapisserie reste sto?que ? toutes mes salves d?insultes. Et puis je n?ai pas assez de liquide pour pleurer en canon et plus suffisamment de haine pour hurler ? la face de ce monde qui m?a fait sien par peur de mon imagination cannibale.?


Non, je dois d?finitivement choisir entre r?ver ou sombrer. Il ne peut en ?tre autrement parce que le cauchemar, c?est les autres.?
Plus de montre, plus de temps, plus de retard. Et finalement plus personne ? convaincre entre les n?cessit?s apprises par c?ur et les lubies ne r?pondant qu?? mon bon vouloir.

Je pouffe?! Non?! Je souris?! Non?! Je ricane?! Non?! J??clate de rire quitte ? en mourir.? ? court de salive, les commissures de mes l?vres sont au bord de la rupture, j?arr?te de me pincer pour me r?veiller et de me r?conforter afin de me relever. La bataille s?ach?ve sans plus de raison qu?elle n?avait commenc?.

Mon afro est en d?sordre, en plein d?sarroi apr?s les passages fr?n?tiques de la prise de t?te et les empreintes de mes doigts crisp?s et moites.?

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les économistes contre le peuple

  Franklin Delano Roosevelt avait en son temps renvoyé John Maynard Keynes, un des économistes ...