Accueil / T Y P E S / Articles / Des partis politiques contre les droits d’auteur

Des partis politiques contre les droits d’auteur

Au d?but de 2006 naissait en Su?de le Piratepartiet (Parti Pirate) dont les objectifs principaux sont d’imposer une r?forme des lois sur les droits d’auteur, d’abolir le syst?me de brevets et d’assurer le droit ? la vie priv?e des citoyens su?dois. Au d?part, le chef du parti, Richard Falkvinge, esp?rait recueillir 2,000 signatures de supporters en deux mois. Apr?s 36 heures seulement, 4,700 personnes s’?taient d?j? manifest?es.

Consid?rant que la Su?de compte entre 800,000 et 1,1 million de personnes partageant des fichiers sur Internet, le parti vise ? r?colter 225,000 votes lors des prochaines ?lections et obtenir ainsi la balance du pouvoir. Si les appuis au parti augmentaient tranquillement au rythme de dix nouveaux membres par jour, les choses se sont acc?l?r?es lorsque la police su?doise a perquisitionn? les serveurs du tr?s populaire pisteur BitTorrent, The Pirate Bay, propulsant le nombre de nouveaux membres quotidiens ? 500.

Cette semaine, on annon?ait aux ?tats-Unis la naissance d’un ?mule du Piratepartiet, The Pirate Party of the United States. Selon ses dirigeants, « depuis trop longtemps, le cartel des mass m?dias comme la Motion Picture Association of America et la Recording Industry Association of America, on tenu en laisse les progr?s technologiques et les libert?s individuelles ». Le parti entend aussi s’attaquer ? l’industrie pharmaceutique qui « gr?ce au pouvoir de ses brevets, emp?che les plus pauvres de b?n?ficier de traitements m?dicaux afin d’augmenter leurs marges de profit ».

Reconnaissant les efforts de l’Electronic Frontier Foundation, de la Free Software Foundation, de Creative Commons et de M?decins sans fronti?res, le Parti Pirate croit toutefois n?cessaire de solliciter l’appui de la population pour r?former les lois sur la propri?t? intellectuelle. Si l’on se fit au fait que le site Web du groupe ?tait inaccessible au lendemain de sa mise en ligne, on peut penser que son succ?s rejoigne ?ventuellement celui obtenu par le projet su?dois.

Il ne fait aucun doute qu’il devient de plus en plus n?cessaire de voir ? ce que les moyens de production et de diffusion de l’information ne soient pas que l’apanage des multinationales du divertissement, des technologies et des biotechnologies. La cr?ation de partis pirates peut ?tre un pas dans la bonne direction, du moins en ce qui a trait ? la sensibilisation de la population aux probl?mes inh?rents au contr?le des moyens d’informations.


Seulement, le terme « pirate » (qui n’a rien ? voir avec les ambitions d’un certain animateur de Qu?bec) a une connotation plut?t p?jorative et la base des partis restera probablement compos?e de jeunes ?changeurs de fichiers qui auront du mal ? expliquer tous les enjeux de la question. En ce sens, il y a un risque que ce type de parti reste dans la marge, au m?me titre que ceux r?clamant la l?galisation du cannabis par exemple. Il y aurait int?r?t ? b?tir un parti cr?dible avec des vis?es semblables et on ne peut douter que ce souhait se concr?tise lorsque l’on pense ? la proportion de la nouvelle g?n?ration branch?e en permanence. En attendant, il conviendra de suivre le cheminement du Piratepartiet et du Parti Pirate des ?tats-Unis.

Commentaires

commentaires

A propos de admin

avatar

Check Also

Trump à la Maison Blanche, un tableau… surréaliste

Le déchaînement du harcèlement de Donald Trump à l’encontre d’un lanceur d’alerte ayant constaté qu’il ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Bon article !

    Avec la mondialisation et tout ses enjeux, on voit une multiplication d’organismes ou de groupes qui se servent de la politique pour passer leur message. Ce qui, selon moi, est vraiment bien. Le pouvoir politique a été « sous-estimé » durant une certaine période et les citoyens ont préférés la tranquilité…

    Depuis quelques années, on sent un vent politique… Plus d’intérêt. En espérant que ces intérêts spécifiques (ici le droit d’auteur) se convertissent en implication réelle et plus vaste.

    Il est clair que l’Internet change la donne dans beaucoup de domaines, ça brasse du monde et c’est tant mieux !

  2. avatar
    Jérôme Gravel-Niquet

    Très bon article !

    Je n’étais pas au courant de revendications aussi organisés avec autant de popularité.

    C’est certainement un pas dans la bonne direction, même s’ils ne gagnent pas, il faut toujours un parti pour représenter un intérêt (comme par exemple le Bloc Québécois).