Accueil / A C T U A L I T É / Election 2020 (VIII): la retraite de Russie des avocats de Donald

Election 2020 (VIII): la retraite de Russie des avocats de Donald

L’équipe de branquignols ramassée par Giuliani est plus grotesque et affligeante qu’efficace. L’un d’entre eux (Geraldo Rivera), sans rire, va réussir à proposer en pleine tourmente judiciaire que l’on nomme « Vaccin  Trump » celui qui sera mis en vente bientôt, « en hommage à l’action du président » : ces gens-là osent vraiment tout ! Sydney Powell, avocate du général Flynn, gracié hier, est comme lui adepte de la secte de déjantés QAnon. Jenna Ellis insulte tout le monde et Rudy est égal à lui-même : avec lui c’est Medrano et Pinder réunis tous les jours. Le gars de la maison (Blanche), Boris Epshteyn, n’est déjà plus là, il attrapé le Covid19 (en même temps que le fils de Rudy !) ! Ces zozos de foire ont été rejoints à Philadelphie par une nouvelle recrue, un drôle d’expert, puisque descendu de son chariot élévateur de brasserie. Logiquement, cette fine équipe, abandonnée par les plus fidèles, sauf Donald, ne peut donc plus aujourd’hui que battre en retraite, comme Napoléon avait dû le faire, de façon piteuse, son rêve de gloire brisé. Une dernière révélation de taille, et tout autant ridicule, pour en finir : Trump a personnellement voté sur du matériel Dominion !

Abandonné au milieu de la route par FoxNews

On l’avait pressenti avec l’annonce prématurée de la victoire en Arizona ayant déchaîné Donald qui s’était estimé trahi par la chaîne le soir même de l’élection, la direction de Fox News a viré depuis de bord en effet. On avait d’abord eu Eric Shawn, qui a tiré à boulets rouges sur l’équipe Giuliani (voir épisode précédent), revenu récemment sur le meurtre inexpliqué de Jimmy Hoffa, en Pennsylvanie, en réponse à Giuliani qui parlait de « mafia » chez Biden (!), poussé par les tweets immondes de Jordan Sekulow, le responsable du très réac American Center for Law & Justice, devenu avocat travaillant pour Trump (le titre complotiste de son livre The Next Red Wave: How Conservatives Can Beat Leftist Aggression, RINO Betrayal & Deep State Subversion en dit long!). Le 21 novembre, c’était l’inattendu Tucker Carlson qui avait tué sur place Sydney Powell et ses théories fumeuses en affirmant que, devant lui, elle avait été incapable de préciser une seule malversation électorale comme celles qu’elles prônaient. Voici donc Carlson, l’un des plus grands promoteurs de la carrière de Trump qui le lâchait aussi : c’est un sacré revirement, celui-là !!! En réalité, dans l’affaire, c’est aussi Carlson qui a aujourd’hui tout du cocufié : il avait ouvert un de ses shows avec une déclaration précédente de Powell  qui avait « suggéré que nous n’aurions peut-être pas à attendre beaucoup plus longtemps » pour obtenir ces fameuses preuves. « Jeudi, Carlson a consacré une grande partie de son monologue d’ouverture à la discussion de Powell et de ses allégations de «bombe», qui, si elles étaient prouvées, «constitueraient le plus grand crime de l’histoire américaine», avait-il dit » Tucker avait cru au « flip »de votes par ordinateur, la preuve ici avec son sous-titre d’un émission précédente avec Powell. Or depuis, rien n’est venu de probant chez Tucker  : « Nous voulions simplement voir les détails », a-t-il déclaré. « Comment aurait-on pu ne pas vouloir les voir ? Alors nous avons invité Sidney Powell dans la série. Nous lui aurions donné toute l’heure. Nous lui aurions donné toute la semaine, en fait, et écouté tranquillement tout le temps avec une grande attention. C’est ça, une grande histoire.  » Powell, cependant, a refusé de fournir des preuves, a déclaré Carlson. Bien que l’hôte ait déclaré être d’accord avec l’avocat sur le fait que le vote électronique « est dangereux, » Powell « n’a jamais démontré qu’un seul vote réel avait été déplacé illégalement par logiciel d’un candidat à un autre », a-t-il ajouté.  Voici la théorie du Dominion qui s’effondre !! Carlson concluant en se portant porte-drapeau de la « vérité » alors qu’il venait juste de s’excuser pour avoir annoncé qu’un mort avait voté en Geogie, ce qui était faux. Au pays des tartuffes et des cocus…

Les déjantés parlent aux fêlés

Elle a aussi évoqué le nom de « Kraken » comme « monstre », pour elle le nom de code d’un programme informatique ayant fait basculer le vote c’est sûr, vers Biden. Un programme « militaire » et en fait un autre délire encore de membres de QAnon, recopié tel quel chez elle. Un bobard sorti de chez Jeffrey Prather, autre grand malade sévissant sur le net (son délire est audible ici… : délirant !!). Son étiquette, à ce énième imbécile ? « Ex-Government insider turned whistle blower targeted by the deep state outing fake news ! » Ça vous classe d’emblée le bonhomme, non, ce papy-délirium ? C’est étalé ici et ça ressemble fort.. à du QAnon pur jus !! (1). Le hic étant que l’un des « conseillers », recruté officiellement par la Maison Blanche, a repris le 25 novembre telle quelle cette désinformation ridicule, après celle du « Hammer » déjà citée dans le même rôle. Un vieil hoax pourtant démontré. Il s’agit bien sûr de… Lin Wood !! Et … un gars re-tweeté par Donald en personne, ce qui est encore plus aberrant : il continue à croire à ses sornettes !!! Sidérant de bêtise, plus de 20 jours après sa défaite !!!

Lâchée par Jeanine… l’enterrement « live » de Powell

La cascade de retraits se poursuivant chez Fox, avec l’annonce de l’annulation de l’apparition de Powell et Giuliani dans l’émission « Justice With Judge Jeanine » avec l’animatrice Jeanine Pirro, très proche de Trump comme on le sait. Si elle s’y met aussi, ça sonne la fin des haricots pour Donald et son équipe juridique de bras cassés se dit-on alors. !!!! Chez Fox, c’est depuis hier l’implosion ! A force de l’avoir trop soutenu.. En réalité, Pirro avait déjà reçu la semaine précédente Powell (ici en haut à droite), venue largement exposer sa thèse complotiste sur Dominion, en lui demandant de spécifier ses preuves, sans obtenir autre chose que de vagues réponses:  pour elle les méfaits « d’une firme vénézuélienne ». Sydney Powell ne citant que de vagues « témoins » et des machines « pas vérifiées » et des « démocrates laxistes » dans « des Etats« . Elle y racontait aussi que le logiciel était « né à Cuba »(?), et avait été « utilisé par Chavez et aujourd’hui Maduro » et « en Argentine aussi » et que » c’est une grande très grande conspiration criminelle »…  alors que Pirro hoche plusieurs fois la tête en faisant non, ou bien lève les sourcils et fait la moue, ostensiblement (ici à droite), à l’énoncé de ses délires ! Dès le 14 novembre, Fox avait déjà et très nettement lâché et répudié l’un des membres les plus en vue de l’équipe Giuliani (3) ! Et ça s’était vu, sur le visage d’une supportrice de Donald Trump ! Six jours déjà avant la désastreuse conférence !!!

Complètement grillée

Dans son propre camp, l’avocate au drôle d’accoutrement ne semble déjà plus avoir la cote : « dimanche soir (22 novembre), Giuliani et une autre avocate de Trump, Jenna Ellis, ont cherché à se distancer de Powell, affirmant qu’elle ne faisait pas partie de l’équipe même si les deux étaient apparus avec elle lors d’une conférence de presse désordonnée à Washington la semaine dernière et que Trump avait précédemment déclaré qu’elle faisait partie de l’équipe. (Quel bordel chez eux !) « Dans sa propre déclaration plus tard dimanche soir, Powell a déclaré qu’elle était d’accord qu’elle ne faisait pas partie de l’équipe juridique de la campagne, mais a ajouté que « nous » nous préparons à déposer une plainte « épique » cette semaine. Dans la galerie des miroirs dans laquelle opère l’équipe juridique de Trump, une réprimande cinglante d’un juge est simplement interprétée comme la validation d’une stratégie juridique imprégnée de théories du complot, de mensonges et de paranoïa. Giuliani a salué l’humiliante réprimande de Brann non pas comme la confirmation d’une affaire risible, mais comme une décision qui « s’avère nous aider dans notre stratégie pour nous rendre rapidement devant la Cour suprême des États-Unis. » La nature extravagante de ces affirmations oblige certains républicains de haut niveau à dire que ça suffit pour le comportement destructeur de Trump qui entache la démocratie de Trump » note CNN le 23 novembre.. Ça suffit en effet ces idioties !! Il est temps de battre en retraite : la neige arrive déjà sur les Grands Lacs !

Le 5 novembre, le Washington Post avait prophétisé cette retraite de Russie médiatique peu glorieuse à prévoir chez Fox (4) « L’extraordinaire bilan d’échec de Trump sur le coronavirus est l’une des principales raisons pour lesquelles il est sur le point de perdre et est loin d’être proche du «glissement de terrain» que ses propres propagandistes avaient prédit. Et la poussée «loi et ordre» s’est avérée en grande partie un échec. Pourtant, les personnalités de Fox l’ont sûrement attiré sur ces deux chemins. Il y a une dernière ironie ici. Dans les derniers jours de la campagne, les personnalités et la programmation de Fox ont poussé l’idée qu’il était sur la bonne voie pour une victoire glorieuse et qu’il ne pouvait perdre que si les élections lui étaient volées. Comme le souligne Matthew Gertz, tout cela était conçu pour préparer le terrain pour que Trump tente d’invalider d’innombrables votes contre lui. ». En somme, ils avaient déjà parié sur ce qu’aujourd’hui ils se retrouvent obligés de dénoncer pour ne pas sombrer dans le même ridicule qu’un Giuliani ou même qu’un Donald. Adieu donc Tucker Carlson qui, déjà, rame dans le sens contraire (ou plutôt qui prend au vol le vent nouveau, le futé !), Sean Hannity ou Laura Ingraham qui auront tant fait pour salir l’image du journalisme télévisuel… chez un Fox bien maladroit, à afficher par exemple la région de Marquette ou de Sault St Marie, au Michigan (ici à gauche) comme appartenant au Canada !!!

A se demander comment 20 465 canadiens ont pu voter Biden à Marquette, ainsi que 16 286 choisir Trump !!! Sur des Dominion Imagecast Precinct, en plus !!! Les « canadiens » votent vraiment n’importe comment, décidément (comme leurs collègues alaskans) !!!

L’Alaska, et ses trois grands électeurs âprement gagnés par Donald avec 189  543 contre 153  502 à Joe… grâce à Dominion !

Le cirque est fini, il faut remballer maintenant…  Place aux soldes d’hiver :

L’entêtement à un point… inimaginable, « l’expert » sorti du chapeau

Le 25 novembre, autre scène surréaliste : Trump en train d’enfiler au téléphone toutes les théories fumeuses conspirationnistes, pourtant refusées la veille par des juges, lors d’une audition mascarade du Sénat de Pennsylvanie, installé à Harrisburg, dans la salle de bal de l’hôtel Wyndham (les républicains dominent cette chambre par 28 contre 21, sur 50). Il y a décrit longuement « l’histoire horrible«  d’une élection volée » avec « des choses horribles sur place », « des  gens maltraités, des polls watchers (scrutateurs) empêchés de travailler, » « les représentants républicains traités comme des chiens » des « votants plus nombreux que d’inscrits à Detroit », des « électeurs dissuadé de voter « , les « morts qui votent », « on a vu plein de cas » des gens « empêchés de filmer à Detroit », éloignés au point qu’on aurait pu jouer au base-ball entre eux et les gens qui dépouillaient » des « gens intimidés » et « virés par des gens horribles« , » et bien sûr le cas de Dominion (avec une remarque acerbe sur le « peu d’aide du gouvernement de Georgie » !). Et une vieille antienne chez lui : « ils ont surveillé ma campagne » (il parle alors de celle de 2016 !). Une très longue tirade complètement délirante laissée diffusée dans toute sa longueur par Jenna Ellis, via le micro de la salle, chauffée à blanc et pleine uniquement de supporters, avec des applaudissements nourris à plusieurs reprises…  Un document surréaliste encore une fois. Avec des assertions gratuites telles que « on a gagné cette élection largement« … « le monde entier l’a vu »..; un discours décousu, celui, encore une fois, d’un fort mauvais perdant.
Les dépositions étant diffusées en direct par…  Right Side Broadcasting Network, (RSBN), la chaîne de l’ami des petits nazillons !!! Après son intervention, le groupe de Giuliani a encore une fois fait dans le grandiose, en évoquant sans la moindre preuve une « bascule » de « 570 000 votes vers Biden » contre « 3 200 en quelques minutes seulement vers Trump » (le résultat des votes extérieurs, ajoutés d’un  seul coup et une erreur à l’écran surtout). La « pointe » de votes a pourtant été expliquée, c’est celle apparue pour le Wisconsin, suite à une erreur de retransmission (2). Le gars qui l’a raconté n’est autre que ….le colonel en retraite Phil « Waldren » (ici à gauche), venu déposer sur place comme « expert ». Parlez donc d’une expertise… comme on va le voir !

L’avis d’expert d’un conducteur de Fenwick ?

Le problème étant en effet que le même prétendu expert a aussi raconté ailleurs que « j’ai personnellement débriefé le fils d’un officier du renseignement cubain qui avait une connaissance de première main des membres de la famille d’Hugo Chavez qui lui ont dit de ne pas s’inquiéter de la menace populaire contre l’élection de Maduro au Venezuela: « C’est garanti. Leur père a investi l’argent pour construire le système de machine à voter SGO (5) ». Ajoutant qu’il n’a aucune raison de douter de sa source, ajoutant qu’il «a signé un affidavit sous serment à cet effet». «Ces systèmes ne sont pas ce que l’on vous a dit. Ils sont connectés à Internet et à des serveurs en dehors des États-Unis. Ils sont connectés de haut en bas et au milieu », a déclaré le Col Waldren (sic)  au comité.  «Il n’y a aucune transparence, comme l’ont mentionné nos témoins précédents, quant à la manière dont les informations sur les électeurs sont traitées – comment et où elles sont stockées. La fiche électorale peut être modifiée et / ou supprimée par les opérateurs, les administrateurs et les menaces extérieures. Les opérateurs peuvent attribuer des votes pour les bulletins de vote par écrit, les bulletins blancs ou les bulletins d’erreur en grand nombre afin qu’ils puissent être dirigés vers un candidat ou un autre à la discrétion de l’opérateur ou du superviseur. »  Voilà qui ressemble à  un vieil hoax déjà entendu…

Car en somme, c’est le vieux crack du « Hammer », déjà décrit ici, rebaptisé « Kraken » par Sydney Powell !  La même était déjà venu s’épancher dans l’émisssion de Lou Dobbs le 10 novembre pour expliquer « comment une installation de stockage électoral avait été récemment volée en Pennsylvanie, ajoutant que 30 périphériques USB et un ordinateur portable avaient été volés ». Le lendemain, elle créait un fonds sous le régime de l’Internal Revenue Service category 501(c)(4) permettant de recevoir des dons de particuliers pour alimenter sa thèse…  frelatée. Waldren » expliquant comment les systèmes de machines à voter sont comme le loto, quiconque organise le loto gagne toujours, ajoutant: « Il contrôle les nombres, contrôle les marges. » Il a déclaré au comité que leur organisation pense que jusqu’à 1,2 million de votes auraient pu être modifiés ou frauduleux », ajoutant que seule une analyse médico-légale détaillée des machines et des logiciels actuels montrera combien de citoyens de Pennsylvanie ont vu leurs droits civils violés« …. Le fameux expert s’appelle en réalité Waldron et non « Waldren ». Et son travail actuel est d’être…  le responsable à tout faire d’une micro brasserie-distillerie. Une petite structure appelée One Shot Spirits, installée au Texas, à Dripping Springs, à l’ouest d’Austin Recommandée par « Panzer IPA » (c’est une marque de bière chez lui !)…  Il s’y déclare « conducteur de chariot élévateur (ici à droite) et balayeur de plancher », ce qui nécessite aussi des talents d’expert, ma foi (il possède aussi une licence de pilote d’hélicoptère comme quoi ça mène à tout l’armée !)… Il est aussi le fondateur d’un centre de tir appelé « One Warrior Any Weapon » qui fait aussi dans l’entraînement à la  self-défense et organise des « bachelorettes parties »… en vendant de la Fat Bottom Blonde, c’est un homme de bon goût il semble… un opposé au confinement et au gouverneur Greg Abott également, et pour une simple raison de commerce !

Un grand malade des armes qui vend de la bière au chocolat

Il y tient surtout des propos alarmants, comme ici en partant du cas des loups : « Je ne veux rien dire de négatif en les appelant des moutons. Pour moi, c’est comme le joli œuf de merle bleu. À l’intérieur, il est doux et gluant, mais un jour, il deviendra quelque chose de merveilleux. Mais l’œuf ne peut pas survivre sans sa coquille bleue dure. Les policiers, les soldats et les autres guerriers sont comme cet obus, et un jour la civilisation qu’ils protègent deviendra quelque chose de merveilleux ? Pour l’instant, cependant, ils ont besoin de guerriers pour les protéger des prédateurs. «Ensuite, il y a les loups». Mais beaucoup d’entre eux sont scandalisés à l’idée de mettre un policier armé dans l’école de leurs enfants. Nos enfants sont des milliers de fois plus susceptibles d’être tués ou gravement blessés par la violence à l’école que par le feu, mais la seule réponse du mouton à la possibilité de violence est le déni. L’idée que quelqu’un vienne tuer ou blesser son enfant est tout simplement trop difficile et ils ont donc choisi la voie du déni. L’ancien combattant, «et les loups se nourrissent des moutons sans pitié». Pensez-vous qu’il y a des loups là-bas qui se nourrissent du troupeau sans pitié ? Tu ferais mieux de le croire. Il y a des hommes mauvais dans ce monde et ils sont capables de mauvaises actions. Au moment où vous oubliez cela ou prétendez que ce n’est pas le cas, vous devenez un mouton. Il n’y a aucune sécurité dans le déni ».

« Permettez-moi de développer l’excellent modèle de ce vieux soldat des moutons, des loups et des chiens de berger. Nous savons que les moutons vivent dans le déni, c’est ce qui en fait des moutons. Ils ne veulent pas croire qu’il y a du mal dans le monde. Ils peuvent accepter le fait que des incendies peuvent survenir, c’est pourquoi ils veulent des extincteurs, des gicleurs, des alarmes d’incendie et des sorties de secours dans les écoles de leurs enfants. » C’est le propos… d’un grand malade (des armes) ! Malade ? Oui, et ça se lit : « notre marque phare est la «Three Volley Vodka» distillée 3 et filtrée 7 fois. Symbolique de trois volées de sept tirs lors du service commémoratif d’un héros déchu, il est conçu pour porter un toast aux camarades passés et présents. » Sa « Blitzkrieg DoppleBock » (?) est sortie du même tonneau : tout chez lui baigne dans un vocabulaire guerrier !!! Il propose aussi un « Mogadishu Mile » appelé aussi « Blackberry Mint Moscow Mule » ou le « Rasperry Beret«  ou encore le « Task Force Orange « ! Un malade, je vous dis (son DoppleBock c’est une bière au chocolat, il n’y a que des malades pour oser ça) ! Et je ne vous parle pas de ses cocktails !

Sa distillerie (qui organise aussi des spectacles devant un monde fou… hum, ça ne se bouscule pas des masses ou bien invite des politiciens tel l’anti-multiculturaliste d’extrême-droite Allen West !) est une petite structure dans laquelle il se présente de cette façon aussi ; « le colonel à la retraite de l’armée américaine Phil Waldron (ici à gauche levant le pouce, il est gaucher), un vétéran comptant 30 ans de service, voulait trouver un moyen de combiner sa passion de soutenir ses collègues vétérans et premiers intervenants avec des spiritueux et des bières de classe mondiale. Il a réuni une équipe tactique d’individus qui partageaient ses passions et avaient l’expérience prouvée pour mener à bien sa mission » et présente ailleurs et ainsi ses projets d’avenir:  « c’est la partie amusante d’avoir une brasserie, des fermenteurs à température contrôlée et un alambic. Notre capacité à innover et à créer de nouveaux esprits n’est à peu près limitée que par notre propre imagination. » Question imagination ça devrait aller, en effet, avec ce qu’on vient d’entendre à Harrisburg. Ou l’on a entendu plutôt un « Last Shot » !!! «Je ne suis pas statisticien. Je suis un officier de combat et je n’ai pas bien réussi en mathématiques », a en effet déclaré Waldron pour conclure… à la surprise générale et lamentablement, faisant écrouler tout seul son propre témoignage ! Un discours du responsable de chariot hydraulique de brasserie qui ne semble pas avoir réussi à beaucoup élever le débat …. car, au sortir de la réunion, le responsable des républicains déclarait : « nous avons été clairs depuis le début: l’Assemblée générale n’a aucun rôle à jouer dans la sélection des électeurs», a déclaré Jason Gottesman, porte-parole de la majorité républicaine de la Chambre à l’issue de l’audition »… On notera que dans le bar du prétendu expert, le seul drapeau US qui prévaut est celui du Black Thin Line, agrémenté de la Blue Line au milieu, censée représenter la Police. Mais c’est surtout le drapeau préféré des suprémacistes aperçu avec les nazis de Charlottesville en 2017. Le magasin Thin Blue Line USA, créé par l’ex étudiant Andrew Jacob est celui qui le vend.
Or Jacob est un raciste déclaré qui a un jour dit que les émeutiers de Watts étaient des « singes dans un zoo« … le drapeau noir avec  la tête est celui  dessiné par Newt Heisley de la National League of Families POW/MIA qui honore les soldats disparus ou prisonniers. Pour s’assurer que c’est bien Waldron, dissimulé à moitié sous son masque, qui est venu jouer à l’expert sans rien y connaître, je vous ai retrouvé cet indice manifeste… c’est bien notre homme en effet avec sa double bague dorée à la main gauche !

La politique à coups d’éperons et la nostalgie de la dictature

En face de Giuliani et Jenna Ellis, dans le fameux comité, on pouvait distinguer le sénateur Douglas Vincent Mastriano, ancien colonel issu de la cavalerie (cf ici à gauche et à droite, éperons aux chaussures), et fervent partisan de Trump. Encore une flèche, celui-là. Sur Tweeter, il a écrit le 29 juillet « qu’il y avait 153 000 lois fédérales pour vous dicter votre vie et diriger votre travail », cela suffit ». Opposé à tout confinement et tout port du masquant bien sûr,  il s’était plaint de son propre gouverneur (le démocrate Tom Wolf) à la même époque, n’ayant visiblement pas compris la pandémie : « les nouvelles machines à voter, les bulletins de vote par la poste et les changements de dernière seconde par le gouverneur Wolf ont semé la confusion et retardé la communication des résultats des élections primaires de 2020″. Il faut l’entendre ici, bien énervé, faire le lancement de la réunion de l’hôtel Wyndham pour comprendre à quel point il est partisan en s’écriant « la démocratie est morte à Philadelphie »… un véritable excité, bien loin de sa fonction de représentation qui exigerait un peu plus de retenue.  « On a envoyé un homme sur la Lune, on a des avions invisibles comme le F-35 comme technologie et on n’est pas capable d’organiser une élection sûre dans ce pays alors qu’ils le font en Irak et en Afghanistan », affirme-t-il, véritablement déchaîné !! « Ça a été organisé (designed) «  ! Et de s’adresser à la salle « c’est notre jour, notre heure, c’est à nous de le garder, c’est le moment de le garder, allez-vous le garder  ? (sous entendu le président actuel, le « vrai gagnant » selon lui, dans son discours partisan !!) !!! Sidérant d’entendre ça d’un élu !! Et inadmissible !  Mieux encore quand on entend les mêmes phrases exactement le lendemain dans la bouche du président (à écouter ici). Les journalistes, dont un repris vertement par Donald ce jour-là, se vengeront en quelque sorte d’avoir eu à subir toutes les fakes news énoncées ce jour-là en prenant Donald en photo sous un autre angle fort peu flatteur (ici à droite). Parmi eux, Kaitlan Collins, plusieurs fois rembarrée sur place, souvenez vous…  Il était en effet assis derrière une table minuscule, transformant la pièce en une sorte de chambre d’enfant ridicule… à peine le cliché diffusé, montrant un Donald fort tassé et muni d’un pantalon bien large, le net se gaussait partout au nom de « Diapper Don », le surnom encore moins flatteur de Donald Jr, depuis ses saventures au lycée.. la palme revenant au Tweet « d’Operation MAGA » : « If Dear Leader can’t be President of the United States, can we make him President of the whole incontinent? »

Ici on l’entend tenir un propos réactionnaire en diable, en parlant de l’avortement, notamment, en juillet 2020 ou quand il part en vrille avec le rôle en Allemagne de Kurt Von Schleicher, ministre de la défense de Von Papen, puis chancelier (il est mort assassiné, certainement sur les ordres d’Hitler, comme Rohm lors de la Nuit des Longs Couteaux en juin 1934). Chez Mastriano, c’est l’exemple même pour lui de la faiblesse (« chicken » dit-il!) en politique : on comprend mieux en miroir son admiration pour celui qui a un véritable comportement de dictateur… Son compte Twitter a été censuré pour désinformation à partir de faux chiffres conspirationnistes, aussitôt repris tels quels par Trump le 28 novembre dernier (ici à gauche). A noter la réaction de Donald venu défendre Mastriano avec la phrase « c’est ce que font les pays communistes »… qui donne encore une fois une idée de son étroite vision du monde politique : c’est lui qui a exigé la vente forcée de Tik-Tok, on le rappelle… Le réseau qui lui a flingué sa réunion de Tulsa !!! 

Dans un de ses Tweets, il avait ressorti le 10 novembre un long texte censé défendre Trump car évoquant une fraude électorale bien réelle. Celle du démocrate William G. Stinson, assis quelques jours seulement au Sénat car débarqué après une plainte déposée par son rival républicain Bruce S. Marks (ici à droite) qui avait finalement été déclaré vainqueur. Les accusations étaient lourdes: il avait été accusé d’avoir falsifié illégalement des machines à voter parce qu’il en avait les clés et parce qu’il avait ouvert les machines avant le début du scrutin et les avait fermées après la fin, sans avoir été nommé membre de la commission électorale. La troisième allégation est qu’il avait mal examiné et compté les bulletins de vote des votes par procuration. Il l’avait ainsi emporté de 461 voix. Outre le temps (ça s’était passé en mars 1994, soit il y a… 26 ans !) les machines sur lesquelles il s’était activé n’avaient rien à voir avec les Dominon d’aujourd’hui : c’était de modèles « Shoup », à savoir des engins inventés dans les années 30 , des machines revues dans les années 50 mais dont certaines avaient encore été utilisées en 2000. Devenues des Danaher Shouptronic 1242 montrées ici comme « neuves » en 2006 dans le Delaware !!  Ici tous ses trous de sécurité expliqués.. c’est l’EPROM centrale qui était son maillon faible, avec ses ports de cartes d’échange de données.

En Pennsylvanie on a vu les dernières en… 2016. Elles n’existent plus nulle part aujourd’hui, d’où le peu de portée d’avoir fait resurgir cette histoire ancienne…  Shoup s’était surtout trimballé des casseroles de pots-de-vin mémorables en Floride (en 1970) et au Texas (en 1976). Un pasteur véreux de Louisiane, démocrate également, Crawford Hugh Downs, alias C. H. « Sammy » Downs avait lui aussi été pris dans la nasse avec Shoup en 1972 (mais ça avait fini par un jury en suspension de décision (hung jury). En 2016, c’est à noter, la Pennsylvanie était encore un des rares états à utiliser ce bidule antédiluvien (pour élire Trump !). Dans un des comtés, où il était encore utilisé, celui de Berks, Trump y avait fait 52,9% des votes contre 42.7% à Hillary !!! Il était passé grâce à cette machine hautement hackable !! A Monroe, Clinton l’avait emporté de justesse (48,4 contre 48,1%). Cette année, à Berks, Trump a augmenté son score à 53,4% (sur du Hart Intercivic, acheté 6 millions de dollars) et Biden en n’a fait que 45,2%, mais à Monroe il a baissé à 46,2% laissant passer Biden avec 52,6%. Le modèle utilisé sur place à Berks et l’hybride touch-screen- scanner à la fois de Hart Intercivic, utilisé aussi au Texas. Leur Touch Writer » est à l’évidence un recarossage de leur vieille e-Slate à problèmes. Ces gens-là repeignent l’ancien pour en faire du neuf.. comme Microsoft depuis 1995 !)

Pire encore en Arizona avec des représentants de milices d’extrême droite

Autre cas après la Pennsylvanie, Giuliani, toujours pas rassasié d’humiliations, annonce une réunion similaire dans un hôtel de l’Arizona, à Phoenix, où les juges l’ont pourtant aussi débouté et où le secrétaire de l’Etat doit annoncer les résultats officiels le 1er décembre. Le gouverneur républicain Doug Ducey a déjà dit qu’il a accepté la victoire de Joe Biden. C’est à nouveau le même topo, à savoir la fine équipe et des représentants élus… républicains, dont un qui a dit que « les pires craintes se sont manifestées « après » avoir examiné les voies de fraude potentielle et les actions illégales par lesquelles nos élections de 2020 auraient pu être entachées « . . C’est lui l’organisateur de la réunion et là ça devient beaucoup plus inquiétant… car Mark Finchem, représentant extrémiste (lire ici) un élu du District 11 de l’Arizona House of Representatives (ici à droite, il vient en fait de Detroit !) n’est autre aussi qu’un membre influent des Oath Keepers, certainement la plus dangereuse des milices du pays (en haut à gauche) !! Il a soutenu l’action au Malheur National Wildlife Refuge, dans un groupe appelé Coalition of Western States, ou COWS (avec Matt Shea, lire ici). C’est un des 52 leaders d’extrême droite qui se sont présentés lors de cette élection suivis par l’IREHR, qui cite aussi Matt Gaetz et Cord Byrd (avec sa femme Esther Byrd (Floride), fiers soutiens des Proud Boys, Lauren Boeber, la serveuse de bar armée (qui a annoncé venir ainsi au Capitole !), Marjory Taylor Greene, autre fêlée des armes, John James du Michigan copain avec le leader de l’America Patriot Council, Ryan D.Kelley (ici avec Donald !!), celui qui a envahi le capitole à Lansing, Beth Van Duyn du Texas, anti-islamiste notoire, Burgess Owens (Utah)  fan de QAnon, ou de Nick Freitas (Virginie) supporter des Gun Owners of America, ou bien David Livingston, républicain de l’Arizona, qui est venu défendre le jeune tueur de Kenosha sur les réseaux, avec Paul Gosar, déjà vu ici et entendu sur America’s Voice de Steve Bannon. Voilà qui promet encore, avec Rudy !!

Trump, opposé au vote anticipé, a voté de cette manière sur du matériel Dominion !

Plus drôle surtout est la découvre hilarante d’un Donald ayant essayé de voter par courrier en 2004, filmé de bout en bout dans une séquence parue dans un show télévisé et ressortie en 2012… un épisode plutôt marrant de «Access Hollywood», filmé alors que Trump tentait de voter aux élections de 2004 et se faisait éjecter de partout, croyant pouvoir voter justement n’importe où (il n’avait donc jamais dû le faire auparavant) ! Il montre Trump aux côtés de l’animateur de télévision Billy Bush visitant plusieurs bureaux de vote à New York. Trump, durant la séquence, n’arrive pas voter à aucun endroit où il s’arrête car il ne figure sur aucune des listes électorales du lieu. Pour réussir à le faire au final par correspondance, et en sortir tout fier : « Je viens de voter », a vanté Trump. « Au moins, vous pouvez dire que le Trumpster n’abandonne pas. »

Seize ans plus tard, il dénigre totalement le système qui lui avait permis de voter, alors qu’il l’a lui-même utilisé à Mar-a-Lago (à West Palm Beach) le 24 octobre, en se rendant sur ce lieu de vote, en votant donc de manière anticipée sur un bulletin lu par des appareils Dominion, comme Melania (mais séparément) et pour dire après qu‘«avec le vote universel par correspondance (et non le vote par correspondance, ce qui est bien), 2020 sera l’élection la plus INEXACTE et FRAUDULEUSE de l’histoire. Ce sera un grand embarras pour les États-Unis », avait en effet tweeté Trump. « Retardez les élections jusqu’à ce que les gens puissent voter correctement, en toute sécurité et en toute sécurité ??? » A Palm Beach County, les machines étaient neuves cette année (c’est confirmé ici par Wendy Sartory Link, en haut à gauche), la nouvelle responsable, et avaient même coûté 575 000 dollars. Un demi-million d’investissement !!

 

Plutôt candide, sur WLRN, la nouvelle responsable avait expliqué que toute la vérification des inscriptions et des votes se passait aussi… sur le net à cet endroit (via le système Scytl très certainement, celui visé par les complotistes !): « avant que quoi que ce soit ne touche des ondes, nous imprimons le bulletin de vote papier pour ce qui s’est passé sur cette machine. Nous en imprimons deux exemplaires, l’un nous l’affiche à la porte de chaque quartier, puis l’autre nous revient. Ensuite, une fois ceux-ci imprimés, nous envoyons les résultats par modem – nous pourrons ainsi vérifier le numéro du bulletin de vote par rapport à ce que nous recevons [numériquement] ». Le comté dans lequel Donald a voté étant resté longtemps à la traîne : « Maintenant, nous avons également choisi de mettre en place un nouveau système d’inscription des électeurs, car nous ne voulions pas nous retrouver dans la même situation que nous étions auparavant où nous étions le seul comté à utiliser les anciennes machines – nous ne voulions pas être le seul comté qui reste sur l’ancien système d’inscription des électeurs ».  »
Nous recevons le nouvel équipement, et cela va nous prendre plusieurs mois. Cette année – encore une fois, juste avant une élection présidentielle – nous convertissons plus d’un million de fichiers électoraux actifs, ainsi que tous les fichiers électoraux inactifs » (ah tiens revoilà la chasse aux fiches d’électeurs !), « d’un tiers à un autre. Nous plaisantons: «Qu’est-ce qui pourrait mal tourner ? »… Elle terminait son exposé sur un drôle de souhait : « que tout le monde fasse campagne de manière honnête et éthique, que tout le monde soit en sécurité pendant la campagne électorale, et quand vient le temps pour les gens de voter, qu’ils soient en sécurité ce faisant. Et quand nous les comptons, nous ne nous soucions pas de qui gagne, que ce soit juste un glissement de terrain pour qu’il n’y ait pas de recomptage. Et je dis cette prière chaque jour… »  Elle peut la refaire, sa prière !!!

A noter que celle virée par deSantis le 18 janvier 2019, Susan Marie Bucher, était une démocrate… qui était déjà tombée en 2012 sur des problèmes insolubles de machines Sequoia (racheté en 2007 par.. Smartmatic et revendu en 2010 à… Dominion). Elle s’est longuement battue contre les purges de listes électorales menées par le gouverneur Rick Scott, autre ardent « nettoyeur » républicain (voir ici). Il avait dû faire machine arrière face aux critiques en 2014. Un an avant l’élection, DeSantis avait donc choisi une partisane pour mieux la surveiller, politisant nettement le débat. Plus amusant à constater : l’Etat de Floride  avait accordé son blanc seing au système Dominion en mai 2015, un matériel commandé donc à l’époque par… Susan Marie Bucher et non par Wendy Sartory Link, venue nous dire que le « précédent » matériel n’était pas bon !!! Quelle farce intégrale !!!

 

(1) c’est en effet du délire complet et du pur QAnon (le plus dur c’est de ne pas rire !):

Chris Miller est un patriote qui agira de manière décisive pour défendre les États-Unis d’Amérique. (nota : il vient juste de remplacer Esper)

-Bill Barr et Durham sont tous deux des créatures des marais travaillant pour l’État profond et la CIA. Ils n’inculperont jamais aucun des vrais criminels en Amérique, tels qu’Obama, Clinton, Biden, Brennan, etc.

-L’armée américaine, la marine et les marines ont tous été infiltrés par des traîtres de l’État profond à un certain niveau, mais l’armée de l’air et la force spatiale sont fidèles à Trump et sont principalement composées de patriotes. D’autres sources nous disent que la plupart des membres actuels de niveau intermédiaire dans les forces armées sont pro-Trump, quelle que soit la branche dans laquelle ils appartiennent, mais les généraux et les bureaucrates de haut niveau sont des traîtres de marais.

-Trump gagnera la Géorgie, et les démocrates paniquent pour essayer de voler ces élections de toutes les manières possibles.

-Le «Kraken» est en fait un programme de cyberguerre géré par le DoD qui suit et pirate divers autres systèmes afin d’acquérir des preuves d’actions néfastes de l’État profond. Les loyalistes de Trump dans l’armée de l’air, le Space Command et maintenant dans certains secteurs du DoD et même de la NSA ont toutes les preuves de fraude électorale et de trahison liée aux élections. Trump a tout cela maintenant et l’utilisera très bientôt contre les ennemis de l’Amérique.

-Ezra Cohen-Watnick, sous-secrétaire à la défense par intérim pour le renseignement, est un patriote et une personne très intelligente qui travaille dans les coulisses pour sauver l’Amérique des démocrates corrompus et criminels, des états profonds et des ennemis étrangers comme la Chine. »

PS : le dernier gus cité a été nommé par Michael T. Flynn… (pro QAnon).  Il a été viré le 2 août 2017…  et il est revenu en mai denier à un autre poste, pour en novembre être proposé par Trump en personne comme intérim du bureau de Mark Esper, viré lui aussi le lendemain de l’élection.

(2) l’explication est simple : « celle-ci repose sur deux captures d’écran de la carte électorale. Sur la première, Donald Trump est crédité de 2 200 902 voix contre 1 992 356 pour Joe Biden dans le Michigan. Sur la seconde, réalisée un peu plus tard, le rapport de force s’est brusquement inversé. Le démocrate totalise 2 130 695 votes, soit 138 339 de plus d’un coup, tandis que les suffrages du républicain n’ont pas progressé d’un iota. Or, le Michigan a été gagné par Joe Biden et le camp Trump a engagé des procédures pour faire interrompre le dépouillement. ,L’explication de cette anomalie a été fournie par un porte-parole de Decision Desk HQ, l’entreprise à l’origine de cette carte interactive. « C’était une simple erreur venant d’un fichier créé par l’Etat et que nous avons intégré. L’Etat s’est rendu compte de l’erreur et a produit un décompte mis à jour. Une fois qu’ils l’ont eu fait, nous avons mis à jour le décompte en conséquence. Cela arrive lors des soirées électorales », explique-t-il, cité par Politifact. Les tweets postés par Decision Desk HQ à quelques minutes d’intervalle reflètent cette correction (ici, puis et ).

(3) il fut un temps où Giuliani avait plus d’élégance quand il concédait sa propre défaite en 1989 face à David Dinkins (élu avec une marge fort étroite d’à peine 2% des votes, il est mort le 23 novembre 2020 !) le premier maire noir de New-York en le faisant même applaudir par ses supporters déçus. Grand moment… de démocratie !! C’est fou ce que l’on peut oublier, l’âge aidant… 

(4) à noter que la retraite de Russie est à l’origine de la toute première infographie, redécouverte par Jean-Pascal Grevet d’Icônes,  celle de Charles Joseph Minard: un vrai coup de  génie figuratif ! Superbe, on comprend tout en un seul regard : 422 000 hommes au départ (à gauche) pour déjà moins de 100 000 à Moscou, et le retour en France (trait noir) avec seulement 10 000, dont les fidèles grognards, décimés…

(5) La firme est devenue anglaise, et n’a été créée qu’en 2014 et non en 2004, soit APRES la mort de Chavez (annoncée officiellement le 5 mars 2013; on pense qu’il est mort un peu avant).  Il aurait au moins pu le vérifier : « en 2014, le PDG de Smartmatic, Antonio Mugica, et le britannique Lord Mark Malloch-Brown ont annoncé le lancement de la SGO Corporation Limited, une société holding basée à Londres dont l’actif principal est la technologie électorale et le fabricant de machines à voter. Lord Malloch-Brown (le chef de cabinet de Kofi Annan !est devenu président du conseil d’administration de SGO depuis sa fondation tandis qu’Antonio Mugica est resté PDG de la nouvelle entreprise. Ils ont été rejoints au conseil d’administration de SGO par Sir Nigel Knowles, PDG mondial de DLA Piper (annobli par la reine), l’entrepreneur David Giampaolo (né aux USA, à Miami) et Roger Piñate, COO et co-fondateur de Smartmatic. L’objectif de SGO, selon son PDG, était « de continuer à investir dans son cœur de métier (technologie électorale), mais il est également prêt à déployer une série de nouvelles entreprises basées sur la biométrie, la vérification d’identité en ligne, le vote par Internet et les citoyens participation, gouvernance électronique et lutte contre la pollution. » »

 

Référence comme analyse :« Trump and the Trumpists » par  Wolfgang Streeck, Director Emeritus and Professor at the Max Planck Institute for the Study of Societies in Cologne (avril 2017).

https://inference-review.com/article/trump-and-the-trumpists

 

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Laverie familiale

Je suis en train de faire mon job de patiente en salle d’attente du toubib ...

One comment

  1. avatar

    nouvelle du jour (30 novembre) concernant Doug Mastriano : il a attrapé le Covid19, à ne jamais vouloir porter de masque !!! et du annuler sa visite prévue à la Maison Blanche

    https://eu.usatoday.com/story/news/politics/2020/11/30/trump-meeting-pa-lawmaker-mastriano-told-he-has-covid-report/6461577002/

    quand on est c… c’est pour la vie, chez lui…

    sur son compte Twitter, aucune info à ce sujet : aurait-ll honte à ce point ?

    https://twitter.com/senmastriano

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.