Accueil / T Y P E S / Billets / ?lection 2009 ? la pr?sidence de la F?d?ration professionnelle des journalistes du Qu?bec : la neutralit? du pr?sident sortant point?e du doigt par les deux candidats

?lection 2009 ? la pr?sidence de la F?d?ration professionnelle des journalistes du Qu?bec : la neutralit? du pr?sident sortant point?e du doigt par les deux candidats

Le candidat ? la pr?sidence de la F?d?ration professionnelle des journaliste du Qu?bec (FPJQ) Martin Bisaillon, journaliste ? RueFrontenac.com et employ? en lock-out du Journal de Montr?al, accuse le pr?sident sortant de d’avoir rompu avec la tradition de neutralit? de l’organisme.

Dans une lettre ?InfoFPJQ hors-s?rie? consacr?e au programme des candidats ? la pr?sidence de la f?d?ration, le journaliste Martin Bisaillon ?crit : ?La F?d?ration professionnelle des journalistes du Qu?bec a suscit? beaucoup de m?contentement ces derniers mois parmi ses membres, notamment en raison de la prise de position du pr?sident sortant sur le conflit de travail au Journal de Montr?al. En janvier dernier, Fran?ois Bourque s??tait insurg? contre les d?put?s qui disaient ne plus vouloir donner d?entrevue au Journal de Montr?al en raison du lock-out d?cr?t? par Quebecor le 24 janvier. Par cette prise de position, M. Bourque a rompu avec la tradition de neutralit? de la FPJQ. Pis encore, son intervention a fait en sorte que les partis politiques ? Qu?bec se sont sentis libres de collaborer avec le Journal de Montr?al en lock-out, alimentant ainsi un m?dia priv? de ses artisans. M. Bourque aurait du s?en tenir au principe de neutralit? de la FPJQ dans ce dossier.? (Voir le programme complet du journaliste Martin Bisaillon)

Pour sa part, le journaliste Fran?ois Cardinal du quotidien montr?alais La Presse, ?galement candidat ? la pr?sidence de la F?d?ration professionnelle des journalistes du Qu?bec, soul?ve aussi la question de la neutralit? mais avec beaucoup plus de d?licatesse et de doignt? en ?crivant: ?Imaginons maintenant une FPJQ plus radicale, une FPJQ qui se jette dans la m?l?e, bref une FPJQ d?tourn?e de ses valeurs fondatrices. Aurait-elle la cr?dibilit? n?cessaire pour asseoir ? une m?me table des groupes de presse aux int?r?ts divergents? ?videmment pas. Certes, il y a du m?contentement au sein de la F?d?ration, avec raison. Appel?e ? r?agir ? chaud sur des dossiers extr?mement complexes et d?licats, la FPJQ marche constamment sur des ?ufs, et en casse parfois. Ayant un large membership, elle d?pla?t ? l?occasion ? certains de ses membres, qui h?las s?y retrouvent moins.? (Voir le programme complet du journaliste Fran?ois Cardinal)

En conclusion

La neutralit? de la F?d?ration professionnelle des journalistes du Qu?bec occupe donc une place centrale dans la campagne des candidats ? la pr?sidence. ? titre de citoyen, nous devons nous devons nous r?jouir de cette pr?occupation des journalistes au sein de leur f?d?ration. En revanche, la neutralit? m?me des journalistes, y compris de leurs choix parmi les informations, n’est pas toujours une partie gagn?e d’avance et tous les citoyens doivent demeurer vigilants.

En effet, comme je le mentionne aussi souvent que possible dans ces pages, ?Informer, c’est choisir?, c’est d’abord et avant tout ?choisir?. Car les informations disponibles se comptent par milliers ? chaque jour. Il faut avoir travaill? dans la salle de r?daction d’un m?dia pour comprendre jusqu’? quel point les journalistes sont d?bord?s d’information d’heure en heure. Leur premier travail : choisir l’information ? laquelle ils donneront suite et celle ? laquelle ils ne donneront aucun ?cho. Bref, les citoyens ne sont pas inform?s de tout par les journalistes. Et leurs choix ne sont pas toujours aussi neutres ou objectifs que le prescrit leur code de d?ontologie. De plus, il y a la politique ?ditoriale du m?dias pour lequel le journaliste travaille, une politique qui n’est pas toujours ind?pendante des int?r?ts particuliers des patrons de la r?daction et des propri?taires.

Mais il y a plus encore, il s’agit parfois de critiquer un journaliste pour qu’il rejette d’embl?e l’information que vous lui propos?e. Et l’affaire n’en demeure pas l? n?cessairement. Le journaliste avise ses confr?res. David Patry, journaliste en louk-out du Journal de Montr?al, m’?crivait le 17 mars dernier (2009), ? la suite d’une critique de son travail dans ces pages: ?Bonne chance pour essayer de convaincre un des journalistes qui ?crit pour le Journal de Montr?al ? ma place actuellement,?patron ou scab,?de parler de ta fondation!? Monsieur Patry fait-il ici allusion ? une liste noire circulant entre les journalistes du Journal de Montr?al ? Voil? donc le lectorat du Journal de Montr?al priv? d’information au sujet de la Fondation litt?raire Fleur de Lys uniquement parce que son pr?sident a os? critiquer publiquement un de ses journalistes. Dans cette affaire, la neutralit? a vite fait place au corporatisme journalistique devant la critique. Ce n’est pas normal. Mais ce sont les r?gles du jeu. Il y a un prix ? payer pour critiquer. Au final, c’est la population qui en paye le prix car elle se voit priv?e d’information. Il ne faut donc pas s’?tonner que des gens passent d?sormais des heures et des heures ? ?crire leurs propres nouvelles sur leur propre site web d’information, comme je viens de le faire.

Serge-Andr? Guay

serge-andre-guay@videotron.ca

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Il y a cinquante ans, le premier pas sur la Lune (4)

De tous les moyens ou engins employés pour conquérir la Lune, c’est peut-être celui-là le ...