Accueil / A C T U A L I T É / Depardieu, c’est nous…

Depardieu, c’est nous…

 

T?te

Germain, 45 ans, quasi analphab?te, vit sa petite vie tranquille entre ses potes de bistrot, sa copine Annette, le parc o? il va compter les pigeons et le jardin potager qu?il a plant? derri?re sa caravane, elle-m?me install?e au fond du jardin de sa m?re, avec laquelle les rapports sont tr?s conflictuels. Il n?a pas connu son p?re, sa m?re s?est retrouv?e enceinte de lui sans l?avoir voulu, et le lui a bien fait sentir depuis qu?il est petit, ? l??cole primaire son instituteur l?a vite pris en grippe, il n?a jamais ?t? cultiv?, il est rest? ?? en friche ??.?
Un jour, au parc, il fait la connaissance de Margueritte, une tr?s vieille dame, ancienne chercheuse en agronomie, qui a voyag? dans le monde entier et qui a pass? sa vie ? lire.
?
Elle vit seule, ? pr?sent, en maison de retraite. Et elle aussi, elle compte les pigeons.
?
Entre Germain et Margueritte va na?tre une vraie tendresse, une histoire d?amour ?? petit-filial ??, et un v?ritable ?change?
Allocin?, La t?te en friche

?

Non, je ne vais pas me payer la t?te de Depardieu. Je veux simplement parler de ce ??petit film?? bien grand que je viens de visionner. Plus tard, j?irai ??voir?? le livre?

Il y a de la douceur dans la vie, et de l?amour dans la douceur. La belle simplicit? qui s?est perdue, le petit clin d??il ? mani?re de l?univers de Pagnol. Les mots ne sont puissants que quand ils transportent les ?motions qui sont parfois enferm?es en vous. Sans amour, tout le monde est un imb?cile. C?est le r?le de Depardieu ? dans ce film ? d??tre un imb?cile, analphab?te, ??pas comme les autres??. Les ??intellectuels?? trouveront la recette un peu fan?e. Comme si l?amour pouvait sauver le monde. Non. Il ne le sauve pas. Mais ? chaque fois qu?il sauve quelqu?un, il sauve le monde. Nous ne sommes qu?une cellule complexe, mais ? combien orgueilleuse, parfois,? ??sur c?r?bralis?e??, sardonique, rejetant les diff?rences comme? inf?riorit?s.

Sans doute que la beaut? de la vie r?side en un petit coin ou tout ? l?air d?une pi?ce de th??tre et que se jouent tous les drames du monde, mais en format ??r?el??. La ??non richesse??, les poireaux du potager, les tomates, les rires, les chamailles? Je pense que c?est suffisant pour nous humaniser? et nous rendre meilleur? Ou encore?: corriger les d?fauts de la vie. Car, en classe, notre protagoniste fait rire de lui. Pas intelligent?

J?ai l?impression de rater ce que j??cris. Simplement parce que les mots sont l? pour d?crire les entrailles et l?invisible. Et que parfois, comme dans le film, les dictionnaires ne suffisent pas. La vie, elle-m?me, est plus grande qu?un dictionnaire.

C?est le dilemme de la proximit? fait mal, mais elle nous sculpte.

Et, parfois, elle surpasse sa propre mission en nous faisant d?couvrir ce que nous sommes r?ellement.

Dans un monde o? on gratifie largement ? parfois trop- ce tentant recours ? l?esprit, dans un monde o? chaque jour, maintenant, nous devons affronter la douleur du reste du monde. Dans ce monde o? le reste du monde est ? analyser, la ??nouvelle??, l?information, et le reste de la parade mondialiste est en train de tuer la vie r?elle au ??profit?? d?une vie pass?e au sas de la mode?: c?est le cerveau qui comprend, qui doit comprendre, qui doit agir.

Le village est une bougie.

Les grandes villes nous aveuglent.

Les grandes causes nous tuent.

Mais quoi donc nous fait vivre?

Nous vivons maintenant presque tous sous le diktat d?un dictionnaire. Celui de l??tat VS citoyens, celui qui ne laisse gu?re de libert? ? l?infini possibilit? de faire une soci?t? ??diff?rente??. D?accepter avec amour la diff?rence de chacun.

?crire de la po?sie, c?est ?chapper au pouvoir des mots n?fastes. ?Que nous transmettent-ils? Sinon que la purulence du monde. De par les m?dias surchauff?s, vendant leurs produits. Une nouvelle et une nouvelle en tricots? Les mots ne sont pas seulement ?crits, ils sont ??parl?s??. Et nous ?coutons! Mais nous nous nourrissons de la merde qui engendre la merde. Et d es dictateurs collets-mont?s qui nous bombardent de leurs formules.

Une formule mitraill?e ?fait plus de dommages qu?une arme de poing. La propagande du 21e?si?cle risque de r?duire ? n?ant des milliers d?ann?es ??d??volution??.

Toute cette surabondance inutile d?information n?est qu?un assommoir ? la Zola.

La t?l? est un crachat de serpents. Mais plusieurs ont la foi en cette information dite ??fouill?e??. Or, il s?av?re qu?elle a 5 ans de retard sur celle ?du web.

?

L?Assommoir

?

?L?Assommoir?est un?roman?d??mile Zola?publi? en?1876, septi?me volume de la s?rie?Les Rougon-Macquart. C?est un ouvrage totalement consacr? au monde ouvrier et, selon Zola,???le premier roman sur le peuple, qui ne mente pas et qui ait l?odeur du peuple??1?L??crivain y restitue la langue et les m?urs des ouvriers, tout en d?crivant les ravages caus?s par la mis?re et l?alcoolisme. ? sa parution, l?ouvrage suscite de vives pol?miques car il est jug? trop cru. Mais c?est ce r?alisme qui, cependant, provoque son succ?s, assurant ? l?auteur fortune et c?l?brit?.?L?Assommoir

?

L?ouvrier mondialiste est aujourd?hui ?dans une nouvelle mis?re, en apparence dissemblable de celle de cet autre si?cle.

La mis?re ne fait que changer de visage comme les USA changent de pr?sident tout en gardant une ligne directrice de ??politique?? imp?rialiste.

?

Les villages

J?avais commenc? par parler d?amour, mais me voil? perdu?

Comme nous tous.

Nous sommes ? un point de quasi non retour ? la Vie, la vraie. Nous passons les villages au tordeur de la mondialisation, de l??conomie, sans raison. Simplement par la vision du comptable.

Le personnage de Depardieu a appris ? compter les pigeons, mais, par amour, il leur a donn? un nom. C?est qu?il n?est pas dupe de l?importance du moindre d?tail de la vie. C?est l?idiot du village. En? ce moment, les villages sont les idiots des villes. Perdus en campagne, sans th??tres, sans ??culture??? Et pourtant, l?avenir appartient aux petites cellules sociales. Pour ceux de la g?n?ration qui va suivre, je crois que l?on verra tous les d?g?ts d?un monde riv? sur la superficialit? beurr?e par la propagande des ? ??propagand?s??.

Chacun?

Chacun tire des le?ons d?un film ou d?un livre. D?autres les rejettent. Ils en attendent un autre?

S?il en est une, dans ce film, ?? du moins pour ma part ? c?est celle d?un monde o? aimer n?a pas d??ge, o? chacun a quelque chose ? apprendre de l?autre, et qu?apprendre c?est simplement aimer. Et que les mots peuvent ?tre salvateurs ou destructifs.

? force de tout intellectualiser, nous apprenons ? d?tester. ? force de nous individualiser, nous apprenons ? nous tenir loin des autres. Et ce de toutes les mani?res, souvent bien inconsciemment, ?vu la mitraillette ? savoirs? qui? ne nous livre qu?un seul message?: ??Voici comment comprendre le monde??.

L?art ne dicte pas la ??compr?hension du monde??.

Ni l?amour?

Il ouvre une porte. La porte ?des portes?

Dans ce monde de divis?s ?gocentristes cultiv?s, si vous rencontrez quelqu?un que vous croyez aimer, laissez-le vous aimer.

Ceux qui aiment ont compris que la vie est infinie?

Si vous achetez du fini, vous ?tes?finis.

?a n?aurait gu?re d?int?r?t ni de cons?quences si vous ?tiez seul en ce monde, s?r que vous vous ???tes fait ?vous-m?me??.

Autofabriqu?.

Sans nourriture sociale?

La mondialisation est une bombe ? fragmentation.

Alors, pour r?sister, et de fa?on simple, quand vous rencontrez quelqu?un que vous aimez, saisissez-le ou saisissiez- la ?avec douceur, sans l?envahir, sans ??forcer??, sans vous en emparer, sans mettre l?amour en cage, sans mettre les mots et les phrases comme des pi?ges tendus, car si les livres et les films sont beaux, c?est parce qu?ils ne sont que les pigeons voyageur d?un individu ? l?autre.

Depardieu nourrit les pigeons, la dame aussi, assise sur son banc, elle qui sait lire, lui qui sait ?couter.

Mais ? la fin on comprendra qu?on peut par amour inverser les r?les et s?entre-enrichir de mani?re ? cultiver en nous le plus beau potager au monde?:

L??me humaine.

?

Ga?tan Pelletier

15 janvier 2013

 

Merci!

 

Marie-Sabine Roger

Marie-Sabine Roger

Romanci?re fran?aise

N?e en 1957 ? Bordeaux, Marie-Sabine Roger est d?abord institutrice avant de se consacrer ? sa passion, l??criture. Elle publie plus d?une vingtaine d?ouvrages dont Le Quatri?me soupirail?

***

 

Et ? Jean Becker?

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le jour où j’ai rencontré un esclave

Il y a une bonne trentaine d’années, j’ai séjourné assez longuement au Sénégal. J’ai été ...