Accueil / A C T U A L I T É / Contre les inégalités, les beaux discours à Davos ne suffisent pas !

Contre les inégalités, les beaux discours à Davos ne suffisent pas !

En cette année 2018, Emmanuel Macron s’est rendu au Forum de l’oligarchie mondiale à Davos pour y vanter son réalisme économique. 

En 2016 déjà, il représentait la France en compagnie de Manuel Valls. Mais comme son prédécesseur François Hollande, Emmanuel Macron croit naïvement qu’en s’adressant aux grands patrons et financiers mondiaux, il va faire avancer la cause du climat et la lutte contre les inégalités ou les paradis fiscaux…

Depuis 1971 le Forum économique mondial de Davos s’est donné pour mission « d’améliorer l’état du monde ». La concentration des richesses et l’aggravation des inégalités font partie des thématiques qui sont abordées régulièrement. Depuis 2007, il réalise une enquête, le «  Global Risks Perception Survey  », auprès de 750 « global leaders » (experts, décideurs économiques, universitaires) afin d’identifier les risques majeurs susceptibles d’affecter la planète dans les décennies à venir.

Mais prendre conscience des risques et agir efficacement pour les réduire sont deux choses totalement différentes. Emmanuel Macron n’a pas échappé à la règle et s’est contenté d’un  simple discours généraliste, même s’il a été fait en français et en anglais.  » France is back and France is back at the core of Europe « ,  » la France est de retour et la France est de retour au cœur de l’Europe « , a-t-il lancé sous les applaudissements des grands patrons et dirigeants politiques, en réclamant un  » nouveau contrat mondial « .

C’est pourquoi l’association internationale Oxfam a profité du bruit médiatique entourant le sommet de Davos, pour rendre public son rapport sur les inégalités. S’appuyant sur des témoignages et divers travaux, dont l’étude annuelle du Credit Suisse Research Institute (CSRI) sur les grandes fortunes, l’ONG a compilé une série de chiffres affolants dans son rapport intitulé  » Partager la richesse avec celles et ceux qui la créent . »

« Le nombre de milliardaires a connu l’année dernière sa plus forte hausse de l’histoire, avec un nouveau milliardaire tous les deux jours. On dénombre actuellement 2 043 milliardaires en dollars dans le monde. Neuf sur dix sont des hommes ».

Un système économique défaillant

Tout en reconnaissant qu’entre 1990 et 2010, le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté (à savoir avec moins de 1,90 dollar par jour) a été divisé par deux,  Oxfam considère que faute d’action, la crise des inégalités continue d’empirer : « En 12 mois, les richesses de ce groupe d’élite ont augmenté de 762 milliards de dollars, soit plus de sept fois le montant qui permettrait de mettre fin à la pauvreté extrême dans le monde. 82% de la croissance des richesses créées dans le monde l’année dernière ont profité aux 1% les plus riches, alors que la situation n’a pas évolué pour les 50% les plus pauvres. »

Sur une plus longue période, au cours des dix dernières années, « les travailleurs et travailleuses ordinaires » ont vu leurs revenus augmenter de 2% en moyenne par an, tandis que la fortune des milliardaires a crû de 12% par an, soit six fois plus vite.

Ces chiffres vertigineux démontrent que le boom des milliardaires n’est pas le signe d’une économie florissante, mais d’abord le symptôme d’un système économique défaillant qui enferme les plus vulnérables dans la pauvreté et porte aussi atteinte à la prospérité économique de toutes et tous, comme le reconnaissent de plus en plus d’institutions comme le Fonds monétaire international (FMI) ou l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

La France plus inégalitaire que jamais

L’ONG consacre un chapitre à la France qui n’échappe pas à la crise des inégalités et où le fossé entre riches et pauvres atteint des sommets, même s’il est moins marqué qu’au niveau mondial. Elle relève ainsi qu’en 20 ans, la fortune totale des dix plus grandes fortunes françaises a été multipliée par 12, pendant que le nombre de pauvres augmentait de 1,2 millions de personnes.

« En 2017, les 10% les plus riches détiennent plus de la moitié des richesses alors que les 50% les plus pauvres se partagent à peine 5% du gâteau. Les 1% les plus riches en sortent particulièrement gagnants : ils possèdent à eux seuls 22% des richesses en 2017 alors qu’ils n’en possédaient que 17% en 2007. Au sommet de la pyramide, la richesse des milliardaires français a été multipliée par trois en 10 ans et seuls 32 milliardaires français possèdent désormais autant que les 40 % les plus pauvres de la population française. »

Alors que le président de la République a tenu son sommet  » pré-Davos  » au Château de Versailles avec une centaine de grands patrons du monde entier, Oxfam lance une pétition de soutien à ses propositions qu’elle demande à Emmanuel Macron d’adopter afin de faire de la France « un pays pionnier dans la lutte contre les inégalités et de donner forme à une économie plus humaine, inclusive et responsable. »

Cette loi contre les inégalités comporte notamment des dispositions limitant le versement des dividendes et les écarts démesurés de rémunérations (un maximum de 20 fois le salaire médian de l’entreprise), garantissant un salaire décent aux employés tout au long de la chaîne de production, y compris dans le secteur textile. S’y ajouteraient des mesures de lutte contre l’évasion fiscale et de redistribution fiscale afin de « privilégier les impôts dont sont surtout redevables les plus riches, tels que l’impôt sur la fortune plutôt que des impôts injustes comme la TVA. »

Des mesures allant à rebours de la récente réforme fiscale gouvernementale qui a supprimé notamment l’impôt de solidarité sur la fortune, augmenté la CSG ou diminué de 5 € par mois les APL et qui donc profitera essentiellement aux personnes les plus aisés.

Si les membres du forum de Davos ont bien évoqué le risque majeur que constitue la profonde instabilité sociale et politique du monde et les inégalités galopantes, ils ne veulent en fait rien changer. Ils ont même perdu tout lien avec le monde réel, jusqu’à payer de 200 000 à 500 000 dollars par participant pour se retrouver entre eux une fois par an dans l’Est de la Suisse, à Davos…

 

Signer la pétition ICI

 

Albert Ricchi

Commentaires

commentaires

A propos de Albert Ricchi

avatar
Journaliste citoyen, mon blog est consacré à la politique, la démocratie, l'économie, l'environnement ainsi qu'à plusieurs réformes essentielles à entreprendre aujourd'hui afin de réconcilier les citoyens avec la République et la justice sociale.

Check Also

« en marche », c’est mal parti !

Se mettre « en marche » avec un caillou dans la chaussure, n’est pas chose facile, mais ...