Douleurama

 

Source:GiveaBuckSJe me souviens d?une ?poque o? des gens simples disaient, en leurs propres mots, que l?argent n??tait qu?un outil, que les banques ?taient des op?rations de brigandages institutionnalis?es et qu?on ne s?en porterait que mieux si l??tat distribuait chaque mois aux citoyens un ?dividende? social qui constituerait pour chacun sa juste part de l?enrichissement national.?Vers demain, Pierre JC Allard, Nouvelle Soci?t?

Nous sommes en 19, 998

Cette ?piasse? fait penser aux pubs du parti conservateur contre M. Ignatieff. Sauf qu?elle pointe la risibilit? du fait de cr?er, ni plus ni moins, de l?argent virtuel. Le mot ?virtuel? avait un autre sens ? l??poque. Puisque l?argent ?tait ?reli? ? une certaine ?r?alit??.

Apr?s avoir ?lu 26 d?put?s au f?d?ral, le?Cr?dit Social?du Canada avait grug? une partie importante de l??lectorat. On ?mit donc cette pi?ce de ?monnaie?, ?Refus?e au porteur?, nomm?e ?une douleur?. ?Et on la r?pandit partout. ?a se passait dans les ann?es 60 ou d?but70. ?Vous pouvez lire sur la ?piasse??: Ottawa 19,998. Ce qui reportait tr?s loin une th?orie? Aux calendes grecques, si on veut? Vers demain est devenu ?vers l?impossible?.

Distribution de la richesse

? l?origine, le cr?dit social ?tait une th?orie ?conomique d?velopp?e par l?ing?nieur??cossais?Clifford Hugh Douglas. Le nom ??cr?dit social?? d?rive de son d?sir de faire que le but du syst?me mon?taire (cr?dit) soit l?am?lioration de la soci?t? (social).

Il a depuis ?t? soutenu par nombre d??conomistes dont le seul prix Nobel Fran?ais d??conomie Maurice Allais qui d?nonce une ?conomie bas?e non pas sur l?argent r?el, mais l?argent dette (on cr?e de la monnaie avec du cr?dit ? dette, amen? ? dispara?tre au fur et ? mesure de son remboursement). Le cr?dit social est aussi appel? dividende universel, dividende social ou, de fa?on sans doute plus adapt?e, dividende mon?taire.?Philosophie cr?ditiste

La richesse devait ?tre distribu?e? Elle le fut. On sait maintenant que les riches se la distribuent entre eux.

L?hyper cr?dit social?: l??conomie sur un fil de fer

Aujourd?hui, on est plus malins? Et plus hypocrites. Et ce savant ?de la science de l??conomie est plus qu?habile?: les contorsions et les ballets pour maintenir en vie une ?conomie ?r?ussit ? nous ?blouir en marchant sur un fil invisible de New York ? Shanghai? Une toile d?araign?e, une toile de dettes?

Le show est beau? En autant que les pirouettes ne finissent pas par un accident? Et que la tente n??crase ?pas les spectateurs?

***

R?al Caouette ?tait point? comme une sorte de Jacques Clouseau, inspecteur des s?ries de la Panth?re Rose, un balourd, ?dans le monde de la ?grande finance?. Les ?gens qui votaient ? l??poque avaient pass? par la crise des ann?es 30, la guerre, et ils n??taient pas instruits?: on les avait form?s ? l??cole de la terre et de la roche par une ?glise-usine ?occup?e ? ?produire? des? ?mes. La mis?re faisait partie du p?ch? ?originel?. On les vaccinait? ? l?eau b?nite pour qu?elles ?n?aillent ?pas en enfer. ?C??tait l??poque o? Vincent Lacroix ?tait un personnage d?un livre de Science Fiction?

Et que comprenaient ces gens au mot ??conomie?? Bas de laine?C??tait tout de m?me un peu plus chaleureux que bas de gamme. Ils savaient ce qu??tait un ?riche?. Ils r?vaient, non pas de richesse, simplement d?une vie d?cente.

L??lito-cr?ditisme?: d?tournement de fonds

Nous vivons dans un r?gime ?cr?ditiste?. ?videmment, on n?a pas tout pris du ?cr?dit social?. On a pris le cr?dit, mais on a n?glig? le social, de sorte que le ?dividende? n?a pas ?t? distribu? ? la population pour soutenir le pouvoir d?achat et faire tourner l??conomie; le ?dividende? ? la plus-value, ann?e apr?s ann?e du progr?s technologique ? est rest? sagement dans le giron des nantis et s?est sold? par une hausse m?t?orique de la valeur des actions en bourse. ?(?) ?!?Vers Demain?

On a ri longtemps de M. Couette? Imprimer de l?argent?! Ridicule?! ?On ne peut pas ?tre plus ridicule qu?aujourd?hui. On ne l?imprime m?me pas, ?on l??gare?dans le virtuel.

Le cr?dit social plan?taire

Climat?: 50 ans d?efforts contre la pauvret?, titrait Cyberpresse.

?Le v?ritable co?t du changement climatique ne se mesurera pas en dollars, mais en millions ou milliards de vies?, estime l?organisation qui appelle les pays industrialis?s ? s?engager imm?diatement sur une r?duction d?au moins 40% de leurs ?missions de gaz ? effet de serre d?ici 2020.??Cyberpresse

Climat? Et si on essayait de faire de pr?visions sur les ?d?tournements ? venir?? Le Tiers-Monde a ?t? davantage ? et l?est toujours ? une ?source de pillage auquel s?adonnent les investisseurs internationaux. Il ?y a plus de pilleurs que de missionnaires. De sorte que ces pays pauvres ont ?t?, depuis 50 ans, une source de revenus ?r?partis? parmi les plus rus?s et les plus hypocrites. Il y a qu?il y a deux fois plus d?habitants qui souffrent de la faim depuis un an. Deux milliards? L?int?r?t pour le Tiers-Monde est le premier mot de la phrase?: int?r?t.

La mondialisation est pire ?que le pillage g?ographique des puissants empires ?d?antan: en abattant les fronti?res, les richesses sont devenues priv?es. Mais la dette?publique.

Le coffre-fort des pays industrialis?s ?tant ?ventr?, le mot pays est lui aussi devenu virtuel.

Le Prince et le pauvre

Ce qui me rappelle un vieux livre?: ??The Prince and the Pauper, Mark Twain?:

Au temps des Tudor, ? Londres, le Prince Edouard VI propose ? un mendiant, Tom, d??changer leurs vies. Chacun prend les v?tements de l?autre et en se voyant dans les habits de l?autre, ils sont surpris de constater que leur ressemblance physique est saisissante ? Tellement saisissante que quand le roi vient ? mourir, laissant le Prince h?riter du tr?ne, personne ne les croit ?

Un coup de chance. Comme dans le film? Slumdog Millionnaire ?

Les pauvres du monde ne sont que des n?gres de ma?tres? invisibles qui multiplient? les compagnies ? num?ro. ?Et leurs profits vont dans des banques ? num?ros.

Les princes n?ont pas de pays? Ils se contrefichent ?carr?ment des pays et de leurs occupants. ?Les princes sont des ?scanneurs ?de richesse ? grande ?chelle. Des ?Robin des ?moi?. Robin Hood ? l?envers?: prend aux pauvres et donne aux riches.

On n?en a rien ? cirer que Pablo vende sa terre pour une somme mirobolante pour lui qui ne conna?t pas la valeur des devises. Apr?s, il n?a plus de terre? Il est simplement devenu plus pauvre? Nous voil? rendus ? l??re de ?l?humanisme? virtuel?

Comme disait M. Prix Nobel de l??conomie?: ?Il n?y a pas de diff?rence entre le crime organis? et l?argent organis??. ??Le crime organis? a compris qu?il faut user de l?argent du crime ?et le transformer en valeur r?elle. C?est ?monnaie courante??. Quand Pablo perd son lopin de terre, il ne lui reste rien de r?el? Il a transf?r? son seul avoir ? ?l?argent organis??. ?C?est ?a la magie des ?pouvoir?s?

La douleur ne sera jamais virtuelle? La douleur des Africains et des millions d?habitants terriens partout dans le monde? ne sera jamais virtuelle?

La grande question

C?est assez ignoble comme constat?: depuis la ?crise ?conomique?, apr?s que les banques eurent sap? et vid? les goussets des petits ?pargnants, ne vivions-nous pas sur la ?piasse ? Caouette? ? ? l??chelle mondiale?

La guerre des ?mondes?

Cette ?douleur? ? la Caouette ne valait rien? Pourtant, une fois utilis?e dans son ?id?ologie? contrefaite, elle fait la fortune d?une ?lite crasse.

Alors, c?est la guerre des ?mondes?. Celle o? les entreprises internationales mettent??main basse sur les terres agricoles.?La pauvret? r?elle, oblig?e de vendre par famine et le riche achetant par des moyens vicieux des terres o? les enfants n?ont m?me pas de soulier pour marcher nous m?ne encore plus loin qu?en 19,998.

Il ne faut pas se leurrer. ? chaque fois que nous vendons notre avoir ?r?el? pour un profit ?excitant? ? des Vincent Lacroix, ou autre placier de cin?ma, nous lui donnons le pouvoir de flouer 9,200 autres petits ?pargnants. Et peut-?tre qu?avec les int?r?ts, il en arrive ? 19,998.

La chose la plus d?go?tante de ce ?rappel historique? est que le petit joufflu au teint cir? de Lacroix n?est rien?: une puce sur la plan?te.

Les vrais escrocs, les plus dangereux, ont une ?licence d??tat??

Les vrais flou?s, ce sont les pays?

De sorte qu?il ne faut pas s??tonner que le PIB fasse du?bungee?dans le grand resto qu?est la Terre, ne laissant au citoyen qu?un pourboire pour ses sueurs.

On aura beau se faire suer dans le jogging de la vie, nous n?aurons jamais assez d?eau pour faire le ch?teau de sable de ces gamins lunatiques.

On comprend pourquoi ils aiment la??queue-de-pie.

Mais c?est bien plus expressif? en anglais?: Black-Tie.

Une grosse cravate noire qui tra?ne sur l?arri?re-train.

Satan en avait une comme ?a?

 

Ga?tan Pelletier

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les ailes de la liberté

Dans l’air du temps. Il fut un temps jadis où le maintien de l’ordre était ...

One comment

  1. avatar

    Mot général à l’ensemble des Québequois, j’ose croire que personne de vous ou de votre famille n’aura à souffrir de la tempête qui se dirige vers vous.

    Soyez assuré de toute notre surveillance et amitiés les plus sincéres.

    Bien à vous tous,

    Le Panda

    Patrick Juan