Accueil / A C T U A L I T É / En France, la d?mocratie n?est pas en p?ril : elle a d?j? disparu !

En France, la d?mocratie n?est pas en p?ril : elle a d?j? disparu !

Par Caleb IRRI, Le Grand Soir

graffiti de Banksy
En Tunisie comme en Egypte ou en Lybie comme en Syrie, en Iran comme en Chine ou en Espagne comme en Angleterre, les mouvements contestataires qui se d?veloppent n?ont qu?une seule et m?me revendication?: la d?mocratie. Et pour ceux dont le r?gime est d?j? officiellement celui-ci, le peuple r?clame alors la d?mocratie ?r?elle?.

Par dessus les revendications salariales ou les conditions de travail qui se d?gradent, la volont? premi?re des peuples est de pouvoir exercer pleinement (et r?ellement donc) leur souverainet?.

Que cela signifie-t-il??

Si on consid?re la valeur de la d?mocratie par rapport ? la r?action des autorit?s en place face ? une contestation unitaire et rassembl?e des citoyens, rien n?indique effectivement que la Tunisie ou la Lybie doivent ?tre consid?r?es comme des Etats d?mocratiques? ni que la France soit en mesure de revendiquer ce statut. Mais en r?alit? la situation risque bien de ne?pouvoir se produire, tant la r?pression face aux moindres actes ?rebelles? est dans ce cas efficace et implacable, doubl?e quasi imm?diatement d?un durcissement des lois ?s?curitaires? en vigueur. Comme dans les dictatures autrefois ?amies? de nos ch?res d?mocraties auto-proclam?es, les peuples n?osent que rarement s?opposer ? un gouvernement qui ne laisse rien passer.?Et il est aujourd?hui clairement ?tabli, comme en Angleterre r?cemment, que nos gouvernements n?ont nullement l?intention de laisser se d?velopper de tels mouvements (m?me s?ils s?y pr?parent avec leurs fichiers pour la surveillance, leurs lois de contr?le et de r?pression)?; sans compter qu?ils ont en plus les moyens techniques de faire respecter ?la loi et l?ordre? chez eux, et cela mieux que n?importe quelle dictature.

 

Pour ne pas se trouver dans une telle situation d??tre d?bord?s, les pays ?d?mocratiques? utilisent et appliquent donc la ?tol?rance z?ro? pour juguler toutes les vell?it?s contestataires, car ce sont les gouvernements qui font la loi?: et lorsque le peuple s?oppose ? son gouvernement, la l?galit? se trouve ?tre contre le peuple. Les mesures anti-sociales qui s?appr?tent ? passer dans toute l?Europe seront vot?es malgr? une opposition populaire forte, mais impuissante?: les manifestations, p?titions et autres illusions d?mocratiques sont des outils inefficaces.

 

Que leur manque-t-il donc pour qu?ils ne se r?voltent vraiment?? Et surtout, qu?est-ce qui distingue nos propres gouvernants de ceux des r?gimes qui sont tomb?s il y a peu?? En Tunisie aussi il y avait des ?lections dites ?libres? et ?d?mocratiques?, en C?te d?Ivoire aussi?! et un parlement, et une presse dite ?ind?pendante?, et une justice dite ?impartiale?, etc?

Tout cela ?tait truqu?, me r?pondrez-vous sans doute, et des ?lections gagn?es avec 80% des voix c?est un score de dictateur? mais rappelez-vous le cas Chirac contre Le Pen il n?y a pas si longtemps?: ? combien de pourcents a-t-il ?t? ?lu??

Et vous les trouvez d?mocratiques nos ?lections qui ne comptent pas les votes blancs et qui permettent de telles situations?; et vous la trouvez ind?pendante la presse qui s?autocensure pour continuer ? ?tre financ?e par les amis du pouvoir, et dont le pr?sident de l?audiovisuel public est nomm? par le pr?sident de la R?publique?; et vous la trouvez impartiale la justice qui condamne les petits d?linquants et laisse libres les voleurs puissants??

Maintenant, tout d?pend de la d?finition que l?on fait de la d?mocratie?: si elle n?est que le respect de la ?l?galit??, exprim?e et soutenue par le peuple au suffrage universel direct ? l?occasion de l??lection pr?sidentielle tous les cinq ans, alors la Tunisie ?tait bel et bien une d?mocratie. Mais si on consid?re ? pr?sent la d?mocratie comme l?expression de la volont? du peuple et du respect de cette volont?, alors la Tunisie ne rentre plus dans les crit?res de cette d?finition, pas plus que la France, signant par exemple malgr? l?opposition de son peuple le trait? de Lisbonne en bafouant ainsi sa volont?. Croyez-vous que la majorit? des fran?ais, s?ils ?taient consult?s, soit en faveur des mesures qui sont prises ou ? prendre, ou m?me qui ont ?t? prises ? l?occasion de la crise financi?re, ou de l?engagement en Afghanistan, ou sur le nucl?aire, ou dans l?affaire Karachi ou celle de Woerth-Bettencourt, ? mais cela change-t-il encore quelque chose??

Non, car la France n?est d?j? plus une d?mocratie. Le syst?me ?lectoral est corrompu, car les Lois qui r?gissent nos institutions ne sont plus conformes ? l?esprit des droits de l?Homme sur lesquels elles ont ?t? fond?es. Et la volont? du peuple n?est plus respect?e.

Aujourd?hui les r?formes propos?es au parlement sont syst?matiquement valid?es par une majorit? qui fait de plus en plus penser que ce dernier n?est qu?une chambre?d?enregistrement des volont?s d?un parti unique. Cet ?tat de fait correspond clairement au passage au ?r?gime pr?sidentiel? valid? lors de la modification constitutionnelle ?tablissant le pr?sident pour le quinquennat, avec les l?gislatives ? suivre. Cette modification entra?ne presque math?matiquement une majorit? acquise au pr?sident, pour cinq ans et sans r?vocabilit? possible, tandis que la r?forme des collectivit?s territoriales risque en plus de supprimer la seule mani?re pour une opposition politique de se d?fendre ? travers les ?lections r?gionales? nous finirons bient?t par n?avoir plus qu?un seul parti en place, celui du pr?sident.

L??lection pr?sidentielle ne signifie donc ni plus ni moins que d??lire son dictateur pour cinq ans, si toutefois le r?gime ne change pas alors d?finitivement ? l?occasion de la prochaine r?forme constitutionnelle sur la ?r?gle d?or?, r?gle qui emp?chera ? l?avenir toute politique de relance par la d?pense sociale, c?est-?-dire toute politique ?de gauche??

 

Mais cela n?est pas encore fait, et la r?gle d?or doit pour ?tre ajout?e ? la Constitution recueillir les 3/5 du parlement en congr?s, ou bien supporter la tenue d?un r?f?rendum national, dont je doute qu?on l?oserait proposer au peuple. Elle sera donc bient?t vot?e. Si la d?mocratie ?tait respect?e, il ne fait aucun doute que c?est le peuple, et lui seul qui devrait ?tre consult? en ces occasions, car les cons?quences de telles modifications le concernent pleinement. En l?absence de cette consultation, peut-on encore parler du respect de la volont? du peuple, ou de d?mocratie??

 

En fait, lorsqu?on y r?fl?chit cinq minutes, tout se passe en France exactement comme en Tunisie, ou en Egypte, ? la diff?rence pr?s que notre gouvernement est d?j? pr?t ? livrer bataille pour ne pas laisser des ?meutes se propager, et dispose pour cela de moyens techniques, judiciaires et l?gaux qui emp?chent toute contestation sinon de se former, au moins de se d?velopper.

 

Imaginez maintenant que les manifestations de la fin septembre d?g?n?rent en ?meutes, ou que les 8 millions d?individus vivant sous le seuil de pauvret? se r?voltent pour r?clamer qu?on les aide, que croyez-vous que notre gouvernement ferait de plus ou de moins que le dirigeant Syrien?? Il enverrait bien s?r lui-aussi l?arm?e, couperait internet, propagerait des rumeurs et mettrait en place un couvre-feu, adopterait des lois punitives et ferait des exemples? Doit-on en arriver l? pour se rendre compte de la v?ritable nature de notre d?mocratie, pour comprendre enfin qu?elle n?a rien ? envier ? celle des autres pays?? Doit-on attendre que la mis?re fasse place ? la col?re pour accepter que la d?mocratie n?existe plus??

 

Mais si la d?mocratie est une illusion, les vertus de la violence en sont ?galement?: Se d?barrasser d?une dictature ne signifie pas tomber dans la d?mocratie, car si la violence est le moyen le plus s?r pour d?truire, il n?est d?aucune utilit? pour reconstruire. C?est d?ailleurs ce que les acteurs du ?printemps arabe? sont en train d??prouver en ce moment?: faute d?avoir envisag? la succession du tyran, il est ? craindre qu?ils se fassent voler leur r?volution.

Regardons les choses en face, et r?agissons?: si la d?mocratie n?existe pas, cela ne signifie pas qu?elle ne peut exister. T?chons de la cr?er alors, et la r?volution deviendra alors inutile?: devenez des engag?s?!

 

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

L’étonnant capharnaüm de l’écrivain Henri Pollès

Cet auteur breton fait partie des écrivains méconnus dont l’œuvre mériterait une plus grande reconnaissance. ...