Accueil / A C T U A L I T É / Corruption politique : aux grands maux, les grands rem?des

Corruption politique : aux grands maux, les grands rem?des

Pour que Demain soit

Quelle est la source de toute corruption politique?? Il s?agit, simplement, de l?ing?rence d?int?r?ts particuliers dans la gestion des affaires publiques qui interf?re avec les services collectifs.

Nous le constatons d?embl?e avec la crise politique actuelle qui ?branle le monde politique qu?b?cois tant au niveau provincial que municipal.

La loi sur le financement des partis politiques instaur?e en 1977 par le Parti Qu?b?cois est d?sormais caduque.? Une bonne id?e pour l??poque, mais les nombreux stratag?mes de contournement ?labor?s au fil du temps ont venu ? bout de sa viabilit?.

Aux grands maux, les grands rem?des.? Il est maintenant temps de mettre le pied?? terre concernant l??thique en politique.

Le prochain projet de loi 113 d?sirant abaisser les contributions individuelles maximales de 3 000$ ? 1 000$ et la volont? de rehausser ? 82 cents par vote le financement d?un parti politique sont des mesures allant dans le bon sens.? Mais, elles ne mettront pas un terme ? l?interf?rence priv?e dans le processus d?mocratique. ?Il faut aller plus loin pour en finir avec ce mal qui ronge la politique qu?b?coise.

Afin d?en finir avec la corruption politique, il est indispensable de repenser totalement le mode de subvention des formations politiques.

Premi?rement, on se doit d?interdire toute contribution individuelle, entrepreneuriale, syndicale ou autre et ne permettre que le financement provenant de l??tat en rapport aux nombres de voix obtenus lors des ?lections g?n?rales.? Ce serait la seule m?thode afin d?assurer l??quit? et l??galit? des chances pour tous les partis politiques lors des scrutins.

Deuxi?mement, l?acc?s aux fonctions politiques et administratives de l??tat devrait ?tre interdit ? toute personne?si?geant sur un conseil d?administration d?une organisation exog?ne au domaine public,?que cela soit comme?d?put?, ministre, secr?taire d??tat ou directeur d?entreprise ?tatique.? M?me r?glementation pour un individu travaillant dans un poste de direction ou ayant des contrats de service ou de production avec une compagnie priv?e.? De plus, une personne poss?dant plus de 10% d?une entreprise cot?e ? la bourse ne pourrait envisager une carri?re politique.

La politique se veut la g?rance du bien commun et ne doit pas ?tre corrompue par tout agent ext?rieur, tel qu?il soit.

Jimmy St-Gelais

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCXCV) : la situation pendant le Covid19

La pandémie a changé les choses, y compris chez les trafiquants qui se sont vite ...

20 Commentaire

  1. avatar

    @ Jimmy,

    Tu propose de financer les partis politiques uniquement par le biais d’une subvention de l’état, en proportion des votes obtenus par chaque parti.

    Voilà un bon système pour maintenir en tête du peloton les partis déjà établis et empêcher l’émergence de nouveaux partis, tout en empêchant un mouvement populaire des citoyens de créer un nouveau parti qui pourrait leur faire concurrence et prendre le pouvoir.

    Je crois que tu devrais retourner faire tes devoirs.

  2. avatar

    Tu as oublié de dire que l’on devrait comptabiliser la couverture médiatique accordée à chaque parti, car c’est vraiment les médias qui façonnent l’image des partis et des politiciens.

    Il faudrait aussi interdire les liens entre les entreprises et les politiciens, comme ceux existant entre Jean Charest et Power Corp. par exemple, et ceux existant entre le mari de Pauline Marois et la Société Générale de Financement.

    IL faudrait également que les politiciens prête serment d’allégeance au peuple du Québec, et non à la reine d’angleterre, et que des lois existent pour sanctionner les politiciens qui mentent au public, et pour faire en sorte que les affaires publiques soit transparentes.

    Il faudrait aussi qu’on ait une constitution dans laquelle les principes de gestion seraient bien établis.

    Autrement dit, ce n’est pas demain lla veille que les affaires publiques vont être menées de façon différente.

    L’état est un longue suite d’échecs, de mensonges et de cafouillage.

    La social-démocratie ne fonctionne pas et était vouée à l’échec dès le départ.

    • avatar

      « Tu as oublié de dire que l’on devrait comptabiliser la couverture médiatique accordée à chaque parti, car c’est vraiment les médias qui façonnent l’image des partis et des politiciens. »

      Ceci favoriserait les partis de gauche. Je suis d’accord!

      « Il faudrait aussi interdire les liens entre les entreprises et les politiciens, comme ceux existant entre Jean Charest et Power Corp. par exemple, et ceux existant entre le mari de Pauline Marois et la Société Générale de Financement.  »

      Le seul moyen est par un financement public.

    • avatar

      Jimmy,

       »Ceci favoriserait les partis de gauche. Je suis d’accord ».

      Si tu pense proposer un nouveau système politique, mis à part l’aspect utopique de cette démarche, encore faudrait-il que ce nouveau système soit équitable. S’il favorise la gauche, comme ty dis, plutôt que la droite, par exemple, le problème restera entier.

      On est rendu là ou on est, parce que la démocratie ne fonctionne pas, pour la simple raison que dès que les politiciens se rendent compte qu’ils peuvent gagner des votes en accordant des faveurs, le copinage et la corruption s’installent.

      La droite et la gauche sont deux doigts de la même, qui veulent tous deux être dirigés par un état dont la fonction est de restreindre les libertés individuelles de tous, de la droite, du centre ou de la gauche, peu importe.

      La droite et la gauche servent à diviser le peuple et lui faire croire que leur vote compte, alors que les dirigeants ne sont pas élus, mais sont plutôt choisis par les partis politiques.

      Laligne departi imposée par les chefs de parti à leurs députés enlève toute représentativité au processus législatif et démontre que la démocratie est une fraude intellectuelle.

    • avatar

      « On est rendu là ou on est, parce que la démocratie ne fonctionne pas, pour la simple raison que dès que les politiciens se rendent compte qu’ils peuvent gagner des votes en accordant des faveurs, le copinage et la corruption s’installent.  »

      Ton raisonnement est difficile à suivre. Il est fallacieux.

      « La droite et la gauche sont deux doigts de la même, qui veulent tous deux être dirigés par un état dont la fonction est de restreindre les libertés individuelles de tous, de la droite, du centre ou de la gauche, peu importe.  »

      La dichotomie gauche/droite n’est pas une création de l’esprit, elle est une classification empirique des tendances et idéologies politiques. Réfuter une telle classification et affirmer que tous les systèmes de pensée présents sur ce spectre cherchent à brimer les libertés individuelles ne fait que mettre en lumière l’ignorance de celui qui l’affirme. Je vais dire comme toi: va faire tes devoirs.

      « La droite et la gauche servent à diviser le peuple et lui faire croire que leur vote compte, alors que les dirigeants ne sont pas élus, mais sont plutôt choisis par les partis politiques. »

      Sachez que les partis politiques sont, en démocratie, une courroie de transmission entre le politique et la société civile. Ils ne sont pas un corps étranger.

      « Laligne departi imposée par les chefs de parti à leurs députés enlève toute représentativité au processus législatif et démontre que la démocratie est une fraude intellectuelle. »

      Tu mêles tout. Le système parlementaire britannique impose la ligne de parti, pas les chefs. Plus particulièrement, c’est le « Whip » qui veille à maintenir l’unité des troupes.

      Fraude intellectuelle? C’est plutôt l’idéologie libertarienne qui l’est.

    • avatar

      Jimmy,

      Je ne mèle rien du tout. La ligne de parti n’est pas imposée par le système parlementaire britannique. Je ne sais pas d’ou tu tires cette absurdité, mais tu te trompes. Ce sont les chefs de parti qui imposent à leurs députés la ligne de parti.

      Et c’est la preuve que les députés ne représentent âs les électeurs. Il y ad’ailleurs quelques causes de jurisprudence qui disent exactement cela, dans un cas ou un électeur avait poursuivi un député qui votaient pour des projets de lois dont personne dans son comté ne voulait.

      Réveille Jimmy. De toute façon, le Canada n’est pas une démocratie, mais plutôt une monarchie constitutionnelle.

      Le chef d’état, c,est la reine.

      Le reste, c’est du grand spectacle pour endormir ceux qui ne comprennent pas, ou ne veulenet pas comprendre, comment fonctionne le système.

      La gauche et la droite, ce sont les deux adversiares fictifs créés pour garder occupés les tenants de la droite et de la gauche.

      La seule chose qui compte vraiment, c’est l’autorité et la liberté.

      Si tu crois que tu es né pour être dirigé par un autre homme, et que tu es incapable de t’auto-diriger, va voter.

    • avatar

       » La ligne de parti n’est pas imposée par le système parlementaire britannique. Je ne sais pas d’ou tu tires cette absurdité, mais tu te trompes. Ce sont les chefs de parti qui imposent à leurs députés la ligne de parti.  »

      Ligne de parti: L’expression est employée généralement dans le contexte de systèmes parlementaires de style britannique, comme ceux du Canada et du Québec.[1] Il fait référence à l’obligation qu’ont les membres d’un parti de respecter la discipline de parti lorsque vient le temps de voter en bloc sur une motion présentée au parlement.[1]

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_du_parti

      Faut pas avoir un doctorat en science po pour savoir ça…

    • avatar

      Jimmy,

      Je crois que tu ne comprends ce que tu lis dans cet article de wikipedia.

      Il n’y a rien là-dedans qui dit que la ligne de parti est obligatoire. L’expression ‘lorsque vient le temps de voter en bloc’ réfère justement au fait que le chef impose la ligne de parti et demande à ses troupes de voter comme lui. La ligne de parti devient obligatoire parce que le chef de parti l’impose. Dans d’autre cas, le chef de parti permet un vote libre, comme ce fut souvent le cas pour les votes concernant l’avortement, et plus récemment pour le vote sur le registre des armes à feu, alors que Jack Layton a permis à ses députés de voter selon leur conscince.

      Si lal igne de parti était obligatoire (en vertu de la loi ou des conventions parlementaire), comme tu semble penser, elle serait toujours appliquée. Également, cela voudrait dire que tu vote pour un député aux élections, mais que c’est vraiment le chef de parti qui dicte comment le député vote (ce qui se produit effectivement dans 99% des cas).

      Par contre, vu que tu ne vote pas pour le chef de parti en tant que tel, cela démontre encore une fois que ton vote ne vaut rien, et que la supposée démocratie est une fraude intellectuelle, parce qu’il n’y a pas de représentation des électeurs.

      Par ailleurs, les tribunaux ont déjà décidé à diverses reprises qu’un député n’a AUCUNE obligation de voter dans l’intérêt de ses électeurs ou de son comté.

      Encore une fois, ton vote ne vaut rien, et ta supposée démocratie est une fraude intellectuelle.

      Donc, en conclusion, ce sont les dirigeants et les administrateurs (non élus) des partis politiques qui choisissent le leader du parti, et qui contrôlent l’agenda du leader, lequel à son tour contrôle les députés.

      Donc, encore une fois, ton député n’a pas un mot à dire, ton comté n’est pas vraiment représenté, et ton vote ne vaut rien.

      En passant, j’ai lâché la science politique après la première année quand je me suis rendu compte que c’était une fraude intellectuelle.

      As-tu d’autres questions que tu veux éclaircir?

    • avatar

      « Je crois que tu ne comprends ce que tu lis dans cet article de wikipedia. »

      Je ne me base pas là-dessus, mais sur mes lectures de droit constitutionnel.

      Le chef n’impose pas la ligne de parti, c’est la tradition parlementaire qui l’établit. Tout nouveau chef connaît cette règle et elle ne lui est pas attribuable en propre. La pratique de la ligne de partie est séculaire et remonte aux origines du parlementarisme britannique. C’est même l’un de ses traits essentiels.

      Mais, pour des raisons diverses, surtout sur les projets de lois plus « moraux », il arrive qu’un ou des partis permettent le vote libre. Il s’agit d’exceptions. Et cela ne se fait pas sans concertation avec tout le caucus. Il ya de la pression extérieure qui peut finir par imposer un vote libre. Le chef n’est pas un dictateur absolutiste, surtout au NDP, dont tu cites l’exemple pour le registre des armes à feu (une loi à caractère morale), qui a une forte structure démocratique contrairement aux autres partis dits de « notables » avec une hiérarchie très rigide ( à part le Bloc bien sûr).

      Évite de commenter mes billets. Ton dénigrement est pathétique à la fin.

    • avatar

      Pourquoi je ne commenterais pas tes billets? Je ne fais que te dire les choses comme elles sont.

      Tu dis que je dénigre ton billet, mais c’est toi qui me répond ‘Va chier!’ dans ta réponse à mon premier commentaire. Mais passons.

      Il me semble que tu manques l’essentiel de mon propos. Même si la ligne de partie est usuelle, le fait est qu’elle n’est pas obligatoire en vertu de la loi. Mais ce n’est pas ça qui est important, mais plutôt que l’ensemble des faits démontrent que le pouvoir réel du citoyen est nul et inexistant.

      Ton article parle de réforme, mais tu manques l’essentiel. Il n’y a rien à réformer, Le système est conçu pour gérer la population, pas pour que la population disent au gouvernement quoi faire.

      Tu vas voter à chaque élection pour quelqu’un que tu crois être ton représentant, mais il n’a aucun compte à te rendre, et les 2 ou 3 autres candidats dans ton comté non plus.

      En plus, tous les députés sont liés par la ligne de parti, à toutes fins pratiques, de sorte que leur pouvoir est également limité à tenter d’influencer le chef et son cabinet.

      Donc, le système n,est pas conçu pour défendre les intérêts des électeurs qui n’ont finalement aucun droit, sauf le droit de voter pour quelqu’un qui ne leur doit aucun compte. (voir le jugment précité).

      Donc, c’est une fraude intellectuelle. C’est évident!

      Tu as peut-être fait certaines lectures en droit constitutionnel, mais tu n’as certainement pas lu assez sur le sujet, parce que tu nie l’évidence, et tu omet certains faits historiques, comme l’abrogation de l’art. 2 de l’AANB, puis le traité de Westminster que tu devrais regarder plus attentivement. De toute façon, onne parle jamais de cela à la faculté de droit et la plupart des avocats ne sont pas au courant de ce que je raconte ici.

      Après mon année en sciences politique, j’ai fait fait 15 ans en droit avant de me rendre compte qu’il y avait plusieurs inexactitudes dans l’enseignement du croit et du contexte historique entourant les lois, la constitution etc…

      Sans rancune, mais c’est une illusion dont tu parle et que tu voudrais réparer. Le système fonctionne très bien, en gardant tous ceux qui y participent ignorants et impuissants.

      C’est mon opinion.

    • avatar

      Tu disais « Laligne departi imposée par les chefs de parti à leurs députés enlève toute représentativité au processus législatif et démontre que la démocratie est une fraude intellectuelle. »

      Un instant. Tu dis que la ligne de parti est antidémocratique mais tu admets qu’elle n’est pas obligatoire… Hum, incohérence, quand tu nous tient.

    • avatar

      Tiens, voilà la référence à l’arrêt de la Cour du Banc de la Reine (Cour d’Appel) de l’Alberta et la citation pertinente à l’effet que ton député n’a AUCUNE obligation envers toi ou les autres électeurs.

      Justice E.A. Marshall, Justice of The Court of Queen’s Bench of Alberta

      [MP Wilton Littlechild v. Citizens of Canada, Court of Queen’s Bench of Alberta Docket No. 9012000725, Dec 10, 1990]

      « I know of no legal duty on an elected representative at any level of government to consult with his constituents or determine their views. While such an obligation may generally be considered desirable, there is no legal requirement. »

      Translation: You are voting a person to a membership in a Roman Club called the « Ottawa Legislature »…. that is ALL.

      http://www.bcrevolution.ca/soviet_canada.htm

      Donc, au bout du compte, tu vois qu’il y a une grosse différence entre ce que tu pense, ce que tu crois désirable comme système, et le véritable système, tel qu’il existe.

      Les députés jurent serment d’allégeance à la REINE, donc ils doivent des comptes à la REINE et sont loyaux à la Reine.

      Et le serment d’allégeance à la Reine, lui, est une condition essentielle pour siéger comme député.

      Pas de serment, pas de siège, même si tu as été élu avec 99 % des voix.

      La loyauté du député est à la REINE!

      C’est ça la réalité!

    • avatar

      Si tu lis la décision précitée, tu vas voir que le juge s’est fondé sur les principes applicables au droit ROMAIN (voir la référence à ‘Roman Corporations’) pour statuer que le député n’a aucune obligation de quelque nature que ce soit envers les électeurs dans le système parlementaire du Canada, ou Britannique, si tu préfères.

      Ce n’est pas surprenant, car le Canada est une corporation, et toi et les autres qui votent et qui ont unnuméro d’assurance sociale êtes des EMPLOYÉS de la corporation.

      C’est rare que les employés disent au conseil d’adminstration de la compagnie quoi faire…

      Donc, le système politique est une illusion, une fraude intellectuelle.

  3. avatar

    Evidemment on doit lutter contre la corruption à tous les paliers, Mais, sur le plan ÉLECTORAL, la réponse tient plus à l’équité dans l’information qu’à la question monétaire. Voir la solution d’une Démocratie contractuelle et sa présentation en Commission parlementaire:

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2007/06/17/linformation-electorale/

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2007/06/17/memoire-aux-etats-generaux/

    PIerre JC Allard

  4. avatar

    @ AL

     » Les dirigeants ne sont pas élus, mais sont plutôt choisis par les partis politiques…. » Un argument massue pour la démocratie contractuelle qui avait marqué de spoints en Commission parlementaire…

    PJCA

  5. avatar

    En fait, ce n’est même pas exact de dire que le Canada est une monarchie constitutionnelle.

    Le Canada est une corporation, une entreprise commerciale, dont le gouvernement est le conseil d’administration, et le premier ministre est le président.

    L’article 2 de l’AANB qui prévoyait le droit de succession des monarches d’Angleterre a été aboli par la Reine Victoria, et après sa mort, le Canada n’avait plus de chef d’état légitime.

    POur être encore plus sur, par la suite, le traité de Wetminster a libéré les colonies, dont le Canada, ce qui fait que ce pays est en fait un territoire libre.

    Mais comme les habitants du Canada n’ont jamais proposé leur propre constitution et ne l’ont jamais soumis à l’approbation du peuple, on ne peut même pas dire qu’on a un vrai pays.

    Voir la cause du Sahara et le droit des peuples à l’autodétermination.

    C’est la grande fraude intellectuelle du PQ, de ne pas dire qux Québéécois que tout ce qu’ils ont besoin de faire pour être un pays indépendant est de rédiger une déclaration d’indépendance, avec des principes constitutionnels et de la faire approuver par le peuple, comme les colonie américaines ont fait lorsqu’elles se sont séparés de l’empire britannique du Roi George.

  6. avatar

    Voici un vidéo qui fournit quelques explications sur l’illusion du pouvoir politique.

    http://www.youtube.com/watch?v=yr0zz8uwkOs&feature=related