Espace-Temps 14

 

Revenons quelques instants sur notre dessin du Dioxygène :

Nous allons nous arrêter sur le “volume” de l’effet de marée produit entre les deux atomes d’oxygène.

C’est quasi incroyable, mais la technologie scientifique est tellement avancée, qu’elle est parvenue à mesurer la longueur du rayon de cet « effet de marée ». Par exemple, pour la liaison covalente de deux atomes d’Hydrogène, ce rayon est de 37 Picomètres.

Ce qui est étonnant c’est que pour un atome « plus lourd », même si le « champ gravitationel » est « plus grand », le rayon  de la liaison covalente est « plus court ».

Effectivement, si nous comparons une liaison de deux atomes d’Hydrogène à celle de deux atomes d’Hélium, on obtient :

Évidemment les diamètres sont deux fois plus longs que les rayons.

Alors, comment expliquer cette diminution du diamètre de liaison covalente pour les atomes « plus gros »?

Cela peut, peut-être, commencer à vous agacer que je le répète aussi souvent, mais l’explication est aussi simple que toutes les autres explications déjà fournies dans mes articles précédents.

Regardez bien ce dessin, qui représente les déformations impliquées pour chacun de ces atomes; il vous dira « tout » sans que j’aie à pavoiser:

On voit très bien que l’étendue du « champ gravitationnel » est plus grande chez l’Hélium-4; et si vous tournez le noyau d’Hélium-4, présenté ici, de 90 degrés, le résultat est exactement le même angle « plus aigu » et plus « étendu » que celui de l’Hydrogène. J’ai vérifié.

Évidemment, il me fait plaisir de vous faire remarquer que ce dernier dessin confirme, sans l’ombre d’un doute, que « l’effet gravitationnel » (la gravitation) est définitivement « opérationnel » au niveau du noyau atomique; contrairement à ce qui est affirmé par les héritiers de « forces magiques » newtoniennes. Ce qui n’enlève pas le « génie » de Newton, il va sans dire.

Il ne reste qu’à prendre conscience du fait que les « déformations » d’Einstein (un autre génie) au sujet de « l’Espace-Temps », se retrouvent exclusivement, au niveau « temporel » plutôt qu’au niveau « Espace ». Ses besoins « mathématiques » lui ont fait accepter le « Temps » sans vraiment le différencier de « l’Espace », autrement qu’en lui donnant une « dimension » mathématiques (4e).

 

La réalité est que le temps est un « flot d’énergie cinétique unidimensionnel ». Ce fot d’énergie produit un « mouvement » dont la vitesse « normale » est la vitesse de la lumière.

Ce qui explique que l’Espace est « plat », où qu’il se trouve; et sa densité énergétique est constamment « uniformisée » (équilibrée) à chacun des « moments insaisissables » qui s’écoulent.

Par contre, chacun des moments spécifiques, que l’on peut déterminer dans cet « Espace-plat », possède une densité énergétique différente du moment précédent, comme du moment suivant.

Et cela, tout simplement parce que cette densité énergétique se dilue constamment au fur et à mesure de l’expansion de « l’Espace ».

Notez que « l’Espace » prend de l’expansion, tandis que le Temps « s’écoule ».

Donc, si nous « prélevons » une suite de « moments » d’expansion (A-B-C-D), nous obtenons, au niveau « temporel », une différence de densité d’énergie, pendant qu’au niveau « spatial », l’énergie est équilibrée partout dans l’Espace, comme le démontre le dessin « temporel » suivant :

Ajoutons que le « moment présent » se retrouve toujours au centre de tous les « moments passés ».

Et c’est exactement la position de tous les observateurs, de tous les « moments présents »; qu’ils soient d’aujourd’hui, aussi bien que du « passé ».

Je me demande si je ne vous ai pas déjà expliqué tout cela.

Je vérifie et vous reviens dans le prochain article.

P.S.

Pour ceux qui douteraient encore, que les « probabilités électroniques » (électrons) s’installent bien sur les lignes horaires « gravitationnelles », voici un complément d’information :

Dans un atome, l’électron n’est pas localisé. Les régions de l’espace autour du noyau de l’atome, où cet électron a une forte probabilité de se trouver s’appelle l’orbitale atomique.

Voici, maintenant, ce qui tend à confirmer que les « probabilités électroniques » (électrons) s’installent sur les lignes horaires « gravitationnelles ».

Le dessin suivant représente les « orbitales » atomiques P de tous les atomes.

Et le même principe continue de se faire valoir au niveau moléculaire.

Amicalement

André Lefebvre

 

Auteur de:

L’Histoire… de l’univers

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 1:  La Science Secrète)

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 2: Le Mystère Sumérien

Le tout dernier livre, paru en novembre 2016 (version gratuite):

Histoire de ma nation

Tous mes livres sont offerts GRATUITEMENT chez:

http://manuscritdepot.com/a.andre-lefebvre.7.htm#menu

 

Articles précédents:

L’Espace-Temps

L’Espace-Temps 2

Espace-temps 3

Espace-Temps 4

Espace-Temps 5

Espace-Temps 6

Espace-Temps 7

Espace-Temps 8

Espace-Temps 9

Espace-Temps 10

Espace-Temps 11

Espace-Temps 12

Espace-Temps 13

Commentaires

commentaires

A propos de Andre lefebvre

avatar

Check Also

Inondations dans l’Aude

Inondations dans l’Aude : les vrais responsables du drame…   Les fortes pluies qui se ...