Accueil / T Y P E S / Articles / DANGERS LA PSYCHIATRIE LA GENETIQUE

DANGERS LA PSYCHIATRIE LA GENETIQUE


PATRICK JUAN
En lisant un de ses ouvrages, je me suis pos? la question: ?mais qui donc, peut bien ?tre ce personnage, avec autant d?affirmations. ?Michel Dogna, un charlatan, un commercial, un r?aliste, etc??
Voici ce que l?on peut dire ? son sujet en court surprenant, inqui?tant, r?aliste, ? chacun ses id?es, mais il y a r?ellement de quoi se poser masse de questions.
Droits patient hospitalise


DROITS du PATIENT et DROITS du PATIENT HOSPITALISE Je suis all? chercher dans mes r?serves, et finalement je me suis bas? sur les textes l?gaux, surprenants, stup?fiants par rapport ? la r?alit?, alors abordons le ou les sujets ? votre gr?. ?Droits du malade et respect du patient hospitalis?.

La loi du 4 mars 2002 consacre les droits attach?s ? la personne dans ses relations avec le syst?me de sant? et les droits des usagers. Le premier droit de la personne malade est de pouvoir acc?der aux soins que son ?tat n?cessite, quelle que soit sa situation financi?re (acc?s au dossier ??charte du patient hospitalise??). ?Deux principes ressortent de ce droit

Le principe de l??gal acc?s aux soins pour toutes les personnes, sans consid?ration de sexe, d??ge, de religion, d?opinion ou d?apparence,

Le principe de libre acc?s aux soins quels que soient ses moyens financiers.

Ces deux principes d??gal acc?s aux soins et de libre acc?s aux soins sont garantis aux usagers par le syst?me de protection sociale mis en place en France en 1945 et fond? sur la solidarit?.

Tous les acteurs de sant? sont impliqu?s dans la mise en ?uvre de ces principes.

Les professionnels, les ?tablissements et r?seaux de sant?, les organismes de pr?vention ou de soins, les autorit?s sanitaires, doivent employer tous les moyens ? leur disposition pour les mettre en ?uvre au b?n?fice de toute personne.
Ainsi, l?article L.6112-2 du Code de la sant? publique impose aux ?tablissements assurant le service public hospitalier d??tre en mesure d?accueillir les patients de jour et de nuit, ?ventuellement en urgence, ou d?assurer leur admission dans un autre ?tablissement de sant?.
De son c?t?, la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et ? la qualit? du syst?me de sant? a inscrit ce droit dans le chapitre pr?liminaire et ? l?article L.1110-1, en t?te du Code de la sant? publique.

La loi du 4 mars 2002 pr?voit aussi que toute personne majeure hospitalis?e en France peut nommer une personne de confiance qui l?accompagnera lors de son hospitalisation (acc?s au dossier ??la personne de confiance??).Dignit? du malade
Toute personne malade a droit au respect de sa dignit?. Diff?rents textes affirment et confortent ce droit fondamental des patients, qui rev?t plusieurs aspects.
Le droit au respect de la personne et de son intimit? est inscrit dans le titre VII de la Charte du patient hospitalis? de 1995 qui pr?cise que : le respect de l?intimit? du patient doit ?tre pr?serv? lors des soins, des toilettes, des consultations et des visites m?dicales, des traitements pr? et post-op?ratoires, des radiographies, des brancardages et ? tout moment de son s?jour hospitalier. La personne hospitalis?e est trait?e avec ?gards et ne doit pas souffrir de propos et d?attitudes ?quivoques de la part du personnel.
Dans les situations de fin de vie ou de traitements particuli?rement lourds, la vigilance s?impose particuli?rement pour des personnes vuln?rables, affaiblies par la maladie. L?article 2 du Code de d?ontologie m?dicale pr?cise ainsi que : Le m?decin, au service de l?individu et de la sant? publique, exerce sa mission dans le respect de la vie humaine, de la personne et de sa dignit?. Le respect d? ? la personne ne cesse pas de s?imposer apr?s la mort.
Le droit ? la dignit? est aujourd?hui un droit fondamental. Il est inscrit ? l?article L. 1110-2 du Code de la sant? publique. En outre, le Conseil constitutionnel, qui est la plus haute juridiction fran?aise, lui a reconnu une valeur constitutionnelle (d?cision n? 94-343/344 DC du 27 juillet 1994.

Loi relative au respect du corps humain et loi relative au don et ? l?utilisation des ?l?ments et produits du corps humain, ? l?assistance m?dicale ? la procr?ation et au diagnostic pr?natal).

Dossier du patient
La loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et ? la qualit? du syst?me de sant? reconna?t ? toute personne le droit d??tre inform?e sur son ?tat de sant?, et d?avoir acc?s ? l?ensemble des informations concernant sa sant? et d?tenues par des professionnels et ?tablissements de sant? (acc?s au ??dossier du patient??).
En m?me temps, la loi garantit ? chaque patient le respect de la vie priv?e et le secret des informations le concernant.

Droits du patient en psychiatrie. Certaines dispositions particuli?res s?appliquent en cas d?hospitalisation sous la contrainte des patients psychiatriques (acc?s aux dossiers ??mesures de placement en psychiatrie?? et ??droits du patient en psychiatrie??).

Depuis la fin de l?ann?e 2005 il a beaucoup ?t? d?battu de Pr?vention de la d?linquance, du
probl?me de la violence et des troubles du comportement. ?Des solutions d?ordre psychiatrique ont pu ?tre envisag?es : Quelle confiance peut-on leur accorder ?
On peut remarquer que depuis 2001 de volumineux rapports sur la sant? mentale ont ?t?
mis ? la disposition des gouvernements. Parmi ceux-ci : En Octobre 2001 : Rapport de l?OMS sur la sant? mentale.
En 2002 : Synth?se de l?INSERM suite au rapport de l?OMS :
D?pistage et pr?vention des troubles mentaux chez l?enfant et l?adolescent.
En Mai 2003 : Mise en place du SCREENING aux USA.
En Septembre 2005 : 3?me expertise INSERM ? Troubles de conduite de l?enfant ?
Aux USA, sous la pression des psychiatres, le gouvernement a laiss? mettre sous amph?tamines
et antid?presseurs plus de 8 millions d?enfants entre 1987 et 2002 suscitant d?j? par l? un toll? de
protestations des parents et des associations de protection de l?enfance.
Suivant les directives des psychiatres de l?OMS, le gouvernement am?ricain tente de mettre en place
depuis Juillet 2003 un programme de recherche et de d?tection syst?matique des troubles du
comportement chez les enfants afin de soi- disant ? r?duire les in?galit?s dues ? leurs handicaps ?.
Aussi volontairement confus soient-ils, tous ces rapports v?hiculent un message qui peut se
r?sumer en quelques lignes.
Nous assistons ? une pand?mie (?pid?mie mondiale) de maladie mentale atteignant actuellement plus d?un quart de la population de la plan?te.
Il faut pourchasser toutes les pr?misses de cette ?pid?mie, d?s la naissance et partout o? elle pourrait risquer de se d?velopper.
Seules la psychiatrie et la g?n?tique sont ? m?me de nous sauver de ce fl?au et leurs traitements, dont les manipulations g?n?tiques et les drogues psychotropes sont les plus beaux fleurons, doivent, imp?rativement, ?tre impos?s ? toutes les populations.
Ces actions doivent ?tre initi?es, financ?es et maintenues par tous les gouvernements de la terre, des plus pauvres aux plus riches.
Un article paru dans le Washington Post en juillet 2001 rapporte que, d?ordinaire la cr?ation de nouveaux m?dicaments r?pond ? des troubles existants, alors qu? ?en psychiatrie, tout l?art consiste ? trouver de nouveaux troubles pour des m?dicaments existants.??
Il devient donc indispensable de conna?tre les plans de la psychiatrie qui sont sous-jacents
? ces mesures. Infiltration de tous les secteurs de la soci?t?.
C?est dans les ann?es 1950 que les dogmes et les traitements psychiatriques ont commenc? ? se
r?pandre dans les domaines de l??ducation, de la justice, de la religion et de la sant?.
Le psychiatre J. R. REES, colonel de l?Arm?e Britannique, ?tait un sp?cialiste des techniques
psychiatriques dans le domaine de l??ducation, au sein des services secrets Britanniques et
Am?ricains de la Clinique TAVISTOCK (1934 ? 1946.)
Il sera le cofondateur en 1948 de la WFMH (F?d?ration Mondiale de la Sant? Mentale) avec le
Psychiatre Brock Chilsom (premier directeur g?n?ral de l?OMS de 1948 ? 1953.)
Voici la d?claration du colonel J.R. REES au Meeting Annuel du Conseil National de L?Hygi?ne Mentale en 1940: Particuli?rement depuis la derni?re guerre mondiale nous avons beaucoup fait pour infiltrer les diff?rents organismes sociaux ? travers le pays.
De fa?on similaire, nous avons men? une attaque efficace contre un certain nombre de
professions. Les deux plus faciles sont, bien s?r, l??DUCATION et la Religion, les deux
plus difficiles sont la Justice et la M?decine.
Pour infiltrer les activit?s professionnelles et sociales des autres peuples, je pense que
nous devons prendre mod?le sur les r?gimes totalitaires et organiser une sorte d?activit? de
5?me colonne. Le parlement, la presse et d?autres publications sont les moyens les plus ?vidents pour r?pandre notre Propagande, et cela requiert les id?es et le travail de chacun d?entre nous
afin d y arriver. En 2006, le plan stragegic de la psychiatrie tel qu?expos? par J.R. Rees a ?t? quasiment r?alis?: Education : Les m?decins ? sp?cialis?s ? (psychiatres) et les ? conseillers d??ducation (psychologues) ont envahi les ?coles et nous assistons ? une escalade de la violence
(irresponsabilit? du fait de la disparition des notions de bien et de mal) et des suicides (drogues
psychotropes) ainsi que de l?illettrisme (m?thodes globales des psychologues).
Religion : La psychologie et la psychiatrie ont envahi les religions et ont d?truit leur essence
v?ritable et leur valeur sp?cifique. Les psychiatres ont remplac? le mot p?ch? (action n?faste envers soi-m?me ou envers les autres) par des mots comme ? maladie ?, ? dysfonctionnement ?, ? trouble du comportement ? ou ? toxicomanie ?. Cela nie toute notion de bien et de mal et emp?che les individus de reconna?tre et de prendre la responsabilit? pour leurs propres actions.
Justice : La multiplication des experts psychiatres dans les tribunaux et les prisons et la
distribution de drogues psychiatriques dans les prisons ont abouti, tant ? multiplier les erreurs
et les injustices du syst?me judiciaire (multiples affaires type OUTREAU), qu?? faire flamber
Les statistiques de violence, de criminalit?, de r?cidive et de suicide dans les prisons. Ici aussi les
psychiatres ont ?radiqu? toute notion de responsabilit?.
Un espoir pourtant : en juin 2006, pour la premi?re fois, la cour supr?me des Etats Unis
d?Am?rique vient de d?nier ? la psychiatrie, ses pr?rogatives en mati?re de justice.
M?decine : L?augmentation exponentielle la consommation de drogues psychiatriques
fabrique des individus de plus en plus inconscients de leurs actes qui errent sans objectif dans
une soci?t? pour laquelle ils ne prennent aucune responsabilit?.
La grande majorit? des ordonnances m?dicales inclut la prescription d?une ou plusieurs de ces drogues pour tout et n?importe quoi. La France est un pays o? il y a de plus de psychiatres, de plus en plus de ? traitements ? et d?hospitalisations psychiatriques, et parall?lement de plus en plus de violence et de criminalit?. Presque tous les criminels c?l?bres du XXe si?cle sont pass?s entre les mains des psychiatres avant de commettre leur meurtre.
La diss?mination ? grande ?chelle des drogues psychiatriques a eu comme cons?quence la
g?n?ralisation de la consommation de drogues, qu?elles soient l?gales ou ill?gales et la flamb?e
des toxicomanies, des suicides, des accidents et toujours plus de violence, d?indiff?rence et
d?irresponsabilit? dans la soci?t?. Propagande : Tous les m?dias actuels, radios, t?l?vision ou journaux sont submerg?s par un flot ininterrompu d?avis et de conseils psychiatriques dans tous les domaines de la vie. Mais plus les psychiatres leur prodiguent leurs conseils, plus les gens semblent avoir de probl?mes. Les psychiatres accusent les religions et les m?decines alternatives d?infiltrer la soci?t? alors qu?ils sont eux-m?mes partout avec leurs th?ories et leurs traitements destructeurs.
Ces m?mes psychiatres, feignant d?ignorer que les politiques s?inspirent de leur pseudo
sciences, les accusent sans vergogne de leurs m?faits et se d?brouillent toujours pour ne jamais
en assumer la responsabilit?. Exactions sociales et manipulations de la politique?:
D?s le d?but du 20?me si?cle, la Psychiatrie avait montr? son vrai visage par des exactions,
dont la v?ritable paternit? est pourtant toujours rest?e plus ou moins inconnue du plus grand nombre.
Hitler n?a eu qu?? mettre en place les th?ories mises au point par les psychiatres, pour exterminer les juifs, les tziganes, les ali?n?s ou les homosexuels.
D?autre pays europ?ens (la Suisse, des Pays Scandinaves?) et certains Etats Am?ricains mirent en place les th?ories eug?niques des psychiatres jusqu?au milieu des ann?es 70.
En Russie la psychiatrie a mis, dans les goulags, ses traitements infamants ? la disposition des politiques et des militaires et a activement contribu? ? l?extermination physique et mentale de ceux qui pensaient autrement. De nos jours la psychiatrie s?vit en Chine contre les dissidents politiques ou religieux. Et pourtant les psychiatres ne sont jamais inculp?s ni condamn?s pour leurs crimes. Par contre ils ne se privent pas, selon comme le vent tourne, de faire la morale, par m?dias interpos?s ?
ceux qui, largement conseill?s par eux, ont finis par mettre en pratique, ? leurs d?pens, leurs
dangereux conseils. Nous pouvons ?num?rer aussi :
Les tortures inflig?es, sous couvert de traitement, dans les asiles et les h?pitaux psychiatriques du monde entier (les douches glac?es, ou leurs avatars modernes : les enveloppements glac?s ou PACKING du psychiatre Pierre DELION ; les m?thodes de destruction du cerveau telles que les lobotomies, les ?lectrochocs ou les implants ?lectriques modernes. Les dangers mortel des drogues psychiatriques (tout le monde sait, par exemple, que les 20 000 personnes ?g?es qui sont mortes durant l??t? 2003 en France ?taient, pour la plupart, sous drogues psychiatriques : tranquillisants, neuroleptiques).
La diss?mination ? grande ?chelle du LSD, un dangereux hallucinog?ne, sur les campus Am?ricains dans les ann?es 60, de la RITALINE (amph?tamine) prescrite ? plus de 8 millions d?enfants am?ricains, ou des antid?presseurs style PROZAC consomm? par des dizaines de millions de personnes (provoquant anxi?t?, nervosit?, agressivit? et m?me des hallucinations) et les Neuroleptiques (Camisole chimique administr? ? un tr?s grand nombre de personnes ?g?es) .Toutes les classes d??ge sont concern?e. La labellisation des enfants (hyperactivit?, trouble de l?orthographe ou du calcul et autres ?tiquettes absurdes) qui permet de les droguer sous couvert scientifique et fabrique la violence dans les ?coles.
De r?centes ?tudes montrent que 46% des enfants qui consomment des stimulants
psychiatriques pour le THADA sont susceptibles de commettre un crime et que pour 36%
d?entre eux ce sera plut?t deux qu?un. Ces soi-disant experts du comportement sont totalement incapables de trouver des causes ou des solutions aux probl?mes des individus et de la soci?t?.
Les politiques devraient s?en tenir aux solutions qui ont fait leurs preuves depuis des si?cles :
L?apprentissage des r?gles morales. L??ducation et la justice. Pr?alablement soigneusement expurg?s des fumeuses th?ories psychiatriques.
Inanite et duplicite de la psychiatrie?: Comme le montre Pierre Darmon dans son livre paru au Seuil en 1989 ? M?decins et assassins de la belle ?poque ?, neurologues, psychiatres, psychologues, psychanalystes et eug?nistes ont tent? de nous persuader, depuis plus de 125 ans, de la v?racit? de multiples th?ories expliquant le comportement humain. L?une apr?s l?autre, toutes ces th?ories s?av?r?rent fausses, ridicules, inefficaces et dangereuses. Ces th?ories n?ont fait que livrer de nouveaux boucs ?missaires ? la vindicte publique : de la phr?nologie de Gall (1810) (?tude des bosses du cr?ne) aux circonvolutions c?r?brales de Broca (1865) de l?anthropom?trie (mesure des diff?rentes parties du corps) de Lombroso (1885) avec son d?g?n?r? h?r?ditaire ? la classification des monomanies d?Esquirol(1903). Aujourd?hui de tels diagnostics aboutiraient syst?matiquement ? la prescription de dangereux psychotropes. Il existe dans la classification psychiatrique actuelle plus de 400 troubles du comportement tels le trouble du calcul ou le trouble de la lecture, tous soi-disant cr?es par un d?s?quilibre chimique. De l?eug?nisme (1903 ? 1975?) (am?lioration de l?esp?ce humaine par la modification de ses caract?ristiques physiques, allant, selon les moeurs et les ?poques, de la manipulation g?n?tique ? l?extermination en passant par la st?rilisation des individus) au chromosome Y surnum?raire (1970) comme substratum de la criminalit?. Des soi-disant d?s?quilibres chimiques (1988) de l?enfant hyperactif ? la soi-disant
maladie g?n?tique du d?pressif ou du schizophr?ne (2000) avatars modernes du d?g?n?r?
h?r?ditaire. Aujourd?hui, la boucle est boucl?e : nous sommes revenus aux classifications des psychiatres et au nouvel eug?nisme psychiatrique ! Aucune caract?ristique physique ou chimique ne peut nous renseigner sur les capacit?s, les aptitudes ou la valeur personnelle d?un ?tre humain : ni la taille de son nez, ni la couleur de sa peau, ni ses chromosomes ou ses g?nes, ni ses neurones ou ses hormones ni ses neurom?diateurs. Sur la terre, toutes les esp?ces poss?dent des caract?ristiques physico-chimiques similaires qui, quoi qu?en disent les psychiatres, ne nous permettent pas plus de diff?rencier le saint homme du criminel que le brillant ?l?ve du dernier de la classe. Selon un article du 8 d?cembre 2002 paru dans la revue Futura sciences L?homme et la souris poss?dent 99% de g?nes homologues (c?est-?-dire identiques ou proches). Mais cela ne signifie pas, bien s?r, que l?homme soit un rat, et qu?il doive ?tre trait? comme tel par la psychiatrie g?n?tique. Caract?re de ce qui est inutile, vain. Caract?re d?une personne qui ne se montre pas sous son vrai jour, qui est hypocrite.

Patrick Juan

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

L’autre conséquence majeure du coronavirus !

Le Covid-19 a précipité une ruée vers le cash, à tout le moins dès que ...

3 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour Patrick,

    Je confirme l’excellence de cet article. J’ai déjà écrit plusieurs choses similaires dans ce texte :

    http://centpapiers.com/leglise-de-scientologie-la-psychiatrie-et-la-psychologie-officielle/

    Il y a seulement deux points avec lesquels je suis en désaccord : Le LSD est une drogue très utile sur le pan thérapeutique comme l’ont démontré les travaux de Stanislav Grof et je ne crois pas tout ce qu’on dit habituellement concernant Hitler, il a d’ailleurs complètement rétablit l’économie allemande moribonde dont il a hérité, et cela au profit du peuple et des millions de chômeurs. Et ce n’était pas parce que c’était une économie de guerre.

    Cordialement,

    Nicolas

  2. avatar

    Nicolas,

    http://www.panda-france.net/?p=17675

    Voici le lien et vous pourrez constater que votre commentaire s’y trouve, il ne vous suffit plus que de vous inscrire si vous, vous le souhaitez, en ce qui me concerne et ma qualité de fondateur des Voix du Panda, je vous ouvre « les portes »

    Cordialement,

    Patrick Juan

    • avatar

      Le Panda,

      Merci pour le lien à ton site. Pour émettre des commentaires je devrai m’inscrire, mais à quel endroit?

      Cordialement,

      Nicolas