Accueil / A C T U A L I T É / ?LECTION ? 2012 : L?OPPOSITION EST DANS L?USINE ET DANS LA RUE (Partie 2)

?LECTION ? 2012 : L?OPPOSITION EST DANS L?USINE ET DANS LA RUE (Partie 2)

 

 

Le syst?me des partis politiques ?lectoralistes ou le cr?tinisme parlementaire

 

Les partis politiques bourgeois sont de vastes machines ?lectorales. Ils comptent sur des budgets de millions de dollars obtenus de l??tat, de dons officiels et occultes qui sont autant d?investissements pour la bourgeoise. Les r?seaux occultes m?lant conseillers, firmes d?ing?nierie, constructeurs et lobbyistes, aux magouilleurs des partis politiques en sont des exemples patents. Ces argents servent ? embaucher des sp?cialistes en marketing et en publicit?, dont le r?le est de pr?senter les int?r?ts de la bourgeoise comme ?tant les int?r?ts du peuple tout entier.

 

? titre d?exemple, pendant cette ?lection les trois partis nationalistes-souverainistes proposent de mener la lutte pour le rapatriement au Qu?bec du programme d?assurance ch?mage f?d?ral sous pr?texte que les travailleurs qu?b?cois seraient mieux servis si des fonctionnaires qu?b?cois ?taient charg?s de couper dans ces cr?dits et d?affamer l?arm?e de r?serve des ouvriers. Examinons la quotidiennet? des travailleurs-ch?meurs. Si en 1997 plus de 85?% des travailleurs assur?s touchaient l?assurance ch?mage en cas de cong?diement, en 2012, ils ne sont plus que 42?% des assur?s ? recevoir des prestations de ch?mage en cas de cong?diement, et ? recevoir moins d?argent pendant moins longtemps (250?$ par semaine en moyenne pour une dur?e maximale de 40?semaines). Consid?rant que le gouvernement f?d?ral ne d?bourse aucun cr?dit dans ce programme d?assurance ch?mage, ce sont les travailleurs et les employeurs qui le financent ? cent pour cent. Le Qu?bec ayant un plus grand nombre de ch?meurs que toute autre province canadienne, ce sont les travailleurs des autres provinces qui soutiennent de leurs cotisations leurs camarades qu?b?cois. Le rapatriement au Qu?bec de ce programme f?d?ral signifierait donc une hausse des cotisations ou une nouvelle baisse des prestations pour les travailleurs qu?b?cois.

 

Les politiciens bourgeois souverainistes n?en ont cure et plut?t que de mener la bataille pour que tous les travailleurs touchent des prestations d?un montant sup?rieur, pendant plus de semaines, ils laissent entendre que l?absorption de ce programme par la bureaucratie qu?b?coise est de l?int?r?t de la nation. Les int?r?ts de la bourgeoisie bureaucratique nationaliste vont ? l?encontre des int?r?ts de la classe ouvri?re qu?b?coise.

 

Cette revendication chauvine-nationaliste-r?actionnaire est une autre manifestation de la tactique du ??chantage ? la souverainet??? par laquelle la fraction qu?b?coise de la classe capitaliste monopoliste canadienne m?ne la guerre aux autres fractions provinciales de cette classe h?g?monique. Comme nous l?avons d?j? soulign? dans un ouvrage r?cent, la classe ouvri?re n?a rien ? faire de ces disputes entre grands pr?dateurs?(2).

 

Victoire de la gr?ve ?tudiante

 

Le syst?me de partis politiques assure le recrutement et le renouvellement constant de la caste des ??patronneux?? politiques, des travailleurs d??lections et des ??poteaux?? ?lectoraux ?jusqu?au jour o? la multiplication des scandales, des contrats mafieux, des ristournes et des pr?varications entraine la d?saffection, le d?sint?r?t et le d?go?t g?n?ralis? des ?lecteurs pour cette mascarade de polichinelles en cravate. Il y a alors grand espoir que les ouvriers, les ?tudiants, les autochtones et les communaut?s ethniques se tournent vers la lutte des classes, la r?sistance active et la d?sob?issance civile, ce qui s?est effectivement produit au cours de la gr?ve ?tudiante victorieuse. L?exemple des ?tudiant(e)s risque maintenant de se propager aux travailleurs de la fonction publique, aux Premi?res nations spoli?es et aux ouvriers des usines de plus en plus agress?s par la crise ?conomique sur laquelle cette ?lite politique en place n?a aucun contr?le.

 

Quand une telle d?saffection ??d?mocratique?? menace de se g?n?raliser parmi la population ali?n?e, la bourgeoisie appelle de nouveaux ??h?ros??, et proposent de ??nouvelles?? formations politiques devant redorer le blason de la gent politique. Parfois un vieux troubadour revamp?, un ??has been?? sur le retour, change de camp pour laisser croire ? sa virginit? retrouv?e (Charest passant aux lib?raux, Legault passant ? l?ADQ-CAQ). ? d?autres moments un nouveau parti est cr?? de toute pi?ce (l?ADQ de Mario, Qu?bec Solidaire d?Amir Khadir) que la bourgeoisie accr?dite et promeut (la candidate d?put? du comt? de Gouin invit?e au d?bat des chefs ? Radio-Canada) esp?rant ainsi sauvegarder son syst?me ?lectoraliste frauduleux.

 

Les m?dias ? la solde

 

La classe capitaliste contr?le ?galement les m?dias qui sont de puissantes machines d?orientation de l?opinion publique. Ces m?dias sont l?interm?diaire par lequel la population prend connaissance du monde et de la soci?t? au-del? de son milieu de vie imm?diat. Ce sont ces m?dias qui d?cident ce qui est port? ? l?attention de la population et ce qu?il faut en comprendre et ?penser. Le point de vue bourgeois plane sur chaque article, sur chaque nouvelle diffus?e, m?me quand le reportage semble critiquer le syst?me ?conomique capitaliste (Exemples?: documentaires de Michael Moore ou de Richard Desjardins), sa diffusion ne vise qu?? laisser croire que d?mocratiquement tous les avis ont droit de s?exprimer, mais que finalement, le monde ?tant ce qu?il est, il est strictement impossible d?en extirper l??go?sme, le narcissisme, la cupidit?, la cruaut? et la mis?re mortif?re.

 

Vous ?tes avec nous ou vous ?tes contre nous?!

 

Vous ?tes avec nous ou vous ?tes contre nous, r?p?tent les capitalistes qu?b?cois ?conscients de leur coh?sion de classe. Un parti politique n?a qu?une option durant une??lection, soit departiciper au fonctionnement de l?appareil d??tat soumis aux lois in?luctables de l??conomie capitaliste, auquel cas ce parti pr?sente des candidats pusillanimes qui plus tard s??tonneront pudiquement de la spoliation des caisses de l??tat et afficheront leur ?impuissance d?sesp?rante.

 

Ces d?put?s sans aucun pouvoir se d?soleront que leurs promesses ne soient pas tenues; que le ch?mage augmente; que les taxes, les imp?ts et les tarifs des services publics s?envolent. Ils pleurnicheront que les mini?res, les papeti?res, les alumineries opini?tres paient bien peu de redevances ? mena?ant de cesser l?exploitation du prol?tariat qu?b?cois si on les ?ran?onne?. Vous les verrez s??tonner que la dette souveraine grimpe en fl?che sous la botte des financiers sans piti?; que les services publics soient privatis?s (comme au temps du Parti Qu?b?cois) et qu?ils soient de moins en moins accessibles (comme au temps du Parti Lib?ral). Vous verrez ces? d?put?s ?baubis que le pouvoir d?achat du prol?tariat s??tiole.

 

Ne vous laissez pas tromper par ces promesses de s?v?res redevances mini?res et foresti?res et autres chim?res. Les poltrons qui font ces rodomontades ne r?sisteront pas aux pressions des banques et du capital. La dame Marois, du temps qu?elle ?tait ministre des finances, avait propos? de r?duire les imp?ts des entreprises qu?b?coises d?j? les moins tax?es en Am?rique. Charest a r?duit chaque ann?e les imp?ts des entreprises mais il a hauss? les tarifs d??lectricit? pour les m?nages et tent? de doubler les droits de scolarit? des ?tudiants qu?b?cois? ?avec le succ?s que l?on sait.

 

Ce n?est pas ? la vente ? rabais de nos ressources ? qui fait tellement de tort et qui nous d?truit collectivement. Ce n?est pas le prix fix? pour la dilapidation du patrimoine qu?b?cois qui hypoth?que notre avenir collectif, celui du prol?tariat et du peuple qu?b?cois. C?est la propri?t? priv?e capitaliste de ces ressources et de ce patrimoine (minerais, bois, eau, ?nergie, force de travail) qui entra?ne, quel que soit le prix fix? pour cette braderie, la spoliation des ouvriers, des peuples autochtones, de la petite-bourgeoise paup?ris?e et des pauvres ? tous alli?s.

 

Appose ta croix et ferme l??!

 

Apr?s toutes ces j?r?miades, chaque ?lecteur sera un jour convoqu? ? une nouvelle foucade ?lectorale pour cr?dibiliser ce syst?me ?lectorale pourri qui trompe le peuple depuis des d?cennies. Pendant que le peuple subodore l?arnaque sous cette mascarade des urnes et des isoloirs, la pseudo gauche s??vertue ? encenser et ? louanger ce chienlit, cette esbroufe futile. Ce syst?me ?lectoraliste ??d?mocratique?? n?a rien de d?mocratique et un milliardaire comme Paul Desmarais, pr?sident de Power Corporation, aura toujours infiniment plus d?influence et de pouvoir politique que madame Chenet de la rue des Saulaies (3).

En soci?t? bourgeoise l?ar?ne ?lectorale est le terrain de pr?dilection du grand capital. C?est la raison pour laquelle les capitalistes monopolistes occidentaux ? am?ricains, canadiens, australiens, europ?ens ? imposent aux peuples du tiers-monde, via les ONG ou par la force des armes, ce stratag?me ?lectoral pour la s?lection et l?accr?ditation des porte-faix politiques ? la solde des riches. Tous ces gens pr?sentent ce syst?me ?lectoral par les riches et pour les riches comme ?tant la forme achev?e de la ??d?mocratie populaire?? que l?on pourrait ainsi r?sumer?: ??Appose ta croix et ferme l??!??. Et si d?aventure, la ??populace?? vote mal, comme en Palestine, en Alg?rie, en G?orgie, au Chili, sur le trait? de ?Maastricht ou en Syrie, le scrutin sera ?repris jusqu?au r?sultat d?sir?.

 

La ??d?mocratie?? bourgeoise est une ar?ne o? les r?gles sont les m?mes pour tous mais o? l?arme ?lectorale est accapar?e par ceux qui poss?dent le capital priv?, les moyens de publicit?, ceux qui contr?le l?immense appareil d??tat et son monopole de la violence l?gale. La ??d?mocratie?? bourgeoise repose sur une citoyennet? compl?tement passive pour la majorit? de la population d?une part et sur l?hyperactivit? des politiciens de carri?re et des experts ? la solde d?autre part. Le peuple n?y exerce aucun pouvoir, il y renonce et transf?re sa l?galit? par son vote, r?pudiant ainsi son pouvoir et sa l?gitimit? qu?il d?l?gue ? des politiciens v?reux ou impuissants.

 

Par cette supercherie ?lectoraliste, la bourgeoise cherche ? ?carter les ouvriers de la lutte des classes et ? ?loigner ses alli?s de toute contestation de l?ordre ?tabli m?me si l??conomie s??croule et les crises financi?res les d?pouillent de leurs salaires, de leurs avoirs et de leur dignit?.

 

La solution de remplacement politique

 

La solution de remplacement, c?est qu?un parti politique du prol?tariat qui rejette les lois de ce syst?me ?conomique pr?varicateur et propose l??dification d?un nouveau syst?me ?conomique-politique bas? sur la propri?t? collective de tous les moyens de production, de distribution et d??changes. Le Parti politique du prol?tariat qui offrirait cette formule de remplacement ne pr?senterait aucun candidat ? cette ?lection bidon destin?e ? choisir les meilleurs amis de la bourgeoisie, les serviteurs de l?oligarchie.

 

Un tel parti du prol?tariat refuserait de faire serment de fid?lit? ? la constitution bourgeoise dont le premier article stipule qu?il est interdit de renverser l?ordre ?tabli. Ce parti r?volutionnaire prol?tarien refuserait de renoncer ? la s?dition, ? l?insurrection et ? la r?volution, et ne saurait raisonnablement pr?senter des candidats ? des ?lections qui visent ? l?gitimer le syst?me parlementaire bourgeois d?cadent qu?il souhaite renverser.

 

Jean Charest a parfaitement r?sum? ce dilemme du gouvernement des riches ??? chacun de choisir?: la loi et l?ordre de l?Assembl?e Nationale du capital, ou alors, le pouvoir et la d?mocratie populaire des carr?s rouges dans la rue !??. Le Parti Qu?b?cois, Qu?bec Solidaire et les autres ont choisi le pouvoir parlementaire bourgeois.? Les ouvriers et leurs alli?s devraient ?choisir le pouvoir des carr?s rouges dans la rue et la lutte des classes en dehors du parlement bourgeois.

 

L?avenir est dans l?usine et la r?sistance est dans la rue

?

Comme la r?sistance ?tudiante le d?montre; comme la lutte ouvri?re dans les usines, les mines et les for?ts l?atteste; tel que le prouvent les manifestations de Partisans devant les conseils municipaux vendus visant ? bloquer les ignobles
projets de gaz de schistes et de prospection p?troli?re ? Anticosti et dans le Saint-Laurent; comme l?illustrent les barrages routiers de nos camarades des Premi?res nations pour stopper la construction d?infrastructures et de mines meurtri?res sur leurs terres ancestrales.

 

C?est dans l?usine et dans la rue, sur les routes, sur les places publiques, sur les chantiers de construction, sur les piquets de gr?ve, en face des banques et de la bourse, devant les ?tablissements d?enseignement, les officines, les institutions et les palais de justice; c?est dans les actes de r?sistance quotidiens sur les lieux de travail, dans les quartiers et dans les manifestations militantes que r?side le pouvoir de la classe ouvri?re et de ses alli?s les ?tudiants, les immigrants r?cents, les communaut?s culturelles, les autochtones et le peuple tout entier.

 

Quand tous ensemble nous aurons, ? travers ces r?sistances, tremp? nos armes et forg? notre unit? dans la lutte de classe qui oppose le prol?tariat, le TRAVAIL SALARI?, SOCIALIS? ET COLLECTIVIS? au CAPITAL PRIVATIS? ET ANARCHIQUE, il sera temps de convoquer une constituante populaire et d?mocratique o? la majorit? des r?volt?s pourra d?terminer sa destin?e.

 

Comme des millions de prol?taires qui ne se d?placent plus pour voter, soyons de bons Partisans du prol?tariat. Cette ?lection on?reuse, futile et inutile, aux r?sultats connus d?avance, ne nous concerne pas.

 

? l??vidence un parti bourgeois sera ?lu et nous nous y opposerons ? l?usine et dans la rue.

?

Donnons une voix au prol?tariat, boycottons les ?lections?!

 

________________________________________________________

 

(1)??? http://les7duquebec.com/2012/06/13/le-nationalisme-a-t-il-un-avenir-international/

(2)??? http://les7duquebec.com/2012/06/27/18246/ Imp?rialisme et question nationale. Le mod?le canadien (2012). http://www.robertbibeau.ca/commadevolume.html

(3)??? Le soufre des ?lections. 16.08.2012.? http://www.politicoglobe.com/2012/08/le-soufre-des-elections-2/

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Trump : Gouverner les USA comme le Mississippi (5)

Phil Bryant, le gouverneur du Mississippi, a été en définitive l’otage docile de l’extrême droite ...

One comment

  1. avatar

    En 1992, quand le château de Windsor a subi un incendie, une chaîne humaine sortait les objets de valeur du château afin de les mettre à l’abri. Il était clair que cette solution, même hasardeuse, était de loin la plus souhaitable, parce que la plus efficace dans les circonstances.

    A plusieurs égards, la situation du Québec demande la même intervention. Il est le théâtre d’abus préjudiciables, de substitution des pouvoirs, de détournement de fonds, d’exploitation non responsable de ses ressources et d’erreurs grossières qui mettent en péril l’ensemble de ses valeurs. Le Québec n’a plus d’autre option que celle de sauver ce qui reste de ses valeurs et de les mettre à l’abri des fous assoiffés dont l’orgueil, la cupidité et l’intransigeance humaine ne peuvent que conduire à 2 mondes: celui qui a tous les droits et l’autre.

    Je ne veux pas avoir tous ces droits arrachés dans l’adversité et le mépris et je ne veux pas de l’autre monde à la remorque du premier.

    Je veux pour nous tous l’assurance de vivre en toute légitimité dans un endroit qui ne soit pas le théâtre de sacrifices et d’offenses, un endroit dont nous n’aurons pas à souffrir les misères et la honte.