Accueil / T Y P E S / Billets / De l??pineuse question ? morale ? (1 de 4)
Yan Barcelo – 9 mai 2009 Le jugement moral est-il acquis, appris, conditionn?, comme le veut une philosophie relativiste pr?dominante? Un exemple entre mille?: un commentateur dans ce site ?crivait il y a quelques semaines au sujet du jugement moral?: ??En PNL (programmation neuro-linguistique), ceci est expliqu? par votre conditionnement qui, lui, est affect? autant par [...]

De l??pineuse question ? morale ? (1 de 4)

Photo : Flickr the trial
Photo : Flickr the trial

Yan Barcelo ? 9 mai 2009

Le jugement moral est-il acquis, appris, conditionn?, comme le veut une philosophie relativiste pr?dominante? Un exemple entre mille?: un commentateur dans ce site ?crivait il y a quelques semaines au sujet du jugement moral?: ??En PNL (programmation neuro-linguistique), ceci est expliqu? par votre conditionnement qui, lui, est affect? autant par l?environnement que par vos propres d?cisions. C?est votre machine subconsciente qui vous am?nera ? choisir une option plut?t qu?une autre, jusqu?au moment o? votre conscience viendra v?rifier le tout rationnellement (cette partie est plus ou moins forte chez certains et cela se d?veloppe)??.

Il ne fait pas de doute qu?on peut conditionner des comportements, tout particuli?rement chez les enfants, pour faire en sorte qu?ils soient socialement acceptables. ? partir de ces apprentissages, on peut ensuite ??moralement?? contr?ler la personne en cr?ant chez elle la honte si elle enfreint les normes. Le processus est simple?: en outrepassant les limites du code accept?, code qu?elle pr?tendait accepter elle-m?me, on peut stigmatiser son acte et susciter chez elle la honte.

Mais cette honte est-elle ??morale??? On peut en douter. C?est plut?t le simple fait de se sentir amenuis? dans les yeux d?autrui parce qu?on a fait la preuve qu?on n??tait pas ? la mesure de ce qu?on pr?tendait soutenir.

La vraie mesure du geste a-moral, ou immoral, n?est pas la honte (bien qu?il puisse tr?s l?gitimement en faire partie), mais le remords. Le remords est une morsure d?un autre type dont l?origine appara?t inexplicable sur la base d?une pens?e relativiste.

Prenons un exemple concret?: un cas que j?affectionne tout particuli?rement, celui de Vincent Lacroix, le financier qui a appauvri ses investisseurs de 128 M$. Devant les objectifs des cam?ras, on peut croire que Lacroix ressentait une certaine honte, mais c??tait la honte d?avoir ?t? pinc?, la honte de se faire d?couvrir comme un petit voleur sans envergure alors qu?il se voyait sans doute comme un prince du monde de la finance. Rien l? de tr?s moral.

La vraie question morale est de savoir si Lacroix a ressenti du remords. Il n?en a rien manifest? ? et c?est bien une raison pourquoi l?opinion publique s?est tant indign?e. Mais dans ses draps aux petites heures du matin, Vincent Lacroix a-t-il ressenti du remords? ? n?en pas douter, il a eu des regrets, et il a d? se maudire en revoyant toutes les erreurs et les n?gligences qui ont men? ? sa capture. Mais a-t-il ressenti du remords? Si oui, en quoi cette morsure du remords se distingue-t-elle de celle des regrets?

Le regret, et dans une grande mesure la honte, ne concernent que nous-m?mes. On s?est fait retirer un bien dont on voulait continuer de jouir (argent, r?putation, affection, etc.) et on s?en veut d?avoir ?chou? ? les pr?server. Le remords est tourn? vers autrui?: sa morsure tient ? la d?tresse qu?on ressent d?avoir caus? du tort et de la d?tresse chez un autre. C?est un peu comme si une chair commune, mais invisible nous liait indissolublement ? autrui. C?est la conscience dont, nous dit-on, on entend la voix, ou le murmure. Le geste non moral, ou carr?ment immoral cr?e une meurtrissure dans cette chair et le remords est la douleur tr?s particuli?re par laquelle nous ressentons cette blessure.

Le remords est la r?tribution int?rieure ressentie apr?s qu?un geste offensant a ?t? commis et il est le signe d?une conscience morale encore saine. Mais il y a une morsure qu?on ressent avant m?me de commettre un geste offensant?: c?est la voix de la conscience. Mais une telle expression n?est pas tout-?-fid?le ? l?exp?rience int?rieure de la conscience. Ce n?est pas une voix, mais plut?t une sensation insaisissable de dissonance, un malaise qui suscite des ?motions de r?vulsion quand l?image ou l?id?e du geste qu?on veut commettre appara?t ? l?esprit.

Le remords est donc le t?moignage le plus intime et vrai du jugement moral. On peut se fa?onner des codes moraux tant qu?on voudra ? et il est important qu?on le fasse ?, mais la vraie mesure morale est la voix de la conscience qu?un individu ressent plus ou moins. Les codes moraux, ou les codes ?thiques sont importants, d?autant plus qu?ils doivent inspirer nos lois, mais ils ne peuvent op?rer qu?apr?s coup, une fois que le mal d?un geste mauvais est fait.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCXLVI) : le chaînon manquant du trafic ou un autre Viktor Bout (g)

L’étude du dossier de la drogue circulant au Mali, débuté avec l’arrestation en novembre 2018 ...