Accueil / T Y P E S / Articles / Conclusion de la mission d’enqu?te sur la Syrie : c’est une guerre par procuration

Conclusion de la mission d’enqu?te sur la Syrie : c’est une guerre par procuration

Maired Corrigan-Maguire

Rapport et appel ? la communaut? internationale pour l’appui ? un processus de dialogue et de r?conciliation en Syrie entre le peuple et l’?tat, le rejet de la guerre et de toute intervention ?trang?re.

Apr?s une visite de 10 jours (du 1? au 11 mai 2013) au Liban et en Syrie, ? la t?te d’une d?l?gation de 16 personnes de 8 pays diff?rents, invit?e par l’organisation Musalaha, je suis revenue optimiste en pensant que la paix est possible en Syrie si on fait cesser toute ing?rence ?trang?re et si on laisse les Syriens r?gler leurs propres probl?mes en faisant respecter leur droit ? l’auto-d?termination.

L’appel ? faire cesser les violences et ? ce que les Syriens soient laiss?s libres de d?cider entre eux sans ing?rence ext?rieure est lanc? par tous ceux que nous avons rencontr?s lors de notre visite. C’est ce que nous cherchons ? transmettre ? la communaut? internationale dans notre D?claration finale.

Au cours de notre visite, nous nous sommes rendus dans des camps de r?fugi?s, aupr?s des communaut?s touch?es, et nous avons rencontr? des chefs religieux, des combattants, des repr?sentants du gouvernement, des d?l?gations de l’opposition et bien d’autres, acteurs et victimes, au Liban et en Syrie.

Visites dans les camps de r?fugi?s

Au Liban, nous avons visit? plusieurs camps de r?fugi?s, qui sont accueillis par les communaut?s libanaises ou palestiniennes.

Une femme nous a racont??: « avant que ce conflit n’?clate, nous ?tions heureux et notre vie ?tait agr?able (En Syrie, les ?tudes sont gratuites, les soins de sant? aussi, et ils recevaient des aides pour le carburant), maintenant, nous vivons dans la pauvret? ».

Sa fille et son gendre (elle, pharmacienne et lui, ing?nieur), qui vivent dans un camp de r?fugi?s palestinien dans un logement dont le sol est en ciment et o? il n’y a m?me pas de matelas, nous ont racont? que cette violence avait ?clat? ? la surprise g?n?rale et s’?tait r?pandue si vite qu’ils ?taient encore sous le choc.

Quand des combattants ?trangers bien arm?s sont arriv?s ? Homs, ils se sont empar?s de leurs maisons, ont viol? les femmes et tu? les jeunes gens qui refusaient de se joindre ? eux, et, donc, la population, terroris?e, a fui.

Ils nous ont expliqu? que ces combattants ?trangers venaient de nombreux pays, il y a, entre autres, des Libyens, des Saoudiens, des Tunisiens, des Tch?ch?nes, des Afghans, des Pakistanais, des Emiratis, des Libanais, des Jordaniens, des Turcs, des Europ?ens, des Australiens, et ces bandes sont financ?es et entra?n?es par des gouvernements ?trangers.

Ils font enfiler aux gens des gilets bourr?s d’explosifs et les menacent de les faire sauter s’ils ne font pas ce qu’on leur dit de faire.

Une r?fugi?e m’a demand??: « quand pourrons-nous retourner chez nous?? » (A ma grande joie, quelques jours plus tard, ? Damas, j’ai rencontr? une femme qui travaillait ? un programme gouvernemental qui aide les r?fugi?s ? revenir en Syrie et plus de 200 sont revenus ? ce jour).

Les chefs religieux et les haut-responsables gouvernementaux ont appel? la population ? ne pas fuir la Syrie et il faut esp?rer que beaucoup d’entre eux entendront cet appel, car, apr?s avoir vu tous ces r?fugi?s syriens vivre dans des tentes et ?tre exploit?s de multiples fa?ons, y compris sexuellement, je pense que la meilleure solution est la stabilit? de la Syrie afin que son peuple se sente suffisamment en s?curit? pour y rester.

Si les r?fugi?s continuent de fuir la Syrie, les pays voisins pourraient ?tre alors d?stabilis?s, ce qui d?clencherait une r?action en cha?ne et d?stabiliserait tout le Moyen-Orient.

Beaucoup de gens ont fui vers des camps dans les pays limitrophes comme la Turquie, la Jordanie ou le Liban, o? tous s’efforcent de g?rer au mieux l’afflux ?norme de r?fugi?s syriens. Mais, si les pays d’accueil font le maximum pour faire face, ils sont submerg?s par le nombre de r?fugi?s (le chiffre officiel que donne l’agence des Nations Unies pour les r?fugi?s – l’UNHCR – est d’un million et demi de r?fugi?s).

Lors de nos r?unions, nous avons appris que la Turquie invitait les r?fugi?s syriens ? venir s’installer chez eux et leur interdisait ensuite de retourner en Syrie.

Il est av?r? que les r?fugi?s syriens en Turquie et en Jordanie sont maltrait?s. Des jeunes r?fugi?es syriennes sont vendues pour ?tre mari?es de force en Jordanie. Les rapports du Conseil des droits de l’homme nous indiquent que plus de 4 millions de Syriens ont ?t? d?plac?s dans leur propre pays et vivent dans une p?nurie extr?me.

Un repr?sentant de la Croix Rouge nous a dit que les ONG et le Croissant Rouge syrien, en coordination avec le Minist?re des Affaires Sociales, ont toute latitude pour travailler sur tout le territoire syrien, et, en ces circonstances ?pouvantables, ils s’efforcent de fournir des services ? un maximum de personnes. Cependant, ils manquent cruellement d’aides financi?res pour faire face ? cette trag?die humanitaire que subissent les r?fugi?s et la population d?plac?e ? l’int?rieur du pays.

Les sanctions ?conomiques, comme en Irak, infligent de terribles souffrances ? beaucoup de personnes et toutes celles que nous avons rencontr?es demandaient que ces sanctions soient lev?es.

Notre d?l?gation appelle ? la lev?e de ces sanctions ill?gales impos?es ? la population syrienne sous la direction des Etats-Unis pour des motifs purement politiques dont l’objectif est le changement de r?gime.

Les h?pitaux

Nous avons effectu? une tourn?e des h?pitaux et avons vu beaucoup de gens qui avaient ?t? bless?s ? la suite de fusillades, de bombardements et d’agressions arm?es.

Un imam sunnite mod?r? m’a racont? qu’il avait ?t? enlev? par des djihadistes, qui l’ont tortur?, lui ont sectionn? l’oreille, ont tent? de l’?gorger, lui ont lac?r? les jambes et l’ont laiss? pour mort.

Il dit que s’il retourne dans sa mosqu?e, ils vont l’assassiner.

Il nous a expliqu??: « ces gens-l? sont des combattants ?trangers, des djihadistes de pays ?trangers, bien arm?s, bien entrain?s, qui ont de l’argent, et qui sont dans notre pays pour le d?truire. Ce ne sont pas des vrais musulmans, ce sont des extr?mistes religieux, des fondamentalistes qui terrorisent, enl?vent et tuent notre peuple ».

Le porte-parole du gouvernement a ?galement confirm? qu’ils d?tiennent actuellement des combattants ?trangers captur?s qui sont issus de 29 pays diff?rents, parmi lesquels des Tch?tch?nes, des Irakiens, et bien d’autres.

Le ministre de la Sant? nous a montr? un documentaire sur les effroyables tueries commises par les djihadistes et la terreur qu’ont provoqu?e ces ?trangers en assassinant des m?decins et en d?truisant des infrastructures m?dicales de l’Etat syrien, ce qui a rendu difficile la t?che de r?pondre aux besoins de la population.

Rencontres avec l’Opposition

Notre d?l?gation a particip? ? un d?bat public avec de nombreux repr?sentants des partis de l’opposition interne. Un des opposants politiques qui a pass? 24 ans en prison sous le r?gime d’Assad, et qui en est sorti il y a 11 ans, veut un changement politique avec plus de 20 autres composantes de l’opposition interne, mais sans ing?rence ?trang?re et sans violence.

Nous avons rencontr? des membres de l’opposition arm?e dans une localit? qui nous ont dit qu’ils avaient accept? la proposition d’amnistie du gouvernement et cherchaient ? parvenir ? une solution pacifique.

Un homme m’a racont? qu’il avait accept? de l’argent de djihadistes pour combattre mais avait ?t? choqu? par leur cruaut? et la fa?on dont ils traitaient leurs coreligionnaires syriens, ne les consid?rant pas comme des vrais musulmans.

Il dit que les djihadistes ?trangers veulent s’emparer de la Syrie, pas la sauver.

Le 10 mai, une partie de notre d?l?gation s’est rendue ? Homs, invit?e par le groupe d’opposition du quartier d’Al-Wa?r, o? des familles d?plac?es de Baba Amro, de Khalidiyeh et d’autres bastions des rebelles viennent chercher refuge.

La d?l?gation a constat? toutes les conditions de cette ville et se penche actuellement sur un projet pilote en vue d’une r?conciliation et de la r?int?gration pacifique entre cette communaut? et les communaut?s non-rebelles des environs (les chiites et les Alaouites) avec lesquelles, il y a 15 jours, a ?t? sign? un accord de non-bellig?rance par l’interm?diaire du mouvement Syrien Mussalaha- R?conciliation.

Le ministre, apr?s avoir v?rifi? la liste des noms, a reconnu qu’en effet, c’?tait des opposants politiques non-violents et il a dit qu’il accepterait, en principe, de lib?rer ces d?tenus non-violents.

Il nous a ?galement indiqu? qu’ils n’appliquaient pas la peine de mort et qu’il esp?re que quand la situation s’arrangera en Syrie, ils prendront les mesures pour abolir la peine capitale.

Nous avons ?galement pos? des questions au ministre (qui est avocat international) sur les violations des droits humains commises par le gouvernement syrien, ? savoir les tirs d’artillerie sur une zone interdite o? se trouvaient les djihadistes et l’opposition arm?e.

Le ministre a reconnu les faits, mais a expliqu? que le gouvernement avait le devoir de faire d?gager ces zones.

Nous avons sugg?r? qu’il y avait une meilleure fa?on de traiter le probl?me que de faire proc?der ? des tirs d’artillerie, mais il a maintenu qu’il ?tait de la responsabilit? du gouvernement de d?barrasser ces zones des forces rebelles et que c’?tait leur fa?on de le faire ? eux.

Les ministres et le gouverneur ont affirm? que le pr?sident Assad ?tait leur pr?sident et qu’il avait leur soutien. Beaucoup de personnes ? qui nous nous sommes adress?s avaient le m?me discours. Toutefois, certains jeunes disent qu’ils soutiennent l’opposition, mais afin de prot?ger l’unit? de la Syrie de la destruction par des forces ?trang?res, ils disent qu’ils soutiendront le gouvernement et le pr?sident Assad jusqu’aux ?lections de l’ann?e prochaine et qu’ils voteront alors pour l’opposition.

Ils disent que la Coalition de Doha au Qatar ne les repr?sente pas et que personne d’?tranger ? la Syrie n’a le droit de faire partir le pr?sident Assad, si ce n’est le peuple syrien ? l’issue des ?lections de l’ann?e prochaine.

La vie des journalistes en Syrie est gravement menac?e par les extr?mistes/fondamentalistes religieux, et, au cours de ma visite ? une cha?ne de t?l?vision, un jeune journaliste m’a racont? que sa m?re avait ?t? tu?e par des djihadistes et m’a montr? le bras o? il avait re?u une balle et avait failli ?tre tu?.

La r?union avec les chefs religieux

Nous avons assist?, ? la Grande Mosqu?e des Omeyyades de Damas, ? un service ?cum?nique dirig? par le Grand Mufti de la R?publique Arabe Syrienne, le docteur Ahmad Badr Al-Din Hassoun et le patriarche catholique grec Gr?goire III Laham, ainsi que le d?l?gu? du patriarche orthodoxe grec Jean X d’Antioche, et des religieux de toutes confessions.

L’assembl?e a pri? pour la paix et l’unit? de la Syrie et la non-ing?rence d’?trangers dans leur pays. Ils ont soulign? que ce conflit en Syrie n’est pas un conflit de religions, musulmans et chr?tiens ayant toujours v?cu c?te ? c?te en Syrie, et ils sont (malgr? le fait qu’ils vivent dans la souffrance et les violences, dont la majorit? n’est pas de leur fait), unis dans leur souhait d’?tre une lumi?re de paix et de r?conciliation pour le monde entier.

Le patriarche a dit que de la mosqu?e et des ?glises chr?tiennes ?merge un grand ?lan pour la paix et la r?conciliation et a demand? ? ceux ? la fois ? l’int?rieur et ? l’ext?rieur de la Syrie, de refuser toute violence et de soutenir le peuple de Syrie dans ses efforts d’instaurer le dialogue, la r?conciliation et la paix.

Les chefs spirituels musulmans et chr?tiens sont tr?s conscients que si les extr?mistes/fondamentalistes religieux acc?l?rent le mouvement et parviennent ? contr?ler la Syrie, l’avenir de ceux qui ne soutiennent pas les fondamentalistes, comme les musulmans, les chr?tiens et les autres minorit?s mod?r?s, ainsi que d’autres Syriens, est en grand danger.

En effet, le Moyen Orient pourrait perdre son pr?cieux tissu social pluraliste, les chr?tiens, comme en Irak, ?tant les premiers ? fuir le pays. Ce serait une trag?die pour tous ceux qui sont concern?s dans cette Syrie multiconfessionnelle, multiculturelle et la?que, nagu?re lumi?re de convivialit? paisible dans le monde arabe.

Vision d’ensemble

Suite ? de nombreux reportages officiels des m?dias institutionnels et ? nos propres constats, je peux affirmer que l’?tat syrien et sa population subissent une guerre par procuration men?e par des pays ?trangers et financ?e et soutenue directement principalement par le Qatar qui a impos? sa volont? ? la Ligue Arabe.

La Turquie, une partie de l’opposition libanaise et certains responsables jordaniens, offrent une zone prot?g?e ? tout un tas de groupes djihadistes, tous avec leurs propres objectifs, et recrut?s dans de nombreux pays.

Des groupes de djihadistes arm?s et financ?s par des pays ?trangers envahissent la Syrie en passant par la Turquie, la Jordanie et le Liban, franchissant des fronti?res poreuses pour tenter de d?stabiliser la Syrie. On estime ? 50.000 le nombre de combattants djihadistes ?trangers qui terrorisent la Syrie.

Ces escadrons de la mort d?truisent syst?matiquement les infrastructures de l’?tat syrien (les centrales ?lectriques, les usines ? gaz, les installations p?trolif?res et d’eau potable, les pyl?nes de haute tension, les h?pitaux, les ?coles, les b?timents publics, les sites historiques, et m?me les sanctuaires religieux).

En outre, le pays est envahi par les tireurs isol?s, les poseurs de bombes, les agitateurs, les criminels.

Ils se servent de l’agression et de la charia pour s’emparer de la libert? et de la dignit? du peuple syrien. Ils torturent et tuent ceux qui refusent de se joindre ? eux.

Ils ont des croyances religieuses bien ? eux qui font qu’ils n’?prouvent aucune g?ne m?me quand ils commettent les crimes les plus atroces comme assassiner et torturer leurs opposants.

Il est ?tabli que beaucoup de ces terroristes sont en permanence sous l’effet d’amph?tamines comme le captagon. Le manque de s?curit? g?n?rale permet la multiplication d’enl?vements destin?s ? obtenir une ran?on ou pour exercer des pressions politiques. Des milliers d’innocents ont disparu, dont les deux ?v?ques, Youhanna Ibrahim et Paul Yazigi, et de nombreux pr?tres et imams.

Les sanctions ?conomiques impos?es par l’ONU et l’UE, ainsi qu’un embargo cruel, poussent la Syrie au bord de la catastrophe sociale.

H?las, les m?dias internationaux ferment les yeux sur ces r?alit?s, occup?s ? diaboliser, ? mentir, ? d?stabiliser le pays et ? engendrer davantage de violence et de contradiction.

En r?sum?, la guerre en Syrie n’est pas, comme on le pr?tend, une guerre civile mais c’est une guerre par procuration avec des violations graves des lois internationales et des lois internationales sur les droits humains.

La protection qu’accordent aux combattants ?trangers certains pays parmi les plus puissants les autorise en quelque sorte ? ne pas avoir de comptes ? rendre et les incite ? commettre en toute impunit? toutes sortes d’actes de barbarie contre des civils innocents.

M?me les conventions relatives aux guerres ne sont pas respect?es, ce qui a pour cons?quence de nombreux crimes de guerre, voire des crimes contre l’humanit?.

Conclusion

Lors de notre visite en Syrie, notre d?l?gation a ?t? accueillie par tout le monde avec beaucoup de gentillesse et je tiens ? exprimer toute ma gratitude ? tous ceux qui nous ont facilit? la t?che ou qui ont re?u notre d?l?gation.

Nous avons constat? que la population en Syrie a ?norm?ment souffert et continue de le faire. Les 23 millions de personnes qui constituent la population syrienne sont sous la terrible menace d’infiltrations permanentes de terroristes ?trangers.

Beaucoup sont encore sous le choc des horreurs et de la soudainet? de toute cette violence et craignent que leur pays soit agress? et divis? par des forces ext?rieures, et sont tous parfaitement conscients que les forces g?opolitiques sont ? l’?uvre pour d?stabiliser la Syrie et s’emparer du pouvoir, du p?trole et de leurs ressources.

Un dirigeant druze a d?clar??: « si les occidentaux veulent notre p?trole – le Liban et la Syrie ont tous deux des r?serves de p?trole – entamons des n?gociations ? ce sujet, mais ne d?truisez pas notre pays pour le prendre ».

En Syrie, le souvenir de la destruction de l’Irak voisin par les forces US-GB-OTAN est encore bien pr?sent ? l’esprit de la population, parmi laquelle le million et demi d’Irakiens qui ont fui la guerre, dont de nombreux chr?tiens, et qui ont trouv? refuge en Syrie gr?ce au gouvernement syrien.

Le plus grand espoir qui nous a ?t? donn? vient du mouvement Syrien Mussalaha- R?conciliation, un mouvement apolitique compos? de toutes les couches de la soci?t? syrienne, qui a des ?quipes qui travaillent dans toute la Syrie qui ?uvrent actuellement gr?ce au dialogue ? construire la paix et la r?conciliation.

Mussalaha sert de m?diateur entre les tireurs arm?s et les forces de s?curit?, contribue ? obtenir la lib?ration des nombreuses personnes qui ont ?t? enlev?es et rapproche toutes les parties du conflit pour les amener ? discuter et ? trouver des solutions pratiques.

C’est ce mouvement qui nous a log?s, sous la direction de M?re Agn?s-Mariam, M?re sup?rieure du monast?re de Saint-Jacques, soutenue par le patriarche Gr?goire III Laham, chef de la hi?rarchie catholique de Syrie.

Ce grand mouvement de la soci?t? civile qui construit un processus de paix et de r?conciliation nationale depuis la base jusqu’au sommet de la hi?rarchie contribuera, si on lui donne la place, le temps et la non-ing?rence ?trang?re, ? apporter la paix en Syrie.

Ils reconnaissent qu’il faut qu’il y ait une solution politique inconditionnelle, comprenant toutes les parties en pr?sence, et avec des compromis et ils sont convaincus que c’est cela qui se produit ? maints niveaux de la soci?t?, et que c’est la seule solution pour parvenir ? la paix en Syrie.

Mairead Maguire,

25 mai 2013

Mairead Corrigan-Maguire (n?e le 27 janvier 1944 ? Belfast, Irlande du Nord) est une militante pacifiste nord-irlandaise, laur?ate du prix Nobel de la paix 1976.

Source?:?Le Grand Soir

Syrie

michelcollon.info

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCXCVI) : de gros porteurs retrouvés incendiés pendant le Covid-19

Pour ceux qui s’attendaient à du changement durant cette période troublée de pandémie, c’est raté ...

One comment

  1. avatar

    Rapport le plus important jusqu’ici parce qu’il est le plus logique compatible avec ce qui existait en Syrie avant les attaques de l’extérieur.

    USA, France et Grande Bretagne ne peuvent plus porter leur masque.

    André Lefebvre