Accueil / A C T U A L I T É / Coluche, toujours vivant…

Coluche, toujours vivant…

coluche1Aujourd’hui, cela fera exactement 30 ans que le premier « resto du cœur » aura été inauguré.

Son succès est allé grandissant, à la mesure des problèmes de survie que connaissent de plus en plus de français.

Coluche, au delà de ses réparties toujours d’actualité, n’a cessé de surprendre par sa lucidité, et la prémonition qu’il avait du futur sombre qui allait débouler dans nos vies.

La 1ère fois que je l’ai rencontré, c’est lorsque nous avions partagé un plateau de télévision àGenève, à la suite de quoi, il nous a invité, mon groupe et moi, à dépenser son cachet dans un restaurant de la ville…

« Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison », disait-il, et comment ne pas lui donner raison quand on découvre avec effroi la montée de la pauvreté dans notre pays, pourtant l’un des plus riches de la planète…même si Coluche affirmait : « je voudrais rassurer les peuples qui meurent de faim dans le monde, ici, on mange pour vous », et il ajoutait : « Dieu a dit : je partage en deux, les riches auront de la nourriture, les pauvres de l’appétit  ».

En effet, même si la France a perdu quelques plumes ces dernières années, elle fait encore partie des 36 pays les plus riches de la planète, en occupant la 18ème place. lien

Avec un PIB de 2,806 billions USD, chaque français a donc théoriquement un PIB de 42 803USD, si un partage équitable était effectué, ce qui n’est pas à l’ordre du jour. lien

Ce qui n’est toujours pas d’actualité, c’est la promesse hollandaise d’une meilleure répartition des salaires, qui aujourd’hui encore, permettent que quelqu’un reçoive 400 fois le smic. lien

Pourtant, nos voisins espagnols de Podemos, crédité de près de 27% des intentions de vote proposent un « salaire maximum », lequel ne devrait pas être plus de 12 fois supérieur au salaire le plus bas versé par la même entreprise..Mais ça ne semble pas passionner l’exécutif français. lien

Pendant ce temps là il faudrait s’intéresser à notre système politique qui permet à des « planqués » de toucher mensuellement des indemnités sans grand effort.

C’est ce que dénonce Ghislaine Ottenheimer en évoquant la « commission des participations et des transferts », un « zinzin » parmi tant d’autres, comme elle le dit elle-même, qui permet à quelques privilégiés de percevoir 3000 ou 4000 € mensuels en échange dont on ne sait quel obscur travail. lien

Et quid de ces ex-présidents de la république qui continuent d’être payés, et qui nous coûtent entre 1 et 2 millions par an ?

La suite dans cette courte vidéo.

Mais revenons aux « restos »…

On a oublié aussi que, lorsqu’il avait lancé les restos, c’était dans l’espoir que les politiques reprendraient le flambeau l’année suivante…30 ans après, on voit que les élus n’ont pas donné suite à cette requête, trop content de n’avoir pas à gérer ça.

Est-ce bien sérieux ? Est-ce être responsable ?

Bien sur, il y a quelques modestes avancées, comme par exemple l’interdiction récemment faite aux grandes surfaces de détruire des aliments non vendus (lien)…

Ce qui n’a pas empêché la semaine dernière les producteurs de mâche de l’Ouest du pays de détruire les ¾ de leur salades, suite à une mévente due aux conjonctures climatiques.lien

Ceux qui, à l’approche des fêtes, se serrent la ceinture auraient bien aimé déguster ce légume si tendre.

Mais revenons à Coluche.

Lorsque qu’il se présenta aux présidentielles, les politiques ne manquèrent pas de le traiter de « rigolo », ce qui leur avait valu cette réplique cinglante de l’intéressé : « je ferais aimablement remarquer aux hommes politiques qui me traitent de rigolo que ce n’est pas moi qui ai commencé  ».

Mais comme il le disait : « la chambre des députés, la moitié sont bons à rien, les autres sont prêts à tout » et il ajoutait : « la politique c’est pas dur comme métier ! Tu fais 5 ans de droit, et tout le reste c’est de travers ».

Auraient-ils oublié qu’ils sont là pour nous servir, et non pour se servir ?

Quittons les politiques pour le logement.

Dans notre pays, où en 2015, on compte encore 3,8 millions de personnes mal logées, ou sans logement, (et près de 10 millions sont concernés par la crise du logement) et le nombre de sdf a été doublé au cours de ces 10 dernières années. lien

Avec 2,6 millions de logements vacants en France, et une progression de 40% en 10 ans, comment est-il encore possible qu’une telle situation perdure ?

Le pompon revient à Nice avec 29 000 logements vacants, suivi par Perpignan (8700),Avignon, Vichy, Carcassonnelien

Même si Hollande dit vouloir élargir le prêt à taux zéro aux logements anciens, (lien) promet de punir les communes qui refusent de créer des logements sociaux, la situation continue à se dégrader. lien

« Des idées, tout le monde en a. souvent les mêmes. Ce qu’il faut, c’est savoir s’en servir », disait Coluche.

On pourrait aussi convoquer Coluche au sujet de ces élus condamnés, et qui n’hésitent pas à se représenter devant les électeurs sans la moindre hésitation, alors que nombre d’entre eux l’ont été, entre autres, pour corruption.

Coluche ne disait-il pas : « la différence qu’il y a entre les oiseaux et les hommes politiques, c’est que de temps en temps, les oiseaux s’arrêtent de voler  ».

La crise, évoquée par notre gouvernement, tout comme avec celui qui l’a précédé, pour justifier la pénurie d’actions sociales, est-elle une réponse acceptable à la situation tragique vécue par des millions de français ?

Quant à l’adversaire que le candidat Hollande avait désigné avant son élection : « le monde de la finance », il peut dormir sur ses 2 oreilles, puisque l’assemblée nationale vient de voter un amendement qui bloque l’outil « anti-paradis fiscaux », dans une indifférence quasi générale, alors que 10 jours auparavant, elle avait voté positivement pour un amendement qui prévoyait que les entreprises française rendraient public le montant de leur chiffre d’affaire, des profits réalisés, dans chaque pays ou elles étaient implantées. lien

Les capitaux cachés ont donc de beaux jours devant eux… ajoutons-y le gaspillage :

Quand l’on songe que l’état a validé le Lyon-Turin, projet de 30 milliards minimum, dont on cherche encore le financement, et qui est considéré par les experts comme non rentable, on serait tenté d’imaginer le nombre de logements qui pourraient être construits avec ces milliards…

Ajoutons pour la bonne bouche la centrale nucléaire « nouvelle génération », l’EPR de triste mémoire qui accumule les années de retard, et qui vient de tripler son prix de départ, dépassant bientôt les 10 milliards d’euros. lien

Hélas, les grands projets inutiles ne se limitent pas au Lyon-Turin, ou à l’EPR, ils sont légion : de Notre Dame des Landes, au stockage de déchets nucléaires à Bures, en passant par leGrand stade de Lyon, et d’autres aberrations, et engageront un gaspillage de milliards d’euros.

Le canal Seine Nord-Europe coutera près de 5 milliards d’euros, le réacteur Iter est évalué à13 milliards, l’autoroute marine autour de l’Ile de La Réunion, c’est plus de 2 milliards d’euros, et l’ardoise totale est difficile à estimer. lien

10 km d’autoroute, ou 5km de ligne TGV, c’est l’équivalent de 2 collèges (lien) et quand l’on sait que le coût global d’un logement social, étalé sur 50 ans, s’élève à 750 € mensuels, (lien) et qu’un tel logement est évalué à 150 000 €, on découvre qu’au lieu de gaspiller des milliards pour de grands chantiers inutiles, on pourrait fabriquer des centaines de milliers de logements, des collèges, des hôpitaux…

Mais comme disait Coluche, « homme politique, c’est une profession où il est plus utile d’avoir des relations que des remords  ».

Récemment, dans la capitale, des clowns ont tenté de dérider les forces de l’ordre, n’ayant, comme Coluche, à opposer aux armes, qu’un nez rouge… hélas, mal leur en a pris.

Il semble bien que la police ait la possibilité d’interdire le rire…il doit s’agir de consignes gouvernementales, sinon ils n’auraient pas osé s’en prendre à d’inoffensifs clowns. lien

Et mon vieil ami africain d’ajouter : « le coassement des grenouilles n’empêche pas l’éléphant de boire  ».

L’image illustrant l’article vient de se-preparer-aux-crises.fr

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Commentaires

commentaires

A propos de Olivier Cabanel

avatar

Check Also

Le Deutsche mark

  Revenir au Deutsche mark Martin Feldstein, économiste à Harvard, écrivait de manière prémonitoire en ...