Accueil / T Y P E S / Articles / DSK et Pascal Lamy doivent d?missionner du PS !

DSK et Pascal Lamy doivent d?missionner du PS !

En vue de l??lection pr?sidentielle 2012 et pour ne pas d?cevoir ? nouveau les millions d??lecteurs qui s’appr?tent ? voter pour lui, le PS a tout int?r?t ? ?tre porteur d?une vraie solution alternative au syst?me actuel. Mais il risque d??tre repr?sent? par une personnalit? de l?establishment financier.

L??lection d?un tel candidat, incapable d??tablir un rapport de forces avec les repr?sentants du milieu dont il serait issu, conduirait aux m?mes impasses et d?sillusions que par le pass??

Puisque le Parti socialiste fran?ais se dit de gauche et que deux de ses ?minents adh?rents sont en faveur du lib?ralisme le plus d?brid? dans les institutions internationales, une clarification est n?cessaire. On ne peut en effet ?tre de gauche et diriger le Fonds mon?taire international (FMI) ou l?Organisation mondiale du commerce (OMC), piliers de l?ordre n?olib?ral mondial.

Si Dominique Strauss-Kahn, directeur g?n?ral du FMI et Pascal Lamy, directeur g?n?ral de l?OMC ont fait leur choix, le Parti socialiste fran?ais doit lui aussi choisir : soit il renonce d?finitivement ? repr?senter la gauche, soit il exclut Dominique Strauss-Kahn et Pascal Lamy.

La d?claration de principes du PS d?bute par les lignes suivantes :

Il est n? de la rencontre entre une pens?e critique, riche et diverse, et l?action du mouvement ouvrier qui, pendant deux si?cles, ont port? une contestation de l?organisation sociale fa?onn?e par le capitalisme et ont d?fendu le projet d?une soci?t? solidaire dont tous les membres jouissent des m?mes libert?s et des m?mes droits.

Il revendique le souvenir de 1848, avec l?abolition de l?esclavage, de la Commune, l?h?ritage de la R?publique, de son ?uvre d?mocratique, et de son combat pour la la?cit?, les grandes conqu?tes sociales du Front populaire, de la Lib?ration, de mai 68, de mai 81 et des gouvernements de gauche qui se sont succ?d? depuis.

Il participe des grandes batailles politiques et intellectuelles pour la libert? et la justice, de l?affaire Dreyfus ? l?abolition de la peine de mort. Il fait sienne la D?claration universelle des droits de l?homme de 1948. ?

Comment imaginer des actions plus contradictoires avec ces valeurs socialistes que celles de Dominique Strauss-Kahn au FMI et de Pascal Lamy ? l?OMC ?

Le FMI

Officiellement, le r?le du Fonds mon?taire international est de ? promouvoir la coop?ration mon?taire internationale, de garantir la stabilit? financi?re, de faciliter les ?changes internationaux, de contribuer ? un niveau ?lev? d?emploi, ? la stabilit? ?conomique et de faire reculer la pauvret? ?.

Le FMI fournit des cr?dits aux pays en difficult?. Mais en contrepartie, il exige des politiques de rigueur, de lib?ralisation des services publics, de privatisations, de d?sengagement de l??tat, nomm?s ? Plans d?ajustement structurels ?.

Il dispose ?galement d?un r?le de conseil et de formation pour mener des politiques ultralib?rales. Le FMI est d?nonc? pour ses actions au niveau international par des centaines d?organisations actives dans les pays du Sud et du Nord.

L?OMC

Le but de l?Organisation mondiale du commerce est de favoriser le commerce, en fait le libre-?change. Th?oriquement, elle pourrait prot?ger le plein-emploi, les consommateurs, leur sant?, la souverainet? et la s?curit? alimentaires, l?environnement. Pratiquement, son action se limite ? la lib?ralisation du commerce et ? la d?r?gulation. Toute mesure qui entraverait les ?changes commerciaux, comme les normes sociales ou environnementales, est fermement condamn?e et souvent attaqu?e par l?OMC.

Son fonctionnement est digne d?une r?publique banani?re et ses politiques ont aggrav? les in?galit?s entre le Nord et le Sud.

Plusieurs manifestations de grande ampleur ont eu lieu ces derni?res ann?es contre l?OMC, notamment ? l?occasion de contre-sommets ? l?initiative de mouvements altermondialistes, paysans et syndicaux.

Quelques faits d?armes de Dominique Strauss-Kahn

1994 : il participe ? la cr?ation du ? Cercle de l?industrie ?, lobby des industriels fran?ais au sein de l?Union europ?enne. Y sont repr?sent?s : Rh?ne-Poulenc, Lafarge, Pechiney, Elf, L?Or?al, Bull, Schneider, Renault, Total?

1997 : ministre de l??conomie, des Finances et de l?Industrie de Lionel Jospin, il supervise les ouvertures de capital (France T?l?com, Air France, Thomson, EADS…) et les privatisations (Cr?dit lyonnais, GAN, CNP, CIC, Autoroutes du Sud de la France…) qui s?encha?nent ? un rythme in?gal? (42 milliards par an en moyenne contre 38 pour le gouvernement Balladur et 27 pour le gouvernement Jupp? !). En d?cembre, il annonce vouloir relancer la r?flexion sur les fonds de pension.

1999 : il baisse le taux d?imposition des stock-options de 40% ? 26%, ce qui repr?sente un b?n?fice de 4 milliards de francs pour 12 000 privil?gi?s.

2000 : il participe ? la Conf?rence annuelle du Groupe de Bilderberg, un rassemblement des plus puissants hommes d?affaires, dirigeants et hommes de m?dias dans le monde.

2003 : il co-fonde avec Michel Rocard le club de r?flexion ? gauche, en Europe qui soutient tr?s t?t et de fa?on inconditionnelle le Trait? constitutionnel europ?en. En mai 2005, il sort un DVD en faveur du ? oui ?.

2007 : il devient directeur g?n?ral du FMI sur proposition de Jean-Claude Juncker (cet homme politique luxembourgeois est l?un des architectes du trait? de Maastricht) et Romano Prodi (ancien pr?sident de la Commission europ?enne), avec le soutien actif de Nicolas Sarkozy et avec l?accord du pr?sident des ?tats-Unis George W. Bush.

Quelques faits d?armes de Pascal Lamy

1982-1983 : directeur adjoint du cabinet de Jacques Delors (ministre de l??conomie et des Finances), il pilote en France le ? tournant de la rigueur ?, quand le Parti socialiste s?aligne sur le n?olib?ralisme.

1985 : directeur de cabinet de Jacques Delors (Pr?sident de la Commission europ?enne), il applique avec soin les propositions des grandes multinationales et impulse l? ? Acte unique ? qui est l?alignement n?olib?ral de la ? construction ? europ?enne.

1994 : entr?e au comit? de direction du Cr?dit lyonnais. Il en devient cinq ans plus tard le directeur g?n?ral et pr?pare la privatisation de la banque et les licenciements massifs qui l?accompagnent. Il deviendra pr?sident de la commission ? prospective ? du CNPF, le futur MEDEF, principal syndicat patronal en France.

1999 : il devient commissaire europ?en et d?bute son mandat en r?clamant de lever l?interdiction de cultiver des Organismes g?n?tiquement modifi?s (OGM) en Europe.

2000 : il participe ? la Conf?rence annuelle du Groupe de Bilderberg, un rassemblement des plus puissants hommes d?affaires, dirigeants et hommes de m?dias dans le monde. Il sera ?galement pr?sent lors des r?unions de 2001, 2003 et 2005.

2007 : il devient directeur g?n?ral de l?OMC gr?ce ? l?appui du gouvernement de Jean-Pierre Raffarin et du Pr?sident de la R?publique Jacques Chirac, avec l?accord du pr?sident des ?tats-Unis George W. Bush.

? la veille des ?ch?ances politiques de 2012, Dominique Strauss-Kahn et Pascal Lamy n?ont plus rien ? faire au Parti socialiste et, en y ?margeant, portent pr?judice ? l?ensemble de la gauche.


Appel citoyen pour l’exclusion de Dominique Strauss-Kahn et Pascal Lamy : http://www.m-pep.org/spip.php?article1959

NO COMMENT !


Photo Flickr-cc : Dominique Strauss-Kahn par De Christian (
http://www.flickr.com/photos/38131656@N00/295771537
)


Photo Flickr-cc: Pascal Lamy par OECD (http://www.flickr.com/photos/oecd/3715580649/)


Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Histoires de médocs et course au vaccin

Dans la tourmente actuelle, je vous ai retrouvé une petite perle. Aujourd’hui que l’on se ...