Accueil / A C T U A L I T É / Estime de soi ? reb?tir

Estime de soi ? reb?tir

Quand la confiance en soi n?est plus au rendez-vous

Pierre est un ?tre sensible qui a longtemps ?t? ?tiquet? bon ? rien. Pour retrouver son estime qui lui faisait d?faut et prendre sa place, il a d? se battre toute sa vie contre le regard des autres? et du sien.

Dominic Desmarais? Dossiers?Toxicomanie

confiance en soi estime de soi prendre sa vie en main?g? de 57 ans, ce colosse avec quelques kilos en trop d?place de l?air. Tant?t combattif, tant?t ?motif, il cherche constamment le mot juste, fouille dans sa m?moire pour en ressortir l?information exacte, passe d?un sujet ? l?autre pour revenir ? son propos initial. Pierre est un volcan de mots et d??motions. Il parle sans interruption comme si personne ne l?avait jamais ?cout?.

?lev? par un p?re autoritaire qui d?cidait de tout, Pierre n?a pas appris, enfant, ? avoir des id?es et ? les d?fendre. C?est en s?exilant de son Joliette natal, pour faire ses ?tudes coll?giales ? Montr?al, qu?il go?te pour la premi?re fois ? l?autonomie. ?Mes amis allaient tous au c?gep de Joliette. Je voulais m?isoler.? Pierre, qui aspire ? des ?tudes de psychologie, est refus? dans ce programme contingent?. Il opte pour la philosophie. ?Les ?tudiants de sciences pures me demandaient ce que j?allais faire dans la vie avec un tel dipl?me. Je leur r?pondais qu?en premier, j?allais apprendre ? penser et, une fois que je saurais penser, je penserais ? ce que j?allais faire!?

D?fendre ses id?es

Dans ses cours, Pierre est encourag? ? donner son opinion et d?fendre ses id?es. La possibilit? de s?exprimer le grise au d?but, mais, tr?s vite, elle devient un poids. Pierre est toujours ? contresens du troupeau. La classe pense blanc, lui r?pond noir. ?Parfois, ?a m?inqui?tait. Je me retrouvais seul contre les autres. Dans une classe, s?il y en a un ou deux qui ne sont pas d?accord avec toi, ?a peut aller. Mais quand c?est tout le groupe, c?est dur. Je me sentais mal ? l?aise.? En plus de penser diff?remment, Pierre est isol?. Il n?a pas d?amis, lui qui a quitt? les siens pour la grande ville. Il a peur de couler ses cours, car ses opinions ne rejoignent personne. Nerveux, il rencontre l?un de ses professeurs qui le rassure. Il lui fait comprendre que la philosophie, c?est d?fendre ses id?es. ?Tout le monde est contre toi et tu tiens ton bout, tu n?enl?ves pas ta fougue.? Pierre se rappelle cet ?pisode qui l?a marqu?. Lui, le grand gaillard, se laisse aller ? pleurer.

Apr?s le c?gep, Pierre est anim? par une soif d?apprendre. Apr?s le monde des id?es, il s?oriente vers celui de la logique pour ?tudier les math?matiques. Il y met toute son ?nergie et sa passion. Mais le c?t? rationnel des ?quations l??touffe. ?Pendant un examen, je me suis demand? ce que je faisais l?. J?ai laiss? ma copie et je suis parti.? Impulsif, Pierre rentre ? son appartement aviser ses colocataires qu?il quitte sur-le-champ pour l?Ouest canadien. ?C??tait la r?bellion. Je n??tais plus capable d?entendre le mot logique. Comme si ce mot avait force d??vangile.? Pierre se laisse aller. Lui si disciplin? dans ses ?tudes et son travail dans la s?curit?, laisse tout tomber. Il prend la route pour quelques mois.

D?un m?tier ? l?autre

Un an plus tard, il retourne ? l?universit? pour compl?ter son baccalaur?at en math?matiques. ??a faisait un an que j??tais sur la go. Le retour a ?t? trop raide. Je n??tais pas pr?t, j?ai abandonn?.? Mais Pierre, incapable de ne rien faire, trouve une nouvelle passion pour assouvir son trop-plein d??nergie. Il d?cide de suivre des cours pour piloter des avions.

Comme pour les math?matiques, Pierre d?laisse son nouveau passe-temps. Il retourne ? temps partiel ? l?universit? et commence ? s?initier aux arts martiaux. Il y trouve une dimension spirituelle et un code de vie qui le nourrissent. Les cours de karat? et d?a?kido deviennent plus importants que les maths. ?Je voulais changer la texture de mes muscles. Au lieu qu?ils soient puissants, je les voulais r?sistants et endurants. C??tait l?objectif de ma vie. Pas devenir ceinture noire. Les comp?titions, je n?aimais pas ?a m?me si je figurais bien. C??tait plus une discipline int?rieure.?

En parall?le, il termine ses ?tudes universitaires, mais sa soif de connaissances n?est toujours pas assouvie. Il retourne au c?gep ?tudier l??lectricit?. ?Je n?y connaissais rien! J?ai obtenu un dipl?me en instrumentation et contr?le. Il y avait de la demande partout pour calibrer les instruments industriels.?

Pierre se sent pr?t pour un nouveau d?fi?: affronter le march? du travail. Apr?s avoir d?velopp? son c?t? cr?atif par la philosophie, son rationnel avec les math?matiques et l??lectricit? et son int?rieur par les arts martiaux, cet autodidacte solitaire est enfin bien dans sa peau. Fid?le ? son besoin de d?couvrir, il s?attaque ? un environnement qui lui est inconnu?: le monde des ouvriers et des usines. Apr?s une dizaine d?ann?es pass?es ? se d?couvrir, il doit maintenant apprendre ? mettre en pratique ses connaissances en travaillant au sein d?un groupe. Pour Pierre et son estime, ce sera une dure ?preuve.

Le travail

Apr?s des ann?es ? travailler au sein de petites ?quipes comme technicien en contr?le d?instruments, Pierre se trouve un emploi dans une usine qui compte plus de 500 employ?s. L?int?gration de cet ?tre original sera difficile.

? son arriv?e, Pierre pensait bien s?entendre avec ses nouveaux coll?gues. Lors d?une visite avec le responsable de l?entretien pour rencontrer les autres employ?s, il observe l?atmosph?re de son nouvel environnement. ?? premi?re vue, ?a me semblait bien. J?ai rencontr? les autres techniciens, des jeunes de 15 ? 20 ans de moins que moi. Ils ont une certaine ?ducation, avec leur DEC. Mais d?autres employ?s ne savent ni lire ni ?crire. Moi, je suis comme je suis. Ma place, ce n?est pas les usines??

Pierre, avec son franc-parler et son vocabulaire d?intellectuel, est rapidement pris en grippe par les employ?s de l?usine qui font tourner les machines que lui doit r?parer. Ils se moquent de lui quand l??quipement se brise et lui font savoir leur insatisfaction quand les r?parations tra?nent en longueur. Exc?d? par l?un d?eux, Pierre porte plainte en ao?t 2005 pour harc?lement psychologique. L?employ?, en sa pr?sence, lan?ait des objets contre les murs avec rage, sous les encouragements des membres de son ?quipe. ?J?ai demand? que le syndicat le rencontre. J??tais rendu au point de vouloir lui sauter dessus. Je devenais agressif.?

La d?ch?ance

Le syndicat cr?e un comit? de relations et Pierre demande d??tre affect? ? un autre d?partement. Rien ne change. D?s que Pierre est appel? pour r?gler un bris d??quipement, on lui saute au visage. ?Je ne pouvais plus vivre avec ?a. Je me suis cach? dans un bureau. Le repr?sentant syndical est venu me trouver. Je pleurais. J??tais devenu une loque humaine. On ne m?avait m?me pas battu physiquement. Et j??tais sans d?fense.?

Pierre rencontre un m?decin qui le met en arr?t de travail de 6 mois pour d?pression. C?t? syndical, il raconte sa version de l?histoire. Aucun grief ne sera d?pos? contre son intimidateur. Pierre est boulevers?. ?Je ne me sentais pas appuy?, pas d?fendu.? Pour se soigner, Pierre voit un psychiatre. En plus de sa d?pression, il souffre de br?lures d?estomac qui l?emp?chent de dormir. Son anxi?t? provoquait des difficult?s ? dig?rer. ?J?ai demand? ? mon m?decin quand j?arr?terais de prendre la m?dication. Il m?a dit que c??tait pour la vie. 100$ par mois. Je me sentais mal de savoir que j?allais y ?tre accroch? pour le restant de mes jours.?

Ma?tre de sa gu?rison

Autodidacte, Pierre cherche des solutions. ?J??tais ? domicile pour un cong? de maladie de 6 mois. J?avais du temps pour lire. Internet a tout chamboul?.? En faisant des recherches personnelles, Pierre tombe par hasard sur le site d?un centre de recherche qui travaille sur les ondes et la pens?e. ?J?ai toujours ?t? int?ress? par la recherche int?rieure. L?, le site parlait de contr?le de la pens?e. Et moi, je me demandais pourquoi, alors que j?ai une colonne vert?brale, que j?ai fait 10 ans d?arts martiaux, je me retrouvais cach? dans un bureau ? pleurer.?

Pierre commande des CD de musique qui jouent sur les ondes et d?veloppe des liens entre les deux h?misph?res du cerveau. Pierre fait jouer ces m?lodies pendant qu?il dort la nuit. ?Avec la musique, j?ai fait partir les pilules et mes probl?mes d?estomac. Mon sommeil s?est replac? et j?ai pu retourner travailler.?

Pierre pousse l?exp?rience plus loin. ?Je me suis dit que j??tais capable d?alt?rer bien des choses de mon cerveau, que ma pens?e pouvait ?tre plus large, plus compl?te.? Il d?cide de se fabriquer des phrases subliminales, qui d?filent trop vite pour les apercevoir, et les fait passer sur l??cran de son ordinateur devant lequel il est r?guli?rement assis. ?Plus on r?p?te quelque chose, plus ?a devient vrai. M?me un mensonge, s?il est r?p?t? plus d?une fois, devient vrai. Moi, je m??crivais que j??tais bon, que j??tais capable. Des phrases positives.?

Pierre est retourn? au travail, son probl?me de manque de confiance qu?il tra?ne depuis l?enfance est disparu. Comme les arts martiaux lui ont, ? une ?poque, procur? une paix int?rieure, aujourd?hui c?est la musique de m?ditation qui l?aide. Quant ? demain, Pierre verra bien. D?ici l?, il apprend ? savourer la vie au jour le jour. Un objectif si simple qu?il aura mis des ann?es ? comprendre.

Autres textes sur?Toxicomanie

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

L’Evangile selon Saint-Argent

C’est une histoire condamnée à se répéter indéfiniment car, depuis la nuit des temps, l’enrichissement ...