Espace-Temps 25

 

Je vous ai promis de voir ce qu’était un “codon”, et j’ai l’habitude de tenir mes promesses :

« Un codon est une séquence de trois nucléotides sur un acide ribonucléique messager (ARNm) spécifiant l’un des 22 acides aminés protéinogènes dont la succession sur l’ARN messager détermine la structure primaire de la protéine à synthétiser. »

Retenons qu’un codon est une séquence (succession) de trois des quatre nucléotides existant que nous avons vu.

Trois codons successifs forment un acide aminé. Il est donc facile de comprendre qu’en inter-changeant les séquences de ces quatre Nucléotides on parvient à former une grande quantité de « codons »; en fait, 64 codons différents.

Parmi ceux-ci, les codons UAG, UGA et UA sont des codons « stop » qui, chacun, terminent un brin d’ARN. Quand un Ribosome (sucre) atteint un codon-stop sur l’ARN messager, il s’arrête, libère la protéine terminée et se détache de l’ARN messager.

Il existe également des codons «  de démarrage », qui débute un brin d’ARN. Ce sont les codons AUG (méthionine), GUG ou encore UUG. En règle générale, toute protéine commencera par une méthionine (AUG).

Voici l’exemple d’une liste de codons :

Codons d’ARN messager : UGA, CUU, CUC, CUA, CUG, GUG, CGA, CGC, AUU, AUC, AUA, AGA, AGG.

Il n’existe pas moins de 1,5×10^84 possibilités de coder 21 éléments d’information (les 20 acides aminés standards + la fin de la traduction) par 64 codons, chiffre qui correspond au nombre de combinaisons possibles permettant d’associer 64 codons à 21 éléments d’information.

Mais rassurez-vous, je n’aurai pas besoin de faire un dessin pour chacune de ces possibilités; parce que :

Malgré ce nombre astronomiquement grand, tous les codes génétiques de toutes les formes de vies connues sont quasiment identiques, se limitant à un petit nombre de variations mineures. Les raisons d’une telle homogénéité universellement observée demeurent fondamentalement inconnues. »

J’avoue que cela me rassure beaucoup; d’autant plus que peut-être allons-nous pouvoir trouver une explication logique à cette homogénéité. Nous verrons bien.

Mais la « production » d’ARN n’est pas la seule chose que nous ayons à étudier.

J’ai parlé, au tout début, de la « cellule » qui contient l’ARN et l’ADN. Cette cellule est formée de plusieurs autres molécules. Voici une cellule d’un Procaryote (première forme de vie apparue sur Terre) :

Bon; d’accord; ce n’est pas beau du tout, mais l’apparence s’améliore de beaucoup lorsqu’elles se « réunissent » pour former un être humain; spécialement chez les femmes qui sont très souvent remarquables.

C’est dans le Nucléoïde de la cellule que l’on trouve tout ce que nous avons vu jusqu’ici. Mais toute cette cellule est composée de « molécules ».

À noter que le Cytoplasme est composé de 80% d’eau, de sels minéraux et autres nutriments.

Par contre, ce dessin ne montre pas de protéines qui sont pourtant très présentes.

Les protéines sont des macromolécules biologiques présentes dans toutes les cellules vivantes. Elles sont formées d’une ou de plusieurs chaînes polypeptidiques (acide aminée). Chacune de ces chaînes est constituée de l’enchaînement (sic) de résidus d’acides aminés liés entre eux par des liaisons peptidiques (l’art d’écrire « compliqué »).

Les polypeptides (acide aminée) servent dans la synthèse des protéines.

La fonction d’une protéine dépend de sa structure spatiale, elle-même déterminée directement par sa séquence en acides aminés. Gageons que cette « structure spatiale » concerne les « lignes horaires gravitationnelles». Les jeux sont faits! Rien ne va plus! Nous verrons bien.

En résumé : un gène code un polypeptide, qui s’associe à d’autres polypeptides pour former une protéine (comme quoi c’est facile d’être clair quand on le veut).

Essayons d’y voir encore un peu plus clair :

Les acides aminés sont les unités chimiques ou les « blocks de construction » du corps qui constituent les protéines. Les substances protéinées construites par 20 acides aminés forment les muscles, les tendons, les organes, les glandes, les ongles et les cheveux. « Enfin, je commence à m’y reconnaître! ».

Il devient évident que notre prochain pas est de construire les acides aminés.

Il existe 20 acides aminés standards. Le corps humain est capable de synthétiser 12 de ces acides aminés qu’il utilise.

Le tableau ci-dessous présente les codons d’ARN messager correspondant à chacun des 22 acides aminés protéinogènes qui existent.

J’ai souligné les acides aminés essentiels chez l’être humain. Ce sont les acides aminés que je dessinerai, toujours selon les « règles » établies par l’univers et non celles décidées par les hommes.

Donc n’hésitons plus, mais… attendons, quand même, au prochain article.

Amicalement

André Lefebvre

 

Auteur de:

L’Histoire… de l’univers

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 1:  La Science Secrète)

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 2: Le Mystère Sumérien

Le tout dernier livre, paru en novembre 2016 (version gratuite):

Histoire de ma nation

Tous mes livres sont offerts GRATUITEMENT chez:

http://manuscritdepot.com/a.andre-lefebvre.7.htm#menu

 

Articles précédents:

L’Espace-Temps

L’Espace-Temps 2

Espace-temps 3

Espace-Temps 4

Espace-Temps 5

Espace-Temps 6

Espace-Temps 7

Espace-Temps 8

Espace-Temps 9

Espace-Temps 10

Espace-Temps 11

Espace-Temps 12

Espace-Temps 13

Espace-Temps 14

Espace-Temps 15

Espace-Temps 16

Espace-Temps 17

Espace-Temps 18

Espace-Temps 19

Espace-Temps 20

Espace-Temps 21

Espace-Temps 22

Espace-Temps 23

Espace-temps 24

Commentaires

commentaires

A propos de Andre lefebvre

avatar

Check Also

Coke en stock (CLXXXV) : la découverte et la chute des fournisseurs d’avions (20)

Cette longue enquête s’intéresse aux fournisseurs d’avions, mais aussi aux organisateurs d’un trafic devenu tentaculaire, puisque ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.