Accueil / A C T U A L I T É / Cowboy un jour, cowboy toujours

Cowboy un jour, cowboy toujours

 

 » La chasse est termin?e ».

C’est en ces termes que le chef de la police de Boston a twitt??urbi et orbi?? la fin de la traque de ces Tch?ch?nes qui avaient cru au « r?ve am?ricain », ou qui avaient peut-?tre?pens?, comme Jean-Marie Colombani lors des attentats du 11 septembre 2011, que « nous ?tions tous des Am?ricains ».

Erreur grossi?re.

 

9000 hommes pour chasser (hunt) ces deux criminels. Enfonc?e, l’arm?e fran?aise au Mali !

 

Un petit mot en passant sur les cam?ras de vid?o qui pullulent d?sormais dans le monde entier : elles ne jouent aucun r?le dans la s?curit?; elles n’ont pas emp?ch? les massacres de Londres ou de Madrid. Ni celui de Boston. Elles servent ?ventuellement ? faciliter la d?couverte des criminels, ? acc?l?rer le rythme de leur traque. Un peu comme les radars sur nos routes, qui ne servent pas, fondamentalement, ? r?duire le nombre d’accidents. Il s’agit de fliquer la terre enti?re, demain avec des drones partout, dans tous nos cieux.

 

Ce c?t? cowboy est insupportable. » Fin de partie » (the game is over), s’exclama Bush dans son bel uniforme?quand il crut avoir gagn? la guerre en Irak.

 

Dans les ann?es soixante, la t?l?vision fran?aise reprit 94 ?pisodes d’une s?rie t?l?vis?e de CBS qui lan?a Steve Mc Queen : « Au nom de la loi ». Par pudeur, la t?l? fran?aise avait forg??ce titre qui se voulait l?galiste, « civilis? ». La version originale s’intitulait « Wanted : Dead or Alive ». Une violence programmatique s?che. Mais le h?ros Josh Randall avait quelque chose de la?que et de d?sincarn?. Il exer?ait sa t?che avec d?tachement, de mani?re glaciale, fonctionnelle. Sans bavure, sans pathos.

 

Nous n’en sommes plus l?. L’?normit? des moyens mis en oeuvre signifie que les pouvoirs publics ?tatsuniens, non seulement terrorisent les terroristes, mais terrorisent ?galement la population dans son ensemble. Lorsqu’en anglais on veut traduire « faire ?talage », on utilise couramment le verbe « to display », avec l’id?e qu’il y a quand m?me un arri?re-go?t de jeu dans tout cela.

 

A la grotesque ostentation mise en oeuvre par les forces arm?es a r?pondu le jeu de nombreux?manifestants soulag?s, et d?cha?n?s en m?me temps. Or nous ne nous trouvions pas dans le trou du cul d’un univers texan mais dans l’une des villes les plus intellectuelles du pays. L’universit? Harvard est ? deux pas, comme le MIT. Imagine-ton les Toulousains descendre dans la rue en hurlant « Dieu b?nisse la France » apr?s la mort de Mohammed Merah ?

?http://bernard-gensane.over-blog.com/cowboy-un-jour-cowboy-toujours

 

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Derrière le procès de Bouaké, l’ombre pesante des marchands d’armes en Afrique (12)

Le bilan de la vie du marchand d’armes décrit est en effet affligeant. Pendant des ...