Accueil / A C T U A L I T É / Encore un effort, Gunther (c) !

Encore un effort, Gunther (c) !

Les bases allemandes en Arctique ignorées de l’ami Gunther recèlent pourtant plein d’informations suprenantes, à défaut de dissimuler des « secrets » qui n’en sont pas. Leur assistance aérienne, par exemple, ou leurs déboires, comme cette intoxication par absorption de viande d’ours blanc infecté par des vers. Ou le fait que les bases étaient camouflées ou déguisés en bases canadiennes ou américaines, ou bien qu’elles avaient été minées.  Le déminage de celle de Schatzgräber restant un phénomène plus qu’intéressant, comme on va le voir aujourd’hui. Mais au final, pas de bunker, aucune trace de béton sur place, même si des écrivaillons ont tenu à tout prix à raconter tout autre chose…

 

fw200-condorL’oberleutnant Stahnke, cité dans l’épisode précédent, on le retrouve justement au sujet de la station du jour, la fameuse « Schatzgräber« . Pour soigner les météorologues malades, l’aviation allemande avait en effet choisi d’envoyer un chirurgien, le Dr. Wendt, venu de l’hôpital de la Marine de Tromsø, qui devait être parachuté par un quadrimoteur « Condor » (identifié F8 + RL) du KG 40, qui avait déjà fait des vols de parachutage d’approvisionnement pour la même station, avec comme pilote Stahnke, justement. Wendt n’étant visiblement pas formé au parachutisme, Stahnke avait décidé de se poser plutôt que de le larguer. Mal lui en avait pris, puisque solembv-2trondnachkrn Condor avait ce jour-là abîmé son train d’atterrissage et perdu une roue en tentant de se poser sur Alexandra. C’est un autre avion, un énorme BV 222 hexamoteur (identifié X4 + BH) venu de Biscarosse en France via Banak, qui avait apporté et parachuté (c’est un hydravion en effet) la pièce de rechange pour pouvoir redécoller (l’hydravion géant est ici vu à Trondheim, après sa capture par les anglais). Sur place, le docteur Wendt s’était opposé au médecin de la station, u-601-bearle docteur Drees, qui ne semblait pas avoir venu ni juguler l’épidémie de trichinose qui avait rongé toute l’équipe ! Là encore, Gunther aurait donc mieux fait de ne pas raconter n’importe quoi : la maladie qui a touché tout le groupe de la base Schatzgräber est bien connue et non « mystérieuse ». C’est l’alimentation sur place qui est en cause : les soldats ont tout simplement mangé de la viande d’ours polaire contenant ces vers, une maladie endémique dans toute la région, encore très répandue chez des tas d’animaux en Norvège (1). Il arrivait parfois que les sous-mariniers eux-mêmes fassent un repas avec un ours blanc, comme ici à droite ceux photographiés en train d’en dépecer un à même le pont d’un U-boot, en septembre 1943, après avoir posé devant en trophée. L’ours avait eu la malencontreuse idée d’aller se reposer sur l’U-boot !
cabine-all

La base évacuée (ici un de ses batîments en bois, il n’y a jamais eu de bunker à cet endroit !)  il restait un hic : le champ de mines de la station météo n’avait pas été désactivé, et lorsque les survivants ont appris que les russes voulaient s’installer au même endroit, ils ont tenté de contacter ces derniers. Ce n’est qu’en 1990 qu’elle ont pu être sécurisées, par les russes, justement (?) grâce à un envoi de spécialistes norvégiens. Pour les retrouver, les russes s’étaient fait communiquer les vieilles cartes allemandes : l’une de ces mines est aujourd’hui exposée au Musée d’Oslo. Ce qui signifie aussi que les russes savaient pertinement où elle se trouvait cette base et ce, depuis plus de 25 ans ! C’est en fait une historienne norvégiens, Susan Barr, qui a envoyé le plan où figuraient les mines installées par Rudolf Garbaty, un des membres du groupe. deminageLes allemands disposaient alors un peu partout des mines « sauteuses » de type S, surnommée « Bouncing Betty » par les américains, qui sortaient littéralement du sol pour exploser en hauteur, et libérer ses billes mortelles, et qui faisaient de terribles ravages dans les troupes adverses. Mais le sol gelé de la base n’avait pas dû les héberger (ci-contre, un démineur allemand en Norvège fin 1945). Les russes ont en fait réutilisé 40 ans après la piste d’atterrissage fabriquée jadis pour le Condor. En 1992, pour une expédition austro-russe baptisée en mémoire de l’explorateur Franz-Josef-Terres, Julius Payer, elle a été de nouveau utilisée. La base est devenue russe en effet, et il n’y a jamais eu dessus de « bunker ».

container

Russland, Cholm, Versorgungsbombe im BaumEt quand je dis que tout a été documenté, c’est exact. Et encore, on n’a évité de parler de « bombe » (quoique, il y en a bien un qui va la faire, celle-là !), cette fois, en découvrant les engins découverts sur la plage de galets et montrés hier par les russes. C’est vrai qu’ils en ont la forme, mais ce sont de simples containers creux, appelés par les allemands « ersorgungsbombe« .container-allemand-para On en a parachuté beaucoup lors du siège de Stalingrad, où parfois ils restaient coincés suspendus dans les arbres. On en a parachuté aussi via les Condor de passage au dessus des stations météo pour les ravitailler. Sur un cliché d’une des bases une fois prises par les alliés, on peut voir l’un d’entre eux encore muni de son parachute. Des images d’archives nous montrent des résidents d’une base en train d’en ramasser un.

u387-uak

À l’automne 1944, c’est l’U-boot 387 (ci-dessus) qui avait déjà escorté le groupe «Schatzgräber», qui repart vers Alexandra-Land lors de sa 9eme patrouille, pour aller chercher les derniers équipements laissés sur place, après l’abandon de la de la station par les météorologues tombés malades, et remplacer l’équipement météo par une nouvelle station automatique de type WFL. Il quitte  Narvik le 9 octobre et effectue ensuite le voyage de Tromsö à Alexandra-Land. Mais à environ quatre-vingts miles nautiques de Cambridge Sund la banquise s’est déjà resserrée, et il décide d’abandonner la mission sur Alexandra Land de mettre en place la station automatique en Nouvelle-Zambie (« Nowaja Zemlia »), en site de remplacement. Mais là encore, de la glace fondante sur la plage empêché le débarquement des bateaux en caoutchouc, le sous-marin pourrait ne pouvant approcher le rivage de très près, les conteneurs de la station n’ont pu être débarqués. Le 24 novembre, sa 10 eme patrouille lui sera fatale : la corvette HMS Bamborough Castle l’envoie par le fond au large de Moursmank (près de la péninsule de Kola, en mer de Barents au  69°41’N 33°12’E) à coups de charges profondes. Aucun survivant (21 morts). il n’y aura pas de seconde Schatzgräber !

vestigesQu’ont donc découvert les russes, alors ? Tout sauf une base secrète d’Hitler en tout cas (mais comment peut-on titrer comme ça dans un bidule qui s’intitule « Tech Times » ?). Fort peu de choses, en tout cas, (même s’ils citent plus de 500 artefacts) et surtout aucun « bunker » : la phrase de remplissage de Gunther qui n’avait rien à dire sur le sujet en devient encore plus ridicule : « ce bunker a longtemps été un mythe mais voilà que le mythe est maintenant confirmé »… il confond tout, je vous dis, et ne vérifie rien. Les images montrées par les russes, lors de la re-découverte de leur propre base, puisqu’ils s’y étaient eux-mêmes installés plusieurs décennies après guerre, sont imparables en effet: seuls quelques vestiges de fer, rouillés, étaient restés en place, les abris de bois comme celui photographié par Popular Mechanics ont disparu, éparpillés par les vents. Quelques douilles, quelques vestiges de réservoirs d’essence, siglés Lutwaffe ... ou les restes de batteries, mais aucun bunker !!! Et le site déjà nommé d’en rajouter pourtant dans la crétinerie :  « le nom donné à cette base allemande a conduit certaines personnes à croire qu’il peut aussi avoir eu une autre mission secrète. bulletCertains spéculent que la base aurait pu être utilisée pour y déposer des reliques anciennes, que les Ahnenerbes, soupçonnés d’avoir des pouvoirs surnaturels. Ahnenerbe était un institut nazi qui a mené des recherches sur l’histoire archéologique et culturel de la race aryenne. L’institut a lancé des expéditions et a réalisé des expériences pour trouver la preuve que les populations nordiques mythologiques ont gouverné le monde. » Qu’est ce que ça vient faire ici, c’est bien là tout le problème : c’était une station météo, et rien d’autre !!! Qu’ils en restent donc à Android ou Samsung, ou vantent les vertus de Windows 10, ces ignorants complets de la seconde guerre mondiale !!! Sur Google, deux jours plus tard, c’est fichu : il n’y en a plus que pour la base secrète nazie »…. c’est le concours de celui qui va oser mettre Hilter ou pas en photo pour attirer le pékin moyen ! Ou d’écrire que « the ruins of bunkers were found« … le pompon revenant je pense à »coolinterestingstuff.com » et son article évoquant les soucoupes nazies, illustré d’un sous-marin sortant d’une base « secrète arctique » !!! En forum, il y en a même un pour venir dire que « son grand-père avait vu ça voler », et que « les techniciens étaient tous partis en Russie « . Le même site affichant ça, il est vrai… absolument désolant, absolument affligeant !!! Pénible !

imagesEn fait, tout provient, encore une fois, de sombres crétins pseudo-historiens qui ont brouillé les pistes avec leurs racontars. Le coup du « bunker » « mythique » d’Alexandra est en effet une fiction complète, celle inventée par Zecharia Sitchin, né en Palestine mais élevé en Russie,  un disciple de Erich von Däniken et d’Immanuel Velikovsky (2) Celui-là a beaucoup glosé sur les tablettes sumériennes et la « fameuse » planète Niribu, qui selon lui serait peuplée de personnes créées génétiquement à partir de chimpanzés femelles ( » E.T. mi-reptiliens, mi-humanoïdes : les Anunakis »). Oui, je sais, c’est crétin, mais hélas il y en a aussi pour le croire (ici un de ses grands admirateurs, revenu sur le tard sur son opinion) ! L’homme a sombré depuis dans le ridicule (il a pourtant été récupéré par les Raëliens sur le clonage, notamment !!!), mais on retrouve vite son texte infâme sur le « bunker d’Alexandra« , comme par exemple ici sur le site « The Earth Chronicles of Life« , qui l’a effectivement ressorti le 28 septembre dernier et que l’ami Gunther a donc vu ou survolé de travers. On y trouve un texte délirant (il est admiré par David Icke !), mais comme d’habitude portant des nom précis pour faire croire à sa réalité. C’est l’histoire comme quoi les russes auraient découvert un « tunnel » en s’installant sur la base allemande, et un document signé d’un dénommé  « V. A. Babanov » qui aurait été le commandant d’un navire russe anti-mines le  » T-116 » et qui aurait laissé le récit d’une visite d’un « bunker » sous-terrain qui aurait été « la base secrète nazie« des sous-marins allemands sur Alexandra. minesweeper_t-116_2_enlUne base complète, selon Sitchin, avec une grue et un endroit pour « recharger les batteries« , sur deux quais « pouvant contenir chacun 3 ou 4 sous-marins », avec entre eux des murs de « 8 mètres d’épaisseur ». Bien entendu, rien de toutes ces idioties n’a jamais existé. Comme je l’ai dit, le faux-historien raconteur de bobards a édifié son récit à partir de choses existantes. Le navire appelé T-116 a effectivement existé, c’est au départ un navire… américain, un dragueur de mines appelé l’USS Arcade (AM-143), de la classe Admirable, donné aux russes, qui a réussi à couler un U-Boot (l’U-362, un type VII C qui en était à sa 5eme sortie seulement), le 5 septembre 1944, en mer de Kara. Il est devenu ensuite le TB-23 et le  SM-7 dans les années 60 en Russie. Si Sitchin avait eu deux sous de jugeote, il aurait vite évité de faire naviguer au milieu de la banquise un navire en bois (comme tout dragueur de mines) !

Pour ajouter au désastre médiatique, yoalndal’article est repris intégralement par Michel Duchaîne : au Canada, vous avez pire encore que les journalistes flamands trop légers. Vous avez aussi ce phénomène là. Duchaîne ne cite évidemment pas sa source. La seule qu’il cite (souvent) c’est l’ineffable Jimmy Guieu, sa référence fondamentale. L’homme qui a écrit des romans policiers au Fleuve Noir et d’anticipation (chez Marabout) avant de se lancer dans le soucoupisme, bien plus rentable en termes de nombre de lecteurs (ah, « Yolanda, the girl from erosphere » semble aussi s’être vendu, remarquez !). guieuEn 1993, il est l’un des premiers à exhumer les Illuminatis de Bavière dans « Les gouvernants secrets 3″… le récit hilarant est audible ici. Au bout de 19 minutes on tombe sur G. Staehlin, qui nous dit que les petits gris ont une base installée sur la Lune… (et un MacDo, aussi, qui sait ?)… plus loin on tombe sur Rauni-Leena Tellervo Luukanen-Kilde, qui est présentée comme « ministre » de Laponie  par Guieu. En réalité, elle a été médecin-chef et après un accident de voiture qui semble lui avoir atteint le ciboulot elle a commencé à raconter avoir été contactée par des extraterrestres. Elle n’avait pourtant pas tamponné  le traîneau  du Père Noël. ! Il y en a d’autres, mais je vous laisse découvrir… l’irrésistible coiffure de Guieu, entretenue par un extraterrestre semble -t-il  (c’est ça, ou Photoshop ?).

En dehors de ces considérations, il reste une question : pourquoi donc les russes ont-ils ostensiblement présenté cette base comme étant inconnue à leurs yeux alors qu’ils l’ont eux-mêmes déminée de fond en comble il y a plus de 25 ans ? Une piste de réflexion se présente. L’individu cité dans l’article s’appelle Eugeniy Yermolov, c’est un chercheur du Parc National « Russian Arctic ».  C’est peut-être bien lui l’explication. Il faut savoir en effet  qu’en 2009 quandbidons-ilz le Parc a été créé, il ne contenait ni Franz Josef ni L’île Victoria et donc pas Alexandra non plus. Et, selon Wikipedia,« lorsqu’il a visité la région en 2010, Poutine l’a décrit comme une « poubelle géante ». En 2011, Franz Josef a été inclus dedans, et la Russie a investi, elle a insufflé 1500 000 0d00 000 de roubles dans un projet de nettoyage de trois ans à partir de 2012 pour éliminer plus de 100 000 tonnes de déchets qui avait été accumulées pendant l’ère soviétique (y’a du boulot en effet !). Ceux-ci incluent un quart de million de barils de produits pétroliers, un million de vieux barils et des véhicules vétustes, les installations radar et des avions, entre autres » (voir ici à quoi servent les barils rouillés !). Aussi la « découverte » prend un tout autre écho, sachant ça : serait-ce un gros appel du pied pour faire du tourisme là-bas ??? Car le Parc National tient un bien étrange discours, ici, avec une forte insistance pour y amener des touristes supplémentaires et une vision toute spéciale de la concurrence : « Seule l’île de Wrangel peut rivaliser avec nous. Svalbard a un flux touristique nettement plus grand, avec environ 15 000 touristes par an. Mais ils ne demandent aucune obligation de visa, et Svalbard est pas une zone protégée. En effet, les aires protégées occupent les deux tiers de son territoire, mais un tiers n’est pas densément peuplée, mais une région peuplée façon permanente, avec toutes les infrastructures modernes, y compris les villes, un port et un aéroport, des hôtels et toute autre chose qu’un touriste peut vouloir. putnikAutrement dit, l’infrastructure est construite non pas dans la zone protégée, mais autour de la ville, et les touristes obligés de monter à l’extérieur sur des motoneiges à Longyearbyen, pour se rendre dans les zones protégées, où l’accès est strictement réglementé. Voilà pourquoi ils ont 15 000 touristes par an, alors que nous en avons seulement 1000″… Alors qu’avec un « bunker secret nazi », à visiter, est-on fort tenté de poursuivre….ses arguments de tour operator « new style ». Ou avec un petit coup médiatique pour relancer le tourisme souhaité par Poutine (qui manque de devises)… même si au départ c’est the Independent qui l’a fait (admirez le début avec le tunnel du « bunker »!)… et Sputnik, qui parle aussi, le 23 octobre 2016 de « ruines de bunkers » et a ajouté que « le nom donné à la base semble d’ailleurs suggérer que les nazis auraient eu une autre mission dans ce coin reculé du globe, plus secrète, liée à la recherche d’un trésor mythique ou d’un objet ancien »... Sacré Poutine, va, il a déjà oublié que la Russie avait déjà occupé cet endroit… au moment même où il était revenu à Moscou, après avoir grillé ses recrues KGB en RDA…!!!

(1) « Une étude similaire a été faite en Norvège où les animaux sauvages sont plus nombreux. l’enquête a porté sur les parasites de 393 renards roux tués à la chasse d’octobre à avril 1994-1995 et en 2002-2005. Des larves de Trichinella ont été trouvés sur 19 renards sur 393 (soit une prévalence de 4,8 %, avec Trichinella nativa pour 18 renards et Trichinella britovi pour un renard ; Capillaria boehmi a été trouvé chez 51 % des renards de l’étude ; Capillaria aerophila chez 88 % ; Crenosoma vulpis chez 58 % et Capillaria plica chez 53 % des renards de l’étude, et aucun Angiostrongylus vasorum n’a été détectée. Les renards les plus nombreux à porter des Trichinella venaient surtout de l’est  pays, et étaient plus souvent adultes que jeunes mais avec une différence trop faible pour être statistiquement significative. »

(2) sur Sitchin (ou Setchin) on a un avis hilarant sur Stop Mensonges : il ne serait pas crédible, selon le site des allumés, car il serait… franc-maçon bien sûr : « salut Laurent, Mais tu as vu la vidéo où Jordan Maxwell et Zeccharia Sitchin se serrent la main?? C´est vraiment suspect de voir Jordan Maxwell serrer la main en utilisant le salut maçon. C´est encore plus suspect d´écouter Jordan Maxwell dans une interview, d´il y a quelques années, entrain de parler très bien de Zeccharia, en le flattant et en disant que c’est un type très très bien, un vrai gentleman. Encore plus louche quand des chercheurs affirment que l´interprétation des tablettes sumériennes de Zecharia est fausse »… Stechin a comme grand fan Olivier Magnan. Ça s’entend ici via Joelle Verain, autre allumée notoire.

 

sources (vous avez de quoi lire, y compris « Gunther ») :

https://www.revolvy.com/main/index.php?s=Greenland%20in%20World%20War%20II

http://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2014-06-06-07h00/1944—la-guerre-meteorologique-25320.php

http://kvhslovensko.6f.sk/haudegen.php

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_météorologique_de_l%27Atlantique_nord

http://www.meteo-paris.com/actualites/armistice-39-45-la-meteo-au-service-de-la-guerre-07-mai-2015.html

http://polarforskningsportalen.se/en/arctic/expeditions/svalbard-2000/cruise-reports/history-climatology-arctic-german-weather-stations-spitzbergen-1941-1945

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-liberation-27-les-espions-de-la-96242

http://www.uscg.mil/history/articles/externsteine.asp

« Great World War II Battles in the Arctic » de Mark Llewellyn Evans

http://www.subsim.com/radioroom/showpost.php?p=1954296&postcount=2241

détail (en allemand ) des expéditions :

http://de.wikipedia.org/wiki/Wetterstationen_der_Wehrmacht_in_der_Arktis&nbsp ;

Un article ici sur l’U-Boot U-537 « installeur » de stations (en allemand) du capitaine Peter Schrewe.

http://www.nexusboard.net/sitemap/6365/geheimunternehmen-deutscher-u-boote-t297559/

Un excellent document sur les deux garde-côtes US impliqués, les Eastwind & Southwind

http://www.uscg.mil/history/articles/Externsteine.asp

Mais surtout de Janus Piekalkiewicz dans son remarquable « Les grandes réussites de l’espionnage », le chapitre « Front Météo ».

Et l’excellent conférence donnée à Arkhangelsk en Russie par Franz Selinger (l’homme de chez Siemens !) lors de la réunion du 29 août au 2 septembre 2000 organisée par la POMOR STATE UNIVERSITY et intitulée « Meteorological operations in the arctic 1940-1945« , lisible ici.

https://www.revolvy.com/main/index.php?s=Greenland%20in%20World%20War%20II

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Notre Drame des Landes

Ça y est, Macron 1er a tranché, le projet d’un aéroport international à NDDL est finalement ...

One comment

  1. avatar

    Dans le genre « je ne foule pas », un nouveau et tardif venu Yohan Blavignat du Figaro

    http://www.lefigaro.fr/international/2016/11/07/01003-20161107ARTFIG00353-une-base-secrete-des-nazis-decouverte-en-arctique.php

    recopie de la dépêche et encore cette histoire de Bunker… inexistant.

    la base ne servait pas à l’armée de terre mais à la Kriegsmarine pour contrer les convois vers Mourmansk..

    comme source vidéo, il utilise Ruptly…. source allemande créée par la Russie… le nouveau RT.

    https://en.wikipedia.org/wiki/Ruptly

    Ils sont forts au Figaro…