Accueil / A C T U A L I T É / Derri?re l?affaire Lagarde, une nouvelle affaire? Sarkozy ?

Derri?re l?affaire Lagarde, une nouvelle affaire? Sarkozy ?

POLITIQUE. Une enqu?te a ?t? ouverte ? l’encontre de la directrice g?n?rale du FMI pour « complicit? de faux » et « complicit? de d?tournement de biens publics » dans l’affaire Tapie/Cr?dit Lyonnais. Et si le pr?sident ?tait lui aussi impliqu? dans cette affaire ?

S?lectionn? et ?dit? par Amandine Schmitt

 

Depuis que la Commission des requ?tes de la Cour de justice de la R?publique (CJR) a d?cid? jeudi 4 ao?t d’ouvrir sur elle une enqu?te pour « complicit? de faux et de d?tournement de fonds publics », il y a une affaire Lagarde. Mais derri?re, il y a une nouvelle affaire Sarkozy qui vient s’ajouter aux pr?c?dentes.
Christine Lagarde / New York le 26 juillet 2011 / Richard Drew/AP/SIPA

 

Christine Lagarde, le 26 juillet 2011 ? New York (Sipa).

 

Lagarde : « Est-ce que vous croyez que j’ai une t?te ? ?tre copine avec Bernard Tapie ? »

 

La meilleure d?fense de Christine Lagarde, dans l’affaire Tapie-Cr?dit Lyonnais c’est cette phrase prononc?e un jour de juillet 2008 : « Est-ce que vous croyez que j’ai une t?te ? ?tre copine avec Bernard Tapie ? ». Sur ce point, elle avait ?videmment raison. La grande bourgeoise Lagarde avec « Nanard », l’affairiste multicartes, ce serait le mariage de la carpe et du lapin.

Mais elle ajoutait : « Est-ce que vous pensez que j’ai re?u des instructions pour le prot?ger ? ». Et l?, la r?ponse est moins assur?e. Tapie a utilis? tous les pouvoirs successifs et a ?t? utilis? par eux, de Mitterrand ? Sarkozy. Deux journalistes, Denis Demonpion du Point et Laurent L?ger ont ?crit un livre instructif sur les rapports de l’actuel pr?sident et de l’ancien patron d’Adidas, Tapie-Sarkozy, les clefs d’un scandale (Pygmalion), qui montre que Sarkozy n’est pas totalement ?tranger ? sa bonne fortune et que dans cette affaire, si la proc?dure aboutit, Lagarde risque de prendre pour Sarkozy, comme autrefois Roussin et Jupp? ont pris pour Chirac. Car les deux hommes se connaissent depuis tr?s longtemps et Sarkozy, lui, a vraiment une t?te ? ?tre copain avec Tapie : m?me volontarisme, m?me rentre-dedans, m?me attirance pour ce qui brille.
Claude Gu?ant : « une m?diation entre les parties plut?t qu’une bataille judiciaire ».

 

Tr?s vite, Tapie frappe ? la porte de Bercy, occup? par Sarkozy. Claude Gu?ant confirme : « J’ai eu l’occasion de rencontrer Bernard Tapie. Le ministre de l’?conomie de l’?poque n’a jamais cach? qu’il lui semblait judicieux d’engager une m?diation entre les parties plut?t que de laisser se poursuivre une bataille judiciaire dont nous avions tout lieu de penser qu’elle serait sans doute plus co?teuse pour l’Etat. » Car une note du procureur g?n?ral de Paris, assurait que dans le conflit entre le Cr?dit Lyonnais, repr?sent? par le CDR, Tapie avait « de bonnes chances de perdre ce proc?s ». L’affaire, ? ce moment l?, n’aboutit pas. Arrive la pr?sidentielle. Tapie appelle ? voter pour le candidat Sarkozy. Il r?ve de jouer un r?le dans ce nouveau dispositif. Entre les deux tours, il jubile, « donnant le sentiment que ses affaires iront mieux gr?ce ? Nicolas Sarkozy ». Il l’entend m?me dire ? propos du candidat arriv? en t?te : « C’est un peu mon meilleur ami ».
Bernard Tapie / Salon des entrepreneurs 4 f?vrier 2010 / MEIGNEUX/SIPA
Bernard Tapie au Salon des entrepreneurs, le 4 f?vrier 2010 (Sipa).


« Le pr?sident assume sa relation avec Bernard Tapie »

 

Alors que l’affaire continue de tra?ner, Tapie rend des visites r?guli?res ? l’Elys?e. Avec, cette fois, un r?sultat. Christine Lagarde, plut?t que de faire confiance ? la justice de son pays, d?cide d’une autre proc?dure : le recours ? un tribunal arbitral, une juridiction priv?e, charg?e de trancher les litiges commerciaux par la recherche d’un compromis entre les parties. Ce tribunal a finalement condamn? la structure publique g?rant le passif du Cr?dit Lyonnais, ? verser ? Tapie 285 millions d’euros d’indemnit?s, soit 400 millions d’euros avec les int?r?ts. Interrog? par les auteurs du livre d?j? cit?, apr?s ce fameux arbitrage, pour savoir si c’est Nicolas Sarkozy qui avait pris la d?cision, un « influent collaborateur » du chef de l’?tat a r?pondu : « J’imagine. Le pr?sident assume sa relation avec Bernard Tapie ».

 

45.000 euros pour une victime du cancer de l’amiante et 45 millions d’euros pour Tapie. Mille fois plus.

 

Or, en plus des 285 millions d’euros, ces arbitres lui accordent 45 millions au titre de « pr?judice moral » ! Hommage de la vertu au vice ? La meilleure analyse de cette bizarrerie, on la doit ? Fran?ois Bayrou : « On donne 45 millions d’euros ? Tapie pour pr?judice moral ; et il suffit de regarder le pedigree de Tapie, comme on dit pour les chevaux, pour avoir une id?e de ce que ‘moral’ en l’occurrence signifie. (…). J’ai regard? ce qu’on donne pour une victime du cancer de l’amiante (…) On donne 45.000 euros. La mort ? son conjoint. Et pour Tapie, on donne 45 millions d’euros. Mille fois plus. Est-ce que ?a ne vous donne pas envie de casser cette esp?ce d’injustice perp?tuelle dans laquelle on vit. »

 

« C’est une question d’?thique personnelle. Un ministre de la R?publique doit ?tre au-dessus de tout soup?on. » (Alain Jupp?)

 

Si elle est traduite, dans plusieurs ann?es, devant la Cour de Justice de la R?publique, elle risque, pour « complicit? de faux » et « complicit? de d?tournement de biens publics », dix ans de prison et 150.000 euros d’amende. En bon petit soldat, elle a laiss? faire, faisant m?me du z?le puisqu’elle donn? des instructions ?crites, apr?s que la sentence a ?t? rendue, pour qu’aucun recours ne soit introduit contre cette d?cision de juridiction priv?e, alors m?me que plusieurs conseils consult?s par l’Etat recommandaient vivement un tel recours contre cette sentence.

Dans la premi?re phase, elle aurait du, pour le moins, r?cuser un arbitre ayant d?j? travaill? avec un des avocats de Tapie. On comprend mieux sa candidature-surprise au FMI : c’est pour fuir ce scandale, pour s’?loigner de Paris qu’elle a fait acte de candidature au FMI, pensant que, intronis?e directrice g?n?rale du FMI, elle serait alors hors de port?e de la justice fran?aise. Qui, ? propos de Georges Tron, avait dit : « C’est une question d’?thique personnelle. Un ministre de la R?publique doit ?tre au-dessus de tout soup?on. » ? Alain Jupp?.

 

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/179614;derriere-l-affaire-lagarde-une-nouvelle-affaire-sarkozy.html

.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Darmanin à l’Intérieur : femmes violées, passez votre chemin !

La nomination de Gérald Darmanin au poste de ministre de l’Intérieur a choqué un grand ...

One comment

  1. avatar

    Bonjour, Eva.

    Ces affaires imbriquées sont le reflet de la déliquescence de la morale publique. Et si Lagarde est justement condamnée un jour, elle paiera effectivement pour Sarkozy, aux commandes du règlement du contentieux Tapie depuis qu’il est arrivé à l’Elysée. Car Sarkozy fera tout, y compris charger son ex-ministre, pour dégager sa responsabilité, pourtant évidente et pourtant démontrée à plusieurs reprises par Le Canard Enchaîné.

    Ecoeurant Sarkozy, mais écoeurant Tapie. Qu’il récupère 250 millions d’euros suite au contentieux Adidas, passe encore, mais que l’on ait osé lui offrir, et qu’il ait osé accepter, 45 millions au titre du « préjudice moral » dépasse tous les bornes de l’indécence et du cynisme. Votre exemple de la victime de cancer est éloquent ; j’y ajouterai deux exemples donnés dans l’un de mes articles actuellement sur le site : cette somme équivaut également soit à 3500 ans de salaire minimum soit au salaire d’une vie entière de travail pour 85 ouvriers ! Tout cela pour un « préjudice moral ». Tapie se serait grandi en versant cette somme à des ONG humanitaires, il a préféré faire main basse dessus. A gerber !!!

    Cela dit, rien d’étonnant au final dnas ces agissements : Sarozy et Tapie appartiennent à la même engeance, celle des aventuriers sans scrupules, prêts à tout pour assouvir leurs désirs !

    Cordialement.