Accueil / T Y P E S / Chroniques / De servant de messe ? raciste

De servant de messe ? raciste

SERGE cHARBONNEAU:

Au d?but des ann?es 60, j??tais servant de messe.? Je me levais tous les matins pour la messe de 6h00 ou parfois de 7h00 parce que dans ce temps l?, il y avait deux messes chaque matin, je crois m?me que nous en avions?jusqu?? trois un bout de temps pour les travailleurs se levant tr?s t?t.

Je faisais .10? par messe sauf le dimanche o? nous n??tions pas pay?.? ?a se comprend, le dimanche c?est le jour du seigneur et c?est normal qu?en son jour, il ne paye pas.? On lui doit bien de le servir gratuitement lorsque nous sommes ? c?l?brer son jour de repos.

 

Chaque matin, je rev?tais ma soutane et mon surplis

pour aller servir.

Nous avions des armoires compl?tes de soutanes de toutes les grandeurs.

Parfois, lors de certains jours de procession, nous en utilisions beaucoup parce que tous les servants disponibles ?taient au rendez-vous et m?me des amis de l??cole non servant de messe pouvaient se joindre ? nous pour faire la procession dans l??glise ou dans la rue par beau temps.? De bonnes files de jeunes gar?ons en soutane.? ?videmment, les filles n??taient pas admises.? Une fille servant de messe, ?a n?existe pas, je veux dire ?a ?n?existait? pas.

? l??cole les classes aussi ?taient s?par?es.? Je ne pouvais pas voir les filles pendant les cours, je ne pouvais qu?y r?ver.? Nous restions ainsi purs plus longtemps.? Aujourd?hui parfois on nous dit que le d?crochage scolaire ?tait ainsi mieux contr?l?.? Les gars avec les gars et les filles avec les filles.? Mais revenons ? la messe.

Ma soutane ?tait g?n?ralement noire.? Sauf pour les mariages et les grands jours: No?l, P?ques, etc..? Ces jours-l? je choisissais une magnifique soutane rouge, toujours avec mon surplis blanc.

J?ai occup? tous les postes, j?ai servi au poste de gauche qui n?avait pas de nom, de ??titre??, puis au poste de droite le poste de ??c?r?moniaire??, un poste plus important.? C?est celui qui s?occupait entre autres de l?encens, et de l?encensement du pr?tre et de ses coll?gues inf?rieurs.? C??tait bien s?r le pr?tre qui s?occupait d?encenser son autel, le ch?ur, la nef et l?assistance.? Il remettait l?encensoir au c?r?moniaire pour qu?on puisse l?encenser.

M?me servant de messe, je me permettais certaines espi?gleries. Par exemple lorsque j?avais la charge des burettes, ces fioles d?eau b?nite et de vin de messe, je mettais toujours tr?s peu de vin dans le calice du pr?tre et j??tais g?n?reux avec l?eau.? Chaque fois je voyais le pr?tre me faire des gros yeux et je lui jouais, de mon air le plus innocent le pr?texte de ma maladresse qui ?tait telle que je n?avais pas fait expr?s.? Je vous l?avoue ici et j?esp?re que dieu ne m?en voudra pas, mais je ne me suis jamais confess? de ce tour d?plaisant fait au cur? et aux abb?s.? Je n?ai donc jamais obtenu d?absolution pour ce p?ch? maintes fois r?p?t?.? Mon compte est bon parce que je sais tr?s bien que dieu m?me infiniment bon peut ?tre infiniment chien, il n?y a qu?? penser que c?est lui qui a fait l?enfer.? Aussi, il n?y a qu?? voir la mis?re incroyable sur terre.? Parfois je remets s?rieusement son ?infiniment? bont? en question, mais bon, il ne faut pas chercher ? comprendre les myst?res de la foi.

Oui, au d?but des ann?es 60, la vie ?tait ainsi.? Nous devions ?tre ? jeun au moins trois heures avant de communier.? Le pr?tre r?citait du charabia latin le dos aux fid?les et face ? son tabernacle.? Je devais m?me r?citer le ??supifiate?? ou un mot y ressemblant.? Ceux qui n?ont pas perdu leur latin se souviennent s?rement du nom pr?cis.? Une pri?re, oui en latin, que je n?ai jamais vraiment ma?tris?e.? Je r?citais au son en connaissant la longueur et les temps de la pri?re.? Je m?en sortais assez bien sauf quelquefois o? le pr?tre me disait apr?s la messe qu?il fallait que je revois s?rieusement mon ?supifiate?.? Je ne connaissais ? peu pr?s aucun de ces mots et je marmonnais la pri?re d?avant la communion de fa?on inaudible en lan?ant des O et des I aux bons endroits.

Dans ce temps-l?, le pr?tre avait seulement deux doigts de b?nis.? C??tait par ces seuls deux doigts qu?il pouvait manipuler les hosties.? Quant ? nous, servant de messe, il ?tait hors de question que nous puissions toucher aux hosties lorsqu?elles ?taient b?nies.

Oui, la vie ?tait ainsi.? Le vendredi nous ne mangions pas de viande et pendant le car?me tr?s peu aussi et surtout absolument aucun, vraiment aucun bonbon.? Puis il y a eu le concile et le pape d?cida que le pr?tre ferait sa messe face aux fid?les et en plus il la dirait en fran?ais.? Eur?ka, fini le maudit ?supifiate? (excusez le juron).

J?ai ?t? ainsi, servant de messe, pendant au moins une bonne d?cennie.? De l?enfance ? l?adolescence.

M?me apr?s avoir cess? de servir la messe, je continuais de me rendre ? l??glise tous les dimanches.?? Une sorte de rituel immuable que je n?osais enfreindre pour ne pas choquer mes parents.? Cependant, un jour o? je fus grand, je partis en voyage plus de six mois avec mon pouce en l?air.? J?abandonnais ainsi, en douce,? le rituel du dimanche.? ? mon retour, tout le personnel de l??glise de la paroisse avait chang?.? Du cur? jusqu?aux abb?s !? Il s??tait pass? quelque chose de grave dans notre paroisse, mais je n?ai jamais su vraiment quoi.? On sentait une sorte de traumatisme paroissial et je n?ai jamais insist? pour conna?tre le fond de l?Histoire.

C?est au d?but des ann?es 70 que la religion a finalement chang?.? On est pass? de trois heures de jeune avant la communion, ? une heure puis finalement ? rien du tout.? Les pr?tres semblaient avoir tous les doigts b?nis pour manipuler les hosties.? Il y avait m?me des servants de messe qui donnait la communion !?? En plus, la communion se recevait non pas agenouill?e ? la balustrade, mais debout en file indienne !? Et, chose choquante, les servants de messe n?avaient plus de soutane !? En plus, cette chose ??trange?, il y avait m?me parfois des filles servantes de messe !!!!!!!!!!!? Un peu plus tard il y eu m?me du vrai monde ??adulte?? qui servait la messe, des monsieur et madame Toutlmonde !
Ce fut l??poque des messes ? gogo puis ce fut l??re des pr?tres ?bin ? mode? qui perdurent, je crois, encore aujourd?hui.? Notre religion catholique ?patrimoniale? a ainsi chang? et dans ses coutumes et dans ses costumes !?? Chang?? on pourrait peut-?tre dire ???volu?.

Dans les religions, il y a les coutumes et les costumes, c?est bien visible.? Les photos d??poque sont ?loquentes.? Mais il y a aussi l??volution de notre croyance, et la progression de notre ?volution scientifique.? Nous sommes pass?s du cr?ationnisme qu?on apprenait dans notre petit cat?chisme aux cent questions, ? Darwin qui faisait descendre le singe de l?arbre et nous du singe.

Quelle ?volution de Charbonneau et le chef Duplessis, celui qui nous accrocha le crucifix au parlement pour gagner des votes, jusqu?? cette charte qu?on dit ?des valeurs qu?b?coises? !

Nous en avons fait du chemin dans nos coutumes, dans nos costumes et dans nos esprits.?? Je crois qu?on appelle cela ?l??volution?.

Aujourd?hui on parle de redonner de la place ? la religion dans notre soci?t?.? Beaucoup de gens nous arrivent croyants et beaucoup d?autres n?s ici, des ?pures laines qu?b?coises?, ont retrouv? la foi.? On dit donc qu?il faudrait que la religion puisse prendre plus de place dans nos services publics et m?me qu?elle puisse influencer la politique.

La religion est bien pr?sente et comme le disait je ne sais trop quel grand intellectuel, ce n?est pas parce qu?on a d?cid?, il y a quelques ann?es, que la religion ne devait pas influenc? les d?cisions politiques qu?on doit s?acharner ? rester sur cette position.? Si nous devenons plus religieux, la politique doit suivre.

Au Qu?bec on a ferm? les tavernes interdites aux femmes pour les transformer en brasserie ouverte ? tous.? Si notre soci?t? est majoritairement religieuse devrions-nous envisager de revenir ? des lieux o? la femme ou l?homme est interdit afin d?obtenir des lieux religieusement purs pour ?tre conforme ? certaines croyances l?exigeant ?

Personnellement je crois que non. Je crois qu?il faut maintenir nos politiques, notre gouvernement et nos services publics exempts de toute ing?rence religieuse.? Il semble que de penser ? maintenir nos institutions la?ques fait de moi un raciste, m?me un int?griste !

On me traite de raciste ou de x?nophobe depuis d?j? plusieurs ann?es.? Au d?but je niais, mais finalement?? aujourd?hui je sais bien que je suis raciste m?me si je parviens difficilement ? remarquer la couleur de la peau des gens et que leur accent est comme une douce m?lodie ? mes oreilles.? Je suis raciste m?me si je cherche leur pr?sence et que je veux toujours les inviter chez moi pour parler de nos exp?riences de vie ? travers les coutumes, les costumes, les langues et les Pays.

En plus, je suis int?griste et on me dit que je transpire la haine.? Je ne m?en ?tais pas aper?u.? Parfois ?a m?enrage de ne pas sentir ce que je suis.? Il faudrait que je prenne conscience que je les ha?s tous, m? maudit que c? dur d?arr?ter de leur sourire.

Notre patrimoine au Qu?bec semble se r?sumer ? une seule chose: ?notre? crucifix install? assez r?cemment (1936) par Duplessis dans notre salon bleu.? Tout le reste, toute cette Histoire qui vous est racont?e ? travers mon exp?rience personnelle n?est ?que du pass??!?? Elle semble ne renfermer aucun patrimoine ?motionnel, aucun patrimoine spirituel, rien !

C?est ?trange ?l??volution?.

Oui, aujourd?hui je suis raciste, int?griste et haineux.? Je parle de garder nos institutions politiques ?tanches ? l?influence religieuse.?? Je parle d?une soci?t? o? tous serions sur le m?me pied peu importe la d?cision des diff?rents dieux.

Aujourd?hui on dit que je suis raciste, demain on va peut-?tre vouloir me mettre en prison parce qu?on dira que mon racisme est interdit, plus tard peut-?tre qu?on me condamnera ? la lapidation ? H?rouxville ou au bucher dans la basse ville.? C?est l??volution.? Cette ?volution me semble r?trograde. C?est difficile de m?y adapter.? J?ai l?impression que je vais mourir raciste.

Serge Charbonneau
Qu?bec

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCLXXVII) : il y dix ans, une analyse visionnaire sur le trafic au Guatemala

Après le déversement des vols vers le Honduras voici quelques années, qui se poursuit aujourd’hui ...