Accueil / T Y P E S / Articles / Corruption flagrante de la Banque Mondiale aux Comores, qui est derri?re ?

Corruption flagrante de la Banque Mondiale aux Comores, qui est derri?re ?

MAES

(Photos : la Mission d’assistance ?lectorale et s?curitaire aux Comores de l’Union Africaine (MAES) dirig?e par Francisco Madeira du Mozambique ainsi que la carte des Comores)

Vous avez-peut-?tre remarqu? dans le fil rss de la Lettre de l’Oc?an indien dans la barre de droite de ce blogue, il y une semaine environs, une nouvelle ? propos des Comores. La lettre de l’Oc?an indien (cliquez ici pour voir l’article, c’est le premier) rapporte entres autres que la compagnie de construction, Modiaco, du pr?sident nouvellement ?lu en juin dernier, Mohamed Ali Sa?d, de l’?le de Moh?li (Mwali) « a rafl? la plupart des march?s dans l’?le financ?s par la Banque mondiale via le Fonds d’appui au d?veloppement communautaire (FADC) dont la directrice r?gionale pour Moh?li n’est autre que sa cousine Mme Rainati ». La Lettre continue pour dire : « Fin septembre, le pr?sident Mohamed Ali Sa?d est parvenu ? confisquer pour sa soci?t? le march? de la construction du si?ge de Comores Telecom ? Moh?li, lequel avait pourtant ?t? remport? sur appel d’offres par une firme concurrente, propri?t? d’un certain Ahmal Maka. Ce dernier a tout d’abord port? le litige devant le tribunal correctionnel de l’?le avant de se d?juger. Suite aux pressions du gouvernement local, assorties de menaces pr?cises sur sa soci?t? et son emploi (Maka est le repr?sentant local de la compagnie priv?e Comores Aviation), il a fini par retirer sa plainte ? la veille de l’audience et a demand? ? son avocat, ma?tre Mohamed, de ne pas effectuer le d?placement ? Moh?li. »

De la corruption aussi flagrante ne peut pas avoir lieu sans que les responsables de la BM le sache. Et s’ils le savent et le tol?re c’est qu’ils sont complices. Mohamed Ali Sa?d serait-il donc l’agent corrompu d’une puissance ?trang?re qui l’enrichit avec les fonds de la Banque Mondiale (qui ultimement est l’argent des contribuables des pays « riches ») ? Pour y voir plus claire, revenons en arri?re un peu.

carte des Comores

Les Comores sont un pays compos? des trois ?les tr?s strat?giquement situ?es dans l’Oc?an indien entre le Mozambique et le Madagascar qui ?tait une colonie fran?aise jusqu’en 1975. Mais m?me apr?s leur ind?pendance officielle, les Comores ne sont jamais devenu ind?pendant de la France qui a grad? un contr?le financier, ?conomique, militaire et politique sur les ?les. Le contr?le financier s’op?re ? partir de la Banque centrale des Comores qui n’est qu’un appendice de la Banque de France. En effet, les Comores n’ont aucun contr?le sur leur propre monnaie, la valeur du franc comorien est fix? au franc fran?ais (et donc maintenant ? l’euro) par la Banque de France ? un taux d?cid? par cette derni?re. Par ailleurs, la Banque centrale des Comores (qui d’ailleurs si?ge Place de France) n’exerce m?me pas de contr?le sur les taux qui sont bas?s sur l’EONIA qui refl?te l’?conomie europ?enne et non l’?conomie comorienne et n’exerce qu’un contr?le nominal sur les plafonds d’avance et de refinancement (c’est-?-dire la quantit? maximale d’argent qu’elle va pr?ter) et n’a qu’un contr?le partag? des taux de r?serves minimales. Notons par ailleurs que la seule banque commerciale des Comores, la Banque pour l’Industrie et pour le Commerces – Comores, est poss?d?e ? 51% par BNP-Paribas. Ce syst?me de contr?le financier, la France l’applique ? travers le monde ? ses anciennes colonie : les ?tats d’Afrique de l’ouest ont la BCEAO, les ?tats d’Afrique centrale ont la BEAC et les ?les du pacifique ont l’Institut d’?mission d’outre-mer. La France, qui rafle 28% des exportations comoriennes et qui est responsable de 20% de ses importations exerce un grand contr?le sur l’?conomie comorienne. Militairement, les Comores ont sign? une pacte de d?fense qui les subordonne militairement ? cette derni?re. Politiquement, la France, ? l’aide de ses services secrets, a constamment appuy? des coups d’?tats contre les politiciens comoriens qui ne lui plaisaient pas. Voici un petit ap?r?u :

Bob Denard, « la mains des services secrets fran?ais en Afrique » est la personne cl?e dans la vie politique comorienne de son ind?pendance ? la mort de Denard le mois dernier. Les deux paragraphes qui suivent sont, sauf pour quelque phrases et modifications, directement repris de Wikip?dia.

L’ind?pendance fut d?clar?e unilat?ralement par la R?publique f?d?rale islamique des Comores, le 6 juillet 1975, par la voix de l’Anjouanais Ahmed Abdallah. Quelques jours apr?s l’ind?pendance, le 3 ao?t 1975, Bob Denard, tr?s s?rement sous les ordres de Jacques Foccart, envahit la Grande Comore, organise un coup d’?tat avec 50 hommes et place Ali Soilih au pouvoir. Ahmed Abdallah est d?log? de l’?le d’Anjouan par une centaine de mapinduzi (militaires militants) encadr?s par des mercenaires. Il part alors en exil en France. Les trois ?les sont sous la responsabilit? d’Ali Soilih, un r?volutionnaire qui instaure un r?gime socialiste et ind?pendantiste. Les relations entre la jeune r?publique et l’ancienne puissance coloniale se tendent rapidement. Le 3 mai 1978, Denard renverse le pr?sident Ali Soilih et Ahmed Abdallah acc?de au pouvoir le 21 mai. Ali Soilih est ex?cut? dans son bureau. Abdallah est accueilli de fa?on triomphale et proclame ? des journalistes occidentaux m?dus?s : « Il faut que je me refasse ». Il est ?lu le 23 octobre 1978 pr?sident de la R?publique f?d?rale islamique des Comores. Il est le seul candidat. Denard cr?e pour lui la « garde pr?sidentielle », force de police et militaire de pr?s de 600 hommes dont 17 officiers fran?ais. En 1981, avec l’?lection de Fran?ois Mitterrand (qui avait ?t? ministre de l’Int?rieur de Pierre Mend?s-France), Denard perd le soutien de la France et cr?e la SOGECOM. En 1982, Abdallah dissout tous les partis politiques et cr?? le parti unique Union Comorienne pour le Progr?s (Parti bleu). Peu ? peu, le r?gime devient dictatorial, encadr? par les mercenaires de Denard qui contr?lent le pays et ?vitent plusieurs tentatives de coup d’?tat. Le Front d?mocratique de Moustoifa Cheikh tente pourtant d’exister. Le parti sera d?mantel?, accus? d’activit?s subversives. Ses militants sont jet?s en prison et tortur?s. R??lu le 30 septembre 1984 le parti bleu remporte la totalit? des si?ges ? l’Assembl?e f?d?rales le 22 mai 1987. Il ouvre son pays aux investisseurs ?trangers, surtout sud-africains, dans les domaines du tourisme et de la p?che, mais aussi d’arme, contournant les embargos. En ?change Moroni devient une base arri?re pour des op?rations contre le Mozambique notamment qui essaie de se lib?rer du joug colonial portugais. Entretenant des rapports ambigus avec les mercenaires, ? la fois fid?le serviteur et ma?tre, la corruption se d?veloppe de fa?on consid?rable.En 1989, pressentant un nouveau coup d’?tat, Abdallah demande ? Denard de d?sarmer. Abdallah est tu?, dans son bureau par un militaire de la garde. Denard est bless?. Denard, impopulaire et soup?onn? de meurtre dans le pays, est ?vacu? quelques jours plus tard par les troupes parachutistes fran?aises. Le 27 novembre 1989, Djohar, alors pr?sident de la Cour Supr?me et le demi-fr?re de Soilih, devient Pr?sident par int?rim et est ensuite ?lu le 11 mars 1990 Pr?sident, dans des ?lections contest?es face ? Mohamed Taki Abdulkarim. Il chasse les mercenaires mais est finalement renvers? par Denard avec l’appui de la France et exil? de force ? la R?union, pr?sent? comme fou (de fa?on tr?s semblable ? la fa?on dont Aristide a ?t? contrait ? l’exile par la France, les ?U et le Canada en 2004). L’int?rim est exerc? par Ibrahim Ahmed Alidi, puis il revient au pouvoir. Le 11 janvier 1994, la France essaie de d?stabiliser le pays ?conomiquement en d?valuant le franc comorien d’un tier (rappelons nous que la Banque de France a le contr?le absolu de la valeur du franc comorien) en esp?rant que cela provoque la chute de Djohar. Les Comores ?tant grandement d?pendant des importations pour la nourriture entre autre, la chute de la valeur du FC augmente consid?rablement le co?t des importations des Comores et donc le co?t de la vie. L’?conomie comorienne chute, la dette cro?t, les salaires ne sont pas pay?s, … Dans la nuit du 27 au 28 septembre 1995 se d?roule op?ration Azal?e, Denard renverse Said Mohamed Djohar avec une trentaine d’hommes d?barqu?s de Zodiacs. Une fois la mission termin?e, ce dernier est ensuite rapatri? vers la m?tropole par le Service de documentation ext?rieure et de contre-espionnage, service secret fran?ais. Apr?s un court int?rim, les premi?res ?lections libres sont organis?es et Mohamed Taki Abdulkarim, candidat qui semble avoir le soutien de la France, est ?lu en mars 1996.

Fait int?ressant ? noter, en 1954, Denard a ?t? reconnu coupable de complot pour assassiner contre le chef du gouvernement fran?ais, Pierre Mend?s-France, et condamn? ? 14 mois de prison. Mend?s-France d?nonce tr?s vivement, ? partir d’octobre 1950, l’engagement militaire fran?ais dans la guerre d’Indochine et devient l’un des principaux opposants au conflit. Apr?s une premi?re tentative infructueuse pour former un gouvernement en 1953, Mend?s-France est finalement investi pr?sident du Conseil avec une forte majorit? le 18 juin 1954, quelques semaines apr?s la d?faite fran?aise ? la Bataille de Dien Bien Phu, pour faire la paix en Indochine. Il assume en m?me temps que la pr?sidence du Gouvernement, la direction de la diplomatie et aboutit finalement le 20 juillet 1954 ? la conclusion des Accords de Gen?ve qui mettent fin au conflit. Sit?t le d?nouement de la crise indochinoise, il engage des pourparlers qui pr?pareront l’?mancipation de la Tunisie. En voyage ? Tunis, il promet unilat?ralement l’autonomie interne ? la Tunisie dans un discours le 31 juillet. Si Denard travaillait aussi pour les services secrets fran?ais ? ce moment on est face d’une situation particuli?re ou les services secrets fran?ais ne sont pas aux ordre du gouvernement fran?ais mais pr?f?rent ?liminer ce dernier afin de pr?server la mainmise de la France sur ses colonies !

Mais retournons aux Comores. Mohamed Bacar pr?sident de l’?le Anjouan (Nzwani) qui ?tait ? la t?te d’une junte militaire qui avait pris le pouvoir de l’?le et qui a depuis ?t? ?lu dans des ?lections organis?es par lui-m?me que le gouvernement central des Comores, et l’Union Africaine ne reconnaissent pas, veut plus d’ind?pendance pour son ?le. En fait il semblerait qu’il veuille se s?par? des Comore et se rattacher ? la France (il aurait affich? des banderoles disant : ’’Anjouan fran?aise au sein de la R?publique fran?aise’’). Il dit avoir re?u le soutient de la France ce qui est fort cr?dible vu qu’il a re?u sont mat?riel pour faire ses ?lections de l’?le Mayotte (Maore) qui est sous administration fran?aise et que l’Union des Comores a essayer de reprendre militairement Anjouan sans succ?s, or l’Union a un accord militaire avec la France qui aurait donc d? l’aider ? reprendre Anjouan mais qui ?videmment ne l’a pas fait.

Mohamed Ali Sa?d est par contre un de ceux qui prennent des gestes des plus concrets contre Bacar : il a impos? une taxe de 14% sur les produits venant de Anjouan est emp?che les gens de se rendre ? Anjouan. Par ailleurs, les ?tats-Unis ont ?t? tr?s pr?sents lors des ?lections, avec entre autres, l’ambassadeur des ?U qui exhorta les Comores ? l’Union (i.e. exhorta Anjouan de ne pas se s?parer) et de proc?der ? des ?l?ctions libres et transparentes (i.e. contre les ?lections qui ont eu lieu ? Anjouan) dans les journaux. Les ?tats-Unis sont aussi le pays qui ont largement le plus d’influence au sein de la Banque Mondiale. Se pourrait-il qu’? cette heure o? les ?tats-Unis cherche ? s’implanter beaucoup plus fortement en Afrique ? la fois ?conomiquement et militairement comme en t?moigne leur nouvelle base militaire au Djibouti qui aura 1500 soldats pour venir concurrencer les 2900 soldats fran?ais dans ce m?me pays. Se pourrait-il que Mohamed Ali Sa?d soit l’agent des ?U pour leur implantation dans ce pays strat?gique historiquement domin? par la France ?

sources :

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Trump : Gouverner les USA comme le Mississippi (6)

Nous y voici donc, à l’affaire promue dès le premier épisode de cette mini-série. Comme ...