Accueil / T Y P E S / Articles / Crimes sans ch?timent : R?v?lations sur les fili?res terroristes de Paris

Crimes sans ch?timent : R?v?lations sur les fili?res terroristes de Paris

Louis Dalmas

Avec « Crimes sans Ch?timent », l’auteur met ? jour tout un syst?me de complicit?s entre les dirigeants politiques fran?ais et des groupes islamistes criminels. De 1990 ? 2012, de l’Alg?rie ? la Syrie, la confr?rie des Fr?res musulmans re?oit le soutien de Paris dans ses coups d’Etat contre les pays du Bassin m?diterran?en. Entrevue de jean-Loup Izambert par Louis Dalmas (B.I. Infos, no. 185, mars 2013).

B.I.?: En juin 2012 vous annonciez la parution prochaine de votre ouvrage sous le titre provisoire de « La ligne jaune ». Le titre a chang? depuis. Pourquoi??

Jean-Loup Izambert?: D’abord, il m’a fallu pr?s d’une ann?e avant de trouver un ?diteur libre et ind?pendant digne de ce nom sur la vingtaine qui ont re?u mon manuscrit. (1) Pendant ce temps, l’?volution de la situation internationale a montr? que les dirigeants occidentaux ne se contentaient pas de franchir la ligne jaune entre la guerre et la paix.

Le fait est acquis qu’ils d?clenchent des conflits en bafouant la souverainet? des peuples, en pi?tinant la Charte des Nations Unies, ses r?solutions comme les conventions internationales. Les guerres ouvertes contre la Libye puis contre la R?publique arabe syrienne font suite ? celles d?j? enclench?es dans des conditions similaires contre l’Afghanistan, l’Irak, la R?publique f?d?rative de Yougoslavie et plusieurs pays d’Afrique dont la C?te d’Ivoire ou le Mali. Elles t?moignent de la volont? des dirigeants des m?mes pays occidentaux – USA, Angleterre et France en principal – de passer outre le droit international pour piller les richesses des peuples, contr?ler les grands axes de communication qu’ils jalonnent et y installer des r?gimes militaro-financiers. Ils b?n?ficient dans ces nouvelles guerres coloniales du soutien peu flatteur des dictatures p?tro-religieuses du golfe Persique et de l’intervention du Fonds mon?taire international. L’embargo contre la R?publique islamique d’Iran afin d’emp?cher son d?veloppement et d’y provoquer des troubles en est un autre exemple. Ces crimes sont pr?m?dit?s, planifi?s, discut?s entre princes et sont le fait des m?mes Etats, tous membres de l’OTAN. Autre ?l?ment important?: ils sont rest?s sans ch?timent, sans r?plique, tant sur le terrain politique, diplomatique, ?conomique que militaire, du moins pour le moment.

L’Eurasie, bloc de paix contre les guerres ?tasuniennes

Q?: Quels ?l?ments pourraient changer le cours des choses??

R?: Trois facteurs sont ? prendre en compte. D’abord, l’Eurasie ?merge et s’organise politiquement, ?conomiquement, financi?rement et militairement avec ses partenaires sous l’impulsion de Moscou et de P?kin. La premi?re puissance mondiale est en cours de constitution sur la base des id?aux de paix, de progr?s ?conomique et social et d’anti-imp?rialisme. Cet aspect est ?voqu? dans le livre au travers de l’intervention du politologue Alain de Benoist.

Cela signifie que dans le temps, de gr? ou de force, toutes les bases militaires ?tasuniennes install?es dans des pays de l’Eurasie devront dispara?tre pour c?der la place aux forces de la paix. Ce mouvement est ? prolonger sur la petite Europe de Maastricht et le bassin M?diterran?en.

Pour sa part, le politologue camerounais Jean-Paul Pougala situe bien les enjeux sur les vraies raisons de la guerre contre la Libye. Ensuite, les principaux acteurs de l’Eurasie commencent ? parler d’une seule voix dans les instances internationales. Ainsi, sans le veto commun de la F?d?ration de Russie et de la R?publique Populaire de Chine au Conseil de s?curit? de l’ONU, rejoints aujourd’hui par de nombreux autres pays au sein des Nations Unies, nous conna?trions actuellement un conflit militaire majeur. Il ne faut pas oublier qu’apr?s « l’exp?rience » diplomatique malheureuse avec la Libye, la F?d?-ration de Russie a clairement mis en garde les gouvernements bellicistes contre tout nouvel acte de guerre contre la R?publique arabe syrienne, Ceux qui, comme les Etats-Unis, la France, la Turquie de l’islamiste Erdogan et son partenaire Isra?l ont jug? bon de soutenir les gangs criminels islamistes de la n?buleuse des Fr?res musulmans ont pris une lourde responsabilit?. Enfin, troisi?me facteur et non des moindres, ces Etats ont sem? le ferment de la haine ? leur encontre.

Q.?: C’est-?-dire??

R?: Croyez-vous que les enfants palestiniens qui ont vu leurs familles assassin?es par l’arm?e de l’Etat raciste et terroriste d’Isra?l qui viole depuis des d?cennies les r?solutions de l’ONU vont se contenter longtemps de la « guerre des pierres  » contre l’agresseur?? Croyez-vous que les Libyens qui ont vu les leurs mourir sous les bombes ? uranium de l’OTAN ou assassin?s par des bandes islamistes arm?es par la France vont rester les bras crois?s devant le massacre et l’occupation de leur pays?? Croyez-vous que les Syriens vont mourir en silence dans les l?ches attentats suicides de gangs islamistes arm?s par l’Occident et la Turquie sans r?agir?? Si vous regardez la carte des conflits dans les pays arabes depuis les ann?es 90, vous constaterez que la France a toujours prot?g? et arm? des mouvements permettant de provoquer leur d?stabilisation. J’en fais la d?monstration en prenant pour exemple les relations entre dirigeants fran?ais et ceux de plusieurs organisations proches des Fr?res musulmans. Quand les peuples vont avoir conscience de ces faits, ce qui commence ? se produire en Tunisie ou en Egypte, et qu’ils se seront d?barrass?s des pouvoirs install?s par la Sainte-Alliance Washington-Londres-Paris, les Fran?ais pourront toujours essayer d’exporter du camembert au Qatar.

L’Elys?e, « carrefour » du grand banditisme

Q?: Vous mettez en cause les dirigeants fran?ais, Nicolas Sarkozy et Fran?ois Hollande, et des dirigeants du renseignement fran?ais en contact avec des organisations proches de groupes terroristes…

R?: Je ne les mets pas en cause. Je les accuse de couvrir soit des criminels associ?s ? des groupes extr?mistes islamistes, soit de soutenir des organisations qui sont li?es ? ces groupes et de pactiser avec des dictatures comme celles du Qatar, de l’Arabie saoudite ou du Bahre?n.

Q?: Dans votre livre vous montrez comment se fabriquent des « oppositions » et vous citez les cas de plusieurs dirigeants d’organisations islamistes b?n?ficiant du soutien des dirigeants fran?ais dans les guerres contre la Libye et la Syrie. Pouvez-vous nous rappeler quelques exemples??

R?: Sans entrer dans les d?tails, concernant Nicolas Sarkozy, celui-ci a ?t? quatre fois ministre dans quatre gouvernements UMP dont deux fois ministre de l’Int?rieur avant d’?tre ?lu Pr?sident de la R?publique en 2007. Comme je le d?montre, alors qu’il occupait ces fonctions, des minist?res ? la pr?sidence, il ne pouvait ignorer que des membres de l’organisation islamiste tunisienne Ennahda recherch?s par Interpol pour des actes criminels ?taient en France depuis le d?but des ann?es quatre-vingt-dix.

Certains des membres d’Ennahda auraient du reste ?t? retourn?s et sont aujourd’hui dans les rangs du pouvoir tunisien pour orienter sa politique ?trang?re, ?conomique, financi?re et militaire en faveur des puissances coloniales. Par ailleurs Sarkozy a ?t? le promoteur de l’intervention militaire contre le peuple libyen et l’initiateur de relations privil?gi?es avec les putschistes islamistes. A ce titre, comme Pr?sident de la R?publique fran?aise et chef des arm?es, il est responsable de la violation des r?solutions de l’ONU dans ce conflit et responsable de crime contre l’humanit? du fait de l’utilisation d’armes ? uranium par les arm?es de l’OTAN.

Q?: Et aujourd’hui, concernant Fran?ois Hollande??

R?: Les Fran?ais qui ont vot? pour lui d?couvrent qu’en r?alit? il poursuit la m?me politique que son pr?d?cesseur de l’UMP. Je ne reviendrai pas ici sur les donn?es concernant l’aggravation de la crise que je d?veloppe dans mon livre. Depuis 1981, ? chaque fois que les socialistes ont ?t? au pouvoir, ils ont administr? les affaires de l’Etat comme des compteurs de petits pois, sans jamais rien remettre en cause de l’organisation et de la gestion de l’Etat au profit des transnationales de la finance et de l’armement. C’est le propre de tous les partis r?formistes sur tous les continents?: g?rer le capitalisme quand celui-ci est en difficult?. Or, le terrorisme n’est rien d’autre que l’expression du capitalisme en crise qui ne peut plus supporter la moindre parcelle de d?mocratie, le moindre obstacle ? sa survie.

Aussi, je pense que le ministre de l’Int?rieur du gouvernement Ayrault, Manuel Valls, devrait se montrer plus humble lorsqu’il accuse la droite d’?tre « responsable du retour du terrorisme » comme il l’a fait lors d’une s?ance ? l’Assembl?e nationale ? la mi-novembre 2012. Qu’il commence par nettoyer son ?curie?! Comme je le rapporte dans mon enqu?te en posant des questions, des ministres de l’Int?rieur socialistes ont, avec des dirigeants du renseignement fran?ais, couvert des individus, membres d’une organisation islamiste, recherch?s par Interpol pour des actes criminels et association ? une organisation extr?miste terroriste.

L’Elys?e est devenu une sorte de « carrefour » du grand banditisme o? le « Tout-Paris » de la Fran?afrique croise les pires dictateurs de la plan?te – du Qatar, de l’Arabie saoudite, du Bahre?n, – et les repr?sentants de groupes criminels comme le Conseil national de transition libyen ou le Conseil national syrien. Ces gens l? sont les financiers et les organisateurs de groupes qui se livrent au crime organis? ? grande ?chelle, trafic de drogues compris. Il est particuli?rement grave de voir les dirigeants fran?ais et de l’OTAN leur donner caution, les financer et les armer.

Les administrateurs de la mort sont ? Paris

Q?: Mais aujourd’hui les choses n’ont-elles pas un peu chang? avec le nouveau gouvernement??

R?: Non, bien au contraire, les guerres contre la Syrie et le Mali en t?moignent, elles se poursuivent comme sous la pr?sidence de « Sarkozy l’Am?ricain ». Il ne faut pas s’en ?tonner puisque lors de la passation de pouvoir, le 17 mai 2012, entre le ministre des Affaires ?trang?res du gouvernement Fillon, Alain Jupp?, et celui du gouvernement Ayrault, Laurent Fabius, ce dernier a d?clar? ? son pr?d?cesseur?: « Sur les questions majeures, je sais que nous nous retrouverons »

Le pr?sident Fran?ois Hollande et son ministre des Affaires ?trang?res, Laurent Fabius, apportent leur soutien direct ? une association comme les « Amis de la Syrie ». Celle-ci regroupe en r?alit? des repr?sentants de mouvements islamistes sunnites (Arabie saoudite, Qatar, Turquie, Tunisie, Maroc), des dirigeants des ?tats-Unis, de l’Union europ?enne et des repr?sentants d’officines li?es aux services occidentaux, tels ceux du Conseil national syrien (CNS). Cette derni?re organisation n’est rien d’autre que l’administrateur de la mort que s?ment les milices islamistes en Syrie contre les symboles du panarabisme comme contre toute personne ne partageant pas leur religion.

Encore une fois, l’organisation des Fr?res musulmans est au c?ur de cette guerre. Je rappelle du reste dans mon livre que cette organisation n’a pas h?sit? ? commettre des crimes odieux ? plusieurs reprises contre des civils syriens, cela bien avant de recevoir le soutien direct de Paris dans sa nouvelle tentative de putsch. Toute l’histoire des Fr?res musulmans en Syrie n’est que crimes, sabotages et assassinats. Ce sont ces gens l? que Paris soutient aujourd’hui. Du reste, plusieurs des dirigeants de « l’opposition » criminelle syrienne vivent en Ile-de-France et sont, pour certains d’entre eux, en contact de longue date avec des agents de la CIA, du MI6 et de la DGSE. Cela ?tant dit, la d?t?rioration des relations entre l’arm?e fran?aise et le pouvoir politique, aggrav?e sous Sarkozy ne fait que s’accentuer. Les militaires fran?ais n’ont pas vocation ? servir de milice priv?e ? « Monsieur Total » ou ? « Monsieur Areva », et encore moins ? « Monsieur Esso ». C’est pourtant ce qu’ils font au Mali ou, pire, en Afghanis-tan. Comme vous pourrez le lire dans « Crimes sans ch?timent », sous l’administration de l’OTAN, les soldats fran?ais de la force d’occupation servent en r?alit? de bouclier au commerce international de la drogue et des armes de la CIA avec des chefs de guerre islamistes.

Fran?ois Hollande devra assumer les cons?quences de ses guerres

Q.?: Vous affirmez que le gouvernement fran?ais arme les gangs criminels en Syrie. Mais sur quelle situation peut d?boucher cette nouvelle violation de l’ONU et du droit international??

R.?: Le pr?sident fran?ais, son Premier ministre et le ministre de la D?fense, Jean-Yves Le Drian, ont fait le choix d’envoyer des agents de la DGSE, notamment au Liban puis en Turquie, aux c?t?s d’agents du MI6 anglais et de la CIA ?tasunienne pour armer ces groupes assassins. Je rapporte sur ce point des ?l?ments en provenance de diff?rentes sources. Le sc?nario est ? peu pr?s similaire ? celui contre la Libye. Face ? de tels faits, r?p?t?s, il est ind?niable que le gouvernement fran?ais cherche la guerre, une guerre dont il semble croire, bien na?vement, pouvoir rester ? l’abri. Le pr?sident fran?ais, les ministres des Affaires ?trang?res et de la D?fense du gouvernement Ayrault devront assumer les cons?quences de leurs guerres. Car ? partir du moment o? vous prenez la responsabilit? de prot?ger des ?l?ments criminels et o? vous armez des groupes terroristes en violation du droit international pour semer la mort dans d’autres pays, cela signifie que vous ne pouvez plus ?tre consid?r? comme un partenaire loyal mais comme un ennemi avec lequel la neutralit? n’est plus politiquement praticable. Vous devez alors assumer toutes les cons?quences de la guerre, ? savoir ?tre vous-m?me la cible d’actes de guerre. Ce serait m?me justice que la violence tourne contre la violence politique, ?conomique, diplomatique et militaire des gouvernements qui agissent de concert avec Paris, de Washington ? Doha en passant par Londres, Ankara et Tel Aviv.

Q.?: Comment avez-vous travaill? pour mener cette enqu?te??

R.?: C’est une enqu?te sur le long terme – une vingtaine d’ann?es – commenc?e dans les ann?es 90 jusqu’? nos jours. Il ?tait n?cessaire de remonter dans le temps pour analyser l’?volution des relations entre Paris et des groupes criminels islamistes, mettre en ?vidence que les gouvernements de la France en crise ont besoin du terrorisme et de la violence. J’ai donc men? plusieurs enqu?tes sur le terrain entre les ann?es quatre-vingt dix et 2000. Puis je suis revenu sur les principaux protagonistes par p?riodes en ciblant mes recherches sur le Maghreb, principalement le Maroc et la Tunisie. Ce choix tient au fait que les islamistes y avaient tent? plusieurs coups d’Etat dans les ann?es 90 afin d’y implanter le premier Etat islamiste du Maghreb. La strat?gie de la terreur adopt?e depuis par les Fr?res musulmans dans tous les autres pays repose sur le m?me plan pr?sent? et expliqu? dans mon livre. Des dirigeants d’associations, des confr?res journalistes d’investigation, des sp?cialistes comme Abdallah Amami, des universitaires comme Moncef Ouannes, Jean-Paul Pougala ou le philosophe Alain de Benoist, des professionnels du renseignement, tel Yves Bonnet, ancien dirigeant de la DST, d’Interpol ou d’autres services, y compris militaires, interviennent au fil des pages ou apportent leur exp?rience, leurs avis et des informations pr?cieuses sur les ?v?nements en cours. Leur travail important, leurs r?flexions, leurs ?tudes prolongent mon enqu?te de terrain. Maintenant, nous allons placer le livre au c?ur du d?bat politique car la crise ?conomique est le terreau de la criminalisation de la vie politique. Mes confr?res Richard Lab?vi?re avec « Les dollars de la terreur » (2) et Michel Collon avec « Libye, OTAN et m?diamensonges » (3) ont d?j? produit deux contributions importantes et document?es sur les relations entre pouvoir politique occidental et groupes terroristes islamistes et la mise en sc?ne qui les accompagne. J’y ajoute aujourd’hui, de mani?re cibl?e, le volet fran?ais.

(1) Il s’agit des Editions 20 c?urs, Paris, www.20coeurs.fr

(2) « Les dollars de la terreur », par Richard Lab?vi?re, Ed. Grasset.

(3) « Libye, OTAN et m?diamensonges », par Michel Collon, Ed. Investig’Action et Couleur livres, www.michelcollon.info

Jean-Loup Izambert?: Premier journaliste ? d?noncer l’implication de quarante banques europ?ennes dans le plus grand krach boursier de la place de Gen?ve, il publie « Le krach des 40 banques » (1998). Son livre « Le Cr?dit Agricole horslaloi?? »(2001),momentan?ment interdit de publicit? et de vente en France, est traduit et ?dit? en F?d?- ration de Russie, puis devient le sujet d’un film r?alis? par RTR Planeta, premi?re cha?ne de t?l?vision de l’Etat russe. Au lendemain de la failli- te du groupe Cr?dit Lyonnais, il cible les liaisons entre dirigeants de banques, pouvoir politique et magistrature dans « Cr?dit Lyonnais, la mascarade » (2003). Il est l’auteur de la premi?re enqu?te journalis- tique sur le fonctionnement de l’ONU, « ONU, violations humaines » (2003). La guerre contre la Yougoslavie puis contre l’Irak le condui- sent ? enqu?ter sur les dessous de la politique internationale et ? ?crire « Faut-il br?ler l’ONU?? » (2004). Apr?s « Les D?mons du Cr?dit Agricole » (2005), il poursuit ses recherches dans le monde financier avec « Pourquoi la crise?? » (2009). « Crimes sans ch?timent », publi? par les Editions 20 C?urs, est l’aboutissement de vingt ann?es d’en- qu?tes sur les relations entre dirigeants fran?ais et membres de r?seaux criminels islamistes.

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCCXVI) : l’implication française et ses conséquences

Le Boeing oublié de Tarkint, dix ans après, c’était la révélation du nouveau chemin choisi ...