Accueil / T Y P E S / Billets / De l??pineuse question ? morale ? (2 de 4)
Yan Barcelo ? 17 mai 2009 Le v?ritable imp?ratif moral est de faire en sorte qu?il y ait un contr?le avant le geste, dans le malaise de la conscience. Car le jugement moral authentique s?effectue dans le silence et l?anonymat int?rieur. Prenons l?exemple d?une personne qui serait en mesure de faire du tort ? une autre [...]

De l??pineuse question ? morale ? (2 de 4)

Photo : Jean-David et Anne-Laure
Photo : Jean-David et Anne-Laure

Yan Barcelo ? 17 mai 2009

Le v?ritable imp?ratif moral est de faire en sorte qu?il y ait un contr?le avant le geste, dans le malaise de la conscience. Car le jugement moral authentique s?effectue dans le silence et l?anonymat int?rieur. Prenons l?exemple d?une personne qui serait en mesure de faire du tort ? une autre et de nuire ? son avancement dans une organisation en disant des choses mensong?res ? son endroit. Il est ? peu pr?s certain que sa m?disance ne sera jamais rep?r?e et qu?elle pourra en tirer profit sans que personne ne soup?onne jamais rien.

Deux choses peuvent retenir son geste. Au premier niveau, elle pourra avoir peur d??tre rep?r?e quand m?me et d?nonc?e. Cette peur n?a pas grand-chose ? voir avec la morale ? quoiqu?il puisse s?agir d?un embryon de jugement moral. En r?alit?, il s?agit de la simple ??peur de la loi??, plus exactement, de la peur de la r?tribution de la loi. C?est un m?canisme de contr?le tr?s puissant et il est certain qu?il exerce un frein sur les mauvaises dispositions de beaucoup de gens.

Mais supposons qu?il est ? peu pr?s certain que notre malfaiteur ne sera jamais d?voil?. Si la peur de la loi ne retient pas son geste, qu?est-ce qui peut le faire? La voix de la conscience.

Or, revenons ? notre premi?re question pour la reformuler. La voix de la conscience ? et, partant, la morale ? est-elle simplement le r?sultat d?un conditionnement, d?un entra?nement plus ou moins bien r?ussi? Ou fait-elle partie de fa?on intrins?que de la condition humaine? En anglais, on dirait qu?elle est hard wired, voulant dire qu?elle fait partie du tissu spirituel m?me de l?humain.

Si on souscrit ? la premi?re proposition, on dit en quelque sorte qu?il n?y a pas de base ? la morale. Qu?elle est simplement une convention qui varie d?une soci?t? ? l?autre, d?un pays ? l?autre, et que rien, au fond, n?est ni vraiment bon, ni vraiment mauvais. Tout d?pend du point de vue. Alors, de deux choses l?une.

1)????? On ne se pr?occupe tout simplement pas de morale et tout le concert social devient un simple jeu de chat et de souris entre n?importe quel malfaiteur potentiel et la loi. Implicitement, un tel constat nous dit que la soci?t? se divise en deux camps?: d?un c?t?, les lapins et les poltrons qui se prot?gent et se barricadent derri?re les remparts de la loi; de l?autre, les pr?dateurs et les audacieux, qui sont pr?ts ? faire ce qu?il faut pour tirer leur ?pingle du jeu.

2)????? On se pr?occupe de morale, mais alors la question-cl? devient celle du contr?le. Quel genre de conditionnement peut-on mettre en place pour assurer qu?on enferme le plus de gens possible dans l?enclos des lapins? ?videmment, ceux qui ont le plus avantage ? se poser cette question sont les pr?dateurs. Une telle logique nous m?ne ultimement ? une soci?t? de type totalitaire.

On pourra objecter que l?id?e d?un fondement de la conscience morale m?ne encore plus s?rement ? un mod?le de soci?t? fasciste et ses m?canismes de contr?le des consciences. Dans une grande mesure, c?est ce que la soci?t? chr?tienne du Moyen-?ge a tent? de faire, et apr?s cela la soci?t? sovi?tique ? qui n??tait finalement qu?une variante ath?e du catholicisme.

Mais c?est faux. Si la conscience morale est l?gitime et fond?e, elle ne saurait ?tre fabriqu?e, structur?e ou conditionn?e de quelque fa?on que ce soit. Elle est une loi naturelle et spontan?e de la condition humaine en soi. Et c?est ? partir de cette position inconditionn?e qu?on peut d?noncer toutes les tentatives de manipulation et de mensonge, toutes les tentatives d??tablir des fausses vertus. Par exemple, une grande partie de l?ancien code cat?chitique du catholicisme ?tait de cette fausse nature. On a cr?? dans plusieurs cas de pures conventions morales au nom desquelles on pouvait certainement donner honte aux gens, mais pas susciter leur remords. Or, une conscience authentique est la condition au nom de laquelle on peut justifier la d?sob?issance civile, par exemple, ou justifier un geste l?gitime et n?cessaire qui peut sembler inacceptable aux yeux de la loi ou des conventions morales.

Cependant, si on ne peut pas conditionner la conscience morale, si elle est au-del? de toute transformation ext?rieure, on peut entra?ner quelqu?un, ou s?entra?ner soi-m?me, ? y ?tre plus r?ceptif. En bref, ce que la conscience dit ne peut pas ?tre appris; sa voix d?origine est pure et non frelat?e. Toutefois, on peut apprendre ? mieux l??couter et mieux lui ob?ir. Et c?est ici qu?on peut souhaiter un discours g?n?ral et une philosophie sociale propices ? l??ducation morale.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCLXXVIII) : Belize, le maillon faible, retour historique

Des pistes et des pilotes de la CIA (Abbott), un système de blanchiment mis en ...