Accueil / A U T E U R S / LES 7 DU QUÉBEC / André Lefebvre / Encore plus de questionnement sur le gluon

Encore plus de questionnement sur le gluon

 

 

Voici l’univers lors de l’apparition du gluon à 10-36 seconde :

 

 

 

 

 

On remarque que l’énergie cinétique se dirige dans toutes les directions à partir du centre du premier volume « central » de cet univers.

 

Par contre, la réalité est que tout ce volume initial est lui-même un « centre »; donc le mouvement d’énergie cinétique ne part pas spécifiquement du centre de ce « centre »; mais se manifeste « partout », dans toutes les directions, à l’intérieur de ce « centre volumique ».

 

Cela se conçoit assez facilement si on considère que chacun des points unidimensionnels de la partie « centrifuge », arrachés à la partie « centripète », est animé de l’énergie cinétique lui permettant un mouvement à la vitesse de la lumière. Ce sont ces points unidimensionnels qui « voyagent ».

 

Le résultat est que chacun des volumes produits, sont tous « formés » de ces points unidimensionnels de même énergie.

Donc, si on regarde l’évènement de l’apparition de la surface gluon dans l’univers, on obtient les lignes d’énergie cinétiques suivantes:

Ce qui donne, pour le gluon, les énergies suivantes :

Ce qu’il faut voir dans ce gluon c’est qu’il est formé d’une « surface », de 10-35 mètre de diamètre, insérée dans un volume d’espace « fabriqué » par l’énergie d’expansion « centrifuge » universelle; mais comme sa propre énergie « centripète » est deux fois plus puissante (elle a doublé lors de son tour de rotation supplémentaire dans l’ère de Planck), l’énergie « centrifuge » est annulée au niveau de sa surface, en laissant, en surplus, une différence de puissance « centripète » équivalente à la force centrifuge universelle. Ce qui confirme l’apparition de l’effet « centripète » dans l’univers.

Par contre, lorsque cette « surface » se transformera en deux « volumes », ceux-ci produiront leur « propre espace », issue de leur énergie propre, provoquant la période inflationnaire.

Il faut également remarquer que les lignes d’énergie centripètes du gluon s’annulent en atteignant son centre; ce qui explique le fait qu’on ne puisse pas mesurer « l’énergie de masse » (la masse) d’un gluon; il est donc considéré comme « sans masse » malgré la présence indubitable d’énergie centripète interne.

Ce qui n’est pas le cas du neutrino qui est l’expression même de l’énergie centrifuge.

Amicalement

André Lefebvre

 

 

Auteur de:

L’Histoire… de l’univers

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 1:  La Science Secrète)

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 2: Le Mystère Sumérien

Le tout dernier livre, paru en novembre 2016 (version gratuite):

Histoire de ma nation

Tous mes livres sont offerts GRATUITEMENT chez:

http://manuscritdepot.com/a.andre-lefebvre.7.htm#menu

 

Commentaires

commentaires

A propos de Andre lefebvre

avatar

Check Also

La voiture électrique, une arnaque ?

Sous prétexte de vouloir en finir avec le diesel, assurant que c’est pour prouver son ...

3 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour André,

    « Il faut également remarquer que les lignes d’énergie centripètes du gluon s’annulent en atteignant son centre; ce qui explique le fait qu’on ne puisse pas mesurer « l’énergie de masse » (la masse) d’un gluon; il est donc considéré comme « sans masse » malgré la présence indubitable d’énergie centripète interne. »

    J’imagine que l’incapacité à pouvoir mesurer l’énergie de masse d’un gluon freine la recherche. A-t-on idée de ce que le fait de pouvoir la mesurer permettrait ?

    • avatar

      Bonjour Elyan;

      Cela permettrait simplement de confirmer l’origine ou la « source » de la « masse », donc d’éliminer plusieurs « illogismes » et de mieux comprendre l’univers.

      Je tente actuellement de trouver un moyen d’en mesurer la masse grâce aux infos que nous avons sur celle du quark Top et du boson de Higgs (C’est le sujet de mon prochain article); mais il semble que nous ayons besoin the collisionneurs de particules plus performants.

      Certaines « particules » semblent produites entre l’apparition du quark Top et du Bottom en plus des bosons Higgs, Z et W.

      Nous verrins bien dans quelques années.

    • avatar

      Bonne initiative de votre part, vu les limites des collisionneurs et de la recherche donc. Il doit tout de même exister quelques notions à considérer, qui seraient susceptibles de fournir quelques indications ou d’affiner une hypothèse.

      A suivre donc 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.