Accueil / A C T U A L I T É / En marche… sur ta gueule de prolo

En marche… sur ta gueule de prolo

— Tu l’entends, là ?

— Quoi ?

— Ce silence ?

Après le marathon présidentiel qui a saturé les canaux et les cerveaux h24 (comme disent les winners de la gagne) pendant plus de 8 mois, voilà le grand silence des législatives, des élections qui donnent l’impression de se faire presque à la sauvette. Faut dire que maintenant que notre répubarchie s’est dotée du roitelet de ses rêves, on ne va pas perdre de temps avec des choses aussi triviales que le choix des représentants du peuple et plus particulièrement de ceux qui seront en réalité chargés d’être la chambre d’enregistrement obséquieuse de ce que nos suzerains ont décidé depuis belle lurette de nous imposer.

La victoire annoncée de LREM ne correspond pas à une approbation populaire du programme d’Emmanuel Macron, malgré la propagande tonitruante que lui font les médias. La vague macroniste, avouait France Info, « ne semble pourtant pas correspondre aux souhaits des électeurs, puisque la moitié d’entre eux, seulement, jugent préférable que le chef de l’État dispose d’une majorité. Seuls 37 pour cent lui souhaitent une majorité absolue. »
Cette défiance politique des masses envers Macron est entièrement correcte. Selon ce qui a filtré des intentions de l’Élysée, Macron destine cette Assemblée, dominée par un parti fondé l’année dernière et constitué en grande partie de novices en politique, à servir de chambre d’enregistrement pour une transformation profondément réactionnaire du régime social et politique.
Parmi ses premières actions seront de voter une loi d’habilitation permettant à Macron de modifier par ordonnances le Code du Travail et la loi Travail de Hollande. Le but serait de casser les indemnités de licenciement, de permettre aux patrons de négocier des conventions collectives qui ne correspondent pas aux accords de branche et au Code du Travail, et plus largement de casser les protections sociales obtenues par les travailleurs au courant du 20e siècle.
L’austérité serait particulièrement intense, car afin de mener à bien sa collaboration avec Berlin et de transformer l’Union européenne en un rival militaire des États-Unis, Macron veut rétablir le service militaire et augmenter massivement l’effort de défense.
L’Assemblée voterait également une loi qui transposerait dans le droit commun les provisions de l’état d’urgence, donnant à l’exécutif et aux forces de l’ordre des pouvoirs répressifs exceptionnels. De larges sections de la classe politique s’attendent à une opposition explosive des travailleurs aux attaques sociales de Macron, et la cible de cette mesure sera avant tout la classe ouvrière.
Source : Une victoire d’En Marche annoncée aux législatives françaises

La présidentielle n’a pas seulement siphonné toute la pensée politique de ce pays vers ses cloaques les plus répugnants, elle a aussi permis d’occulter le projet social en marche qui est la mise à mort finale de la démocratie au profit d’une féodalité tenue de main (très) ferme par le monde de l’entreprise dans ce qu’il a de plus rétrograde.

Faut voir le pédigrée des candidats pour bien sentir la marche arrière toute qu’est en train de prendre notre société. La république des patrons s’apprête à prendre le pouvoir sous les applaudissements du MEDEF. Et dis-toi bien qu’une fois que ce sera fait, ils n’ont pas la moindre intention de repasser la main. D’où le petit programme de régression totale qu’ils auraient bien aimé garder sous le boisseau jusqu’à la fin de la mascarade électorale.

 

Retour aux élections de papa où le féminin de candidat, c’est suppléante. Et non contents de renvoyer les femmes aux strapontins de la politique, certains partis, comme celui du roitelet, précisément, les ont carrément invisibilisées, collant la tronche du président publicitaire sur les affiches électorales à la place de celles qui recommenceront à s’occuper du café autour des tables du pouvoir.

Démocratie nulle part

Pendant ce temps, alors même que ce programme réel et concret de régression démocratique n’est pas encore en place, la dégradation de nos droits les plus élémentaires se poursuit : interdictions de manifester par dévoiement de l’État d’urgence, répression policière et maintenant, répression judiciaire… enfin, tant que le judiciaire a encore voix au chapitre :

Une fois sortis de la stupeur, on finit par comprendre que ce qui devait être défendu à tout prix par le juge lors de ce procès, c’est avant tout la méthodologie policière qui a mené à l’interpellation et l’inculpation : celle-là même qui a été mise en cause par les PV incohérents des deux officiers de la BAC parties-civiles, par la vidéo très explicite projetée dans la salle, et surtout par les récits accablants des deux jeunes femmes venues témoigner à la barre.
Pour le juge Léger, c’est l’idée même de remettre en cause la version policière qui apparaît comme dangereuse et insupportablement paradoxale, comme si remettre en cause la police aujourd’hui à Rennes pourrait constituer en soi un risque de trouble à l’ordre public.
Soyons clairs : la tentative de Léger de s’en prendre aux témoins en pleine audience (du jamais vu à Rennes pour du correctionnel), de mépriser le récit de l’inculpé et de perturber grossièrement la plaidoirie de l’avocat, résulte directement d’une incapacité à pouvoir faire face à une défense plus structurée que l’abattage ordinaire du tribunal.
Elle s’inscrit dans une stratégie à court terme de châtiment des opposants menée aussi bien par les magistrats du parquet (les procureurs), du siège (les juges), que par les forces de l’ordre sur le terrain depuis bientôt deux ans à Rennes, avec des épisodes répressifs comme le carnaval de la ZAD, le mouvement sur la loi Travail, les arrestations du mois de novembre, ou les récentes manifs contre Macron et Le Pen.
Mais si elle reste aussi spectaculaire que scandaleuse, cette politique masque de plus en plus mal le contenu misérable des enquêtes des flics et des réquisitoires des procureurs : que ce soit l’instruction autour de l’affaire des 20 du métro, l’affaire du Bagelstein, les enquêtes préliminaires ayant abouties aux arrestations de novembre dernier, ou les récents passages de militants au tribunal, les avocats comme les camarades sont unanimes sur le vide abyssal des dossiers, la plupart du temps bâclés à partir d’informations vagues fournies par le renseignement local et des investigations de très courte durée.
Source : Affaire des témoins mis en examen : mais que s’est-il passé ce mercredi 7 juin à la cité judiciaire de Rennes ?

Les magistrats eux-mêmes commencent à s’inquiéter de la tournure que prennent les évènements :

 

La gueule de bois

Je ne sais pas jusqu’à quel point les Macronlâtres et les castors fulminants ont pris la mesure de la réalité du changement que nous nous apprêtons à nous prendre dans les gencives, mais pour le coup, je me demande s’ils resteront longtemps aussi vindicatifs qu’ils l’étaient lorsqu’il s’agissait de vilipender des lâches abstentionnistes.

Parce que, je le dis tout net, cette évolution présente n’est absolument pas une surprise pour tous ceux qui ont été suffisamment attentifs à la question politique pendant les présidentielles. Suffisamment, en tout cas, pour décider qu’on ne les reprendrait plus au coup de l’épouvantail Le Pen et à l’arnaque du front républicain.

Pour tous ceux qui aiment construire des barrages sur le pacifique, il y a donc du boulot en vue ces deux prochains weekends.

Pour tous les autres, je ne dirais qu’une chose : bon courage et bonne chance.

 

Agnès Maillard

Commentaires

commentaires

A propos de Monolecte

avatar

Check Also

La destruction du Baccalauréat ?

Ci-dessous un article des Jeunes pour la Renaissance Communiste en France.     « Je suis pour ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *