Accueil / A C T U A L I T É / DEUX OPTIONS, CELLE DU PQ ET CELLE DU BLOC ?

DEUX OPTIONS, CELLE DU PQ ET CELLE DU BLOC ?

Un sondage r?alis? pour le Bloc Qu?b?cois et les Intellectuels pour la souverainet? (IPSO), dont les?r?sultats ont ?t? d?voil?s lors d?un important colloque le 8 mai dernier, est-il ? la source de deux strat?gies diff?rentes, celle du Bloc Qu?b?cois et celle du Parti Qu?b?cois ?

Dans son allocution d?ouverture au dernier Conseil national du Parti Qu?b?cois, Pauline Marois, citant certains r?sultats de ce sondage reconnaissait que 61% des Canadiens pensent qu?il ne faut pas ouvrir la porte ? de nouveaux pouvoirs pour le Qu?bec, mais s?appuyait, pour d?finir sa strat?gie, sur le fait que ??82% des Qu?b?cois, une ?crasante majorit?, pensent que c?est le temps pour le Qu?bec d?obtenir le n?cessaire qui lui manque pour se gouverner??

Mme Marois proposait donc d???inverser le fardeau de la preuve?? et d???exiger, ce que nous voulons pour le Qu?bec??. Puis, elle ?num?rait les pouvoirs qu?un gouvernement du Parti Qu?b?cois r?clamerait?:

??Les Qu?b?cois ont le droit d?adopter toutes les lois et d??tre les seuls ? d?cider lorsque cela concerne leur langue, leur culture, leur identit?.

??Nous avons non seulement le droit, mais aussi le devoir de d?fendre nos comp?tences, de prot?ger notre environnement et de parler en notre propre nom sur la sc?ne internationale?!

??Et qu?on soit en p?riode de crise ?conomique ou en p?riode de prosp?rit?, deux gouvernements et deux rapports d?imp?ts, c?est trop?!??

Elle concluait?: ??On verra bien ce que le Canada anglais r?pondra, lorsqu?il fera face ? un gouvernement du Qu?bec qui se tient debout??.

Cette approche dite de ??gouvernance souverainiste?? implique n?cessairement des amendements ? la constitution et une n?gociation avec le Canada anglais pour la reconnaissance constitutionnelle de la nation qu?b?coise, sa comp?tence exclusive en mati?re de langue et de culture, de pr?l?vement des imp?ts et des taxes sur son territoire, de m?me que sa comp?tence?? repr?senter la nation qu?b?coise au plan international.

Dans sa conf?rence au colloque Bloc/IPSO, le constitutionnaliste Patrick Taillon a soutenu que toute r?forme constitutionnelle est ??condamn?e ? l??chec pour des raisons juridiques et structurelles??. Il a expliqu? comment le processus de modification de la constitution s?est dr?lement complexifi? depuis l?accord du Lac Meech.

En plus du consentement unanime des provinces ou de 7 d?entre elles repr?sentant au moins 50% de la population, selon l?objet de la modification poursuivie, se sont ajout?s des veto r?gionaux qui rendent irr?alistes des n?gociations concernant uniquement le Qu?bec. De plus, des provinces comme la Colombie-Britannique et l?Alberta ont adopt? des lois rendant obligatoire la tenue de r?f?rendums sur toute r?vision constitutionnelle.

Tenant compte de ces nouveaux verrous, de son exp?rience ? Ottawa et de sa r?cente tourn?e au Canada anglais, de m?me que des r?sultats du sondage d?voil?s lors de ce colloque, le chef du Bloc Qu?b?cois, Gilles Duceppe, a prononc? un?discours-fleuve dans lequel il mettait en garde les Qu?b?cois, mais plus particuli?rement les souverainistes, contre toute illusion de la possibilit? de r?forme du f?d?ralisme canadien.

Citant les m?mes donn?es du sondage que Mme Marois, Gille Duceppe en tire une toute autre conclusion?: ??Bien que les Canadiens soient nombreux ? croire qu?il? est possible de r?former le f?d?ralisme pour satisfaire le Qu?bec, ils affirment ? hauteur de 62 % qu?ils sont contre l?ouverture de n?gociations constitutionnelles. En m?me? temps, 78 % des Qu?b?cois consid?rent que le f?d?ralisme canadien est r?formable et? 82 % d?entre eux souhaitent l?ouverture de n?gociations. Un tr?s grand nombre de? Qu?b?cois se font donc des illusions sur les intentions des Canadiens : ils vivent en? quelque sorte dans un pays imaginaire. Car, s?il y a un projet qui n?est pas r?alisable,? c?est la r?forme du f?d?ralisme canadien!??

Pour s?assurer que son message soit bien compris, le chef du Bloc Qu?b?cois a martel? sur tous les tons les m?mes conclusions. Il vaut la peine de le citer longuement.

??Les Qu?b?cois doivent bien comprendre ce message, d?clare-t-il. Les Canadiens ne veulent plus rien savoir d?accommoder le Qu?bec, de quelque fa?on que ce soit. Au Canada, il n?y a aucune volont? d?ouvrir la Constitution pour reconna?tre le Qu?bec. Il n?est pas question de nous reconna?tre un quelconque statut particulier. ?

Puis, Gilles Duceppe aborde une apr?s l?autre les comp?tences que Mme Marois veut rapatrier.

Sur la langue, il rappelle?: ??Au Bloc Qu?b?cois, apr?s la reconnaissance de la nation qu?b?coise, nous avons fait une proposition raisonnable pour que les 200 000 travailleurs qu?b?cois qui ne sont pas prot?g?s par la loi 101 le soient en vertu de quelques amendements l?gislatifs. ?a ne demandait aucun amendement constitutionnel. La r?ponse est venue tr?s rapidement et c??tait un NON tr?s ferme, aussi bien de la part des lib?raux que des conservateurs.?(?) Les Qu?b?cois qui croient encore que le Canada pourra accepter la loi 101 vivent dans un pays imaginaire et il est temps qu?ils se r?veillent!?

Sur la citoyennet?. ??Au Bloc, nous avons pr?par? un projet de loi qui soustrayait le Qu?bec de la loi canadienne sur le multiculturalisme. Un projet qui, encore une fois, ne n?cessitait aucun changement constitutionnel. La r?ponse d?Ottawa : NON. Et si vous demandez aux Canadiens s?ils sont pr?ts ? c?der des pouvoirs au Qu?bec en mati?re de citoyennet?, la r?ponse, c?est encore et toujours NON. Il n?en est pas question.??

Sur la culture. ??Le Qu?bec r?clame depuis longtemps sa souverainet? culturelle et il y a unanimit? l?-dessus ? l?Assembl?e nationale. Mais la r?ponse d?Ottawa, qu?elle vienne de Michael Ignatieff ou de Stephen Harper, est la m?me : la r?ponse, c?est non. Comme pour la langue, une tr?s vaste majorit? des Canadiens que j?ai rencontr?s refusent d?envisager que le Qu?bec puisse obtenir de nouveaux pouvoirs en mati?re de citoyennet?, d?immigration et m?me en mati?re de culture et de communications. La porte est ferm?e ? double tour.??

Sur le respect des pouvoirs du Qu?bec. ??Au Qu?bec, ce que nous demandons depuis des d?cennies, c?est que le gouvernement f?d?ral se retire de nos champs de comp?tences et qu?il verse au Qu?bec une compensation financi?re ad?quate, de pr?f?rence sous forme d?espace fiscal pour ?viter tout chantage ou toute d?cision arbitraire d?Ottawa. Aucun parti ? la Chambre des communes n?est pr?t ? accorder cela au Qu?bec, ni les lib?raux, ni les conservateurs, ni le NPD.??

Sur les questions ?conomiques. ??Un tableau du budget nous indique que l?industrie de l?auto en Ontario a re?u 9,7 milliards, tandis que l?industrie foresti?re, concentr?e au Qu?bec, devra se contenter de 170 millions. Et comment pourrait-on esp?rer mieux dans l?avenir, alors que notre poids politique et ?conomique est appel? ? diminuer???

Cul-de-sac, projet irr?alisable, grande illusion, mirage, porte ferm?e ? double tour, pays imaginaire, les qualificatifs ne manquent pas ? Gilles Duceppe pour d?crire la situation actuelle. Une situation qui, selon lui, ne s?am?liorera pas.

Il en conclut que ??ce Canada id?al qui serait pr?t ? nous accommoder, ce n?est qu?une grande illusion, un mirage. Voil? ce qui a profond?ment chang? depuis l??poque de Meech. Auparavant, les Qu?b?cois ?taient plac?s devant trois options cr?dibles : le Canada tel qu?il est, le f?d?ralisme renouvel? ou la souverainet?. Puisque les Canadiens ne veulent plus rien savoir de r?former le f?d?ralisme, il ne reste que deux options : le Canada tel qu?il se construit au d?triment du Qu?bec ou la souverainet?. Le reste, ce n?est qu?une grande illusion!??

??En 1990, il y avait un d?bat au Canada ? savoir si, oui ou non, on devait satisfaire les demandes du Qu?bec. Vingt ans plus tard, il n?en est plus question, il n?y a plus de d?bat. Voil? une chose qui a fondamentalement chang? depuis Meech. La porte est maintenant ferm?e ? double tour. J?invite les Qu?b?cois ? prendre conscience que l?espoir d?un Canada ouvert aux aspirations du Qu?bec s?est transform? en illusion. Cette grande illusion qui nous fait avancer dans le brouillard doit ?tre crev?e!??

La question pos?e aux souverainistes est donc la suivante?: sommes-nous devant deux options? Celle de la ??gouvernance souverainiste?? du Parti Qu?b?cois ax?e sur le rapatriement de pouvoirs par suite de modifications ? la constitution et celle du Bloc Qu?b?cois pour laquelle une telle d?marche serait pure illusion.

Pierre Dubuc

L’Aut’journal

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Disparition d’Emiliano Sala : un rapport nébuleux, mais des découvertes explosives (3)

Au fil des recherches, certains incidents survenus dans les environs de la zone footballistique et ...

5 Commentaire

  1. avatar
    SylvainGuillemette

    Celle du Bloc, tout en continuant de rapatrier les pouvoirs, afin de démontrer que Ottawa ne nous le permettra pas.

    Et très franchement, on pourrait, et ce depuis longtemps, tenir une élection souverainiste, ou indépendantiste plutôt.

  2. avatar

    Il n’est pas électoralement rentable de promettre un référendum. Quand on le fera, ce ne sera pas sur l’Indépendance, mais sur la souveraineté. Juste le temps que l’idée fasse son chemin…

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/10/28/198-quebec-independant-quand-vous-voudrez/

    Quand on aura ainsi dit Oui et qu’on pourra choisir régulièrement de faire Non, l’idée d’indépendance aura sa pension de vieillesse pour des décennies…

    Pas de mal, d’ailleurs, car le concept d’indépendance est dépassé. Chaque entité territoriale, nationale, religieuse, ou que sais-je, va maintenant vers une autonomie à géometrie variable qu’on peut appeler souveraineté, mais qui, dans un monde d’interdépendance, n’a plus le sens du XIXe, ou même du XXe siècle.

    On prend le vocabulaire qui fait vendre le produit, mais, la réalité, c’est que 70%+ des lois qui s’appliquent aujourd’hui en France ont leur origine et sont encadrées par celles de l’Union Européenne.

    Quand ce sera opportun pour le Système, on dira au Québec qu’il est indépendant. On le dira peut-être aussi un jour au Vermont, à la Grèce…

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/10/119-la-planche-a-desseins/

    Pierre JC Allard

  3. avatar
    SylvainGuillemette

    À long terme, je ne puis qu’être d’accord monsieur Allard.

    Mais à court terme, l’idée même d’une souveraineté, ou d’une indépendance, peut autant, l’une que l’autre, m’agacer. Je veux dire que certes, à long terme, ce ne sera pas l’indépendance, ni la souveraineté qui fera de nous une différence de cette époque ci. Mais à long terme, j’ose espérer que les humains en arriveront aux mêmes conclusions que vous. Je crois être de ceux-là…

  4. avatar

    Gilles Duceppe sera le premier Ministre qui convaincra le peuple Québécois, que le Québec peut être un pays.

    Ce n’est pas une prophétie à la Nostradamus, mais simplement une opinion bien personnelle de citoyenne du Québec.

    Patricia Turcotte

  5. avatar

    J’attendrai encore quelques années avant de re-voter pour l’indépendance. Parce que je trouve que, depuis une dizaine d’années, il y a trop de Québécois d’impliqués dans la plupart des escroqueries qui furent dévoilées.

    J’hésite énormément à leur donner le pouvoir.

    Remarquez que c’est une position qui n’a pas plus de sens que de voter pour le statu quo. Ils sont au pouvoir de toute façon. Évidemment, je ne peux pas vous dire qui ils sont; mais je les sens là…tout près; depuis que le baril de pétrole descend et que l’essence reste « stable ». Depuis que le prix du pain à augmenté de .20 cent la semaine dernière; depuis que des entreprises para gouvernementales continuent de s’octroyer des avantages et des comptes de dépenses habituellement réservées pour les « gens riches et célèbres »; depuis que…