Accueil / A U T E U R S / LES 7 DU QUÉBEC / De notre temps (stance ? singer Chaussier)

De notre temps (stance ? singer Chaussier)

De notre temps (stance ? singer Chaussier)

J?invoque l??pret? des circonstances
Qui me portent sans heurt ? finasser
En me ruant tout roide en cette stance,
Cul par dessus bobine, ? la Chaussier
Que cocasse je mise de singer.
? finasser, que dire, ? m?alanguir,
? braire, hululer, coasser et glapir.

C?est que voil? un monde en d?cadence
Dont l?ordre inique est ? se fissurer.
Ceux qui s?affligent et ceux qui s?en balancent
Vont en d?coudre, vont en concasser.
Dans l?empoigne de classes, enchev?tr?es
Ensemble au caniveau de cet empire.
Les gueux contre les grands, les vrais contre les sbires.

Mais je finasse, obtus, sans ?l?gance.
Contrefaire des vers, singer Chaussier,
Quand la rude rue ? l?assaut s??lance,
C?est chercher ? franchir, en ?chassier,
Le cloaque social ?mulsionn?.
Or je chie dense et trouble, sans d?faillir
Sur quiconque y trouverait parole ? redire.

C?est que par tous les trous, le cri se lance.
Ce mur d?argent, il faut le fracturer.
On le dit, on le scande. R?volte, transe.
Alors, on ne va pas me chipoter
Si je me pique de le versifier.
Il s?agit de cracher et de vomir,
De constater le coup de poing, et de le dire.

Tout est bonne musique ? cette danse.
Pour le coup je ne vais pas me g?ner,
Entretenir quelque flasque d?fense,
P?renniser pusillanimit?s.
Il s?agit de portraire et d??ructer.
Le Ph?nix a cram?, il doit vagir.
Les h?tels vont bient?t fermer. Il faut partir.

Il s?agit de clamer des ?vidences.
Il s?agit de portraire ? la Chaussier.
Leur rompre le versoir. Leur casser l?anse,
? ces baratineurs, ces ?piciers,
? ces Accappareur & Associ?s.
Le chapon ?gorg?, il faut le cuire.
Le plongeoir est d?j? pli?. Il faut bondir.

Voici donc le marchand. Viens l?, avance.
Accuse l?univers de tes rat?s.
Il cherche ? nous fourguer ses denr?es rances.
Il aspire ? nous faire sp?culer
Sur l?ambigu? ?ventualit?
De son aptitude ? tanner le cuir
Du sort boursicotier, du Moloch, du d?lire.

Voici le gouvernant. Il tire et lance
Des c?bles d?amarrage. Il veut lier
Les plateaux d?or de milliers de balances
En un joli mobile ?quilibr?,
Une harmonie sociale, temp?r?e.
Un contrat lac?r?, pour amortir
La temp?te, gonfl?e de tellement venir.

Voici le militant, la militante
Qui s?amplifie, qui sue, qui est mont?(e)
Face ? l?indiff?rent, l?indiff?rente
Qu?il faudra d?sormais conscientiser.
Sur fond lacrymog?ne et policier,
La conscience nouvelle va surgir.
Qui sait, peut-?tre sans conflit, sans coup f?rir.

De notre temps, je romps le lourd silence.
Pour dire que c?est fait, c?est arriv?.
Et pour annoncer l??re des violences.
Contrefaire des vers, singer?Chaussier,
Me semble le moins laid des proc?d?s
Car, s?il faut s?empoigner et s?estourbir,
Autant avoir le chic du mot, du dit, du dire?

Tir?e de mon recueil de po?sie, intitul??Po?sie d?outre-ville?paru aux??ditions ELP?(2009). Par?outre-ville?j?entends ? la fois ce qui pr?c?de la ville et y succ?de, ce qui est au pourtour de l?urbain et ce qui en ?merge?

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Religion et bricolage : une croix trop grosse et des clous trop petits

On se retrouve avec un problème de cubage, avec tous les objets rapportés par Sainte ...