Accueil / T Y P E S / Articles / Enfants-soldats d’ici et d’ailleurs

Enfants-soldats d’ici et d’ailleurs

« La bataille n’en finissait pas. On nous a dit de tuer les gens en les for?ant ? rester chez eux pendant que nous mettions le feu ? leur maison. On a m?me d? enterrer des gens vivants. Un jour, un ami et moi avons ?t? forc?s par notre commandant de tuer une famille, de d?couper leurs cadavres et de les manger. Apr?s la bataille, j’ai d?cid? de m’enfuir et j’ai couru dans la for?t. Mais ? Freetown des soldats m’ont d?couvert, m’ont ramen? dans le campement. Ils m’ont emprisonn? et m’ont battu tous les jours. » Fokey, ancien enfant-soldat du Sierra L?one.

J’aimerais ? travers cet article vous faire prendre conscience de cette trag?die humaine qu’est la situation d’un enfant-soldat. Il y a aujourd’hui plus de 500 000 Fokey dans le monde. Mais je voudrais surtout vous faire prendre conscience de la possibilit? de changer les choses et me r?f?rerai pour cela au t?moignage d’Ishma?l Beah, ancien enfant-soldat Sierra L?onais que j’ai rencontr? avec l’association Univerbal.

Ishma?l Beah, en Ao?t 2000 : « La plupart d’entre nous traversent des ?tapes difficiles et certaines de ces p?riodes transforment nos vies et nous ?clairent.
Pour ma part, les effets d?vastateurs de la guerre civile et les d?chirures familiales ont eu pour cons?quence de m’apprendre ? appr?cier la vie et dans une certaine mesure, ? l’appr?hender de mani?re positive.

Je suis n? en Afrique de l’Ouest, au Sierra Leone en 1980. Au cours de ma tendre enfance, mon pays ?tait en paix et je menais une vie satisfaisante, pleine d’amour, d’amiti? et de joie. Entre mes 9 et 11ans, tout changea : la guerre civile commen?a, mon p?re et ma m?re se s?par?rent. ? mes 13ans, la guerre civile qui avait d?j? ?clat? depuis plusieurs ann?es arriva dans mon village et bouleversa mon existence. Durant cette p?riode chaotique, je perdis ma famille et du errer seul. Je ne voulais aller nulle part, je n’avais aucun but, j’?tais seulement d?termin? ? trouver un endroit sur. Apr?s des mois de voyages, dormant dans le bush*, buvant, mangeant ce que la nature m’offrait, j’atteignis un village occup? par les forces militaires sierra l?onaises.
Avec les militaires qui me fournissaient de la nourriture et un endroit o? dormir, ce fut premi?re fois que j’eu ce sentiment de s?curit? que je cherchais tant. Peu ? peu je me rapprochais des soldats, reconnaissants, sensible vis-?-vis de ces gestes, que j’interpr?tais comme des actes de g?n?rosit?. Mais l’horreur, que j’avais fui, m’attendait au tournant.
Apr?s ?tre rest? des mois avec les soldats, les rebelles commenc?rent ? attaquer. L’arm?e battait en retraite jour apr?s jours. Une grande partie du contingent fut tu?e durant les affrontements. Les rebelles finirent par encercler le village. Par cons?quent, l’arm?e eut besoin d’hommes pour accro?tre le nombre de soldats. Tous les gar?ons du village furent r?quisitionn?s pour rejoindre le contingent. D?s lors, il n’y avait pas d’issues. Si je d?cidais de quitter le village, j’aurais ?t? tu? par les rebelles qui m’auraient pris pour un espion. D’un autre cot?, si je restais dans le village et refusais de rejoindre l’arm?e, j’aurais certainement ?t? banni et laiss? sans vivres, ce qui signifiait l? aussi la mort.

Enr?l?, je fus bri?vement entra?n? ? l’art de la guerre et devins sans le vouloir un enfant-soldat.
Je n’oublierai jamais ce que je ressentis lorsque je me suis retrouv? sur le champ de bataille pour la premi?re fois.

Au d?but je ne pouvais pas appuyer sur la d?tente. Puis, soudain pris dans une embuscade, couch?, paralys?, je regardais les enfants de mon ?ge se faire tirer dessus et mourir. La vue du sang et le cri de douleur des ?tres humains d?clencha quelque chose, je ne comprenais pas ce qui m’arrivait, je perdais le sens de la compassion pour autrui. Je perdais mon vrai moi. Je perdais l’estime de moi, la notion de moi-m?me, l’impression d’exister.

Ayant franchi cette ?tape, je n’?tais plus un enfant normal. J’?tais traumatis?, un enfant litt?ralement inconscient du danger et du chemin sinueux que sa vie prenait.En fait, la plupart des ?v?nements horribles que j’ai travers?s durant cette p?riode ne m’ont pas affect?s, il a fallu attendre que je sois d?mobilis? et mis dans un centre th?rapeutique socio-psychoanalytique pour que je ressente ? nouveau quelque chose. J’ai ?t? lib?r? gr?ce ? un effort de l’UNICEF et suis rentr? dans un centre de r?habilitation pour anciens enfants-soldats.

Dans la maison psycho-sociale, j’ai commenc? ? ?tre confront? au traumatisme d’autres enfants. J’ai eu des nuits sans sommeil. Toutes les nuits je me souvenais des derniers jours de mon enfance, les jours o? elle m’a ?t? arrach?e. Je pensais que je n’avais aucune raison de rester en vie, ?tant le seul survivant de ma famille. Je ne ressentais aucune paix int?rieure. Mon ?me ?tait corrompue et j’?tais perdu dans mes propres pens?es me bl?mant moi-m?me, me reprochant ce qui m’?tait arriv?. Le seul moment o? je me r?conciliai avec mon ?tre c’est lorsque je me mis ? ?crire des chansons sur les bons moments pr?c?dant la guerre.? travers ces ?cris, mais aussi gr?ce ? l’aide du personnel de mon centre th?rapeutique socio-psychoanalytique, je r?ussis ? surmonter mon traumatisme. J’ai une fois de plus red?couvert mon enfance, une enfance qui ?tait presque perdue. Je r?alise aujourd’hui que j’ai eu une vraie d?termination pour survivre. Mes chansons m’ont aussi donn? espoir. Mais 50% des enfants-soldats ne surmontent pas leurs traumatismes.

Heureusement, j’ai ?t? remis en relation avec mon oncle et j’ai pu retourner ? l’?cole ? Freetown, la capitale du Sierra Leone. A ce moment-l? de ma vie, j’ai nourri la capacit? d’appr?cier tout ce qui ?tait autour de moi, m’entourait, et je me suis seulement int?ress? au c?t? positif de chaque situation. J’en suis venu ? la conclusion que j’ai surv?cu ? la guerre pour une raison. Cette raison est de combattre pour la paix et pour que cette trag?die qui m’est arriv? ne continue pas ? prendre les vies d’autres enfants de mon pays et d’ailleurs.

En 1996, j’ai ?t? choisi pour repr?senter la jeunesse de mon pays dans la conf?rence « Young Voices » aux Nations Unies. Je suis rentr? chez moi apr?s la conf?rence et j’ai commenc? ? travailler avec les jeunes de mon pays. D’abord j’ai essay? de les ?clairer ? propos de leurs droits, ensuite, j’ai press? le gouvernement afin d’?tre s?r que l’opinion de jeunes serait prise en compte ? propos des d?cisions qui les concernent. Mais la campagne ne dura pas car la guerre civile ?clata ? nouveau dans la ville. Toutes les institutions ?ducatives, politiques, gouvernementales durent s’arr?ter de fonctionner.Il devenait dangereux pour les personnes anti-guerre, comme moi, de continuer ? vivre dans cette ville.

Gr?ce ? Laura Simms, que j’ai rencontr? ? la conf?rence, j’ai pu quitter mon pays. Elle m’amena aux Etats-Unis pour me donner une meilleure ?ducation. Je vis actuellement ? New York avec elle et je la consid?re comme ma nouvelle m?re.

Une des le?ons que j’ai tir? des tragiques ?v?nements de ma vie tient en une simple maxime de mon pays : le seul fait qu’il y a de la vie peut permettre d’ esp?rer pour le futur. Je pense que tout ?tre humain devrait en ?tre conscient et ainsi r?aliser qu’il peut changer les choses. Je suis intimement persuad? que tous les ?tres humains sont des ?tres positifs et sont capables de penser positivement. C’est juste que la vie nous fait prendre des chemins diff?rents. Tout le monde peut arriver ? cette conclusion pleine d’espoir.

Si nous abordons le futur avec positivit?, nos actions pour le futur seront positives. Tout le monde peut ajouter sa pierre ? l’?difice.On n’a pas ? ?tre riche ou connu pour le faire. Si une personne peu changer sa fa?on d’?tre avec les autres, peu importe qui ils sont et d’o? ils viennent, c’est d?j? une forme importante de progr?s. C’est, il me semble, un des principal probl?me de ce dernier si?cle : l’incapacit? des individus ? vivre ensemble. »

Ce texte m’a paru la meilleure fa?on d’illustrer l’ad?quation du projet que je tente de promouvoir et de d?fendre au travers d’Internet et la r?alit? de la souffrance de ces enfants. Est-il vraiment n?cessaire de rappeler que la mobilisation d’enfants de moins de 15ans est ill?gale au niveau du droit international depuis 1945 et que les signataires des accords de Lusaka en 2000 s’engagent ? ne pas enr?ler des personnes ?g?es de moins de 18ans ? Je ne crois pas que le juridique eut ?t? le point le plus perspicace. Le fait est qu’aujourd’hui ces enfants d?mobilis?s an?antis psychologiquement ont besoin de soutien, donc de moyen et donc visibilit?. Ishma?l, que j’ai rencontr? le 12 f?vrier au sortir d’une conf?rence ? laquelle nous n’avons pu assister est une exception mais il est l’exemple que les efforts des associations de terrains qui tente de renouer le contact avec les familles, de socialiser, de professionnaliser et de soigner ces enfants peuvent ?tre efficaces. Aujourd’hui nous avons produit un album : « Enfants-soldats d’ici et d’ailleurs » dont 80 % des recettes per?ues sur chaque disque seront directement revers?es au projet GRAM-Kivu : Groupe de Recherches et d’Actions contre la marginalisation au Kivu qui lutte pour r?ins?rer des ex enfants-soldats dans la ville de Bukavu en R?publique D?mocratique du Congo. Ce travail de longue haleine peut v?ritablement faire ?voluer la situation de ces enfants et avoir un vrai ?cho en occident. J’avais d?j? parl? de ce projet ? MicmacO7, dessinateur sur Agoravox, qui avait pubi? un dessin juste et tranchant sur ce sujet. Je vous invite donc ? vous rendre sur le blog consacr? ? l’album , dont la date de sortie est pr?vue au printemps, afin d’?mettre vos messages de soutien et pourquoi pas nous contacter pour proposer votre aide dans les diff?rents ?v?nements ? venir qui pr?c?deront et suivront la sortie de l’ombre des « Enfants-soldats d’ici et d’ailleurs ».

Tutur

Le clip de l’album :

Liens :

http://www.enfants-soldats.blogspot.com

http://www.wagingpeace.org/articles/2000/08/00_beah_good-bad.htm
http://www.unicef.fr/accueil/sur-le-terrain/pays/afrique-de-l-ouest-et-centrale/sierra-leone/var/lang/FR/rub/315/method/print/articles/4457.html
http://www.univerbal.net/
http://www.gramkivu.org/
http://www.centpapiers.com/spip.php ?article1012#forum2407
http://fr.news.yahoo.com/04022007/5/quinze-soldats-britanniques-de-moins-de-15-ans-envoyes-en.html
http://blogdetutur.com

Gif anim? ? mettre sur votre blog : merci 😉

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

MH370 (41) : l’armée privée de l’émir

Les Emirats sont de la partie dans le trafic d’armes, comme on a pu le ...

7 Commentaire

  1. avatar

    Un drame terrible, relaté avec beaucoup de tact. Intéressant et instructif.

    Merci

    Pïerre R.

  2. avatar

    Merci à vous de votre intérêt Pierre. On m’a conseillé un livre sur ce thème que je vous recommande par la meme occasion : « Allah n’est pas obligé », je n’ai pas le nom de l’auteur en tête.

    Bien à vous

  3. avatar
    messou kouakou henry

    j’ais perdus mes parents dans la guerre . mon pere a ete abattu par les rebelle au service
    ma mere quant a elle a ete abattu a la maison a ma presence mon frere et moi nous avons pris la fuite. apres avoire nous rendre a la capital a abidjan informer les autres soldats du meme service que mon pere . les ennemis decide de m’eliminer parceque je les ai retenu a l’oeil.
    il mon appeler sur mon portable qu’ils ne me feront pas cadeau s’ils m’epingle acttuellement je ne sait pas ou mettre la tete je n’arrive pas a sortir de mon quartier . ma vie est menacer.
    notre gouvernement ne veux rien faire pour moi et mon frere. j’ais decide de lancer se message
    dans le monde entier pour avoire une personne de bonne foie qui pourra m’aider a quitter le sol ivoirien . je demande toute personne qui recevra se message de le transmettre a une autre personne dans le cas ou sa ne l’interesse pas .aide moi svp car ma vie est menacer.

    merci.

  4. avatar

    Effectivement c’est important de ne pas dire n’importe quoi sur ce sujet. Nous essayons de participer à des projets collectifs de traitement du problème sur place avec des contacts fiables qui sont sur le terrain (projet Gram Kivu en RDC).
    Bon courage à tous, mais ne discréditez pas notre combat SVP, pour l’instant nous recherchons un label et finalisons la prod, un concert est prévu à Montreuil, infos sur le blog : http://enfants-soldats.blogspot.com
    Merci de votre intéret et de de votre soutien, bon courage aussi, car la vie est dure partout 🙂

  5. avatar

    Merci pour ce texte, im m’a apprit beaucoup de choses.
    J’ai vu il n’y a pas longtemps le film  » Blood Diamond ». Une réalisation absolument touchante qui relate les faits réels. Cela m’a fait prendre conscience de l’horreur dans laquelle peuvent vivre la plupart des enfants d’Afrique. Je me trouve idiote de ne penser à eux qu’après avoir vu un film, mais à présent je compte faire mon possible pour faire bouger les choses.
    En tout cas, merci pour tout ce que vous faites, pour ces témoignages tristes mais vrais qui nous font prendre conscience de l’horrible réalité, et bonne continuation.

  6. avatar

    Merci vraiment pour votre soutien l’album sortira exactement :

    le 12 FEVRIER 2008

    Nous cherchons actuellement des sponsors pour faire fabriquer le disque.

    Le combat continue.

    http://www.enfants-soldats.com

    a.michaux@univerbal.net

  7. avatar

    Très bien je ferai mon possible pour l’acheter.
    Seuleument, cet album sortira dans tous les bacs de France, ou seuleument dans des magasins spéciaux ?
    Merci de votre réponse =)