Accueil / A C T U A L I T É / Désactivation de comptes Facebook : Jeu malsain, arbitraire infini, incompétence de gestion ou pur mépris ?

Désactivation de comptes Facebook : Jeu malsain, arbitraire infini, incompétence de gestion ou pur mépris ?

  1. Une, plus que férocement stupide, ahurissante désactivation.

Il y a quelques jours, j’ai personnellement aidé une proche à ouvrir un compte Facebook, puis à rejoindre des groupes d’offre et de demande d’emploi. Enfin, je l’ai aidée à y publier un message dans lequel elle disait ceci : « Salam. Je cherche une jeune fille pour s’occuper d’un enfant de 2 ans et demi et m’aider dans les taches domestiques, à ….(1) La jeune fille sera logée et nourrie pour éviter tout risque dû au COVID19. Elle pourra finir par être considérée comme un membre de la famille, surtout si elle est orpheline. Merci.»

et, une fois traduit en arabe, ceci :

 سلام, نبحث عن فتاة لتهتم بطفل لديه سنتين ونصف و المساعدة في الاعمال المنزلية، وهران الصباح. الفتاة تمكث في البيت معنا وهذا تجنبا لخطر الكوفيد اثر التنقلات . وستصبح كفرد مع العائلة وخاصة اذا كانت يتيمة. شكرا

Au bout d’un certain nombre de publications de ce message (2) et d’absolument rien d’autre et rien de plus (dans les groupes concernés), elle reçoit –subitement, sans crier gare et sans le plus minuscule avertissement- un message lui interdisant, durant un mois, et de commenter et de rejoindre un quelconque autre groupe. Nous étions trois adultes en compagnie de celle qu’il faut bien qualifier de ‘’nouvelle victime de Facebook’’ ; et au sein de ce groupe de quatre, à la manière du bon sens de Descartes, l’effarement a été la chose la mieux partagée.

Quelques minutes plus tard, voire quelques secondes, et alors qu’elle n’a rien fait de nouveau (2), absolument rien, toute noyée qu’elle était ….dans la stupéfaction, on lui notifie –comme s’il fallait qu’elle tombe de Charybde en Scylla- une nouvelle sanction : La désactivation pure et simple de son compte. Effarement général élevé à l’exponentiel, et dont voici l’unique –et, plus est, indiscutable- explication donnée :  « VOUS NE RESPECTEZ PAS LES STANDARDS DE LA COMMUNAUTE ».

Pouvait-on s’attendre à une explication plus sidérante ? Ceci étant, et comme elle ne pouvait pas le faire elle-même, vu la désactivation de son compte,  j’adresse, depuis  mon propre compte, une réclamation /demande d’explications (3). Face à l’absence de toute réponse, j’en adresse une deuxième. Durant toute la soirée et toute la journée qui a suivi, la concernée attend une réponse ; elle espère une réactivation de ce compte dont elle avait si grand besoin. Quant à moi, pour elle, j’ai passé tout ce temps à consulter mon Messenger. En vain !

  1. Une, plus que ridicule, sidérante récidive.

Puis, lasse d’attendre, vu l’extrême urgence de sa recherche, et finissant par être sure que Facebook ne répondra pas, elle se fait ouvrir un nouveau compte. De crainte d’une nouvelle désactivation, elle décide de ne rejoindre que quatre ou cinq groupes (sur des dizaines existants) et de ne publier son unique message, le jour-même, que dans un seul groupe.  Mais, alors qu’elle s’impose toute cette, plus qu’excessive, inouïe auto-restriction, Facebook lui fait subir la même scandaleuse double surprise. D’abord, on lui notifie qu’elle ne peut plus, durant un mois, ni commenter ni rejoindre un quelconque autre groupe ; ensuite, et immédiatement après, on lui annonce la désactivation de son nouveau compte (2).

  1. Le plus dramatique dans ce que ces deux désactivations ont de plus stupéfiant. 

Le plus dramatique de cette histoire se trouve dans le message lui-même, celui pour la publication duquel ces deux comptes –désactivés dès leur ouverture- ont été ouverts. Ce dit message exprimait –et on ne peut plus clairement- une recherche qui ne se contente pas d’être des plus sérieuses qui soient ! En effet, il s’agit d’une recherche qui s’impose à notre Dame du fait de ce qu’il y a de dramatique dans la si brutale remontée des risques liés au Covid19.

En outre, en plus du fait que  cette histoire se vit dans un pays où Facebook est, et de très loin, le plus important des réseaux sociaux, la recherche en question est loin d’être des plus évidentes à satisfaire. D’où, l’extrême utilité qu’il y a, pour la Concernée, de faire passer son message par Facebook et de le diffuser aussi largement que possible.

Enfin, ce témoignage s’est imposé en tant que devoir, une fois que nous avons appris que ce genre de désactivations est une pratique courante -et que ses victimes se trouvent en très grand nombre.

 4. Conclusion

Pour, tout à la fois, être aussi bref que synthétique et faire totale abstraction de l’extravagant et de l’inadmissible, il pourrait être pertinent de conclure par ceci : Par l’interdiction qu’il a imposée à sa présente victime, le Géant (commercial) du Web a merveilleusement su faire preuve de Philanthropie.

 

Notes:

1- Lieu de résidence de la dame.

2- Facebook est mis au défi de prouver un quelconque autre message publié par l’un ou l’autre des deux comptes désactivés.

3- J’ai insisté sur l’extrême sérieux du message publié, un sérieux qui ressort -on ne peut plus nettement et on ne peut plus immédiatement- du message lui-même. J’ai insisté, de même, sur l’extrême urgence.

Commentaires

commentaires

A propos de remaoun mourad

avatar

Check Also

Election 2020 (VIII): la retraite de Russie des avocats de Donald

L’équipe de branquignols ramassée par Giuliani est plus grotesque et affligeante qu’efficace. L’un d’entre eux ...

One comment

  1. avatar

    « Il y a quelques jours, j’ai personnellement aidé une proche à ouvrir un compte Facebook »…

    Votre erreur est là désolé de vous le dire : vous n’avez pas à AIDER les gens à rejoindre Facebook, mais à conseiller plutôt de ne JAMAIS s’y inscrire et de conseiller à ceux qui y sont déjà de ne pas y rester.

    Vous considérez Facebook comme un fatalité et une obligation. Ça n’en est pas une du tout.
    Vous ne pouvez vous plaindre d’un bidule pas nécessaire du tout.

    Chez Facebook on n’en a rien à cirer des contenus : c’est trop difficile à gérer par des robots qui ne coûtent rien mais qu’on leurrre en une seule phrase. Le jour où ils mettront des modérateurs en nombre, peut-être. Mais le tiroir-caisse qu’à Zuterberg à la place du cerveau ne le fera jamais. Modérer, commercialement coûte trop cher.

    FUYEZ DONC FACEBOOK !

    En prime votre phrase « Elle pourra finir par être considérée comme un membre de la famille, surtout si elle est orpheline. » est tout simplement odieuse. Le « surtout » l’étant particulièment, rendez-vous en compte !
    Si vous commencez à confondre relation commerciale et adoption, je ne vois pas où ça va vous mener… sinon devant les tribunaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.