Accueil / A C T U A L I T É / En France, un bon conseil (d’Etat) : m?prisez la la?cit

En France, un bon conseil (d’Etat) : m?prisez la la?cit

Image Flickr par cresponaon

Mais attention, n’en restez pas l?, ajoutez que vous y ?tes « tr?s attach? », qu’elle garantit « la stricte neutralit? de l’Etat », qu’elle est un indispensable « pilier de nos institutions », un pr?cieux compl?ment des droits humains, un outil solide pour la r?alisation de nos beaux objectifs officiellement proclam?s de Libert?, d’Egalit? et de Fraternit?

Bref, ne la m?prisez que dans les faits, pas dans l’abstrait.

C’est, ce 19 juillet, le Conseil d’Etat qui apporte sa pierre – la plus solide – ? une vieille et tr?s respect?e tricherie « r?publicaine ». Il confirme une fois de plus qu’il n’y a pas opposition entre la stricte neutralit? de l’Etat et l’aide concr?te apport?e par lui – et qu’il faudrait amplifier – aux religions. Plus pr?cis?ment aux plus importantes d’entre elles.

En 2006, ? la demande de Nicolas Sarkozy le Rapport Machelon avait d?j? bien pr?par? la voie (1)

Le Pr?sident de la « la?cit? positive » savait qu’il pouvait compter sur les « religieux de pouvoir » anti-la?cs, mais aussi sur bon nombre de « bouffeurs de cur?s » pour lesquels les plus dangereuses entorses ? la la?cit? sont et restent celles qui profitent ? l’Eglise catholique.

En novembre 2000 le Haut Conseil ? l’Int?gration disait en conclusion d’un rapport sur « L’islam dans la R?publique » que ??la la?cit? n?est pas une notion dont le contenu se serait fig? il y a un si?cle : elle se nourrit des ?volutions de la soci?t?, des attentes du corps social comme des exigences de l?Etat de droit??.

Tout est l?, et particuli?rement le pire

Car notre ?poque est caract?ris?e par une quasi-officielle absence d’adversaires de la la?cit?? et une tr?s large adh?sion politique, ? droite comme ? gauche, ? son contournement pour plaire ? un courant politico-religieux dominant.

Celui-ci se base sur une vieille id?e stupide extr?mement dangereuse, mais que tout le monde veut croire tr?s saine : l’acceptation et le traitement des religions par l’Etat la?c doivent ?tre ind?pendants du contenu th?ologique de celles-ci.

Et donc, si le contenu th?ologique est criminog?ne, cela ne doit pas influer sur l’analyse et le traitement de la la?cit? par des institutions importantes comme le Conseil d’Etat.

Outre qu’une exception particuli?rement hypocrite est faite pour ce qu’on d?finit comme ?tant des sectes et non pas des religions, durant la derni?re d?cennie cette aberration a conduit les forces politiques ? chercher avec obstination les moyens de contourner, en en d?formant le sens, les lois sur la la?cit? pour permettre ? l’islam de rejoindre le juda?sme et le christianisme en moyens de fonctionnement (construction de mosqu?es, notamment, puisqu’il y en a en France beaucoup moins que d’?glises).

Si ce contournement constitue bien « une ?volution de la soci?t? » faut-il pour autant consid?rer qu’il est l’application d’une « attente du corps social » ? Je consid?re qu’il est en r?alit? une sous-estimation et une volont? d’ignorer, pour le moins, les v?ritables « exigences de l’Etat de droit ».

La nouvelle conception de la la?cit? s’installe A LA PLACE de l’Etat de droit.

Cet ?garement s’est accentu? alors m?me que, durant la m?me d?cennie, les bases th?ologiques de la violence islamique montraient une application grandissante dans les attentats du 11 septembre ? New York, dans ceux qui ont suivi ? Londres et ? Madrid, dans les meurtres et les destructions d’?glises apr?s les dessins danois, dans les tentatives r?p?t?es des pays islamis?s de d?former, ? l’ONU, la d?finition des droits humains pour y inclure l’interdiction de critiquer les religions, dans les massacres de chr?tiens d’Orient?

En France, une lamentable paresse intellectuelle chez bon nombre de politiciens et de journalistes sp?cialis?s, des bas calculs ?lectoralistes, des manipulations d’organisations officiellement « anti-racistes », mais aussi la bonne vieille « philosophie » franchouillarde des « bouffeurs de cur?s » ont permis l’installation durable d’une monstrueuse tricherie : l’islamophobie serait de la x?nophobie et du racisme.

Puisse le Conseil d’Etat se ressaisir, regarder en face la dangerosit? islamique et r?orienter ses r?flexions relatives ? la la?cit? vers ce qui me para?t une urgente n?cessit?? : LIER le droit de pratiquer un culte religieux AU CONTENU de ce culte.

M?me si ce n’est pas, ici, le seul Conseil d’Etat qui est concern?, mais bien plus encore le Gouvernement, le Parlement et les Partis politiques, je pense qu’il y a urgence ? exiger des religions – de TOUTES les religions – qu’elles rejettent tr?s publiquement et tr?s clairement ce qui, en elles, est enseignement de croyances directement ou indirectement criminog?nes. (2)

(1) http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-rapport-machelon-une-offensive-13855

(2) http://www.centpapiers.com/benoit-xvi-premier-responsable-de-la-violence-religieuse-1/38279

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Macron, Le Pen, l’invisible convergence

Alors qu’Emmanuel Macron et Marine le Pen s’affichent en adversaires, l’observation des faits démontre qu’il ...