Accueil / A C T U A L I T É / Combien co?te la sortie du nucl?aire : l?exemple allemand

Combien co?te la sortie du nucl?aire : l?exemple allemand

Par Rachel Knaebel (6 juin 2011)

Le gouvernement allemand pr?sente ce 6 juin son projet de loi pour sortir de l??nergie nucl?aire en 2022. Apr?s un recul l?automne dernier, la chanceli?re Angela Merkel veut finalement avancer la transition ?nerg?tique du pays. Combien co?tera cette transition?? Rendra-t-elle l?Allemagne d?pendante du charbon ou des importations d??lectricit??? Combien d?emplois l?essor des ?nergies renouvelables va-t-il cr?er?? R?ponses ? quelques lieux communs v?hicul?s sur la sortie du nucl?aire.

Avec sa d?cision d?une sortie du nucl?aire en 2022, la chanceli?re allemande revient au calendrier adopt? il y a dix ans par le gouvernement SPD-Verts de Gerhard Schr?der. Angela Merkel avait fait machine arri?re ? l?automne 2010 et choisi de prolonger la dur?e d?exploitation des centrales du pays de 12 ans en moyenne (8 ans pour les plus anciennes, 14 pour les plus r?centes), ce qui repoussait la fin de l??nergie atomique en Allemagne ? 2036. Mais Fukushima a radicalement chang? la donne.

De graves d?fauts de s?curit?

Le nouveau projet de loi, pr?sent? le 6 juin, passera devant le Bundestag le 8 juillet. Le texte s?appuie sur le rapport de la commission ?thique install?e en mars?[1]. La premi?re ?tape du plan est imm?diate?: le pays ne va pas relancer les 8 r?acteurs mis ? l?arr?t en mars suite ? la catastrophe japonaise. L?un d?entre eux pourrait toutefois ?tre maintenu en veille jusqu?en 2013, pour faire face ? de possibles pics de consommation, particuli?rement dans le sud du pays.

L?Allemagne poss?de aujourd?hui 17 r?acteurs nucl?aires, dont 11 ? eau pressuris?e, 6 ? eau bouillante. Le plus ancien, Biblis A, en Hesse, est entr? en fonction en 1975. Le plus r?cent en 1989, en Bade. Tous se trouvent dans l?Ouest du pays. Les quelques r?acteurs est-allemands ont ferm? juste apr?s la R?unification, dans l?effroi de Tchernobyl. Mais l??tat des centrales ouest-allemandes laisse aussi ? d?sirer. Certaines sont d?ailleurs au repos forc? depuis plusieurs ann?es d?j?, comme les deux r?acteurs de Biblis. L?ONG environnementale BUND a encore point? dans une ?tude publi? en mars les failles de deux r?acteurs anciens de Bade-Wurtemberg, Neckarwestheim 1 et Philippsburg 1

Les ?nergies renouvelables d?j? au-del? du nucl?aire

La fili?re nucl?aire allemande a produit un peu plus de 22?% de l??lectricit? du pays en 2010. Loin, tr?s loin, des plus de 80?% de l??lectricit? fran?aise. 43?% de l??lectricit? allemande provient encore du charbon (de la lignite, ?nergie locale, et de la houille, import?e aux trois quarts). Et 13?% vient du gaz naturel. Une fois retir?e la contribution des huit r?acteurs arr?t?s depuis mars, soit 8,5 gigawatts (GW), sur les 20 GW fournis par l?atome, la part de l??lectricit? nucl?aire tombe d?j? sous celle des ?nergies renouvelables. 17?% de l??lectricit? allemande provient aujourd?hui des ?nergies vertes (environ 6?% de l??olien, 3?% de l?hydraulique, 5,5?% de la biomasse, 2?% du photovolta?que?[2].

La fili?re renouvelable, qui repr?sentait seulement 6?% en 2000, est en pleine croissance. Elle emploie plus de 300.000 personnes, quatre fois plus qu?en 1998. Angela Merkel pr?voit d?augmenter la part des renouvelables ? 35?% en 2020, 80?% en 2050. Et sans importations d??nergie fran?aise. A l?heure actuelle, l?Allemagne exporte plus vers la France que le contraire?[3].

Outre le d?veloppement des ?nergies renouvelables, le plan allemand s?appuie sur la ma?trise de la consommation d??lectricit?. La chanceli?re pr?voit une baisse de 10?% d?ici 2020. Autre pilier de la transition ?nerg?tique?: des r?seaux ?lectriques plus performants et de meilleures capacit?s de stockage de l??nergie.

La fin du charbon d?ici 2040

Pour de nombreux experts, le gaz naturel doit ?galement jouer un r?le cl?. ??Le gaz se combine facilement avec les ?nergies renouvelables, explique Claudia Kemfert, directrice du d?partement ?nergie et environnement ? l?Institut d??tude ?conomique DIW. Les centrales ? gaz sont beaucoup plus flexibles que les nucl?aires. On peut les mettre en marche ou ? l?arr?t rapidement selon les besoins.?? ??Et elles peuvent se construire en seulement deux ans ?, souligne Lutz Mez, du centre de recherche sur l?environnement de l?Universit? libre de Berlin.

Tous ces ?l?ments pourraient m?me permettre ? l?Allemagne de sortir du nucl?aire bien avant 2022. En 2017, affirment les Verts. Ou 2014 selon le parti de gauche Die Linke, et 2015 d?apr?s un plan de Greenpeace. L?ONG pr?conise de construire 16 centrales ? gaz, d?ajouter 5.000 ?oliennes aux 21.000 existantes, dont 1.200 offshore, et d?installer 600.000 nouveaux panneaux solaires. Pour Greenpeace, il est possible d?aller encore plus loin?: sortir du charbon en Allemagne d?s 2040. Pour cela, plus de 4.000 nouvelles ?oliennes, un demi-million de panneaux solaires et plusieurs centaines d?installations g?othermiques seront n?cessaires. Et le pays pourrait m?me, une fois la transition vers les renouvelables effectu?e, se passer du gaz naturel ? l?horizon 2050. A cette date, la fili?re des ?nergies renouvelables emploierait un million de personnes.

Co?t de la sortie du nucl?aire?: 25 euros par an par foyer

La transition repr?sente une v?ritable chance ?conomique. ??Une sortie avanc?e du nucl?aire pousserait les groupes ?nerg?tiques ? construire plus vite des centrales plus performantes, notamment pour le gaz, explique Sascha Samadi, co-auteur d?une ?tude sur le prix de la transition ?nerg?tique r?alis?e en mai par l?institut Wuppertal [4]. La transition favoriserait aussi la concurrence sur le march? de l??nergie, alors qu?aujourd?hui quatre grands groupes [E.on, RWE, Vattenfall et EnBW] concentrent 80?% de la production d??lectricit?. Compte tenu de ces facteurs, on peut penser qu?une sortie rapide du nucl?aire facilitera la stabilisation, voire, sur le long terme, la baisse des prix de l??lectricit?. ?

Selon les chercheurs de l?Institut Wuppertal, une sortie rapide du nucl?aire aura un effet limit? sur l?augmentation des prix de l??lectricit?. Elle entra?nerait une hausse maximum de 25 euros par foyer, sur la facture annuelle. ??Les prix devraient de toute fa?on augmenter, sous l?effet, par exemple, de l?am?lioration des r?seaux ?lectriques, indispensable, et de la hausse attendue des prix du charbon, du gaz et des certificats d??mission de CO2, poursuit Sascha Samadi. Mais l?effet de la seule sortie du nucl?aire pourrait ?tre d?j? amorti quelques ann?es seulement apr?s l?arr?t de la derni?re centrale. ?

Car l??nergie atomique co?te plus cher qu?il n?y para?t. Selon une ?tude du F?s (Forum pour une ?conomie de march? ?cologique et sociale) publi?e en avril, la fili?re nucl?aire allemande a re?u 186 milliards d?euros de subvention depuis 1970, contre seulement 28 milliards pour les ?nergies renouvelables. Ce qui ?quivaut ? plus de 4 centimes par KWh pour le nucl?aire, contre 2,2 centimes aux ?nergies vertes. Et ce calcul ne prend pas en compte les frais de stockage des d?chets radioactifs. L?Allemagne est d?ailleurs encore ? la recherche d?un site appropri?. Celui de Gorleben, en Basse-Saxe, est toujours provisoire. Le gouvernement envisage aujourd?hui d?autres lieux d?enfouissement. En premi?re ligne?: la jolie Bavi?re.

Rachel Knaebel

Notes

[1] pr?sid?e par Klaus T?pfler, ancien ministre (CDU) de l?environnement

[2] Source?: Erneubaren Energien in Zahlen 2010, mars 2011

[3] 16 Terawattheures (TWh) livr?s en 2010 de Berlin vers Paris, contre 9 TWh dans le sens inverse, selon le bilan de RTE

[4] Institut Wuppertal de recherche sur le climat et l??nergie, ?tude men?e pour le gouvernement de Rh?nanie du Nord-Westphalie

Source: http://www.bastamag.net/article1586.html

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

De la fin d’un monde…

Entre ceux qui pensent que « c’est foutu  ! », qu’il aurait fallu réagir il y a 50 ...