Accueil / T Y P E S / Chroniques / Entre tradition et modernit

Entre tradition et modernit

JayCee Beyale

Je suis un artiste navajo (Nouveau-Mexique). J?ai grandi dans une petite ville, ?Farmington. Je r?side depuis deux ans ? Colorado Springs (Colorado). Mon identit? et mes ant?c?dents ont toujours ?t? pr?sents dans mon travail, car je suis fier de qui je suis et d?o? je viens. Mon lien ? la culture autochtone est fortement influenc? par mon implication dans les arts.

Entrevue de?Flora Lassalle. Dossiers?Autochtone,?Artistes,?Culture

Qu?est-ce que te relie ? la culture autochtone?

jaycee-beyale-artiste-autochtone-art-indien-navajoMon grand-p?re paternel ?tait un m?decin-chaman qui a consacr? sa vie ? aider les autres. ? l?aide de chants et de peintures de sable, il gu?rissait et r?tablissait l??quilibre de ses patients. Mon grand-p?re fait partie int?grante de qui je suis et d?o? je viens. C?est bon pour moi de rester en contact avec mon pass? et de partager mon talent avec les autres de la m?me mani?re. Le fait d?avoir v?cu loin de la maison (la r?serve) m?a donn? l?occasion de partager ma culture avec les non-autochtones et de les aider. De cette fa?on, je suis rattach? ?? la culture autochtone au quotidien, que ce soit dans le partage avec les autres ou dans l?expression de cette culture ? travers mon travail.

J?implique tout mon ?tre dans chacune de mes ?uvres, c?est ce qui me garde connect? ? ma culture autochtone. ?a se ressent dans la majorit? de mes ?uvres. C?est un peu ma signature. Il est difficile d?ignorer cette connexion dans mon travail parce que pour moi, elle est tr?s puissante et spirituelle. Quand je peins, je me sens bien. Je cr?e avec gr?ce et gratitude. Je suis tr?s chanceux de poss?der des talents que je peux mettre au service de ma passion. Je ne cr?e pas par ?amour des arts?, mais pour ma survie, j?ai ?a dans le sang. Ce facteur englobe tout ce que je r?alise. Nous les Autochtones, nous avons utilis? la nature pour nous aider ? maintenir l?existence. Je reproduis cela dans mes ?uvres.

Comment as-tu d?couvert l?art urbain?

art autochtone artiste am?rindien culture navajoJ?ai d?couvert l?art urbain et le graffiti gr?ce ? mon fr?re a?n?. Il revenait ? la maison et pratiquait des?tags?qu?il apprenait avec ses amis mexicains (Cholo). Nous avons ?t? ?lev?s dans une ville frontali?re pas trop loin de la r?serve. Nous avons grandi entour?s de plusieurs ethnies. Quand il a commenc? ? s?entra?ner avec ses amis?Cholo, il a cr?? des alphabets inspir?s par les gangs de rue. Ce que nous avions ? l??poque au Nouveau-Mexique ?tait tr?s similaire ? ce que les gangs faisaient sur la C?te-Ouest des ?tats-Unis.

J?ai trouv? ses dessins tr?s beaux. J?ai commenc? ? les regarder r?guli?rement, jusqu?? lui demander de me cr?er un alphabet. Avec ce qu?il m?a donn?, j?ai commenc? ? copier et ? d?velopper mon propre style de lettres. Lorsque nous allions visiter la famille dans des villes comme Albuquerque, Nouveau-Mexique et Phoenix, en Arizona, je regardais les graffitis et les peintures sur les murs. Je savais qu?il y en aurait toujours des nouveaux et je passais mon temps ? les chercher, ? les observer.

Sans avoir fait de graffitis, ma s?ur ?crivait d?j? en lettres en forme de bulle sur ses manuels scolaires et dans des courriers pour ses amis. Elle avait un esprit super cr?atif. Elle a d?velopp? un style qui me plaisait que je me suis appropri?.

Apr?s que mes fr?res m?aient introduit aux bases du graffiti, j?ai commenc? ? dessiner beaucoup plus et ? ajouter mes propres touches ? ce que l?on m?avait montr?. Je n?ai pas vraiment commenc? ? peindre sur les murs jusqu?? mon arriv?e au lyc?e, ? la fin des ann?es quatre-vingt-dix. Avant cela, je travaillais sur du papier. Parce que je vivais dans une petite ville et que j?apprenais diff?rentes formes d?art tout seul, il m?a fallu du temps avant d?acqu?rir les bons outils et r?ussir ? produire de bonnes ?uvres.

Je devais aller jusqu?? Albuquerque (? trois heures de route de chez moi) pour acheter des cannettes et rencontrer des artistes susceptibles de m?apprendre certaines techniques. Je m?exer?ais alors dans une r?serve, car c??tait beaucoup plus s?r qu?en ville. J?avais d?j? tellement de probl?mes que je ne voulais pas me faire harceler par mes parents pour ?a.

L?ann?e derni?re (2012), mes toutes premi?res ?uvres r?alis?es dans la r?serve ont ?t? effac?es. ?a m?a un peu d?courag? parce que je pensais qu?elles resteraient l? beaucoup plus longtemps.

Quel est ton parcours artistique?

art autochtone artiste am?rindien jaycee beyale culture navajoLorsque j?ai obtenu mon dipl?me d??tudes secondaires, je n?avais aucune id?e de ce que j?allais faire de ma vie! Un ami de la famille m?a aid? ? m?inscrire au coll?ge, j?ai ?t? tr?s chanceux d?avoir pu le faire.

? cette ?poque, personne dans ma famille n?avait fr?quent? une universit?, ni m?me obtenu le dipl?me coll?gial. Lorsque je suis rentr? ? l?Universit? du Nouveau-Mexique ? Albuquerque, j?ai commenc? ? r?aliser que j??tais unique, non seulement ? cause de mes capacit?s artistiques, mais aussi parce que j??tais Am?rindien.

En grandissant, j?ai appris beaucoup de choses sur les autres tribus et leurs chefs, en lisant des livres et en faisant attention ? ce qu?il se passait autour de moi. Quand je suis entr? au coll?ge, ma soif de connaissances s?est intensifi?e!

J?ai pris quelques cours ? travers le programme d??tudes am?ricaines autochtones, j?ai particip? ? une organisation ?tudiante autochtone et me suis entour?e d?autres personnes autochtones de diff?rentes tribus. Elles sont devenues ma nouvelle famille, elles m?ont beaucoup appris sur moi-m?me et m?ont encourag? ? exploiter mon talent et ? l?utiliser comme un outil pour am?liorer notre avenir. Albuquerque n?est pas une tr?s grande ville, mais moi, ? cause de mes origines, je la trouvais immense! De plus, en vivant dans une ville, j?avais la chance de profiter de l??lectricit? et de tous les ?quipements modernes;? j?ai voulu combiner cela avec la culture autochtone traditionnelle et ses coutumes.

Aujourd?hui, j?en suis encore ? essayer de trouver une voix pour parler de ?a avec mon art. C?est de l? que proviennent toutes les couleurs voyantes et les mouvements exprim?s dans mon travail.

Ma sp?cificit? r?side bien s?r dans le fait que je?graff, mais aussi dans l?utilisation d?ordinateurs pour g?n?rer de?l?art et dans mon statut d?Am?rindien dans l?univers technologique qu?est le monde aujourd?hui.

Le graffiti se vit souvent en?crew?(en groupe). L?as-tu d?j? exp?riment??

Je n?ai jamais ?t? vraiment attir? par un?crew. Quand j??tais enfant ? l??cole secondaire, j?ai ?chang? des dessins et des croquis avec des amis. Nous ?tions une sorte de?crew?? l??poque, mais ?a n?a pas dur? longtemps. Aujourd?hui, j?ai ?t? invit? ? faire partie de diff?rents?crews, mais je pr?f?re juste continuer ? faire ce que j?ai besoin de faire et de cr?er. J?ai toujours peint c?est ce que j?aime le plus. Je pense qu?il y a des avantages ? faire partie d?un?crew, peut-?tre qu?un jour j?en rejoindrai un. Mais pour le moment, je peins et me bats pour les peuples autochtones!

Ton travail m?lange culture autochtone et modernit?, qu?en pense les peuples autochtones et les graffiteurs?

art am?rindien culture navajo autochtone artiste indienDe ce que j?ai vu et v?cu, je pense que la plupart des Autochtones commencent petit ? petit ? appr?cier mon travail. Ce qu?ils pr?f?rent, ce sont bien s?r mes ?uvres les plus traditionnelles comme mes aquarelles. Ils aiment ce style! Il s?agit de mon travail le plus facile ? approcher et ? comprendre en raison de la forte pr?sence des Am?rindiens et des caract?ristiques tr?s subtiles du graffiti que l?on retrouve dans la couleur al?atoire des nuages, des ?claboussures et des gouttes.

Les couleurs plus audacieuses et la sym?trie des mouvements dans mes derni?res pi?ces prendront certainement plus de temps ? ?tre accept?es. C?est un regard nouveau auquel ils ne sont pas habitu?s. Mais je ne suis pas trop inquiet ? ce sujet. C?est quelque chose que je veux affiner et d?velopper pour l?exprimer avec une voix plus claire. Je suis actuellement en train de passer de la peinture aquarelle ? la peinture ? l?huile pour une approche plus technique, avec une palette plus riche.

Les graffiteurs quant ? eux aiment ce que je fais! C?est dr?le parce que j?ai ?t? connu sous l??tiquette de l?artiste qui a ?tudi? les beaux-arts alors que j?ai grandi en dessinant et en faisant des graffitis. Ce fut la seule raison pour laquelle j?ai continu? ? ?tudier et ? explorer plus de styles et de m?diums.

Ce fut une surprise pour la plupart des graffiteurs quand ils ont r?alis? que je pouvais peindre avec des cannettes comme je le faisais avec des pinceaux! Ils aiment le style autochtone du Sud-Ouest, donc lorsqu?ils le remarquent dans mon?graff, ?a les rend vraiment enthousiastes!

Que veux-tu transmettre par tes ?uvres?

Avec le travail que je fais parvenir, je veux que les gens sachent que le graffiti et l?art urbain sont seulement une partie de ce que je suis. J?aime l?art et je tente toujours de renouveler les m?diums pour m?exprimer.

Bien s?r, tout ce que je r?alise d?coule de mon pass? et de ma culture parce que je veux que les gens prennent conscience que nous, les peuples autochtones, nous sommes toujours l? et que nous pouvons nous exprimer dans un style contemporain. Bien que mes ?uvres puissent para?tre jolies et transmettre la beaut?, il est important de garder en t?te que je suis autochtone et que les peuples que je repr?sente sont encore pris entre les griffes de la colonisation et de la modernit?. M?me si cela est difficilement acceptable et qu?on ait encore ? se battre, on s?adapte et on avance, comme tout le monde. Les va-et-vient entre les beaux-arts et l?art urbain que l?on retrouve au sein de mon travail sont le symbole de tout cela. C?est ma fa?on comme artiste d?aider les gens ? gu?rir de leurs maux.

Visiter la galerie de?JayCee Beyale. JayCee Beyale fera aussi parti du calendrier 2014 du Caf? Graffiti.

Autres textes sur?Autochtone

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Il y a cinquante ans, le premier pas sur la Lune (1)

Avec cette série d’articles (1), jusqu’au 21 juillet, date fatidique, je vous propose de revenir ...