Accueil / A C T U A L I T É / En ligne droite

En ligne droite

Ce qui va suivre est un exemple flagrant de biais que la droite ?conomique extr?miste peut nous servir. Parfois, c?est plus difficile ? d?busquer, mais l? c?est tellement gros qu?il n?y a que les gens profond?ment pris dans ces pr?ceptes id?ologiques pour s?y laisser prendre.

En gros, l?Antagoniste nous sert un discours comme quoi l??galitarisme que pr?nent les gauchistes est idiot et surtout fautif, puisque l?indice qui le mesure (GINI) donne des r?sultats plus ?galitaires pour des pays pauvres comme l??thiopie, la Tanzanie, le B?nin et la Guin?e que les ?tats-Unis. La question qu?il soul?ve pour appuyer son point est :

Si je vous donnais la possibilit? de vivre dans l?un des 5 pays […], quel serait votre choix ?

Ce qui est ?vident, c?est que le choix des pays ? comparer avec les ?tats-Unis est comme un chemin pour accompagner la pens?e vers o? on veut qu?elle aille. On pose une question et on donne carr?ment la r?ponse. Pourtant, un tout autre choix de pays dans la liste donnerait un questionnement beaucoup moins ?vident. Et comparer avec des comparables, ce n?est pas un luxe, c?est de l?honn?tet? intellectuelle.

Dans la liste des pays riches plus ?galitaires que les ?tats-Unis (avec une cote GINI de 0,408 ? 0 ?tant le plus ?galitaire, 1 le moins ?galitaire), il y a entre autres le Japon (0,249), l?Allemagne (0,283), la France (0,289), le Canada (0,331), la Suisse (0,331), l?Australie (0,352) et l?Angleterre (0,360). Mais, bien s?r, le propagandiste n?aurait pas choisi un de ces exemples puisque ?a bifurque trop du chemin qu?il veut nous faire emprunter.

Parenth?se : je dois ?tre profond?ment gauchiste puisqu?? choisir entre les ?tats-Unis et le Japon pour ?migrer, je choisirais sans nul doute le Japon, m?me en ne sachant pas leurs cotes GINI respectives?

Voil? pour la d?monstration.

Pour ce qui est de l??galitarisme, pour ma part, j?ai conscience que c?est bien utopique dans sa forme pure. Je ne crois pas possible ni souhaitable qu?un pays atteigne le chiffre magique de 0. Mais pousser ouvertement pour plus d?in?galit?s, non merci!

En tout cas, ce billet-l?, c?est ce qu?on appelle se tirer dans le pied. Une chance que la contribution de la droite ? la blogosph?re ne se r?sume pas ? ?a. J?ai m?me l?impression que c?est un attrape-nigaud, que c?est voulu comme ?a pour attirer les demeur?s, les influen?ables, genre ceux qui se targuent pourtant tr?s s?rieusement d??tre des libres-penseurs?

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Amnon Weinstein et les « Violons de l’Espoir »

Les « Violons de l’Espoir » sont un ensemble d’instruments à cordes (violons, altos et violoncelles) qui ...

9 Commentaire

  1. avatar
    SylvainGuillemette

    «Si je vous donnais la possibilité de vivre dans l’un des 5 pays […], quel serait votre choix ?»

    C’est typique de ces tarés. Totalitarisme sans dessus dessous.

  2. avatar
    SylvainGuillemette

    «En tout cas, ce billet-là, c’est ce qu’on appelle se tirer dans le pied. Une chance que la contribution de la droite à la blogosphère ne se résume pas à ça. J’ai même l’impression que c’est un attrape-nigaud, que c’est voulu comme ça pour attirer les demeurés, les influençables, genre ceux qui se targuent pourtant très sérieusement d’être des libres-penseurs…»

    En fait, je dirais tout à fait le contraire, une chance qu’elle se résume à ça, mais malheureusement, le lectorat aussi, se résume à ce que vous décrivez. Des soit disant libre-penseurs. Chomsky les évalue à près de 80% de la population, d’ailleurs, combien de ces types achètent la couche pleine de Montréal, du réseau Quebecor, alors que ses travailleurs sont en lock-out? Le dernier à qui j’ai dit cela, ne savait même pas qu’ils étaient en lock-out depuis deux ans…, ouf!

    David fait toujours cela, et n’essayez même pas de débattre avec lui, il vous censurera, comme le font Duhaime et Marcotte sur leur blogue respectif.

    La droite se résume bel et bien à cela! Des menteurs, des manipulateurs, et des putchistes quand ça ne fait plus leur affaire.

    Et comme pays d’équilibre semblable en économie, on aurait pu prendre Cuba et la République dominicaine et ma foi, pour le peu que je puisse avoir, je ne vivrais surtout pas en R-d! Je choisirais haut la main Cuba, où je n’aurais pas à me prostituer pour avoir droit à des soins de santé.

    • avatar

      Votre exemple de Cuba est ironique quand on sait que les Cubains risquent leur vie pour aller vivre aux États-Unis alors que la réciproque n’est pas vraie. 😉

  3. avatar
    SylvainGuillemette

    Et parlant de prostitution, j’ai déjà vu David dire que les Cubains étaient résolus à celle-ci pour arriver à la fin du mois, ce qui est faux. Et que les enfants s’y prostituaient, comme si cela n’arrivait pas ailleurs, comme au Québec par exemple, où des animateurs de radio raffolaient de ces services…

    La droite, c’est de la marde, faut se débarrasser d’elle démocratiquement toutefois. Quand Q-s prendra le pouvoir, elle prendra elle-même les armes, vous verrez alors le vrai visage de Marcotte, de Duhaime et de leurs sbires.

    Des trous de cul, tous des trous de cul.

  4. avatar

    « David fait toujours cela, et n’essayez même pas de débattre avec lui, il vous censurera, comme le font Duhaime et Marcotte sur leur blogue respectif. »

    C’est exactement pour ça que je fais un billet et non laisse un commentaire à la suite du sien…

  5. avatar

    Comme la discussion se fait aussi ici, je résume l’argument que j’ai déjà écrit sur le site internet de Renart.

    Je pense que tu passes à côté du point apporté par Antagoniste. Son point est à l’effet que l’égalité ne signifie pas une meilleure qualité de vie et il donne des exemples qui le prouvent. Avec ce contre exemple on peut dire que la gauche n’a pas raison de dire que l’égalité rend toujours les sociétés meilleures. Il y d’autres facteurs qui doivent jouer sinon l’Éthiopie serait un pays où il fait bon vivre. On peut conclure que le gini est un chiffre que ne veut pas dire grand chose, c’est trop simpliste et ça n’explique pas le cas des pays nommés dans le billet d’Antagoniste.

    Si une personne dit : ‘notre société serait meilleure si les écarts de richesses était plus petit’ n’a pas raison parce qu’il existe au moins un exemple qui montre que ce n’est pas nécessairement le cas. Renart Léveillé, en choisissant d’autres pays tu ne pourrais pas prouver que la diminution du gini est une chose désirable car il y aura toujours le contre-exemple du Benin, Éthiopie, Tanzanie ou Guinée.

    Donc ma conclusion c’est que la valeur du gini ne donne aucune information sur la ‘qualité’ d’une société.

    • avatar

      Désolée de vous contredire! Je vais aussi copier ce que j’avais écrit sur les sept.

      D’abord, merci à M. Léveillé de nous avoir fait part des idées saugrenues qui règnent dans certains coins de la blogosphère québécoise où je n’ose personnellement pas m’aventurer. Je suis une petite nature!

      On sait tous qu’il vaut mieux être riche et en santé que pauvre et malade! Mais, en ce qui concerne l’indice GINI dans les pays développés et la perte de longévité des pauvres dans les pays où l’écart entre les revenus est grand, ce fait commence à être bien documenté. Il faut cependant éviter de confondre inégalité de revenu et forte hiérarchisation sociale. Le Japon, malgré une forte hiérarchisation sociale est un pays où l’écart entre les revenus demeure modéré et l’espérance de vie y est plus élevée qu’elle ne l’est chez nos voisins du sud. L’inégalité de traitement a des conséquences biologiques qui semblent déterminer fortement l’état de santé des populations. Ce qui suit m’en a personnellement convaincu.

      Dans son livre « Par amour du stress » publié aux éditions au Carré en 2010, Sonia Lupien, Ph.D. professeure titulaire au Département de psychiatrie de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal et directrice du Centre d’études sur le stress humain, nous relate une expérience effectuée par le Dr JW Mason durant les années 60: « Dans ces expériences, Dr Mason avait étudié les effets de la faim sur la réponse de stress des singes. Poussant plus loin sa recherche, il choisit huit singes et cessa s’en nourrir deux, sans les changer d’environnement. Le technicien en animalerie entrait donc dans la section réservée aux singes plusieurs fois par jour pour nourrir les six singes de la condition contrôle et ne nourrissait pas les deux autres singes de la situation expérimentale (effet de la faim). Comme prévu, Dr Mason observa que les deux singes qu’il avait privés de nourriture montraient une augmentation de cortisol, ce qu’il attribua à la condition adverse de faim.
      Toutefois, il avait aussi observé que le comportement des singes privés de nourriture changeait dramatiquement lorsque le technicien en animalerie entrait dans la section réservée aux cages pour nourrir les six autres singes. Les singes privés de nourriture semblaient devenir inconfortables, et produisaient de fortes vocalisations.
      Il décida donc de reproduire son expérience initiale, mais cette fois-ci, il plaça les singes privés de nourriture dans une autre salle, où ils ne pouvaient pas voir le technicien en animalerie nourrir les singes du groupe contrôle. Quelle ne fut pas sa surprise de constater que, dans ce cas, les singes privés de nourriture ne montraient pas une augmentation de cortisol! Donc, l’augmentation de cortisol qu’il avait au préalable attribuée à la condition adverse de faim (stress physique) était une conclusion erronée. En fait, cette augmentation était due à l’aspect « psychologique » de la situation, dans laquelle des singes privés de nourriture voyaient leurs congénères être nourris sans qu’ils le soient eux-mêmes. »
      (pages 253-254)
      Cette expérience nous indique que les singes réagissent à l’injustice par une production accrue de cortisol. Il en est probablement de même pour nous, humains. Or le cortisol est de plus en plus considéré comme un tueur potentiel. Une sécrétion chronique excessive de cortisol semble favoriser de nombreuses maladies comme certains cancers, les allergies, l’asthme, la polyarthrite rhumatoïde, la dépression, l’épuisement professionnel, les troubles du rythme cardiaque et l’infarctus du myocarde. (basé sur : Suzanne Peters & Dr Patrick Mesters, Le burn out, Éditions Marabout, Paris, 2008)

      C’est assez troublant, non? Difficile ensuite de continuer à croire que le GINI ne donne aucune information sur la « qualité » d’une société. Confondre comme vous le faites GINI des pays développés et GINI de pays qui sont d’anciennes colonies de ces pays développés et qui en paient encore le prix, c’est faire preuve d’une mauvaise foi incroyable!

  6. avatar

    Terez L.,

    J’ai d’énormes réserves sur ton étude avec les singes. Tu tires des conclusions qui ne sont pas là. L’étude en question parle de singes qui sont mis en cage (privés de leur liberté) et qui sont les victimes d’un traitement arbitraire d’une autre personne. Ce n’est pas du tout applicable à une personne libre qui évolue dans une société. Par exemple si mon voisin est un médecin qui fait 3 fois mon salaire, je ne serai pas frustré contre lui. Je vais me réjouir de son succès.

    Tu fais référence à la mauvaise foi. Je pense qu’extrapoler les études sur les singes à la société c’est de la mauvaise foi car les 2 situations n’ont rien en commun.

    En plus, à la fin de ton commentaire tu dis la même chose qu’antagoniste. Tu reconnais que le gini de pays développés est peu comparable à celui d’anciennes colonies. Comme antagoniste tu reconnais les limites du gini en admettant que ce chiffre à lui seul ne veut pas dire grand chose parce qu’il y a d’autres forces en jeux.

    • avatar

      Désolé, mais les conclusions sont là. Ces conclusions concernent la production accrue de cortisol. Pas besoin d’être en cage! Juste de ne pas avoir le contrôle, suffit pour augmenter la production de cortisol. Au bureau, par exemple, si ton patron te traite différemment des autres employés, tu es dans la même situation que les singes privés de nourriture.

      Vous ne savez vraiment pas lire. Je suis loin de dire la même chose qu’antagoniste. Au contraire, je dis que le GINI est pertinent comme indice, ce qui ne veut pas dire qu’on peut faire fi du PIB.

      Dans un monde globalisé, les pays dont parle votre antagoniste sont les plus désavantagés. Il semble, par exemple qu’à Montréal, il y ait un écart d’environ dix ans en ce qui concerne l’espérance de vie selon que l’on vive dans Hochelaga-Maisonneuve ou Westmount. Considérez que les pays dont parle votre antagoniste sont l’équivalent du quartier Hochelaga et les pays dont parle Renart soient celui de Westmount.

      Dans quel quartier préférez-vous vivre, en sachant que le quartier que vous habitez va avoir une incidence sur votre espérance de vie?