Accueil / A C T U A L I T É / Eric Brunet et « le retour du bâtard »

Eric Brunet et « le retour du bâtard »

Mais où est la pluralité sur ce site ! J’ai beau chercher je n’y trouve jamais aucun article à la gloire de Sarkozy et ça m’étonne un peu. Mais personne n’est infaillible, j’en ai peut-être raté Un, n’hésitez pas le cas échéant à me signaler cette inexcusable faute d’inattention. Mais à l’inverse, combien de pages hostiles à ce pauvre homme. « c’est vraiment trop injuste » aurait dit le bâtard Calimero. J’ai donc décidé, sans doute l’esprit perturbé par une cigarette électronique mal réglée, de réparer cette absence d’honnêteté intellectuelle flagrante. Pour m’aider dans ma périlleuse mission, j’ai utilisé sans lui en demander l’autorisation, la participation du célèbre journaliste Eric Brunet, dont le talent qui n’est plus à démontrer s’étale sur « Valeurs actuelles » et BFMTV.

yzgeneration.com

Pour commencer, tordre le cou à tous ces sondages fumeux qui ne veulent absolument rien dire plus de deux ans avant l’élection présidentielle. D’abord les sondés qui ne connaissent absolument rien à la politique et qui en plus ne participent que pour empocher les points cadeaux et sont surtout intéressés par les gains, donc pas crédibles. Un simple exemple est d’ailleurs très révélateur. En effet comment imaginer un seul instant que les Français pourraient placer Marine Le Pen au deuxième tour de l’élection la plus importante de notre démocratie. Moi je les connais bien mes concitoyens ; et je sais qu’ils ne feraient jamais ça. Voilà bien la preuve irréfutable que les études d’opinion, c’est du bidon. Alors lorsque plusieurs Instituts annoncent qu’ Alain Juppé gagnerait la primaire de droite devant Sarkozy, c’est tout simplement faux. Et entre nous, sans doute un complot politique orchestré par l’ignoble François Hollande. Souvenez-vous de Bernard Tapie qui disait que les sondages n’étaient qu’un passager mouvement d’humeur du peuple ; et lui vous pouvez le croire les yeux fermés, c’est un vrai spécialiste en politique.

Eric Brunet est un autre expert politologue ; j’aime bien le mot politologue, obtenir cette référence n’est probablement pas donné à Monsieur tout le monde, il faut au moins passer à la télé une fois. Et Brunet qui de temps en temps balance un article incendiaire sur Valeurs actuelles contre notre cher Président de la République, passe aussi très souvent sur BFMTV où il débat fréquemment avec les autres journalistes de la chaîne d’info en continu. Si Laurent Neumann, le licencié de Marianne, est la voix de gauche de service, Eric Brunet joue le rôle de l’opposition de droite pour établir un certain équilibre d’opinions sur le plateau. Vous ne voudriez tout de même pas que la première télé d’information de France soit considérée comme gauchisante.

Et franchement, Brunet a vraiment beaucoup de mérite, car si sur la photo de famille de l’actuelle UMP vous pouviez effacer tous les ennemis de Sarkozy, il ne resterait plus guère à ses côtés que Carla Bruni et le photographe du Figaro.

Enfin heureusement, Eric Brunet est là, et son dernier article n’est rien d’autre qu’une véritable déclaration d’amour pour son idole. Un chef d’oeuvre d’objectivité et de réalisme où rien ne manque. Il était plus que temps de rétablir la vérité sur la vraie personnalité de Sarkozy dans un article intitulé, « Le retour du bâtard », qu’on pourrait comparer au vilain petit canard, accusé injustement de tous les maux.

Que dit-il dans son texte d’une impartialité totale

Je me sens proche de ce gamin un peu perdu, qui vivait dans les beaux quartiers, sans fortune, sans relations, sans aisance.

J’aime ce président hybride, un peu juif, un peu hongrois, un peu grec et finalement très français. J’aime ce bâtard de la République, qui s’est marié en troisièmes noces avec une Italienne, après avoir épousé une Espagnole.

Car depuis quelques jours, la grande liturgie anti-Sarko est de retour. Socialistes, journalistes et magistrats renouent avec la “résistance attitude”. Ils savent que la lutte contre le tyran Sarkozy peut leur offrir un peu de gloire.

Je connais votre sensibilité et je vous imagine facilement la larme à l’oeil après lecture de ces petits extraits pourtant très insuffisants pour apprécier complètement le message d’Eric Brunet. Le Paul Verlaine du journalisme a peut-être raté sa vocation de poète, « Les sanglots longs des violons… »

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le kidnapping du Phocea (2) : l’installation au Vanuatu, le trafic de passeports

Avant de parler à nouveau du gigantesque voilier, nous voici à parler… vaches.  Derrière celui ...