Accueil / A C T U A L I T É / Emmanuel Todd – « autodestruction de l’Europe »

Emmanuel Todd – « autodestruction de l’Europe »

En plein psychodrame grec, l’entretien accordé le 10 juillet par Emmanuel Todd au journal belge Le Soir est… comment dire ? Mais après tout c’est vous qui déciderez si l’analyse de Todd sur la crise de la Grèce et de l’Europe est juste, visionnaire, ou à coté de la plaque. Car contrairement aux Grecs nous avons encore le choix. Enfin c’est ce que nous aimerions croire.

merkel-hitler

 

Pour vous donner l’eau à la bouche et effacer un peu le goût amer de l’austérité, pourquoi ne pas commencer par la toute dernière phrase de la conclusion d’Emmanuel Todd.

« Plein de gens vont aider la Grèce, » mais d’ajouter « c’est ça le problème… »

Car selon l’anthropologue, le meilleur allié de Tsipras serait les Américains pour des raisons stratégiques. Mais pourquoi pas aussi le FMI, qui considère la dette comme « totalement non-viable » et propose des mesures d’allègement qui pourraient aller jusqu’à l’effacement partiel et même total de la dette grecque.

Mais voilà que dans un passage de l’entretien avec Todd, réapparaît l’ombre sinistre du maréchal Pétain

Pour Hollande, c’est la minute de vérité. S’il laisse tomber les Grecs, il part dans l’Histoire du côté des socialistes qui ont voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Si les Grecs sont massacrés d’une façon ou d’une autre avec la complicité et la collaboration de la France, alors on saura que c’est la France de Pétain qui est au pouvoir.

Qu’en pense-t-il aujourd’hui, alors que l’on sait maintenant que la Grèce restera dans l’euro ; lui qui souhaitait sa sortie. Lui qui pensait que ça prendrait 5 ou dix ans, mais qu’ensuite le pays se sentirait mieux « à l’extérieur de la zone euro ».

Pourtant Emmanuel Todd savait lorsqu’il répondait aux questions du journaliste Belge, que la population dans sa majorité souhaitait rester dans l’ignoble zone euro, même avec un révolver sur la tempe. Les grecs doivent bien savoir pourquoi, même si le remède de cheval administré par les créanciers européens n’est certainement pas synonyme de guérison.

Mais le plus important pour Todd, serait une Grèce qui réussirait à s’en sortir en dehors de l’euro, ce qui serait un coup fatal porté à l’Europe. Mais Tsipras n’a pas voulu tenter l’aventure. C’est toute la différence entre ceux qui donnent une opinion sans prendre le moindre risque et ceux qui décident et prennent des responsabilités.

L’histoire de l’euro, c’est un échec ahurissant selon Todd

« Ce qu’on a vu depuis 2011, c’est l’incroyable obstination des élites européennes – et notamment des élites françaises néovichystes (laissez « néovichystes » !) : mélange de catholiques zombies, de banquiers et de hauts fonctionnaires méprisants – à faire durer ce système qui ne marche pas. L’euro est le trou noir de l’économie mondiale. L’Europe s’est obstinée dans une attitude d’échec économique incroyable qui évoque en fait un élément de folie

Le tragique réel de la situation, c’est que l’Europe est un continent qui, au XXe siècle, de façon cyclique, se suicide sous direction allemande. Il y a d’abord eu la guerre de 14, puis la deuxième guerre mondiale. Là, le continent est beaucoup plus riche, beaucoup plus paisible, démilitarisé, âgé, arthritique. Dans ce contexte ralenti, comme au ralenti, on est en train sans doute d’assister à la troisième autodestruction de l’Europe, et de nouveau sous direction allemande »

Voilà qui est dit ! Mais qu’en pense la chancelière ?

 

 

Commentaires

commentaires

A propos de gruni 57

avatar
J'ai une fâcheuse tendance à l'ambiguïté. Ce n'est pas ma faute je suis tombé dans le deuxième degré quand j'étais petit. Depuis, pour me soigner, j'ai tenté une cure prolongée sur Agoravox. Le résultat a été désastreux, c'est encore pire qu'avant. Alors ne me prenez surtout pas au sérieux, mon cas déjà désespéré pourrait s'aggraver avec une grosse tête.

Check Also

Assurance chômage : une réforme inique

Assurance chômage : une réforme inique La réforme de l’assurance chômage annoncée par le 1er ...