Accueil / A C T U A L I T É / Cuba : Il y a 50 ans, l?Op?ration Patty de la CIA ?tait d?jou?e par Candela

Cuba : Il y a 50 ans, l?Op?ration Patty de la CIA ?tait d?jou?e par Candela

Manuel Hevia Frasquieri

? partir du 3 avril 1961, dans son ??Livre blanc?? le D?partement d??tat avait ouvertement d?clar? une sale guerre contre notre pays. Comme le fit remarquer le commandant Ernesto Che Guevara dans son intervention devant le Conseil interam?ricain ?conomique et social, le 8 ao?t 1961?: ??[…] il s?agissait d?un v?ritable chef-d?ouvre de bellig?rance […] Dans le « Livre blanc », on appelait le peuple de Cuba ? la subversion et ? la r?volution contre le r?gime de Castro […]??.

Malgr? la d?b?cle essuy?e sur les sables de Playa Giron, beaucoup de dirigeants haut plac?s du gouvernement de John F. Kennedy voulaient prouver que la ??situation cubaine?? pouvait encore ?tre r?solue et continuaient de concevoir l?assassinat des principaux chefs de la R?volution cubaine et l?invasion militaire comme la seule action r?aliste.

Le 22 avril 1961, le pr?sident donna les instructions suivantes ? son principal conseiller militaire, le g?n?ral Maxwell Taylor?: […] Examiner de pr?s toutes nos pratiques et tous nos programmes dans le domaine des activit?s militaires et paramilitaires, insurrection et contre insurrection qui ne soient pas des op?rations de guerre ouverte. Je pense qu?il nous faut renforcer notre travail dans ce domaine. J?esp?re qu?au cours de cet examen vous pr?terez une attention sp?ciale aux le?ons qui peuvent ?tre tir?es des r?cents ?v?nements ? Cuba?? […]

L?OP?RATION PATTY

L?op?ration Patty s?inscrit dans la recherche de nouveaux m?canismes d?agression, dans le cadre d?une guerre secr?te qui serait men?e non seulement contre Cuba mais contre l?Am?rique latine. Dans ce contexte historique complexe, cette op?ration ?tait l?expression du sentiment revanchard des ennemis de la R?volution cubaine.

Le terrorisme allait conna?tre une intensit? particuli?re ? partir de la deuxi?me moiti? de 1961. Des ?tudes historiques et de nombreux t?moignages r?v?lent qu?entre 1960 et 1967, le peuple cubain et ses organes de s?curit? d?jou?rent plus d?une centaine de projets d?assassinat particuli?rement meurtriers contre Fidel et d?autres dirigeants de la R?volution. La base secr?te de la CIA, JM Wave, ? Miami, allait dor?navant recevoir davantage de fonds pour mener la guerre irr?guli?re. Les infiltrations et les attaques terroristes sur nos c?tes se multipli?rent. Les groupes de bandits refugi?s dans les montagnes tent?rent de se r?organiser et re?urent de nouveaux approvisionnements en munitions et en armes. Les strat?ges de la CIA et du Pentagone pr?par?rent soigneusement la nouvelle op?ration strat?gique connue sous le nom de code ??Mangouste??, que le gouvernement yankee avait approuv?e fin 1960.

En mati?re de terreur, les ann?es suivantes de cette d?cennie furent dures et sanglantes pour notre peuple. C??tait la r?action d?un fauve bless?.

Les op?rations subversives les plus dangereuses n?ont pas ?t? fid?lement d?crites par leurs auteurs dans leurs m?moires ou dans les livres d?histoire. Il faut puiser dans les t?moignages documentaires perdus dans le temps?; d?nicher de vieux acteurs de ce drame et recomposer les petites pi?ces de puzzle historique dans la qu?te d?une vision plus objective de ce qui s?est pass?.

L?Op?ration Patty n??tait pas un projet ?cervel?. L?agent de la CIA Alfredo Izaguirre de la Riva a ?t? tr?s explicite dans ses d?clarations devant les autorit?s cubaines apr?s son arrestation. Impossible de savoir s?il a omis certains d?tails sensibles qui auraient pu le compromettre encore davantage.

? la mi-mai 1961, Izaguirre de la Riva partait de La Havane ? destination de Miami pour conna?tre de premi?re main les causes de la d?b?cle de Playa Giron, mais surtout pour s?enqu?rir des nouveaux plans contre Cuba.

Il avait ?t? directeur d?un organe de presse et avait h?rit? de nombreuses affaires ? Cuba dans les ann?es 50. En 1959 il entame ses contacts avec Jack Stuart, employ? de l?ambassade des ?tats-Unis ? La Havane, ainsi qu?avec Robert E. Wiecha, vice-consul dans la ville de Santiago de Cuba, qui finit par le recruter pour la CIA.

Il collabora ? de nombreuses missions secr?tes pour les fonctionnaires de la station locale de la CIA ? La Havane, jusqu?en janvier 1961, p?riode ? laquelle il se rendit ? plusieurs reprises aux ?tats-Unis pour y suivre un entra?nement sp?cialis? en mati?re d?activit?s d?espionnage et de terrorisme. Revenu ? Cuba, il re?ut un parachutage d?armes et d?explosifs envoy?s par la CIA pour perp?trer des attentats.

Izaguirre de la Riva d?ploya aussi un travail actif en sa qualit? de principal agent de la CIA aupr?s des organisations terroristes qui op?raient dans le pays en 1960 et 1961, notamment en tentant de structurer un ?ventuel front interne ? la veille de l?invasion mercenaire. Il avait ?chapp? aux filets de la S?curit? de l??tat, et il profita de ses documents en r?gle pour s?envoler pour la Floride en mai 1961.

? Miami, comme il le signalera plus tard, il trouva ??une d?moralisation g?n?ralis?e parmi les groupes contre-r?volutionnaires […] Ils ?taient tous ? maudire les fr?res Kennedy tout en d?plorant am?rement le sort de la Brigade 2506??.

Alfredo Izaguirre noua des contacts ?troits avec certains officiers de la CIA et d?autres services sp?ciaux. Il mentionna, entre autres, Frank Bender, Karl Hetch et Howard Hunt, ?troitement li?s au terrorisme contre Cuba.

D?apr?s lui, c?est l?officier de la CIA Bill Williams – ?galement connu sous le nom de Howard Hunt – qui le mit au courant d?un nouveau ??projet?? de la CIA en attente d??tre approuv? par les chefs de Langley. Il y ?tait question d?ex?cuter des actes de subversion comme lancer des attaques pirates contre les c?tes cubaines et poser des mines dans les principales baies du pays, tout en poursuivant le ravitaillement des groupes internes en armes et en explosifs pour, le moment venu, provoquer des soul?vements populaires et autres actions subversives.

Selon des documents cubains, Izaguirre expliqua ??que ce « projet » d?pendait du rapport du Comit? d?enqu?te – la Commission Taylor – et de la d?cision que prendrait l?ex?cutif??. ? cette ?poque, la Commission Taylor enqu?tait sur les causes de l??chec de Playa Giron, et tout indiquait qu?ils d?cid?rent de profiter de la pr?sence de cet agent pour l?interroger secr?tement. Si l?on en croit ses propos, le g?n?ral Maxwell Taylor aurait particip? ? l?un de ces contacts.

Quelques semaines plus part, apr?s avoir ?t? arr?t? ? Cuba, Izaguirre confirma aux autorit?s cubaines que plusieurs fonctionnaires de la CIA et d?autres services avaient pris part ? cette r?union qui avait port? notamment sur les activit?s des groupes qui op?raient ? l?int?rieur de Cuba, les ravitaillements en armes par air et la pr?paration d?un soul?vement g?n?ral dans l??le. Izaguirre pr?cisa qu?un des officiers pr?sents aurait d?clar? qu?il fallait ??[…] s??ter de la t?te l?id?e de voir arriver des marines pour r?soudre ? froid le probl?me. C?est ? nous qu?il revient de cr?er les conditions qui permettent d?envoyer tout type d?aide […]?? La th?se du ??soul?vement g?n?ral?? ?tait soutenue avec force au sein du gouvernement des ?tats-Unis et appara?trait quelques mois plus tard, comme l?un des principaux objectifs de l?Op?ration Mangouste.

Pour finir, d?apr?s Izaguirre, ??[…] il nous fallait am?liorer la communication. Tout le monde applaudit l?id?e d?unifier tous les groupes d?opposants, ce qui faciliterait consid?rablement le travail, et on me rappela que la solution qui serait donn?e ? la question cubaine serait la solution correcte, et que tout serait mis en ouvre pour en assurer le succ?s […]??.

Apr?s cette r?union, De la Riva noua de nouveaux contacts pour conna?tre l?envergure du nouveau complot dans lequel l?agence l?impliquait?: durant son dernier entretien avant de revenir ? Cuba, l?un des fonctionnaires qui l?avaient pris en charge lui demanda ce qu?il se passerait si le gouvernement ou ??quelqu?un?? attaquait la base de Guantanamo. Ce genre de plan ne constituait pas une nouveaut? dans l?arsenal d?agressions contre Cuba. Le 9 mars 1960, le colonel J.C. King, chef de la Division pour l?h?misph?re occidental, avait propos? de pr?senter une ?tude qui ??prouverait?? que les dirigeants cubains […] avaient envisag? d?attaquer l?installation de la Marine de guerre des ?tats-Unis ? Guantanamo […]??.

??PATTY?? FUT UNE OP?RATION DE GRANDE ENVERGURE, MAIS ELLE S?EST HEURT?E ? ??CANDELA??

De retour ? Cuba, Izaguirre se r?unit dans l?apr?s-midi du 8 juin 1961 avec un groupe de chefs de file terroristes dans l?appartement 16-B du Focsa, ? La Havane, pour exposer les r?sultats de sa visite aux USA et faire part du nouveau complot. D?apr?s les documents cubains, Izaguirre d?clara textuellement que pour mener ? bien ses activit?s il jouissait du soutien du g?n?ral Maxwell Taylor. ??[…] ils pr?parent une grande op?ration qui permettra aux Nord-Am?ricains de liquider d?finitivement la R?volution cubaine et le Premier ministre Fidel Castro […]??.

Ils discut?rent de la n?cessit? de pr?parer des actions pour assassiner Fidel et Raul et d?clencher une vague d?actes terroristes susceptible de provoquer un soul?vement arm?. Il fut d?cid? que plusieurs membres pr?pareraient une manouvre d???auto-agression?? ? la base navale yankee de Guantanamo dans le cadre d?une provocation qui servirait de ??pr?texte?? ? une intervention arm?e des ?tats-Unis ? Cuba. Toutes ces actions devaient co?ncider avec la c?r?monie du 26 Juillet 1961.

La th?se de l?assassinat pour d?capiter la R?volution n??tait pas nouvelle. J.C. King en personne, dans sa proposition cit?e ci-dessus, avait sugg?r? en 1960?: ??[…] sauf s?il ?tait possible d??liminer d?un seul coup Fidel et Raul Castro et le Che Guevara – ce qui est peu probable?-, cette op?ration pourrait devenir une op?ration ? n?en plus finir, et l?actuel gouvernement ne pourra ?tre renvers? qu?en recourant ? la force […]??.

D?s son arriv?e ? La Havane, Izaguirre d?ploya une intense activit? de conspiration, en entretenant un contact permanent avec la CIA. Il ?tait charg? des liaisons et des ravitaillements en armes, et de renouer les contacts avec d?autres agents et chefs de file d?organisations contre-r?volutionnaires dans diverses provinces du pays.

Dans la province d?Oriente, il r?activa les contacts avec un groupe terroriste directement reli? aux services de renseignements de la base navale de Guantanamo.

Le ??Plan d?action imm?diate??, d?apr?s un document saisi ? l?un des terroristes dans la province d?Oriente, pr?voyait une s?rie de mesures pour l?attentat de Santiago de Cuba?: prendre position sur le toit d?une maison avec vue sur la tribune du stade de Santiago de Cuba o? Raul Castro devrait prendre la parole?; y installer une mitrailleuse calibre 30 qui serait mani?e par deux hommes, tandis que quatre autres, arm?es de grenades de main, faciliteraient la fuite des auteurs de l?attentat. Un autre groupe de six hommes arm?s de fusils-mitrailleurs M-3 seraient embusqu?s sur la route menant ? l?a?roport en cas d??chec de la premi?re action et au cas o? Raul d?ciderait de s?envoler pour La Havane.

L?ex?cution du plan devrait commencer ? 10 heures, et l?action serait synchronis?e avec une attaque au mortier contre la raffinerie ??Hermanos Diaz?? dans cette m?me ville de Santiago. Les terroristes avaient soigneusement ?tudi? les installations du stade, les aires adjacentes et la route, notamment son dernier tron?on en direction de l?a?roport.

Le plan comportait aussi l? ??auto-agression?? de la base navale yankee. D?apr?s des documents des services cubains, quatre mortiers seraient install?s dans une propri?t? dite ??El Cuero??, et lanceraient six obus chacun sur la base. Un autre mortier attaquerait une unit? d?artillerie des Forces arm?es r?volutionnaires situ?e dans les environs. Le but ?tait de faire en sorte que les deux installations militaires se croient attaqu?es et ripostent ? l?agression, ce qui provoquerait un incident qui servirait de pr?texte au gouvernement des ?tats-Unis pour lancer une intervention militaire dans l??le.

Les armes et les explosifs qui seraient utilis?s dans la province d?Oriente provenaient en majorit? de la base navale yankee et ?taient transport?es clandestinement en territoire cubain avec la complicit? des officiers de cette enclave militaire. D?apr?s des agents de la S?curit? cubaine, les armes ?taient achemin?es par voie maritime vers un lieu proche, par des collaborateurs au service de la base US, et ensuite transport?es jusqu?? la plage El Uvero, avant d??tre amen?s en lieu s?r dans la ville de Guantanamo dissimul?s dans des camions charg?s de sable.

Ces transferts clandestins d?armes et d?explosifs ?taient aussi r?alis?s par des agents et des collaborateurs du Service de renseignement naval ? travers la barri?re qui s?pare la base de notre territoire, ? des endroits o? la v?g?tation est suffisamment abondante et la circulation routi?re quasi inexistante. Ces gens se livraient ? toute sorte d?actions subversives en coordination avec des groupes contre-r?volutionnaires op?rant sur notre territoire.

Ce travail de ravitaillement en armes et en explosifs avait lieu ind?pendamment du projet Patty. Ces actions ill?gales et en franche violation du Droit international avaient pour but d?encourager les op?rations des groupes et des bandes arm?es, dans le cadre d?un complot permanent.

L?un des principaux chefs de file impliqu? dans le complot de 1961 se nommait Jos? Amparo Rosabal, alias ??el

Zorro??. Ce terroriste se cachait dans la base navale de Guantanamo depuis l??chec de l?invasion de Playa Giron, et il s?infiltrait syst?matiquement en territoire cubain pour se livrer ? actes terroristes et de subversion. Selon des documents cubains, Rosabal ?tait en contact direct avec le chef de la Base, l?amiral O?Donell et ses adjudants, et recevait des instructions et du ravitaillement en armes. Ces officiers fournirent aussi des armes pour les actions qui se pr?paraient dans cette province ? l?occasion du meeting du 26 Juillet 1961.

D?apr?s plusieurs sources consult?es, les membres d?un groupe terroriste bas? ? La Havane pr?voyaient d?utiliser un mortier de 82 mm depuis une fen?tre donnant sur la Place de la R?volution pour perp?trer un attentat contre Fidel pendant la c?r?monie.

Ce m?me jour, d?autres groupes terroristes dans les provinces de Camag?ey et de Las Villas devaient ex?cuter des sabotages et des actions terroristes contre des installations de services publics et des voies de communication.

Mais c??tait sous-estimer une fois de plus la capacit? de r?ponse des organes de la S?curit? cubaine et du peuple. Au terme d?une minutieuse op?ration de contre intelligence qui fut baptis?e ??Candela??, les services cubains parvinrent ? infiltrer ces groupes et assurer la surveillance et le contr?le des activit?s ennemies.

Le 22 juillet 1961, les principaux impliqu?s dans le complot ?taient arr?t?s, y compris Alfredo Izaguirre de la Riva, et une grande quantit? d?armes et de mat?riel de guerre fut saisie.

Plus tard, le gouvernement r?volutionnaire d?non?a publiquement cette nouvelle conspiration.

Rien qu?? Santiago de Cuba et ? Guantanamo, parmi l?arsenal d?armes saisies figuraient deux canons de 57mm, quatre bazookas, un mortier de 60mm, deux mitrailleuses calibre 30,06 et plus de 90 fusils et fusils-mitrailleurs, des dizaines de grenades, des caisses de mat?riel de d?molition, des mines, des centaines de b?tons de TNT, des milliers de munitions et d?autre mat?riel de guerre, tous made in USA.

Le commandant Ernesto Che Guevara, dans son discours m?morable d?ao?t 1961, d?crivit en ces termes ces ?v?nements survenus ? Santiago de Cuba?: ??[…] Le 26 juillet de cette ann?e, des groupes contre-r?volutionnaires arm?s par la base navale de Guantanamo attendaient le commandant Raul Castro ? deux endroits strat?giques pour l?assassiner […] C??tait un plan ? la fois intelligent et macabre […] Et quelques heures plus tard, messieurs les d?l?gu?s, des mortiers nord-am?ricains, depuis le territoire cubain, devaient commencer ? pilonner la base de Guantanamo. Le monde entier expliquerait ainsi la chose?: les Cubains, exasp?r?s par leurs querelles internes surgies apr?s l?assassinat d?un de leurs chefs « communistes » ont attaqu? la base navale de Guantanamo, et les pauvres ?tats-Unis n?ont eu d?autre choix que de se d?fendre […] Tel ?tait le plan que nos forces de s?curit?, beaucoup plus efficaces que ce qu?on pourrait supposer, ont d?couvert il y a quelques jours??.

Ces ?v?nements survenus il y a 50 ans ont un rapport ?troit avec les actions terroristes auxquelles les ?tats-Unis et leurs alli?s se livrent contre des pays, des personnalit?s et des dirigeants d?autres ?tats en recourant ? des moyens de guerre sophistiqu?s et meurtriers, m?me si aujourd?hui ils ne parlent plus du danger du communisme mais d?une soi-disant guerre contre le terrorisme o? de la d?fense des droits de l?Homme.

Manuel Hevia Frasquieri

(Directeur du Centre de recherches historiques des services de la S?curit? de l??tat)

http://www.granma.cu/frances/cuba-f/28jul-Operation-Patty.ht..

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Douze heures chrono

Le monde court à sa perte et nous savons désormais que le temps nous est ...