Accueil / A C T U A L I T É / « Dessins pour la Paix » : encore quatre semaines

« Dessins pour la Paix » : encore quatre semaines

Depuis le 4 juin et jusqu’au 28 août se tient à Dinard, à l’initiative de Plantu, la superbe exposition « Dessins pour la Paix » : autour de 189 œuvres signées de quelques-uns des plus engagés dessinateurs de presse de la planète, ce sont les différentes formes de la liberté d’expression et des droits humains qui sont abordées dans un parcours thématique de grande qualité…

« Être libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes, c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. » (Nelson Mandela).

Le 30 septembre 2005, 12 caricatures de Mahomet sont publiées dans le journal danois Jyllands-Posten (lien). La publication de ces « visages du prophète » et les fatwas prononcées à l’encontre des dessinateurs scandinaves de la part des intégristes musulmans entraînent une polémique planétaire. Dès lors se pose avec acuité la question du rôle des dessinateurs de presse et de leur responsabilité dans la réflexion des lecteurs. Or, ce questionnement est au cœur de l’engagement de Plantu dont l’œuvre, de nature militante, a toujours été centrée sur les Droits de l’Homme et la Liberté d’expression.

Pour tenter de répondre à ce questionnement, Plantu organise avec Kofi Annan – Prix Nobel de la Paix 2001 – un colloque intitulé « Désapprendre l’intolérance ; dessiner pour la Paix » le 16 octobre 2006 au siège des Nations Unies à New York. 12 dessinateurs de presse internationaux participent à ce colloque qui constitue de facto l’acte fondateur de l’association « Cartooning for Peace ». Un nom qui ne doit rien au hasard : il est directement repris du concept de « Cartoon diplomacy » mis en avant en 1992 par l’agence Reuters pour qualifier un document rare : un dessin de Plantu cosigné par Yasser Arafat et Shimon Peres en amont des Accords d’Oslo.

P1100271

Aujourd’hui, après une dizaine d’années d’existence et de nombreuses expositions et rencontres destinées à sensibiliser les populations sur les questions essentielles que constituent les Droits de l’Homme et la Liberté d’expression, l’association Cartooning for Peace s’appuie sur un réseau de 145 dessinateurs de presse des cinq continents. C’est pour mettre en lumière l’action déterminante de ses membres qu’est organisée cette année l’exposition « Dessins pour la Paix », mise en place conjointement par Plantu et la mairie de Dinard dans le cadre du Palais des Arts et du Festival.

La Liberté d’expression est une valeur fragile

Au total, ce sont 189 dessins réalisés par 58 dessinateurs et dessinatrices de 29 pays – des chrétiens, des musulmans, des agnostiques et des athées – qui sont présentés au public sur les 1 000 m² d’exposition. De même que des vidéos, des infographies, et des fac-similés de documents anciens comme le « J’accuse » de Zola et des caricatures d’époque.

Après de très intéressants préambules sur « La liberté d’expression et ses fondements », « Le dessin de presse » et « La censure », sont successivement abordés les thèmes suivants au fil de la visite : « Le racisme », « Peut-on rire de tout ? », « Les religions », « Droits et égalité des femmes », « Les droits des enfants », « Les migrants » et « L’environnement ». Suivent une rétrospective des 10 ans d’existence de Cartooning for Peace, des biographies synthétiques des dessinateurs de l’exposition, des dessins consacrés aux Prix Nobel de la Paix et un émouvant zoom sur les attentats de 2015. Enfin, un double volet est consacré à Plantu et à la Bretagne, à côté d’un atelier pédagogique très instructif sur la manière dont est conçu le dessin de presse.

Il ne faut pas se faire d’illusions, la Liberté d’expression, qu’elle soit individuelle ou collective, qu’elle soit le fait d’intellectuels, d’éditorialistes, de dessinateurs de presse ou de simples particuliers, est une valeur fragile, constamment menacée sur la planète. Et cela jusque dans des pays réputés démocratiques où, sous couvert, ici de sécurité du territoire, là d’identité nationale ou religieuse, plane toujours un risque de censure et de remise en cause des droits élémentaires des citoyens, des femmes, des minorités ethniques ou religieuses. C’est pourquoi sont essentielles toutes les actions visant : d’une part, à promouvoir ces valeurs là où elles n’existent pas, ou en assurer la pérennité là où elles sont menacées ; d’autre part, à défendre les journalistes et les intellectuels en butte à la répression. L’association Cartooning for Peace mérite à cet égard notre soutien sans réserve.

« Dessins pour la Paix », une exposition à ne pas manquer si l’on séjourne sur la Côte d’Émeraude ou dans les environs. Visible chaque jour (sauf le mardi) de 14 heures à 19 heures au Palais des Arts et du Festival, 2 boulevard Wilson à Dinard (Ille-et-Vilaine). Bon à savoir : un billet d’entrée couplé permet, pour ceux que cela intéresse, de visiter également l’exposition consacrée à Sarah Bernhardt dans le superbe cadre de la villa des Roches brunes, de l’autre côté de la plage de l’Écluse.

Plantu est dessinateur de presse au quotidien Le Monde et à l’hebdomadaire L’Express

Commentaires

commentaires

A propos de Fergus

avatar
Autodidacte retraité au terme d'une carrière qui m'a vu exercer des métiers très différents allant d'informaticien à responsable de formation, je vis à Dinan (Côtes d'Armor). Depuis toujours, je suis un observateur (et de temps à autre un modeste acteur) de la vie politique et sociale de mon pays. Je n'ai toutefois jamais appartenu à une quelconque chapelle politique ou syndicale, préférant le rôle d'électron libre. Ancien membre d'Amnesty International. Sur le plan sportif, j'ai encadré durant de longues années des jeunes footballeurs en région parisienne. Grand amateur de randonnée pédestre, et occasionnellement de ski (fond et alpin), j'ai également pratiqué le football durant... 32 ans au poste de gardien de but. J'aime la lecture et j'écoute chaque jour au moins une heure de musique, avec une prédilection pour le classique. Peintre amateur occasionnel, j'ai moi-même réalisé mon avatar.

Check Also

Le petit monde de Donald (12) : « the politics of boobs »

Le cas du jour peut résumer à lui seul ce qui est décrit dans le ...