Accueil / T Y P E S / Articles / Contre la s?gr?gation et pour la paix

Contre la s?gr?gation et pour la paix

RAYMOND VIGER

Retour sur la jeunesse et la r?volte des ann?es 1960 aux ?tats-Unis et sur les justes luttes sociales qu?elle a men?es. ?(Marie-Claire Blais,?Passages am?ricains)

Normand Charest ? chronique Valeurs de soci?t?

d?bats soci?t? r?flexions sociales socialeLe ? printemps ?rable ? de 2012 nous aura montr? des ?tudiants luttant contre la hausse des frais de scolarit? et, si possible, pour la gratuit? scolaire compl?te. Sans vouloir diminuer les d?fis auxquels fait face la jeunesse actuelle, il faut bien constater que chaque g?n?ration a connu son lot de difficult?s tout aussi importantes.

Dans son essai Passages am?ricains qui vient de para?tre, la romanci?re qu?b?coise bien connue nous ram?ne ? une autre jeunesse, celle des ann?es 1960 qui luttait aux ?tats-Unis contre la s?gr?gation raciale et la guerre du Vietnam, en commen?ant par ces paroles :

? Ces ann?es ?taient des ann?es de r?volte et d?illuminations, mais des ann?es, aussi, de grandes souffrances. ?

La lutte pour les droits des Noirs

martin-luther-king-assasinat-noirs

Martin Luther King

Le livre est divis? en trois parties. La premi?re, intitul?e ? Lamentation pour un s?nateur foudroy? ?, met en sc?ne le s?nateur Robert Kennedy, sa lutte pour les droits des Noirs, son assassinat apr?s celui de Martin Luther King, et brosse un grand tableau, plein de passion et de compassion, de cette ?poque impressionnante.

? Mais c?est l?esprit que l?on voulait tuer en Martin Luther King, Jack et Robert Kennedy, Malcom X, l?esprit et ses id?es de progr?s, l?esprit et sa d?sob?issance ? un ordre in?quitable, social ou racial. ?

Et Marie-Claire Blais ressort une proph?tie que Robert Kennedy avait faite aux Noirs am?ricains, apr?s l?assassinat de Martin Luther King, en la reliant ? l?actuel et premier pr?sident noir des ?tats-Unis, Barak Obama :

? Oui, il? se pourrait bien que dans quarante ans nous ayons un pr?sident noir (? A Negro would be president within forty years ?), avait dit le s?nateur, dont la vision soudain s??tait agrandie, proph?tique, jusqu?? ces jours que nous vivons. ?

D?sob?issances civiles

Robert_F._Kennedy_1964-etats-unis-assasinat

Robert Kennedy

La deuxi?me partie appel?e ? D?sob?issances civiles ? raconte la longue Marche pour la paix et la libert? entreprise par des jeunes qui chemin?rent de Qu?bec ? Miami en 1963, qui furent menac?s de mort par le Ku Klux Klan, puis emprisonn?s et maltrait?s dans le Sud s?gr?gationniste :

? En ces ann?es 1963-1964, de jeunes manifestants pacifistes partaient sur les routes, c??taient des ?tudiants ou des professeurs, des artistes, des femmes, des hommes, qu?ils soient de race blanche ou noire, ils ?taient tous fr?res et appartenaient au m?me mouvement de l?action non-violente? ?

? pr?s de cinq d?cennies de distance, on reste sid?r? par le courage, certes, mais peut-?tre aussi par l?inconscience de cette jeunesse venue du Nord, de l?Est et de l?Ouest qui croyait que l?on pouvait changer les choses par des manifestations non-violentes. Une jeunesse qui, arriv?e dans le Sud des anciens planteurs de coton, se retrouve ? la merci d?une minorit? blanche pr?te ? toutes les humiliations, et jusqu?au meurtre.

Dans le Sud o? le Ku Klux Klan s?affiche encore en toute impunit?, de jeunes manifestants non arm?s sont entour?s par des meurtriers arm?s jusqu?aux dents. Les manifestants r?alisent alors, avec horreur, qu?il y a une diff?rence entre des lois th?oriques et l?application de ces lois.

? C?est peut-?tre cette fin du silence de l?esclave qui inqui?te le plus les maires et les sh?rifs de ces villes du Sud, dans la venue des militants du Nord ?, ?crit l?auteur. Et puis : ? si on a l?illusion de pratiquer la charit?, d??tre chr?tien, dans cette ville, pourquoi tant de manifestations de haine raciste ? ?

Cependant, les jeunes qui ont vu cet enfer de leurs propres yeux continueront ? lutter toute leur vie contre la s?gr?gation et pour les libert?s civiles.

? On a tu? des enfants innocents ?

La troisi?me partie du livre, plus courte, a ?t? publi?e dans le Devoir. L?auteure y relate une manifestation non-violente des ?tudiants de l?universit? Kent contre la guerre, en 1970. C??tait des jeunes ? paisibles, sans armes? ?chevel?s et doux ? qui croyaient ? la victoire de l?amour sur la guerre, comme leurs pancartes l?indiquaient : Make love, not war.

La Garde nationale viendra briser la manifestation en tirant finalement sur les ?tudiants, dont quatre seront tu?s, qui n?avaient que 19 ou 20 ans, des filles et des gar?ons. ? On a tu? des enfants innocents ?, ?crit Marie-Claire Blais. Le pr?sident Nixon d?plorera leur mort, mais en jetant le bl?me sur les manifestants, qu?il accuse injustement de violence.

Le combat int?rieur

Une telle lecture pourrait r?veiller en nous la r?volte, et peut-?tre m?me la haine, mais ce n?est pas son intention. Il s?agit plut?t d?une invitation ? la vigilance, ? l?action sociale positive et non-violente dans le but de faire ?voluer nos soci?t?s.

On se rappellera aussi que le combat commence d?abord sur soi, puisqu?il s?agit en premier lieu de se changer soi-m?me avant de changer les autres.? C?est seulement ainsi que l?on pourra avoir une influence ?volutive sur les autres et sur nos communaut?s.

  • R?f?rence : Marie-Claire Blais, Passages am?ricain, essai, Bor?al, 2012.
  • Aussi recommand? : Evan Thomas, Robert Kennedy. His life, Simon & Schuster, NY, 2000.

Autres articles sur la Politique:

Prix des Droits et Libert?s

Le Journal de la Rue a re?u le Prix Droits et Libert?s de la Commission des droits de la personne.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Bla, bla, bla… Tu parles trop !

Cette vieille rengaine yéyé, chantée par les Chaussettes Noires, chères à Eddy Mitchell, (lien) et ...