Accueil / A C T U A L I T É / Economie et Empire am?ricain: Le monde d?rive vers la 3e Guerre mondiale

Economie et Empire am?ricain: Le monde d?rive vers la 3e Guerre mondiale

http://a7.idata.over-blog.com/372x278/1/07/22/91/Anti-War-Protests/ScenicNuclearBombs_xx64.jpg

http://a7.idata.over-blog.com/372×278/1/07/22/91/Anti-War-Protests/ScenicNuclearBombs_xx64.jpg

?conomie et empire am?ricain: l?Armageddon ?conomique m?ne le monde ? la troisi?me guerre?mondiale?

le juillet 31, 2011 par R?sistance 71

 

 

Nous avons traduit ici le dernier article du Dr Paul Craig Roberts qui appelle une fois de plus un chat un chat et nous donne les v?ritables raisons de l?agression aventuri?re am?ricano-otanesque de la Libye et celles de l?ing?rence en Syrie. L?occident est entra?n? dans une confrontation de l?empire avec la Chine et la Russie, confrontation qui pour l?heure demeure larv?e et par pays interpos?s? L?Histoire nous a d?montr? encore et encore que ce genre de situation m?ne irr?vocablement ? la guerre.


Les oligarques veulent une guerre. La guerre b?tit les fortunes et consolident les pouvoirs. La chaos ultime pour les chantres du Nouvel Ordre Mondial qui pensent b?tir leur ordre sur les cendres du monde.

 

Nous somme gouvern?s par des psychopathes ? la botte de psychopathes en chef? Rien n?est irr?m?diable. Nous laisserons-nous men?s ? l?abattoir apr?s la tonte du moment ?


? R?sistance 71 ?

Armageddon ?conomique: la r?ponse de Washington ? l??chec de l??conomie? Plus de guerre !

Par Paul Craig Roberts

Le 30 Juillet 2011,

Url de l?article original:

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=25813

~ Traduit de l?anglais par R?sistance 71 ~


Alors que la seconde d?cennie du XXI?me si?cle commen?ait, l??conomie am?ricaine n?a toujours pas r?cup?r? de la grande r?cession amorc?e en d?cembre 2007.

L??chec de la convalescence de l??conomie eut lieu malgr? le plus gros stimulus fiscal et mon?taire de l?histoire du pays. Il y a eu un package de sauvetage de 700 milliards de dollars, un programme de stimulus de 700 milliards de dollars, quelques milliers de milliards de ?facilitation quantitative?, cela sous forme de mon?tarisation de la dette ou en imprimant de la monnaie pour financer les d?penses du gouvernement. De plus, les d?ficits de la r?serve f?d?rale se sont accrus par milliers de milliards de dollars alors que la Fed achetait? de l?emprunt et du d?rivatif en difficult? dans son effort pour conserver le syst?me financier solvable et fonctionnel. D?apr?s l?audit de la r?serve f?d?rale par le bureau des responsabilit?s du gouvernement rendu public par le s?nateur Bernie Sanders, la r?serve f?d?rale a accord? des pr?ts secrets ? des banques ?trang?res et ?tats-uniennes ? concurrence de 16 100 milliards de dollars, une somme sup?rieure au PIB des Etats-Unis.

Malgr? l??norme stimulus fiscal et monn?taire, l??conomie est demeur?e au point mort.

Pour 2011, le d?ficit du gouvernement f?d?ral pour ses d?penses annuelles ?tait de 43% du budget. En d?autres termes, le gouvernement a d? emprunter, ou la Fed a d? mon?tiser 43% des d?penses de l??tat pendant l?ann?e fiscale 2011. Malgr? ce stimulus fiscal et monn?taire, l??conomie n?a pas r?cup?r?.

A la fin de la premi?re d?cennie du XXI?me si?cle, le d?clin de l??conomie fut temporairement arr?t? par des subsides f?d?raux pour les achats de voitures et de maisons. Les subsides de 8 000 US$ pour l?accession ? la propri?t? des nouveaux mari?s ont aid? grandement, car ils repr?sentaient une grosse partie des arrhes ? verser dans un march? de l?immobilier en d?pression. Les subsides pour l?achat de v?hicules ont transf?r? les demandes future dans le pr?sent. Quand ces subsides ce sont taris, le syst?me de support artificiel de vie de l??conomie fut d?branch?.

Des probl?mes avec la gestion statistique du ch?mage, de l?inflation, du PIB, masqu?rent l?aggravation de l??conomie. Les ajustements saisonniers utilis?s pour arrondir les angles des donn?es brutes au cours de l?ann?e n??taient pas faits pour cadrer avec une r?cession prolong?e. Ni du reste le mod?le ?naissance-d?c?s? utilis? par le bureau des statistiques du travail (BLS) pour estimer les emplois non report?s par les compagnies start-ups et les pertes des compagnies qui ?taient d?j? en faillite. Le mod?le naissance-d?c?s a ?t? cr?? pour une ?conomie en expansion et pendant les creux de vague, surestime le nombre d?emplois cr??s.

?L?effet de substitution? utilis? dans l?index de prix de consommation sous-estime l?inflation en assumant que les consommateurs substituent des denr?es alimentaires meilleur march? pour celles dont le prix augmente. Par exemple, si le prix du steak augmente ? New York, ceci n?appara?t pas dans l?index de prix de consommation ? cause de la supposition que les gens vont acheter une viande moins ch?re.

Bidouillage de comptabilit?

La mesure la plus largement utilis?e pour ?valuer ?l?inflation de base? n?inclut pas l?alimentaire ou l??nergie. Cette mesure est importante pour ceux qui veulent proc?der ? une pirouette optimiste de la situation.

En sous-?valuant l?inflation, le gouvernement peut surestimer la croissance r?elle du PIB, ainsi cr?ant un effet optimiste. De mani?re similaire, en utilisant la mesure du taux d?emploi connue sous le non de U.3, le gouvernement peut sous-estimer le ch?mage.

Le taux de ch?mage officiel, celui qui fait les manchettes et sur lequel les m?dias et la presse financi?re se basent, ?tait de 9,2% en Juin 2011. Mais ce taux n?inclut pas les ch?meurs d?courag?s. Ceux-ci sont des personnes qui ont cess? de rechercher un emploi, parce qu?il n?y en a pas. Un ch?meur d?courag? ne figure nulle part, il ne figure pas dans la force de travail et ne figure pas dans les ch?meurs r?pertori?s U.3

Le gouvernement f?d?ral sait parfaitement que tout ceci est une fraude et a une mesure U.6 du taux de ch?mage qui compte les d?courag?s ? court-terme. Cette mesure, qui n?est quasiment jamais rapport? dans les m?dias place le taux de ch?mage r?el aux Etats-Unis ? 16,2% en Juin 2011.

Le statisticien John Williams (de shadowstats.com) continue lui de compter les ch?meurs d?courag?s ? long-terme, de la fa?on dont cela ?tait fait dans les ann?es 1980. En Juin 2011, la mesure totale du taux de ch?mage r?el aux Etats-Unis ?tait de 22,7%

En d?autres termes, en 2011, entre 1/5?me et le quart de la force de travail ?tats-unienne ?tait sans travail.

Au cours de l?ann?e 2011, les Etats-Unis ont fait face ? trois crises ?conomiques simultan?es. Une crise survint des pertes d?emplois am?ricains, du PIB, des revenus des consommateurs et de la base fiscale caus?e par les corporations d?localisant leur production pour le march? am?ricain. Au lieu de faire leurs produits sur le sol am?ricain avec le labeur am?ricain, donnant ainsi des emplois et aux Etats et localit?s des revenus fiscaux, les entreprises am?ricaines donn?rent tout cela ? des pays comme la Chine, l?Inde et l?Indon?sie. Cette pratique eut pour r?sultat que le stimulus donn? ? l??conomie fut incapable de la relancer et les Am?ricains ne peuvent plus ?tre rappel? au travail qui a ?t? d?localis?.

Une autre crise fut celle r?sultant de la crise financi?re par la d?r?gulation, la fraude et la rapacit?. Les emprunts perdirent leur s?curit?; les cr?ateurs de ces emprunts n?avaient plus l?avantage de la certainet? de la valeur du cr?dit de l?emprunteur, parce que les cr?ateurs d?emprunts les vendaient ? des tierces parties qui combinaient ces emprunts avec d?autres et les vendaient ? des investisseurs.

Comme les emprunts ?taient donn?s pour des commissions, plus il y avait d?emprunts, plus haut ?tait le revenu des commissions. Afin de toucher ces commissions, certains cr?ateurs d?emprunts falsifi?rent les rapports de cr?dit des emprunteurs. Avec l?immobilier florissant, beaucoup de gens prirent des emprunts afin de faire de l?argent ? la revente des propri?t?s. Avec les prix de l?immobilier montant rapidement, le versement d?arrhes et les soucis de solvabilit? du cr?dit devinrent des concepts du pass?. La crise fnanci?re fut empir?e par la capacit? des banques d?investissement de pouvoir contourner les exigences du capital et ainsi, faire levier sur leur ?quit? en s?endettant ?norm?ment. Quand toutes ces bulles explos?rent, le ch?teau de cartes s?effondra.

L?armageddon ?conomique

La troisi?me crise fut celle des d?ficits budg?taires f?d?raux de 1500 milliards de dollars, qui ?taient par trop importants pour pouvoir ?tre financ?s sans que la r?serve f?d?rale n?ach?te la nouvelle dette de tr?sor. Connu sous le vocable de mon?tarisation de la dette, la r?serve f?d?rale a achet? des bons du tr?sor, des billets en cr?ant un compte-ch?que, duquel la tr?sorerie tirerait pour payer les dettes du gouvernement. L?h?morragie de dette du tr?sor inqui?ta ? propos de la valeur d??change du dollar et de son r?le come monnaie de r?serve et ceci f?t monter la peur de l?inflation. Les prix de l?or et l?argent mont?rent alors que le dollar d?clina dans les march?s des changes.

Chacune de ces crises ?tait s?rieuse. Combin?e, elles impliquent un armageddon ?conomique.

Il n?y avait pas de porte de sortie ?vidente, mais m?me s?il y en avait une, le gouvernement, lui, ?tait pr?occupp? ailleurs: sur les guerres.

En plus des op?rations militaires continuelles en Irak, Afghanistan, Pakistan, Y?men et Somalie, les Etats-Unis et l?OTAN commenc?rent des op?rations militaires contre la Libye le 19 Mars 2011. Tout comme les autres guerres, le v?ritable but de cette agression contre la Libye ne fut pas reconnue et explicitement dite, mais il devint tr?s vite clair que le but de cette guerre ?tait d??vincer la Chine de ses investissements p?troliers en Libye orientale. A l?encontre des protestations arabes ant?rieures, la rebellion libyenne ?tait une insurrection arm?e dans laquelle certains virent la main de la CIA.

La guerre de Libye remonta le risque d?un cran, car bien que se cachant derri?re le voile des protestations du monde arabe, les Etats-Unis ?taient en fait en train de confronter la Chine en Libye. Similairement, avec la rebellion arm?e en Syrie support?e par les Etats-Unis, la cible de Washington ?tait en fait la base navale russe de Tartus. Renverser le gouvernement Al-Assad en Syrie et installer un regime ami mettrait un prix exhorbitant sur la pr?sence navale russe en M?diterann?e.

En masquant ses buts derri?re les protestations du monde arabe en Libye et en Syrie, qu?ils pourraient avoir d?clanch?, Washington ?vita un conflit frontal avec la Chine et la Russie, mais n?anmoins ces deux super-puissances comprirent que Washington attaquait leurs int?r?ts. Ceci monta d?un s?rieux cran la folie des politiques agressives de Washington en initiant une confrontation avec deux puissances nucl?aires, dont l?une d?entr?elles poss?de un certain pouvoir financier sur l?Am?rique car ?tant son plus grand cr?diteur ?tranger.

Les investissements p?troliers de la Chine en Angola et au Nig?ria ?taient une autre cible. Pour contrer la p?n?tration ?conomique de la Chine en Afrique, les Etats-Unis ont cr?? l?American African Command dans les derni?res ann?s de la premi?re d?cennie du XXI?me si?cle. D?rang?s par la mont?e en puissance de la Chine, les Etats-Unis ont entrepris d?emp?cher la Chine d?obtenir des sources d??nergie ind?pendantes. Le grand jeu qui dans la pass? a toujours men? ? la guerre est encore en train d??tre jou?.

Le 11 Septembre 2001 a donn? aux Etats-Unis une ?nouvelle menace? pour remplacer la menace d?funte en 1991 de l?URSS. Malgr? l?absence du grand ennemi sovi?tique, le budget militaire et de la s?curit? a ?t? gard? intact pendant une d?cennie. Le 11 septembre injecta une croissance rapide dans le budget militaro-s?curitaire. Dix ans plus tard, ce budget culmine ? environ 1100 milliards de dollars par an, ou approximativement 70% du d?ficit du budget f?d?ral, qui handicape le dollar et menace la note du cr?dit de la tr?sorerie am?ricaine.

 

Focalis? sur les guerres du Moyen-Orient, Washington perdait la guerre pour l??conomie am?ricaine.

Alors que l?espoir d?une reprise de l??conomie pour 2011 s??vaporait au cours de l?ann?e, le besoin d?une guerre devint de plus en plus imp?ratif. (voir Antiwar.com, ?Sen. Graham ?Very Close to War?.)

 

Ancien ?diteur associ? du Wall Street Journal et chroniqueur pour BusinessWeek, le Dr. Paul Craig Roberts a servi comme membre de comit? au parlement et au s?nat am?ricain; il fut secr?taire d??tat aux finances durant l?admnistration Reagan. Il fut un acad?mique dans six universit?s. R?cipiendaire de la m?daille d?argent du tr?sor am?ricain et officier de la l?gion d?honneur.

SOURCE:

http://sos-crise.over-blog.com/article-economie-et-empire-americain-le-monde-derive-vers-la-3e-guerre-mondiale-80580364.html


Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (7)

Des bras cassés alcooliques ou drogués, des voleurs à l’étalage, des fracassés de la vie ...