Accueil / A C T U A L I T É / Doit-on s?attendre ? une apocalypse techn?tronique?

Doit-on s?attendre ? une apocalypse techn?tronique?

Source: Alter Info

Les r?acteurs nucl?aires de Fukushima continuent de maintenir le monde sous tension. Hier, 22 mars, un nuage de fum?e blanche s?est ? nouveau ?lev? au-dessus de la deuxi?me unit? de la centrale. La veille, l?approvisionnement en ?lectricit? et les travaux de refroidissement des r?acteurs accident?s ont d? ?tre arr?t?s en raison de la fum?e. Le Japon a montr? une fois de plus que m?me une nation technologiquement avanc?e ?tait impuissante face aux cataclysmes naturels, et que la technosph?re non seulement ne peut pas prot?ger des catastrophes naturelles, mais est capable d?aggraver les cons?quences de ces derni?res.
Le cyber-robot de l?humanit?
L?homme ne fait que r?ver et fait les premiers pas h?sitants sur la voie de l?union entre l?organisme humain et la technologie. Les puces implantables, les articulations en titan, les exosquelettes sont des choses qui devraient conduire ? terme ? l?apparition d’organismes cybern?tiques.
Mais l?humanit? enti?re s?est depuis longtemps transform?e en cyber-organisme. Elle a ?tabli une symbiose avec sa technosph?re, et toute tentative de briser cette symbiose est susceptible de conduire ? un effroyable cataclysme. C?est la force et la faiblesse de la civilisation contemporaine: notre enveloppe technologique est si complexe qu?elle est capable elle-m?me de g?n?rer des cataclysmes. M?me sans subir d?actions ext?rieures.
Au milieu du si?cle dernier, l??crivain italien de science-fiction Roberto Vacca a propos? un sc?nario macabre d?autodestruction (il a ?t? mentionn? dans l?article Le Moyen ?ge a d?j? commenc? par Umberto Eco) des villes « farcies » de technologies. Etats-Unis. Hiver. Les contr?leurs a?riens coinc?s dans les embouteillages ne peuvent pas arriver au travail ? l?heure. Leurs coll?gues fatigu?s commettent une erreur et deux avions de ligne, qui se percutent dans les airs, d?truisent une ligne ? haute tension ou une grande sous-station. La ville priv?e de courant est paralys?e par les embouteillages gigantesques, les r?seaux t?l?phoniques « s?effondrent » sous la pression des millions d?abonn?s qui cherchent ? joindre leurs proches. Les autorit?s publiques sont impuissantes: les pompiers, les ambulances, la police et la Garde nationale n?arrivent pas ? rejoindre les zones sinistr?es o? se propagent les incendies et ?uvrent les pillards auxquels s?opposent les groupes d?autod?fense et les arm?es priv?es. Les cadavres ne sont pas ?vacu?s. Une ?pid?mie se d?clare. Une file interminable de personnes marche en cherchant ? quitter la ville.
Ce n?est qu?une histoire fantastique, direz-vous, et vous aurez raison. Mais rappelez-vous le black-out de 1997 ? New York, la panne du transformateur d’une sous-station de Moscou en 2005 ou les cons?quences de la pluie vergla?ante de l?hiver dernier lorsque plusieurs villes de la banlieue de Moscou ont ?t? priv?es d??lectricit? et de chauffage.
Les d?cennies fatidiques
Les experts constatent que la vuln?rabilit? de l??conomie mondiale et de la population de la plan?te ne cesse de cro?tre face ? toute sorte de cataclysmes. Il n?est pas ?tonnant que ces cinquante derni?res ann?es nous enregistrions une croissance continue des cons?quences destructrices des catastrophes anthropiques et naturelles. Et il ne s?agit pas seulement de la compexit? grandissante de l?enveloppe technique, dont on a parl? ci-dessus. Comme le fait remarquer Boris Porfiriev, directeur du laboratoire d?analyse et de pr?vision des risques naturels et anthropiques de l??conomie de l?Institut de pr?vision ?conomique de l?Acad?mie des sciences de Russie, les cons?quences importantes des catastrophes sont dues au fait que les incidents se produisent dans les zones fortement peupl?es. Car les deux tiers des forces de production sont situ?s dans une bande ?troite de 100 kilom?tres sur les rives, les c?tes oc?aniques et maritimes. Ces endroits sont des zones ? risque. Elles sont menac?es par les ouragans, les typhons, les inondations et les tremblements de terre. Paradoxalement, ces endroits sont les plus appropri?s pour l?activit? ?conomique.
En ce qui concerne les Japonais, en raison de l’exigu?t? du territoire ils sont non seulement contraints de s?installer dans les zones potentiellement dangereuses, mais ?galement d?y construire des sites dangereux, comme par exemple les centrales nucl?aires. Voici l?une des contradictions de l??conomie moderne: les compagnies d?assurance n?assurent pas les centrales nucl?aires contre les tremblements de terre, car on estime que les sites nucl?aires ne doivent pas ?tre construits dans des zones ? risque sismique. Cependant, en suivant cette logique, le Japon ne devrait avoir aucune centrale nucl?aire, car tout le pays est une zone sismiquement dangereuse. Et l?absence de grands lacs et rivi?res ? l?int?rieur du territoire contraint le Japon ? ?riger les sites nucl?aires sur les c?tes afin d?avoir acc?s ? l?eau pour le refroidissement des r?acteurs.
La population est contrainte de s?adapter aux circonstances: apprendre ? se prot?ger conter les menaces naturelles, minimiser les pertes gr?ce au syst?me d?assurance, etc. Malheureusement, les comp?tences humaines en ing?nierie sont pour l?instant insuffisantes pour contrer efficacement les caprices de la nature. Le Japon a tent? de prot?ger ses centrales nucl?aires gr?ce ? des barrages de dix m?tres de hauteur, mais les tsunamis ont ?t? deux fois plus hauts. La vague a facilement balay? les barrages de dix m?tres de haut et de six m?tres d??paisseur.
Stopper l?apocalypse
Il est impossible de faire reculer le progr?s. Ainsi, seule la poursuite de l?am?lioration de la technosph?re pourrait pr?venir les catastrophes anthropiques. Et il en existe plusieurs exemples. Le s?isme destructeur de Kobe en 1995 (une perte ?conomique ?valu?e ? 100-150 milliards de dollars) a oblig? les Japonais ? revoir les param?tres et les normes techniques de la r?sistance sismique des b?timents et des installations d?ing?nierie. Gr?ce ? cela, comme le fait remarquer le recteur de l?Acad?mie diplomatique du minist?re russe des Affaires ?trang?res, l?ancien ambassadeur russe au Japon Alexandre Panov, les grands immeubles des r?gions proches de l??picentre ont r?sist?, sans parler de Tokyo o? des secousses d?une magnitude de 6 sur l??chelle de Richter ont ?t? enregistr?es.
Bien s?r, il faudra encore am?liorer les solutions techniques et rem?dier aux d?fauts des syst?mes d?assurance, car l??cart entre les dommages assur?s et non assur?s est immense. Mais le plus important: il faudra changer la philosophie du d?veloppement de la sph?re technologique. Et cela est impossible ? d?faut de progr?s technologique important.
Par exemple, il est possible de r?gler le probl?me de la densit? de la population et de la concentration des industries gr?ce au d?veloppement des territoires actuellement consid?r?s comme impropres ? la vie (en Russie cela repr?sente plus de la moiti? du territoire national). Mais pour cela il est n?cessaire d?am?liorer consid?rablement les communications et l?infrastructure des transports. La d?centralisation technologique et ?conomique relative pourrait devenir un autre facteur de s?curit?, bien que ce soit assez discutable: les r?gions et les grandes villes doivent ?tre auto-suffisantes en termes de ressources d?importance vitale, en produits alimentaires, en eau et en ?lectricit?.
De plus, il n?est pas exclu que l?accident de la centrale nucl?aire Fukushima incitera ? se pencher sur la fixation du niveau admissible de pr?sence du capital priv? dans le secteur nucl?aire et sur le renforcement du contr?le gouvernemental. Car quoi qu?on fasse, la logique de l?entreprise priv?e exige de minimiser les frais, y compris en ?conomisant sur la s?curit?. Pour cette raison, la modernisation touche avant tout les structures qui g?n?rent le profit, et la question de la s?curit? n?est trait?e qu?en second lieu. La catastrophe de la centrale hydro?lectrique russe de Sa?ano-Chouchensk en ao?t 2009 en est la preuve.
Ce texte n?engage pas la responsabilit? de RIA Novosti

http://fr.rian.ru http://fr.rian.ru

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

De la fin d’un monde…

Entre ceux qui pensent que « c’est foutu  ! », qu’il aurait fallu réagir il y a 50 ...