Accueil / T Y P E S / Articles / Dans la F1, la course se joue dans les stands !

Dans la F1, la course se joue dans les stands !

Grand Prix de Malaisie : c’est encore dans les stands que s’est faite la d?cision ! Un ?crou de roue avant qui reste bloqu?, et Hamilton est ramen? au rang de figurant : ce n’est pas normal, ce n’est pas juste. La course a forc?ment ses r?gles, mais ne doit-on pas rechercher des r?gles qui favorisent le pilote plus que les m?caniciens (mot fourre-tout pour d?signer tous ceux qui sont autour de la voiture) ? Avec les ravitaillements en essence et les changements de pneumatiques, l’arr?t au paddock est un passage oblig?, c’est une ?vidence. Mais c’est l? que se joue parfois – trop souvent – la course, et non h?las sur la piste ! Or on ne peut envisager de le supprimer car il faudrait red?finir les sp?cifications techniques des voitures, ou la F1 elle-m?me. Ce n’est certes pas impossible, mais avant de se lancer dans cette r?vision drastique des solutions peuvent ?tre mises en place pour donner ? la course un attrait suppl?mentaire : les r?gles doivent favoriser l’expression du talent des pilotes, et non la dext?rit? des m?caniciens pour faire un plein ou changer deux pneus ou encore cette fumeuse « strat?gie de course » qui n’est rien d’autre que la bonne utilisation de ses arr?ts pour grappiller les secondes que l’on ne peut gagner sur le circuit. Un pilote et une voiture, telle doit ?tre l’objectif : il convient donc de neutraliser ce qui se passe dans les stands pendant les arr?ts.

Une solution peut contraignante consisterait ? d?finir, pour chaque course, en fonction par exemple de certains param?tres du circuit et/ou des pr?visions m?t?o, un nombre d’arr?ts obligatoires (ou un nombre minimum d’arr?ts obligatoires) pour faire le plein d’essence et changer les pneumatiques, d’une part, et d’autre part, d’imposer un temps d’immobilisation minimum ? la voiture ? chaque arr?t, par exemple de 15 ou 20 secondes – suffisamment long pour r?duire les risques d’incendie, d’accrochage avec les m?caniciens, etc. La course ne se jouerait donc plus sur l’habilet? du pompiste de l’?curie ou du pr?pos? au changement de roue !

Cette r?gle, tr?s facile ? mettre en œuvre, aurait plus de justification par exemple que celle qui a consist? ? imposer un m?me fabricant de pneus ? toutes les ?quipes (pourquoi pas la m?me bo?te, le m?me moteur, ou la m?me voiture), et une port?e sportive infiniment plus forte : c’est le pilote et la voiture qui gagnent… Le sport automobile a tout ? y gagner.

Apr?s la suppression des aides ?lectroniques au pilotage (une tr?s bonne d?cision), on peut donc aller plus loin en supprimant la « prime de stand » qui est accord?e aux ?quipes les plus riches, et mettre fin ? cette insupportable et ridicule « strat?gie » qui voudrait nous fait croire que c’est le patron bedonnant de l’?curie qui gagne le Grand Prix par ses choix judicieux et secrets.

? moins que l’on s’oriente vers des ravitaillements en course, sans arr?t au stand, avec par exemple des h?licopt?res – comme il y a des ravitaillements en vol pour avions militaires. Les t?l?visions adoreraient… Mais ce ne serait plus du sport automobile, tout au mieux un jeu vid?o « pas pour de faux ! ».

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Des neutrinos à la pierre de Rosette

Des neutrinos à la pierre de Rosette : une seconde révolution quantique en vue ? ...