Accueil / T Y P E S / Articles / « Comme un vol de gerfauts… »

« Comme un vol de gerfauts… »

Halliburton, cette soci?t? am?ricaine dont le Vice Pr?sident Dick Cheney a conduit les destin?es – avant de prendre en main celles des USA, avec les r?sultats que l’on sait ! – n’a eu, elle, qu’? se louer de ses services. La sous-traitance de tout ce que l’on pouvait normalement sous-traiter de la guerre en Irak et de tout ce qu’on a pu y ajouter a procur? ? Halliburton entre 20 et 50 milliards de dollars de contrats. Le plus gros achat de services de l’Histoire. Dick a bien entretenu sa danseuse.

Vous me direz qu’il y a une marge, entre 20 et 50 milliards, mais tout n’est pas clair dans cette batterie de transactions, dont la plus juteuse, ? elle seule, valait 16 milliards de dollars. Tout ce qu’on sait avec certitude, c’est que Halliburton y a gagn? et que, sauf verdict bien diff?rent de l’Histoire, les USA, l’Irak et la civilisation occidentale y ont tous perdu.

Ce qui rend Halliburton assez antipathique. Antipathique m?me aux USA, de sorte que l’ingrate soci?t? se pr?pare ? quitter le nid avant que son souteneur soit sans emploi, apr?s les ?lections pr?sidentielles de novembre 2008 et ? filer au plus vite vers d’autres cieux. Halliburton part pour Duba?.

Novembre 2008, c’est la date d’?ch?ance. ?a presse. Disons qu’elle peut s’accorder un sursis, jusqu’? la prise formelle du pouvoir par le prochain Pr?sident en janvier 2009 et l’?viction plus ou moins brutale de Cheney, mais ce serait imprudent de trop attendre. Les ma?tresses royales quittent la Cour avant l’aube, et celle de feu Sa Majest? Cheney quittera sans doute la Cour de Washington de nuit, avec une toute petite sacoche. Ne pleurez pas, on peut mettre beaucoup d’argent virtuel dans une petite sacoche.

Je vous pr?venais, il y a plus d’un an, quand la soci?t? indienne Mittal pourchassait Arcelor, de ses assiduit?s, que l’on ?tait ? tester le climat et les am?nagements dans les colonies, pour un vaste exode des corporations trillionnaires, hors des USA et m?me de tout l’Occident Une grande migration des pr?dateurs.

Hop ! C’est parti. Halliburton prend la t?te du vol, elle sent — et pour cause ! — le vent de l’hiver plus vite que les autres, mais tous les autres rapaces vont suivre comme des oies, en formation V bien serr?e. Le temps est venu.

Qui vient confirmer ? Le Professeur Alhajji , bien connu pour son opposition au concept de l’ind?pendance ?nerg?tique des pays occidentaux et qu’on ne peut accuser de ne pas conna?tre les pays du Golfe, annonce d?j?, dans le New York Times du 13 mars 2007, qu’il n’y a aucune raison pour que TOUTES les compagnies qui font dans le p?trole n’aillent pas s’installer ? Duba? ou dans sa banlieue.

De l?, on va pouvoir g?rer le fric au soleil, ? l’abri des questions ennuyeuses, dans un pays o? l’on b?tit les plus hauts et les plus luxueux buildings du monde, o? il n’y a pas de d?mocratie, pas de manifestants, rien que la s?curit? absolue de la richesse acquise au prix d’un dur labeur.

Halliburton parti, le fric ? l’abri, il restera bien s?r ? mettre aussi ? couvert les principaux artisans de cette extraordinaire cr?ation de richesse qu’a ?t? l’invasion de l’Irak. Vite, car il est ?crit dans le ciel — Makt?b, maintenant qu’on va parler arabe entre copains — que certains fauteurs de trouble vont vouloir demander des comptes ? Cheney et ? ses comparses. Est-ce qu’il n’y a pas une loi contre le massacre des innocents ? Nuremberg

Quand, comme le dit si savoureusement la traditionnelle expression am?ricaine, toute cette mati?re f?cale va arriver de plein fouet dans le proverbial ?ventail, quelle sera la r?ponse des accus?s ? La premi?re, bien s?r, le silence. Mais si ?a se corse ? Alors, on jouera la D?fense Pinochet, un giuco pianissimo, la meilleure strat?gie quand on a les noirs, qu’on joue contre la justice et que c’est la vindicte populaire qui ouvre avec fracas.

Normalement, la D?fense Pinochet devrait ?tre suffisante pour que les Bourreaux du Golfe meurent tranquilles dans leur lit, mais qui sait ? Le monde change bien vite… Supposons que, parmi les fauteurs de trouble, il y ait quelques-uns de ces milliers de G.I et Marines dont on vient de faire la preuve qu’on les avait mal soign?s retour du front ? Quelques-uns de ces dizaines de milliers qui en sont revenus avec des troubles psychologiques graves ? Sans parler de ces emmerdeurs d’?trangers qui restent accroch?s ? la Convention de Gen?ve et autres foutaises qui ne devraient pas concerner l’Am?rique…

Si les exigences byzantines de la politique am?ricaine exigeaient un proc?s s?rieux aux USA, ou une extradition, ne serait-il pas prudent pour eux que les accus?s soient d?j? ailleurs ? Loin, dans l’?quivalent terrestre du Jardin d’Allah, mangeant des figues et des dattes, tous v?tus de blanc en symbole de leur virginit? retrouv?e ? ? l’aise, dans un pays o? l’on torture, c’est vrai mais pas n’importe qui…

Les rapaces corporatifs vont donc prendre leur essor d’abord, mais on fera une place ensuite ? l’initiative personnelle ; surveillez bien, dans leur sillage, tous ces d?cideurs, organisateurs et profiteurs du massacre en Irak, probablement Cheney le premier, qui comprendront que leur arthrite, leur goutte ou leur coeur artificiel leur impose un long voyage dans un climat sec. Bien plus sec que la Floride, plus sec m?me que Hawaii… Duba?.

Si ce sc?nario se produit, j’esp?re que la foudre du ciel ou la justice humaine les y rejoindra. Je suis contre la peine de mort, mais, si je devais pendre quelqu’un, Dick Cheney serait indubitablement mon premier choix.

Pierre JC Allard

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le jour où j’ai rencontré un esclave

Il y a une bonne trentaine d’années, j’ai séjourné assez longuement au Sénégal. J’ai été ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Mon cher Pierre

    Ce qui me rend le plus triste est le fait que les américains se drapent dans un patriotisme économique sur les grandes réussites de leurs corporations. Ces grands entreprises ont un comportement anti-patriotique en pratiquant la duplicité, le népotisme, les fraudes et exactions à l’encontre même du peuple américain. Combien de ces petites gens sont ruinés en raison notamment de la cupidité de ces entreprises qui n’ont d’intérêt que la hausse de leurs actions et la valorisation des portefeuilles de leurs détenteurs ?

    Que sera l’Amérique dans cinquante ans ? Je n’en connaîtrai jamais la réponse.

    God Bless America.

    Pierre R.

  2. avatar

    C’est payant une guerre de civilisation à saveur religieuse !

    « Man will never be free until the last king is strangled with the entrails of the last priest. » – Thomas Jefferson

    Ah, the pursuit of happiness 😉

    Nous assistons à la suite logique de la privatisation de la guerre et de nos gouvernements en cours et qui est, en fait, déjà accomplie…

    Les profits de la guerre : un crime ?

    Check Jeremy Scahill about the root of… some evil… 😉 Interview à voir absolument !

    Et dire que le tout est bâtit sur de la vase…

     » We are watching a poorly staged rendition of Wag the Dog, interpreted for the morbidly stupid and performed by the criminally insane. » – Jules Carlysle