Accueil / T Y P E S / Articles / ?tats-Unis : pour qui sonne le glas de la d?faite de la neutralit? d’Internet

?tats-Unis : pour qui sonne le glas de la d?faite de la neutralit? d’Internet

Une loi visant ? emp?cher la fin de la neutralit? du passage des contenus vers les internautes vient de subir une d?faite ? la Chambre des repr?sentants du Congr?s am?ricain. Cette loi voulait rendre ill?gale la possibilit?, pour les fournisseurs de services Internet (FSI), de privil?gier certains fournisseurs de contenu au d?triment des autres.

D’un mod?le bas? sur l’offre universelle, sans discrimination, des contenus par les (FSI), Internet deviendra-t-il demain, aux ?tats-Unis du moins, un mod?le d’offre discrimin?e en fonction d’un suppl?ment de passage ? payer aux FSI ou selon des alliances commerciales ?

Dans ce qui a toutes les allures d’une bataille entre g?ants commerciaux, c’est tout le secteur non commercial d’Internet qui risque d’?coper, n’ayant pas forc?ment les moyens de payer un tarif suppl?mentaire pour ne pas ?tre ralenti au passage.

Il est de bonne guerre, dans un monde de comp?tition, de tenter de mieux positionner son produit. Ainsi, payer un suppl?ment pour que le client ait une meilleure r?ception de l’image et du son, lorsque le fournisseur de contenu en est un de films en ligne par exemple, est on ne peut plus normal.

Internet est aussi toutefois une vaste place publique o? des groupes alternatifs, des institutions publiques, des organisations de toutes sortes ne visant pas forc?ment la rentabilit?, des individus, peuvent diffuser ? peu de frais, m?me par l’audio et par le vid?o, leurs contenus.

Comment alors concilier des pratiques qui rel?vent de la comp?titivit? commerciale avec d’autres pratiques qui sont plut?t de l’ordre de la d?mocratisation de l’acc?s ? un large public gr?ce aux nouvelles technologies ?

Faudrait-il, par exemple, distinguer les entreprises commerciales dans l’offre de contenu et obliger les fournisseurs de service ? traiter tout ce qui n’est pas commercial sur un m?me pied d’?galit?, c’est-?-dire sans restriction aucune qui pourrait diminuer la vitesse de croisi?re ? Comment alors faire le tri ?

La neutralit? des FSI par rapport aux fournisseurs de contenu a au moins le m?rite de ne pas cr?er de risques de barrages technologiques. D?j? que certains pays ne se g?nent pas pour bloquer carr?ment l’acc?s ? certains contenus jug?s non convenables politiquement.

En revanche, il n’y a pas de raisons pour lesquelles tous paieraient un prix plus ?lev? ? leurs FSI parce que les fournisseurs de contenus Internet commerciaux r?vent d’une qualit? broadcast et que cela exige d’importants investissements.

Tout un noeud gorgien ? trancher pour nos l?gislateurs qui seront s?rement appel? un jour, comme le sont les l?gislateurs am?ricains, ? d?cider si la tr?s haute-vitesse fera sa niche au d?triment, ou non, de ce qui n’est pas du contenu commercial.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Réforme des retraites: un pivot provisoire

Je m’interroge. En cette période d’Épiphanie, la couronne vient se poser sur le pivot en ...

3 Commentaire

  1. avatar
    Le Citadin Modèle

    En espérant que le Canada n’emboîte pas le pas…

  2. avatar

    Mon expérience profesionelle avec de grands (et moins grands) fournisseurs de services internet me porte à croire que la neutralité n’a jamais existé sur internet. Le marché dicte les prix. La discrimination a toujours existé. Personne ne charge AOL, par exemple, pour de la bande passante. Si c’était le cas, une compagnie n’aurait tout simplement pas de connexion à AOL. D’un autre côté, AOL n’hésite pas à charger tout fournisseur voulant se connecter sur son réseau.

    Plus près de nous, au Québec, regardez l’exemple du QIX (Quebec Internet Exchange). Il s’agit selon moi du plus bel exemple pratique de neutralité sur internet, où tous les grands fournisseurs sont connectés entre eux à forces égales. En théorie. En prenant 5 minutes pour analyser les routes des grands fournisseurs, on se rend vite compte qu’une faible proportion d’entres eux utilisent vraiment le système.

    Les têtes pensantes réagissent comme si la neutralité était soudainement devenu un problème criant, or il n’en est rien. Les gros fournisseurs sont depuis longtemps engagés dans un petit jeu où les gros se font payer et les petits souffrent.

  3. avatar

    Il n’y a pas que les Tas-Unis au monde. Ils ne représentent que 5% de la population mondiale.

    Les Tas-Unis ont toujours été ethnocentriques et repliés sur eux-mêmes. Ce n’est pas la première fois qu’ils s’isolent du reste du monde.

    Cette démarche de « non-neutralité » internet ne s’inscrit que dans leur courant naturel nombriliste.