Accueil / A C T U A L I T É / Etats-Unis : chez les républicains, le ver est dans le fruit

Etats-Unis : chez les républicains, le ver est dans le fruit

Trump, empêché de prolongement carrière politique ou pas, plutôt pas d’ailleurs selon la dernière tendance, le parti qu’il a prétendu représenter est dans l’impasse la plus complète. Les républicains sont minés depuis une décennie par leur frange extrémiste libertarienne du Tea Party qui les entraîne vers le gouffre, pour la simple raison que ce mouvement est tout simplement anti-étatique. Au final, c’est l’ineffable Sarah Palin (souvenez-vous !) qui aura gagné ! On vient de voir l’expression violente de ce sentiment trouble, avec un symbole de la démocratie US ravagée par ces partisans  anti-démocratie mais aussi pro-armes à fond. Des députés et des sénateurs républicains se promènent aujourd’hui jusque dans les hémicycles avec leur flingue à la ceinture : vous en connaissez deux déjà (1), et pas piquées des hannetons.  Je vous en ai trouvé une troisième, en Virginie. Et celle-là, je vous l’avoue, elle atteint un sommet, dans le genre… vous allez voir ! Son implication est pire encore en effet !

Commençons si vous le voulez bien par une photo prise le 6 janvier dernier sur le terrain bien connu désormais de l’Ellipse où à eu lieu le meeting de Trump qui a précédé le saccage du Capitole. C’est extrait d’un de ses posts sur Facebook, son compte a été effacé depuis (le 8 janvier). On la voit devant l’obélisque du Washington Monument avec derrière elle des hommes équipés de gros sacs à dos. Une deuxième photo postée par un participant la montre en compagnie de personnes venues en car de Hanover au nord de la Virginie, comme on peut les voir ici à droite. Ils s’intitulent « Hanpat » sur leurs couvre-chefs ; ce sont les Hanover Patriots. Les trois qui posent avec elle sont tous équipés de matériel de radio des talkie-walkies qui sont l‘une des clés, on l’a vu, de l’organisation des violences ce jour-là. Des engins fort prisés par les milices comme on l’a vu ! A Hanover, le Tea Party, sous la bannière du Patrick Henry Tea Party, est très actif avec ses panneaux explicites disséminés un peu partout… Pour le Tea Party, la manifestation de Washington a été en effet « pacifique » !!  avec des gens venus avec des « good spirits », « and positive » !!! Et un président « masterful » pour présenter la « fraude électorale » peut-on lire sur leur site indigeste, signé Nelson Velez, le président, justement, du Tea Party de Virginie  (ici à  droite) !! Ce qui s’appelle se ficher du monde!  Lui aussi était parti dans un bus de 55 personnes à Washington (notez les deux drapeaux Gadsden derrière lui) ! Velez, un copain de Bob Knight et du complotiste Jerome Corsi, adepte du « Deep State« , l’associé de Roger Stone et l’ancien employé d’InfoWars !! Voilà qui démarre fort !

Chez Amanda, ses amis de l’Ellipse sont à coup sûr des miliciens, trahis par leur équipement. Celui au milieu ci-dessus, porteur de radio, exhibe un modèle Baofeng; le UV-5RE, à croire que les comploteurs organisateurs se sont donnés le mot ou que Baofeng a sponsorisé l’événement (nota : ils servent aussi à ça) !! Des petits malins ont même depuis découvert quel canal avait été privilégié par eux, preuve d’une organisation préalable rodée, et c’est ici…  Le canal CPOINT2 et celui appelé MURS 3 selon le site. « MURS Channel 3 (151,9400 MHz FM simplex), qui est devenu le canal MURS principal à l’échelle nationale pour la communauté des patriotes de la milice. MURS est le service de radio VHF à la plus longue portée qui peut être légalement utilisé par n’importe qui sans avoir besoin d’une licence radio. » Le long article confirme l’intégralité de mes découvertes précédentes !!! Génial !!! Avant d’arriver à Washington, Chase avait renseigné ses supporters sur son expédition, précisant la route suivie et les contacts à voir, le tout surmonté d’une menace bien réelle formulée selon elle : « qui deviendra Président ? Cela dépendra de ce qui va se passer ce 6 janvier » avait-elle écrit… évoquant bien un coup d’Etat en préparation !!!

Condamnée par ses pairs

Après Washington, la sénatrice a donc été logiquement réprimandée. Le 28 janvier, de façon exceptionnelle, la dénommée Amanda Chase, élue le 5 novembre 2019, a en effet été censurée au sein même de l’hémicycle du Sénat de Virginie pour avoir parlé des émeutiers comme étant des « patriotes » selon elle. De 24 voix contre 9 (il y a 17 républicains au Sénat de Virginie, soit 8 manquants à sa cause), ce qui montre la fêlure au sein même des républicains. Elle avait avoué ce jour-là, placée au pied du mur avec ses photos sur le réseau « c’étaient des patriotes qui aimaient leur pays et ne veulent pas voir notre grande république transformée en pays socialiste », a-t-elle déclaré. « J’étais là avec les gens. Je sais. » Le problème, c’est qu’elle n’a pas tout dit non plus ce matin-là, comme on va le voir maintenant. D’abord en rappelant que comme Boebert, elle avait déjà « attiré l’attention en portant ouvertement une arme à feu sur sa hanche pendant les sessions du Sénat », ajoutant un autre comportement, » lorsqu’elle a eu une altercation verbale avec un agent de police de Virginia Capitol (Ashley Berryman, que Chase avait insultée en l’appelant « Miss Piggy » !), pour une une place de parking » indique CNN. Auparavant, elle avait déjà également fait polémique lors d’une intervention sur le viol sur Facebook, envers Casey Dokoupil, en déclarant « ce sont ceux qui sont naïfs et non préparés qui finissent par être violés. Désolé, mais je ne vais pas être une statistique.  » Littéralement abject ! Le problème étant aussi son parti. Chez les républicains supporters de Trump, il y en a toujours pour venir défendre leurs collègues armés : c’est ainsi que l’on retrouve le sinistre Matt Gaetz, toujours aussi crétin, venu la défendre comme Boebert en disant  « ils essaient de désarmer Lauren Boebert sur le parquet de la Chambre des représentants parce qu’en fin de compte, ils souhaitent en désarmer beaucoup, beaucoup plus. » La veille, la même Boebert avait tenté de feinter le détecteur de métal posé depuis le 6 janvier à la porte du Congrès ! Elle risque désormais une amende de 5 000 dollars  ! 

Il n’y pas qu’au Sénat qu’elle arborait un holster, ou carrément un fusil cette Amanda : on l’avait vue aussi lors des manifestations de Richmond, au lendemain même de celle de Lansing qui avait mal tournée, accompagnée par de drôles de zigs en armes, habillés de chemises hawaïennes : les fameux « Boogaloo Bois », ceux qui avaient occupé des parlements durant le printemps au prétexte de la restriction de liberté provoquée par le confinement (« Reopen Virginia ») : là-bas, ils préfèrent mourir en effet, sous-informés sinon déformés par un président qui avait pris la pandémie à la légère, s’était entouré d’un crétin notoire pour en parler en écartant les scientifiques, ou en montrent des schémas sortis de son imagination et pas cautionnés par ces deux scientifiques !!!

Ce jour-là, à Richmond, on avait aperçu de drôles de drapeaux dans les rues… Des drapeaux dont la vision résonne aujourd’hui avec la déclaration de Dick Saslaw, le chef de la majorité (démocrate) au Sénat de Virginie qui a déclaré: «Depuis qu’elle a prêté serment en 2016, la sénatrice Amanda Chase s’est maintes fois engagée dans un comportement indigne d’un sénateur. Elle a propagé des théories du complot; a menti à ses électeurs, ses partisans et ses collègues; a fait l’éloge de ceux qui ont épousé le racisme et des sentiments antisémites
(ici à gauche un des dessins du genre qu’elle a véhiculé sur les réseaux, signé d’un certain « Andre Lamotta ») ; et à de nombreuses autres occasions, elle a jeté le discrédit sur elle-même et, par extension, sur le Sénat de Virginie. La conduite du sénateur Amanda Chase devait être tenue pour responsable ». Parmi ses Tweets ignominieux, un accusant le policier qui a tiré sur Ashley Babbitt de « meurtrier de patriote » qui voulaient empêcher que le pays devienne « socialiste  » !!). Une élue qui jette le discrédit sur la police ? On aura tout vu, décidément !

Et effectivement, Chase a été vue et prise en photo en compagnie de partisans de QAnon (on notera derrière elle un certain type de voiture au design coupé à la serpe et quelques visages faciles à reconnaître comme on va le découvrir plus loin…) :

Le 6 mai 2020, on l’avait retrouvée saluant l’arrivée du même véhicule, un gros Hummer gris muni d’autocollants « Vets4Trump », un site hyper-macho, avec Vlad Lemets, qui fait dans l’immobilier en Floride, alors qu’il est né en Russie, perdu au milieu d’une manifestation d’une quinzaine de véhicules avec comme prétexte les mesures de restriction anti-Covid 19 décidées par le gouverneur démocrate Ralph Northam. Visiblement, elle en connaissait les occupants du jour : l’une des deux personnes aperçues sur la photon en tout cas. Elle les connaissait d’autant plus qu’on les avait croisés avec elle sur les marches du Capitole de Virginie pour annoncer en février 2020 sa candidature au poste de Gouverneure de l’Etat pour 2021. Ils lui servaient visiblement ce jour-là de gardes du corps (le gars en manteau de cuir et celui en casquette à droite) :

L’incroyable histoire du site de vétérans « volé »

Son slogan de candidature ce jour là, à Amanda Chase : « je ne peux plus, les virginiens méritent mieux« . Pas en tout cas pour ce qui concerne la gestion du site de Vets4Trump qui s’était retrouvé piraté en mars 2019 par… un macédonien appelé Andrej Spasovski, habitant Kumanovo, à une heure de route de Skopje : ce dernier en avait pris le contrôle et détourné l’argent, au nez et à la barbe de son gestionnaire web, le fameux garde du corps ici à droite sur la photo ci-dessus!!! Après Spasovski le site était ensuite passé sous la houlette de Panche Arsov. Pas vraiment un inconnu celui-là : lors de la campagne de Trump de 2016, il avait créé juste avant USAPoliticsToday.com (depuis abandonné), un site conspirationniste bourré de fakes news, toutes pro-Trump !!! Pourquoi donc ces macédoniens, bonne question en effet… Très adroits, les frères Arsov (Panche et Trajche ici droite) faisaient en fait travailler à la pige des journalistes freelance américains, qui croyaient toujours bosser pour le même direction !!! Les premiers contacts avaient été d’abord Ben Goldman et Paris Wade, les fondateurs de Liberty Writers News qui avaient attiré ses rédacteurs, sous couvert de « liberté » d’écrire. Or derrière les frères Arsov on avait aussi retrouvé Anna Bogacheva, une jeune russe (ici à gauche) issue de la Troll Factory de Poutine, dirigée par Yevgeny Prigozhin, une des 13 russes mis en accusation par Robert Mueller dans son enquête !!! Elle a été arrêtée à Minsk en Biélorussie le 15 octobre 2019, pour espionnage. Ses contacts US, elle les avait pris tôt, en juin 2014, 5 ans avant, lors d’un voyage aux USA en compagnie d’Alexandra Krylova, autre « troll » de la liste. Deux belles têtes de pont en réalité : « le premier pion avancé russe était minuscule: deux femmes en tournée américaine éclair. Envoyées dans neuf États en trois semaines à l’été 2014, Anna Bogacheva et Aleksandra Krylova étaient censées «recueillir des renseignements» pour les aider à imiter les Américains sur Facebook et Twitter. Elles ont pris des photos et discuté avec des inconnus de Californie à New York, lors d’une sorte de road trip russe «Thelma & Louise» à l’ère des réseaux sociaux. Même alors, diront plus tard les procureurs fédéraux, le gouvernement russe pensait à la prochaine élection présidentielle américaine – peut-être avant la plupart des Américains. Bogacheva et Krylova avaient été envoyées par leur employeur, une usine de propagande en ligne à Saint-Pétersbourg, pour se préparer à influencer les électeurs américains« . Vets4Trump pendant ce temps truffait le site de montages photos grossiers comme celui ici à droite (plus tardif, une fois Trump élu). Les frères Arsov ayant également comme relais aux USA un texan appelé Thomas Dillingham (ici à gauche) un autre vétéran, ravi de l’aubaine : tout était déjà fait à sa place dans le site. Particularité du gars : il s’est présenté aux élections dans le 6e district du Congrès du Texas sous l’étiquette républicaine et s’est pris une volée : un peu plus de 500 voix pour 30 000 pour les deux premiers !!  Son dada, à lui : accuser Facebook d’être anti-Trump alors que l’on a a vu combien le réseau a pu aider Trump à se faire élire en 2016 (avec notamment Katie Harbath, nommée à la tête de Facebook, alors qu’elle était Chief Digital Strategist et travaillait ouvertement pour le Republican National Committee : elle est ici à droite). L’affaire rappelle celle de Peace Data et de Colin Munro Wood à part que chez Vets4Trump les écrits restaient bien de droite : la preuve les abonnés ne s’en étaient même pas aperçus ! Un coup de maître !!! Un coup réussi suivi de conséquences : dans une bien étrange séance tenue le 26 août 2020, son responsable, ridiculisé par la tenue catastrophique de leur site internet, annonçait avec un prétexte devoir quitter la direction de Vets4Trump, devenu en réalité un objet un peu trop visible de l’emprise russe sur la campagne 2020.

Et ce, avec une mise en scène bien traditionnelle, pour sauvegarder toutes les apparences : « c’est avec tristesse que nous avons appris que l’un de nos membres fondateurs, Joshua Macias, avait des problèmes familiaux personnels qui l’empêchent de participer davantage au leadership dans notre mouvement populaire. Nous comprenons parfaitement la nécessité de donner la priorité à la famille par rapport à tout ce qui touche à notre organisation. Nous croyons en son «POURQUOI» et sommes impatients de travailler avec lui dans un proche avenir. Son travail continu pour aider les vétérans en transition est également la clé de notre succès et de notre héritage. »

Un pilier du système Trump

Bien avant de tomber aux mains des russes, le site de Vets4Trump, en 2016, avait fait un malheur, affichant plus de 100 000 fidèles abonnés !!! Sur 22 millions de vétérans au total dans le pays, un immense réservoir était toujours à puiser. Les votes (en majorité droitiers) des vétérans étant très prisés, on le sait. Au sortir d’un meeting, notre homme est pris en photo en train de serrer la main de Donald ; ça deviendra sa meilleure carte de visite désormais ! La manipulation des esprits signé Vets4Trump avait tellement payé que l’on avait même vu le responsable web du site être reçu officiellement à la Trump Tower (ici à droite) dès l’annonce de la victoire de Donald Trump, présenté aux journalistes par Kellyanne Conway, bombardée maîtresse de cérémonie ce matin là (avec David Bossie, le détourneur d’argent d’America First Policies). Il s’était montré efficace : chez les vétérans, Trump au final avait devancé Hillary Clinton de 19 points !!! L’apparition à la Trump Tower est filmée ici, il apparait vers 8’50 ». Encensé, fêté, choyé, on le retrouvera en train de serrer plein de mains en haut lieu, qui celle de Mike Pence (en présence de la femme de ce dernier), qui celle de Sean Hannity, le fan trumpien absolu, qui celle d’un fan de Trump en sa présence : impossible de l’éviter dans l’environnement proche de Trump !

Les liens resteront, au fil du temps, Trump choyant comme jamais ses vétérans, puisqu’on retrouvera notre homme le 27 septembre 2018 sous la verrière bien connue du Trump Hôtel de Washington, là où ont été décidé tous les coups tordus de l’ère Trump, définitivement le roi du complot. En compagnie cette fois de Corey Lewandowski (ici à droite) , maître-d’œuvre de la campagne 2020 après l’éviction de Brad Parscale, ayant pété les plombs. Dans les meetings de Trump, les premiers rangs continuent à se couvrir de pancartes de vétérans.

On en conclura que notre homme stratégique avait donc gardé ses entrées en haut lieu !!! … Et préparait lui aussi la campagne 2020, malgré les péripéties de son site … et obligatoirement aussi de près l’effervescence complotiste qui a suivi son échec !!! Ah oui j’oubliais son nom, à ce précieux allié : Joshua Macias. Lui aussi avait été pris en photo porteur d’arme, avec derrière lui… un supporter de QAnon ! Ce gars-là entretenait aussi des liens flagrants avec des milices armées : en décembre 2018 on l’avait retrouvé répondant à un appel pressant émis par Stewart Rhodes, fondateur du groupe des Oathkeepers, pour venir protester contre le jugement de Michael Flynn à Washington, accompagné  d’un autre zozo, Chris Cox, celui à la tête de Bikers for Trump !!!  Macias avait aussi été photographié à la Trump Tower en 2016 en compagnie de Flynn (ici à droite). Cox, lui, avait assisté à l’inauguration de 1976 comme service de sécurité « protecteur » de Trump selon lui ! Ces derniers temps, Joshua était montré dans le train des opposants au port du masque et de la réouverture de tous les commerces fermés pour raison de confinement. On le voit ici poser avec un sweat-shirt arborant le slogan « 2A Open for Business again« , le 2A signifiant le port d’armes et la création de milices, bien sûr, sur fond de carte du Kentucky. Le 31 janvier 2020, un meeting organisé par We Are KY Gun Owners avait envahi le Capitole de Fankfort, tous armés et beaucoup arborant des t-shirts du mouvement Boogaloo. Une autre répétition de ce qui s’était passé dans le Michigan. A l’origine du mouvement une jeune étudiante sans cervelle, Courtney Griffieth, partisane acharnée du port d’armes !!!  Le 13 février suivant c’était l’inverse au même endroit avec le groupe Moms Demand Action for Gun Sense in America pour demander l’extension de l’interdiction du port d’armes !!!

On avait retrouvé les fameux « bikers » à Wilkes-Barre, en… Pensylvannie, mobilisés le 1er novembre 2020 et défilant devant… Eric Trump, venu soutenir son père.

L’AR-15 en bandoulière comme viatique

Le 4 juillet 2020, nouveau meeting « Gun Law » avec la sénatrice en vedette, ayant pour thème supplémentaire un hommage Duncan Lemp, alias YungQuant, proche des III Percenters, et membre en même temps des Boogaloos Bois (lire ici), abattu par la police et devenu depuis martyr chez eux. L’affiche (ici à gauche) avec un « Punisher » et un AR-15 parle d’elle-même il me semble. Toute une histoire avait été répandue, comme quoi Lemp avait été tué dans son sommeil lors de l’assaut, or le 31 décembre dernier un juge du Maryland l’a exclu en ne retenant pas de charges contre le policier qui avait tiré. Selon la justice, Lemp avait bien pointé un fusil vers lui. La porte de la maison du Boogaloo man avait en prime été piégée. Lemp, abonné à 4chan, et suivant des néo-nazis (2), avait choisi comme candidat présidentiel john McAfee, c’est dire son niveau d’analyse politique ! On notera au passage que Lemp avait comme arme automatique… un Tabor X95, lui aussi (plus deux modèles type AR-15 plus classiques).

La voici donc défilant dans les ruches de Richmond, affublée d’une jupe « républicaine » et équipée de son propre AR-15 :

Intéressons-nous un temps au gars à côté d’elle avec le mégaphone. Beau phénomène aussi que celui-là, très jeune, il se prétend le leader du mouvement Boogaloo local et s’appelle Mike Dunn, du groupe des « Virginia Knights ». Avec lui on aura la totale : signes cabalistiques et propos fluctuants : un jour dédié à « protéger » les manifestants de Black Lives Matter, » ce que ses troupes feront effectivement (ici à droite), et un autre jour, en se déclarant donc « anti-Trump »… et un autre à soutenir la sénatrice la plus Trumpiste qui soit. Allez comprendre, à part l’opportunisme du moment. Elle-même, grâce à Dunn, posant armée … avec des supporters de BLM qu’elle insultait alors tous les jours sur Facebook (ici à gauche) : allez comprendre encore !!! La séance de photos ce jour-là étant devenue assez surréaliste: « Mike Dunn a organisé un événement de campagne sous le déguisement caché d’être en fait un événement de campagne d’Amanda Chase et a organisé une séance de photos. Lors de cet événement, Amanda Chase qui avait insulté les groupes BLM et Antifa en tant que terroristes en a fait ses amis. Alors que Richmond a été le site si les troubles au point, Chase a appelé à la loi Marshall martiale. Un partisan de Trump a été menacé par BLM avec lequel Chase a pris des photos et a ri pendant que la police de Richmond était agressée par eux sur son flux en direct Facebook ».  QAnon ou Boogaloo, deux facettes en fait d’un même complotisme pro-trumpien, le second se caractérisant par des démonstrations d’hommes en armes, comme j’avais pu l’écrire ici le 4 juin dernier. Et entretenant une confusion fort pratique pour l’extrême droite comme on vient de le voir avec l’ahurissante campagne de photo de Chase. Ici à droite, justement, Dunn en porte une bien spéciale, d’arme… et fort reconnaissable : c’est un autre Bullpup que le Tabor déjà rencontré chez les assaillants du  Capitole, c’est un « Panzer Arms Bullpup BP-12 Semi-Auto 12 Ga » !!! et celui-là, il tire en répétition des cartouches de chasse de 12′ !!! Imaginez les dégâts dans une foule avec cet engin !

L’association visible avec Enrique Tarrio, premier scoop

Le mouvement Boogaloo on l’a vu, s’est positionné bizarrement comme avant tout anti-Trump, et complètement anti-Etat, à s’en être pris comme on l’a vu à ses symboles tel le Capitole de Lansing, au Michigan (rappelez-vous). Mais ça n’a pas duré avec la période de confinement et leur obsession de la liberté personnelle, fort libertarienne, ils ont fait de Donald un allié de circonstance et ont fini par le soutenir, enfin c’est ce qu’à fait ce jeune déboussolé de Dunn… Et ça a fini par donner une rencontre hautement improbable qui vaut de l’or, question scoop, celle du Boogaloo Bois Dunn avec… Enrique Tarrio, le leader des Proud Boys et même peu de temps après de ces mêmes individus avec… Amanda Chase en personne, vraiment pas regardante du tout sur la provenance de ses soutiens. Sidérante rencontre en pleine rue (ici à gauche) !!! La séquence a été filmée on peut la voir ici, avec un autre larron qui ruine un peu plus encore la réputation déjà fichue de la sénatrice de Virginie… Avec Tarrio, déjà ce n’était pas mal, avec le suivant cela devient désastreux pour elle, qui n’en a donc pas plus dans le citron qu’une Boebert ou une Marjorie Taylor Greene !!! Sinon encore moins !!!

Pour ce qui est de notre Boogaloo Man, qui a tenté de faire croire récemment sur Parler que se sont ses troupes qui avaient vandalisé le Capitole, alors qu’on en a aperçu aucun semble-t-il, il est nettement moins à l’aise en costume qu’en chemisette hawaïenne : surtout lorsqu’il se fait arrêter le 9 octobre dernier à Newport News, toujours en Virginie, dans un parc de la ville lors d’une énième manifestation, par la police locale pour… port d’arme prohibée !! On admire au passage la patience des policiers avec l’énergumène… il n’avait pas remarqué, cet imbécile, que la ville avait modifié sa loi le 14 juillet précédent, un règlement qui ne permettait plus comme auparavant « le port ouvert d’armes à feu dans les bâtiments de la ville, les centres communautaires, les parcs publics ou les espaces publics utilisés pour des événements spéciaux. Le port légalement dissimulé est toujours autorisé » (c’est comme… à Washington !).
Un supporter de Samanta à l’ombre, et de un !

On ajoutera qu’Amanda Chase avait de drôles de critères pour choisir ses gardes du corps, dont celui au visage buriné bien reconnaissable qui s’exhibera sur le net avec une copie semble-t-il de Berretta à billes en main cette fois-là (c’est en effet un SA P92 Blowback calibre 4,5mm, à air comprimé, ici à gauche), en se présentant comme « détective privé ». Un second garde du corps appelé David Lee Conner (ici à droite) a été lui arrêté le 28 décembre Chesterfield County pour incident domestique : il avait tenté d’étrangler sa compagne !!! C’est lui qui figurait à droite sur la une du magazine Style Weekly pour la photo de l’année (ci-dessus à gauche). Il travaillait pour Arete Protection Services, de Lovingston (Virginie), société recrutée par Amanda Chase pour sa protection personnelle. Depuis, la société ne répond plus, son site internet abandonné.

La grosse manif du Gun Lobby Day de janvier, répétition du Capitole

Si l’on cherche les prémisses des événements du 6 janvier, il faut jeter un œil du côté de la Virginie, de sa capitale Richmond, et de son Capitole. Le 20 janvier précédent, un gigantesque défilé pro-armes réunissant la Virginia Citizens Defense League, les Three Percenters, les Oath Keepers, The Base, groupe carrément néo-nazi, et les Proud Boys y avait eu lieu, de quoi obliger le gouverneur Ralph Northam à décréter l’état d’urgence pour troubles potentiels étant . On y avait croisé dans les rues en camion blindé Alex Jones, mégaphone en main, qui s’était bien fait jeter par les opposants à la manifestation, mais aussi un vieux monsieur très dangereux. Alan Gottlieb (ici au milieu sur la photo), né le 2 mai 1947, le fondateur de la Second Amendment Foundation et le père de toute la théorie actuelle sur la place des armes aux USA, via pas moins de 23 livres, pour lui une chose indispensable bien sûr.

Le créateur aussi du Citizens Committee for the Right to Keep and Bear Arm, devenu un slogan et des autocollants par milliers (« CCRKBA »), hélas. L’un des pires thuriféraires du lobby des armes existant. Le nœud pap’ le plus affligeant du monde ! Et un auteur qui se fera empapaouter en beauté lui aussi par les russes, avec l’espionne Maria Valeryevna Butinala, la rouquine et son mentor Alexander Torshin (les deux ici à gauche avec lui, elle reprendra son slogan sur ses publicités) !!! L’espionne Butina ayant réussi à draguer l’activiste pro-Trumpien Paul Erickson du South Dakota (qui a fini en prison)…

On notera après coup, pendant les manifestations  de Richmond, les points de repère orange fluo portés par des responsables de milice, un procédé qui sera repris par les Proud Boys et les deux milices présentes à Washington le 6 janvier, comme j’ai déjà pu vous l’écrire ici-même. Lire ici pour Washington. (ici à droite à Washington et ci-dessous à Richmond).

L’incroyable découverte : le deuxième scoop

Pourrait-elle faire pire encore, notre ravagée  ? Hélas oui. Et c’est une analyse longue d’éléments vidéos épars sur l’assaut du Capitole qui va nous le démontrer (c’est compilé par Second Thought dans  The Capitol Riot Explained). Et c’est assez hallucinant quand on y songe !!! Le cliché est ici à gauche : il a été pris devant le Capitole côté Est, alors que les personnes ont déjà franchi les barrières. L’endroit était pourtant marqué « No Demonstration Permitted » !!! On reconnait immédiatement les deux lascars, et surtout celui qui était au premier plan. Bêtement, son collègue s’est fait interviewer au même endroit et son visage nous apparaît en détail, ici çà droite, portant le t-shirt de l’organisation qu’il a créée : Vets4Trump (cf ici à gauche). Il s’agit bien de l’ancien Navy Joshua Macias, le fameux webmaster berné du site de vétérans, le visiteur de la Trump Tower à New York et de l’hôtel Trump de Washington, son collègue à sa gauche s’appelant Antonio Paredes Lamotta, le non moins fameux garde du corps d’Amanda Chase ! Qui s’avère être aussi le dessinateur antisémite qu’a diffusé Amanda Chase sur les réseaux sociaux !!! Incroyable découverte ! Lamotta sera même « attrapé » par la caméra de l’envoyé sur place de CNN quittant les lieux à 17H14, alors que l’on sait déjà que le coup de force avait raté (ici à droite). Macias était venu avec son collègue d’origine russe, Vlad Lemets (ici à gauche). A 18h33, alors que l’émeute est toujours en cours par bribes à l’extérieur, mais que l’on sait qu’elle a raté son objectif, celui de prendre des élus en otage, Macias tweete sobrement : « nous le peuple avons parlé ». 1/4 d’heure avant le Pentagone avait noté que l’USCP (United States Capitol Police), la MPD (Metropolitan Police Department) et la DCNG (D.C. National Guard) avaient repris le contrôle complet du bâtiment. Macias était bien sur place, auparavant (depuis la veille en fait), à avoir organisé lui-même un mini-meeting où il a incité une émeute, disant à ses partisans de « défendre cette constitution contre l’ennemi «  et en qualifiant Mike Pence de « Benedict Arnold », cet officier militaire américain qui a trahi les États-Unis pendant la guerre d’indépendance !!! «Ces ennemis domestiques sont ici… L’ennemi n’est pas à la porte, l’ennemi est déjà là. «Mike Pence est un Benedict Arnold. Nous avons cru en vous, vice-président. Nous espérions que vous feriez ce qui est juste pour notre Constitution », avait-on pu entendre de sa bouche. Sidérant ! Quelque temps plus tard, Trump qualifiait Pence de traître sans courage et les assaillants envahissaient le Capitole en réclamant sa tête, certains proposant de la disposer au bout d’une pique !!! Il promotionnait au même endroit une obscure chanteuse flanquée d’un duo de rappeurs (« Topher and The Marine Rapper ») , qui avaient la veille participé au spectacle « Rally For Revival » avec Alex Jones chauffant les esprits  mais aussi… Roger Stone, venu même danser sur scène (arrivé protégé par des OathKeepers) !! Le grand cirque au complet !!!

Un conseiller de Trump de retour en prison !

Or les deux visages de la photo du début, pour ceux qui suivent l’actualité, ne sont pas ceux d’inconnus. Comme leur Hummer aussi, d’ailleurs !!! Rappelez-vous, on les avait photographiés présentant une toute autre allure le 5 novembre dernier, ou plutôt la police les avait photographiés, près du centre de tri de bulletins de votes du Pennsylvania Convention Center, à Philadelphie, juste descendus de la fameuse Hummer. Celle-ci avait changé de décoration : ses auto-collants pro-Trump enlevés, il n’affichait plus que la marque de QAnon et son obscur slogan, et à l’intérieur les policiers avaient retrouvé un fusil de style AR-15, des munitions et d’autres armes, comme un Beretta 9 mm en holster, plus un autre calibre .40 porté dans sa veste, et 160 munitions pour semi-automatique (et un sabre de samouraï !!).
Les policiers relevant sur Facebook en direct (livestream) les menaces faites par le duo d’intervenir avec leurs armes dans le processus de dépouillement, Macias y commentant notamment (allons-y) « faisons-le » (ici à droite)… la tentative d’intimidation pour interrompre le décompte des voix à Philadelphie était flagrante.

Les deux hommes arrêtés, Antonio Paredes Lamotta, ancien GI (sur une base à Francfort en Allemagne, ici à droite !), détective privé et garde du corps après avoir été « Shinobi » professeur de Kenjitsu, (avec l’acteur Tadashi Yamashita) puis devenu charpentier (?), menotté devant les caméras, les voici présentés devant un juge. Lamotta n’avait aucun permis de port d’arme sur ou chez lui: son compte était bon. « Ils ont été inculpés d’arme à feu dissimulée sans permis et de port d’arme à feu sur la voie publique ou sur la propriété publique, qui sont respectivement un crime au troisième degré et un délit au premier degré. Le 6 novembre 2020, lui et Macias ont été traduits en justice et un juge a fixé la caution à 750000 dollars chacun ». Le jugement étant accompagné de restrictions de déplacement en attendant leur procès, s’il réunissaient leur caution (1,5 million au total, on ignore qui a réglé). En somme, qu’il leur était surtout interdit de se rendre à Washington ! « les deux hommes ne peuvent pas utiliser les réseaux sociaux ou assister à des rassemblements politiques tant qu’ils sont libres sous caution »… précisait le remise en liberté !!!  Le 14 janvier ayant appris leur présence à Washington, le juge Charles Hayden de la Philadelphia Municipal Court, révoquait logiquement leur mise en liberté sous caution. Retour à la case prison pour les deux !

Les comploteurs réunis

Et il y a mieux, ou pire encore à découvrir chez ces gens tellement imbus d’eux-mêmes qu’ils laissent de traces traîner en selfies partout sur le net. La collusion, ce mot si détesté de Donald en personne, entre notre fameuse sénatrice d’extrême droite qui se prétend républicaine, notre responsable de site dirigé en sous-marin par des espions russes et le responsable de la milice le plus en vue lors du saccage du Capitole est ici flagrante : elle est contenue dans cet incroyable post vidéo signé d’Amanda Chase en personne cf ici à droite), qui la montre la veille au soir en photo aux côtés du leader des OathKeepers, Stewart Rhodes, de celle des Latinos for Trump (Bianca Garica), de Kelly Sorelle de Lawyers for Trump, et de notre fameux Joshua Macias tous descendus dans le même hôtel de Washington ce 6 janvier. Il se pourrait aussi que ce soit le Trump Hôtel, au quel cas ce serait… parfait. Depuis en effet on a retrouvé une interview de Michael Flynn par Alex Jones qui aurait été faite là aussi. L’endroit est connu pour fomenter des complots !!!

Cette idiote de sénatrice nous offre sur un plateau l‘une des clés de la réalité du véritable complot mis en place ce jour-là !!! Une photo mise en ligne le 6 janvier à 13h18, à savoir au moment même où les Proud Boys attaquaient sur le Capitole (Trump a terminé son discours à 13H11) ! On notera que c’est Kelly Sorelle qui avait répandu l’histoire fausse du fameux petit chariot rouge soi-disant porteur de bulletins… une idiotie totale comme on l’a vu !!

Nota : on relèvera le remarquable travail du dénommé Goad Gatsby, qui a suivi les tribulations de la sénatrice depuis son élection. Et découvert ainsi toutes ses imbécilités.

(1) Lauren Boebert et Marjorie Greene, récemment élues et sur la sellette depuis leur volonté de se pointer armées au Capitole. La seconde est en prime une partisane de QAnon avérée. Une recente vidéo la montre dans une abjection totale, en train de poursuivre de ces injures un jeune homme, David Hogg, qui a échappé au massacre de l’école de Parkland (qui a fait 17 morts !). Complétement odieux et inhumain !!! En janvier 2019 elle avait aussi clamé que ce serait plus simple pour empêcher Navy Pelosi « de lui mettre une balle dans la tête ». Aujourd’hui elle refuse de porte un masque avec ses collègues de l’Assemblée. Quand elle concède en porter un, elle l’affuble du slogan de la milice des III Percenters et des Spartiates,  « Molon Labbe », consacrant le port des armes et fait le signe des suprémacistes (déjà expliqué ici) !!! Cette femme est folle à lier !

(2) Lemp avait été présenté par sa famille éplorée comme étant un gars bien qui n’aurait pas fait de mal à une mouche.  Une enquête journalistique a mise en cause cette vison idéalisée. « Duncan Lemp était un homme qui suivait en ligne les filles d’âge du collège et du lycée, suivait les comptes de propagande néo-nazie et faisait dire aux néo-nazis qu’il était l’un des leurs. Lui et ses camarades Boogaloo Boy ont déclaré explicitement et à plusieurs reprises que leur objectif était de renverser les États-Unis en utilisant une violence massive. Les Boogaloo Boys utilisent le meurtre de Lemp pour fournir le prétexte de coopter les rassemblements Black Lives Matter, prétendant qu’ils détestent la police pour les mêmes raisons que les Noirs qui sont torturés et assassinés sans raison chaque jour. Ils ont mis le nom de Lemp à côté de celui de George Floyd et de Breonna Taylor à côté de celui de Vicki Weaver (lire ici qui c’est). Lors des rassemblements de Black Lives Matter, les Boogaloo Boys défilent avec des armes à feu et tentent de provoquer les flics pour qu’ils commencent à tirer des balles réelles afin qu’ils puissent riposter. Certains ont même comploté pour tirer sur les foules de manifestants pour relancer leurs fantasmes violents. Duncan Lemp et le reste de son espèce veulent une seconde guerre civile – et quand vous effacez la surface de leurs croyances, il est évident de quel côté lui et eux auraient été dans la première ».

Rappel de la timeline menant aux événements du Capitole :

UPDATED: Insurrection Timeline — First the Coup and Then the Cover-Up

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Non aux OGM déguisés !

Grâce à une campagne de longue haleine menée par Greenpeace et d’autres organisations il y ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.