Accueil / A U T E U R S / LES 7 DU QUÉBEC / André Lefebvre / Espace-temps : Non ! Espace + temps : Oui !

Espace-temps : Non ! Espace + temps : Oui !

La science ne cesse de faire des découvertes extraordinaires; malheureusement, elle ne parvient pas à consolider un lien logique entre les observations effectuées. C’est triste d’en être venu à ce point où on doive imaginer des « solutions »inobservables et indétectables quant la science ne doit se baser que sur des observations reproductibles en toute occasion.

J’ajoute quelques petits détails de mon opinion personnelle composant le lien logique que je perçois:

  • Il est indispensable de saisir la nuance que l’énergie cinétique résulte en « mouvements » quel que soit sa direction.
  • Ce qui indique qu’une énergie « potentielle de pesanteur » est une énergie cinétique dont le mouvement est « bloqué ». Le « blocage » du mouvement résulte en « pression » sur l’objet qui « bloque » le mouvement. Pression « mesurable » qui se traduit par une « pesanteur ».
  • On dit l’univers homogène et isotrope, mais il ne l’est qu’au niveau de l’espace. Au niveau de l’écoulement du temps, sa densité énergétique ne cesse de diminuer avec le temps.
  • Par contre, la quantité de matière que l’espace total contient ne diminue pas, même si la matière est énergie.
  • La matière est toujours de l’énergie comme la glace est toujours de l’eau. Par contre l’énergie n’est pas toujours de la matière tout comme l’eau n’est pas toujours de la glace.
  • La courbure de l’espace est « nulle ». La marge qui reste à déterminer une quelconque courbure positive est trop infime pour justifier les trajectoires courbes que nous observons dans les « champs gravitationnels ». Ce qui indique que la géométrie de l’espace n’est pas du tout déformée comme on l’entend habituellement.
  • La courbure de l’espace est la même en tout point; c’est-à-dire: « nulle »; et cela depuis le tout début de l’univers. Le seul changement au cours du temps est une diminution constante de sa densité énergétique résultant de l’expansion universelle.
  • L’expansion de l’univers (en fait de l’espace), se produit pendant que « coule » le temps. Ce qui indique que l’espace et le temps sont deux choses différentes. L’espace est tridimensionnel (un volume) et le temps est unidimensionnel (une ligne de temps).
  • L’univers est formé de 100% d’espace majoritairement animé d’énergie cinétique orientée vers « partout ». Il chevauche » une ligne de temps orientée vers le « futur ». Ce qui indique que le temps est l’un des deux « facteurs » de l’énergie d’expansion universelle.
  • Certains volumes internes à l’univers en expansion, sont bloqués dans leur propre expansion. Ce sont les volumes galactiques.
  • Ce blocage d’énergie d’expansion est tout simplement causé par une orientation contraire à « vers partout » de l’énergie cinétique que le volume d’espace contient. Ces volumes d’espace à topologie contraire s’appellent des « champs gravitationnels » et leur topologie dirige l’énergie cinétique vers « un seul point »: leur centre de gravité. Ce qui concentre cette énergie cinétique au point central du « champ gravitationnel ». Newton avait lui-même remarquer ce détail en disant : « c’est comme si toute l’énergie se trouvait au centre de la masse (de matière)« . Mais comme il attribuait la gravitation à la quantité de matière présente, il n’élabora pas plus loin.
  • Cette topologie vers un point central est la caractéristique de la particule que nous appelons le gluon. Ce n’est pas une « force », c’est une « effet centripète ». Mais il suffit à « retenir » tout ce qui peut s’introduire dans son champ d’action de 10*-15 mètre.
  • Nous observons que le gluon se « désintègre » en quark et antiquark Top. En fait, tout comme le neutrino est une particule originaire d’avant le Big-bang (manifesté au temps de Planck), le gluon est originaire de la même époque (ère de Planck). Et comme le Big-bang fut la manifestation d’une projection dans toutes les directions, créant un volume tridimensionnel, le neutrino et le gluon sont des « particules » bidimensionnelles. De sorte qu’à l’apparition du gluon dans l’univers (à 10*-36 seconde), les deux facettes de sa surface furent déchirées l’une de l’autre par l’énergie d’expansion des neutrinos. Ce qui forma deux nouvelles surfaces miroir de chacune mais qui n’avaient plus de résistance sur un côté.

Le résultat fut que toute l’énergie du gluon fut divisée également dans chacune des facettes et se dirigea selon leur topologie, vers le center des facettes. L’énergie arrivant sur ce centre fit recroqueviller chacune des facettes bidimensionnelles (surface) en deux nouvelles particules tridimensionnelles (volume) appelée quark et antiquark Top qui sont l’image miroir l’un de l’autre.

La production de ces deux particules « volumiques » suivie de leurs désintégrations résulta en inflation de l’univers qui cessa lorsque les désintégrations cessèrent à 10*-32 seconde. Cette période fut celle du plasma de quarks et de gluons.

Durant cette période, les quarks tentèrent des « unifications » diverses pour échapper à la diminution ambiante de la densité d’énergie. Cette diminution de densité avait obligé les quarks de se défaire de leur propre énergie, produisant des particules moins « massive ». Il leur fallait donc trouver un moyen pour arrêter cette « dégénérescence ».

Plusieurs tentatives furent faites qui furent observées dans les collisionneurs. Celle qui réussit fut l’unification produisant un Pentaquark composé d’un quark et antiquark « Charm » et de deux quarks Up + un quark Down. La durée de vie d’un quark et anti quark « Charm » est infime, mais 2.5 fois plus longue qu’un quark Charm. Lorsque le méson Charm se désintègre, il laisse en place  les trois autres quarks « unifiés » qui deviennent alors un proton ayant une durée de vie quasi infinie.

Comme je doute qu’un anti-Pentaquark puisse exister, car changer la polarité des deux quarks « Charm » ne changent rien, la suprématie de la matière sur l’antimatière peut avoir été ainsi assurée.

D’ailleurs si vous changer la polarité des deux Up et du Down dans le Pentaquark, vous n’obtenez pas un anti-Pentaquark, mais une autre sorte de Pentaquark.

Les protons enveloppés de leur champ gravitationnel 10,000 fois plus gros qu’eux-mêmes, se mirent à déambuler dans l’espace capturant un électron pour emplir ce champ gravitationnel dont l’énergie s’était accumulée à leur centre.

Par la suite, des collisions frontales entre protons les fusionnèrent en noyau d’atomes produisant une quantité d’Hélium et quelques atomes de Lithium. À ce moment-là, la densité énergétique ambiant devint moindre que la densité énergétique des atomes; ce qui cessa la possibilité de production d’atomes plus lourds.

Le fusionnement ne pourra continuer que lorsque l’espace ambiant sera plus dense que l’atome d’Hélium. Ce qui se produira à l’intérieur des étoiles.

Les collisions frontales produisaient la fusion d’atomes; par la suite les collisions « angulaires » occasionnèrent les liaisons covalentes de champs gravitationnels produisant des molécules.

Le procédé de liaison covalente fera, éventuellement, apparaître le « vivant » dans notre univers.

Je m’arrête ici.

André Lefebvre

Auteur de:

L’Histoire… de l’univers

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 1:  La Science Secrète)

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 2: Le Mystère Sumérien

Le tout dernier livre, paru en novembre 2016 (version gratuite):

Histoire de ma nation

Tous mes livres sont offerts GRATUITEMENT chez:

http://manuscritdepot.com/a.andre-lefebvre.7.htm#menu

 

Commentaires

commentaires

A propos de Andre lefebvre

avatar

Check Also

Il y a cinquante ans, le premier pas sur la Lune (6)

Hier nous avons découvert une personnalité attachante, aujourd’hui disparue, celle de Neil Armstrong, premier homme ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.