Accueil / T H E M E S / CULTURE / Littérature / anecdotique / Coke en stock CCLXXXIV : au Belize, il pleut désormais des jets !

Coke en stock CCLXXXIV : au Belize, il pleut désormais des jets !

En quelques mois, c’est à une véritable pluie de jets à laquelle on va assister au Belize : Hawker, Gulfstream, tout y passe. Le pays est devenu un vrai porte-avions pour appareils VIP ! Evidemment, avec de tels engins dépassant la quinzaine de tonnes, le volume de cocaïne apporté a fait un bond : pas moins d’une tonne à chaque voyage, sachant que les photos que l’on a sont celles de ceux qui sont restés coincés sur place : une grande partie a réussi à se poser et à redécoller ! Obligés de se poser, car au contraire des avions bimoteurs Beechcraft volant plus lentement, et constamment pressurisés, ces jets ne peuvent effectuer de largages en vol de type « wet drops« , devenu le nouveau sport local aérien a Belize… comme on l’a vu ! Après les bombardiers à hélices déversant des sacs de toile, voici les avions-cargos à réaction qui livrent à domicile !

Le Hawker échangé en 17 jours

Le 20 octobre 2019, nouvelle arrivée… d’un Hawker, un de plus. C’est à Blue Creek, Orange Walk, au Belize toujours. Abandonné à nouveau sur la route, et retrouvé dans le brouillard du petit matin. C’est le vingtième depuis 2018 !!! Le précédent datant de 21 jours seulement! L’avion s’est posé au bord de la frontière mexicaine, à 2,5 miles seulement de là. On ne peut difficilement faire plus près. La police sort à nouveau des propos lénifiants car elle n’a bien sûr rien intercepté encore une fois. « Well funded criminal activity is challenging » dit-elle, reconnaissant une fois de plus sa totale impuissance ! Les policiers étant incapables de retrouver quel était l’avion, on s’en est chargé à leur place à parti des indices habituels : âge, décoration et date des derniers changeants de propriétaire. Selon ces « pointeurs »  clés, c’est le Hawker 700A sn257176 immatriculé N322BC qui se retrouve candidat : sorti en qualité de N109G chez Gulf Oil en 1982, puis devenu un temps canadien chez Chevron en  C-FCHT ,de 2002 à 2004, puis N322BC chez TCA Air Llc et Vision Holdings 102 LLC pour être ensuite vendu vendu fin 2019 au Mexique, l’inscription US étant révoquée le 18 septembre 2019 pour s’envoler aussitôt de  Monterrey vers Victoria, toujours au Mexique, le 19 octobre. Le 1er octobre précédent, il venait juste d’été acheté par TWA International Inc, de Cheyenne… notre désormais célèbre vendeur d’avions aux trafiquants de tous poils !!! Il ne l’a gardé chez lui que 17 jours ! Juste le temps de faire la transaction avec les narcos !

Pour la police, avec ce Hawker intact, un autre problème devient crucial dans ses hangars : elle a déjà accumulé parmi ceux qui n’ont pas été brûlés 2 Hawker 125 (avec celui trouvé ce jour-là), 2 Beech King Air, 2 Cessna 210 et un 1 Piper, selon 7 News. L’un des King Air a été visité par le présentateur -plutôt frimeur- Ross Kemp, qui exploite comme filon sa notoriété obtenue en jouant jadis le rôle de Grant Mitchell dans le soap opéra télévisé à partir des années 90 EastEnders, (il a duré 25 ans !) pour faire une série documentaire appelée « Ross Kemp au Cœur des Gangs ». (la série à remporté un BAFTA award en mai 2007). Dans cet épisode, on peut en effet le voir tourner autour d’un King Air C90 dans le hangar bélizien des saisies, il y montre même du doigt un trou laissé par une balle dans le pare-brise du King Air. Mais hélas, l’immatriculation de ce de dernier a été occultée par les autorités… Si l’émission ne donne pas l’endroit où a été confisqué cet appareil, ni son pedigree, nous on le sait ; c’est notre fameux « YV678 » (une fausse appellation) de la Northern Highway; arrivé le 7 mars 2008 !!! Des retrouvailles, en quelque sorte ! Le reportage est en effet de la même date,et à l’époque c’était donc du tout frais au moment des prises de vues !

Un jet cassé en deux !

Le 30 septembre 2019, à Blue Creek, Orange Walk, Belize, c’est à dire toujours dans le même secteur, ce qui devient lassant pour les habitants, note 7 News, ce n’est pas un Hawker que l’on retrouve au petit matin dans la brume, mais un énorme Gulfstream, un modèle ancien, de type G-1159 Gulfstream II B. Il s’est complètement cassé en deux, celui-là. L’engin est intégralement blanc, il porte sur ses réacteurs une appellation « PVO », seulement. Voilà qui ne devrait pas aider encore une fois à le cerner. Il aurait tenté de se poser vers 4 h du matin sur la longue ligne droite pas beaucoup plus large que son train d’atterrissage principal, ce qui était somme toute fort risqué.  Ses réacteurs montrent des volets de freinage par inversion de flux déployés, mais ça ne semble pas avoir suffit à le maintenir en ligne droite. L’avion semble avoir un large cercle sur lui-même vers la droite, dans l’herbe avant de se casser. Il a dérapé sur les cultures !!! L’image est très impressionnante en tout cas : l’avion s’est en effet brisé en deux net et son arrière au niveau des réacteurs est venu se replier sur l’aile gauche (en raison du mouvement giratoire initié dont on parlait).  C’est en descendant dans un fossé longeant la route qu’il a dû se briser, emporté par son élan, tous inverseurs poussés à fond.  Un choc terrible ! Encore une fois, à son propos, on a droit au même discours vide de la police de Belize, qui n’a fourni qu’un seul cliché (?) de l’événement : pas de photos de fouille de l’intérieur, pas d’autres détails, rien : on n’a rien trouvé non plus dedans , pas de blessés, de cadavres ou  de chargement. Bref, pour elle, c’était en quelque sorte un touriste ordinaire qui a raté sa visite !!!  Circulez, il n’y  rien à voir ! Il faudra attendre 4 jours seulement pour qu’on retrouve pas loin, mais au Mexique, dans la municipalité d’Othón P. Blanco, déjà cité ici, 48 sacs de coton blanc numérotés, contenant chacun vingt pains de coke toutes marquées « AP » (ou « Venao ») et contenant 925 kilos de cocaïne :  très certainement ce qu’avait apporté le  malheureux Gulfstream. Les sacs avaient été placés dans une fosse, creusée et recouverte de feuilles. On a trouvé sur place une jeep, d’un modèle récent de type Wrangler (un modèle customisé à 50 000 dollars), équipée de pneus larges, mais aussi des armes qui avaient été enterrées, sur place deux AR15 et une Kalachnikov à crosse repliable , leur trois chargeurs et des munitions. Les mexicains en profitent pour faire un bilan… affolant : « Ángel Huerta, commandant de la 34e zone militaire, Miguel a déclaré que chaque mois, ils détectent jusqu’à 30 «narco-avions» possibles, en provenance de pays d’Amérique du Sud comme le Venezuela et la Colombie, ou de pays d’Amérique centrale comme le Panama, qui sont habitués à transporter des stupéfiants à travers le Mexique vers les États-Unis ». Les maigres éléments de décoration visibles sur le cliché principal pointent vite vers un appareil particulier ; le Gulfstream N511TL, et effectivement c’est bien lui. Le voici ci-dessous photographié le 19 janvier 2013 sur l’Atlanta-DeKalb Peachtree Airport, en Georgie.

Son CV affiche une belle carrière : sorti en 1977, c’est d’abord le N75WC General Transportation Corporation, puis le N75RP de chez Warner Communications, N74RP General Transportation Corporation, N71RP General Transportation Corporation, N71RP Marniel Transport Corporation, le VR-BND Marniel Transport Corporation et  VP-BND Marniel Transport Corporation c’est à dire qu’il s’est inscrit à Gibraltar, pour redevenir américain en N900TJ pour Tyler Jet, N900TJ pour Powerhouse Corporation, revenir chez TJ Tyler Jet, passer N900TJ chez C & L Aviation, puis N338CL chez C & L Aviation toujours, et N338CL Nashville Jet Aircraft Leasing, et enfin finir N338CL chez Turbine Leasing !!!  Mais ce dernier n’est pas son dernier propriétaire US : le 7 août 2019 il a été acheté par Technical Aviation LLC de Los Angeles, qui l’a aussitôt revendu le lendemain à des mexicains !! Il semblait avoir pris l’habitude de se rendre au Mexique, comme ici avec ce vol le menant à San Luis de Potosi, au départ de Dallas, Texas :

Une firme bien suspicieuse : elle possédait un Beechcraft, le N304DM (BB-1342) aperçu vu ici en train de faire le trajet Dallas-Monterrey il y a trois ans. Il a été revendu à des mexicains le 3 mars 2017. Le Falcon N717LF, qu’elle s’est empressée de refiler un an plus tard à Three Hundred Sixty Degrees LLC, autre société douteuse (lire ci, c’est celle qui a vendu le N101LT, exporté en République Dominicaine, l’avion qui s’est crashé El Pajeral dans le Parc National del Tigre et le N813NA devenu XA-NEM crashé à Las Pilas, Champerico au Guatemala le 8 août 2019 !) et le Hawker N270HC, (N° de série 258020) qui a bien acheté le 23 juin 2017 est devenu mexicain trois jours à peine plus tard, avec l’immatriculation XB-PND, en 2019 après être passé XB-OZN, XB-PFJ, d’avril à août 2018 ! Il est ci-dessous en vol le 20 mars 2019, au jour où je rédige ce texte. A quoi riment ces changements successifs de 2018, ou cette nouvelle déco de 2019 qui paraît plus artisanale et ancienne que la précédente, on ne sait, mais cela ne présage rien de bien pour son avenir… on ne devrait pas tarder à le retrouver dans la rubrique faits divers aussi, celui-là…

Un Hawker de plus (et de moins pour les trafiquants)

Le 7 décembre 2019, c’est un avion réduit en cendres que l’on trouve à Belize dans le secteur de Chan Chen, dans le Corozal. Près de ce qui reste, fort peu à vrai dire, on a découvert à côté de lui 11 boites d’aluminium, 4 lampes rechargeables à Leds,  four portable rechargeable LED lights, et un chargeur contenant 34 cartouches de 7.62 pour Kalachnikov. Encore une fois, a part ça, il n’y a ni corps, ni chargement de retrouvés. On s’en serait douté : eux, ou bien la police est de mèche avec eux comme on l’a appris entre-temps. Su une photo plus large où les inspecteurs ont été floués, on distingue mieux les formes globales et surtout un étrange faux numéro place sur l’empennage, celui d’un Hawker en effet, en N5461 (celui d’un Beechcraft Bonanza existant !) :

Les trafiquants ont nettoyé la place avant d’incendier leur appareil. Sur le premier cliché, l’avion est difficilement reconnaissable. Mais un autre pris au téléphone portable et sur lequel on peut apercevoir des inspecteurs venus effectuer des prélèvements est beaucoup plus parlant. C’est celui du réacteur droit, seul élément nous donnant une idée de la décoration originale de l’appareil incendié. Ça va suffire pourtant pour jouer une nouvelle fois les fins limiers, et trouver relativement vite qu’il s’agit en effet du Hawker 800A N293WB, ici à vendre, numéro de série 258009 (construit en 1984) .

Vendu le 18 octobre 2019 par Global Jets, ex ProJets il avait surtout volé de Monterrey à Tapachula le 4 décembre, préfigurant ainsi de toute évidence son dernier voyage :

Si la police enquête, alors… 

… on ne trouvera rien, comme d’habitude au Belize. Le 17 décembre 2019 c’est sur la piste de Sarteneja, vrai paradis touristique de pêcheurs (son nom signifie « l’eau entre le rochers », en Maya) dans le Corozal District qu’une nouvelle alerte à lieue,  

Cette fois, on change un peu de catégorie d’avion et on revient  à un bimoteur à hélices plus conventionnel : un  Beechcraft 200 qui s’est posé lui sur un site officiel, une piste en dur, ça change en effet Mais ce qui ne change pas, c’est l’habitude prise de les incendier, ces avions de la drogue :

Ces vestiges montrent un avion encore sur son train principal, mais dont tout le fuselage et l’aile gauche ont fondu ! Etrange apparence !! Ne sont retrouvés autour que des bidons d’essence vides. Le 12 novembre  2018, on avait retrouvé au même endroit un petit Cessna 150 abandonné. Selon le (nouveau) chef de la police, Joseph Myvett (ici à droite), on n’avait rien à reprocher à son propriétaire ; en somme à Belize, vous pouvez laisser vos avions où bon vous semble, la police ne vous dira rien !

Le précédent de 2010 à Sartaneja

En fait ce n’était pas la première fois que Sartaneja avait servi à des trafiquants : et à l’époque, on mentait déjà ouvertement aux gens, côté police : en 2010, le 14 octobre, déjà un Beechchraft de bonne taille s’était posé sur cette piste raconte 7 News. « Tard cet après-midi, la confirmation a été obtenue du meilleur policier du pays, le commissaire de police Crispin Jeffries (ancien commissaire,  viré pour absence de résultats en 2009, et passé depuis responsable des transports dans le gouvernement du pays !), qu’un avion s’est bien posé dans le village de Sarteneja mercredi soir. Le rapport a été publié pour la première fois dans un journal de Chetumal appelé « Por Esto » ce matin, qui a rapporté que l’avion avait atterri vers dix heures la nuit dernière sur la piste d’atterrissage de Sarteneja. Le journal affirme que les autorités mexicaines de la zone sud ont détecté l’avion soupçonné de transporter des stupéfiants volant à basse altitude dans la région. Selon le rapport des médias mexicains, la police locale sur les rives du Rio Hondo qui aurait été alertée aurait surveillé l’atterrissage à la piste d’atterrissage de Sarteneja et pense qu’une cargaison de cocaïne a été déchargée et transportée dans une camionnette (..). Bien que l’incident fasse l’objet de nombreux articles de presse dans la presse mexicaine, les autorités béliziennes sont très discrètes sur l’incident« . La police avait cependant arrêté quatre individus ce soir -là :  « Vers 10 h 30 hier soir, l’équipe aurait intercepté quatre hommes voyageant dans une camionnette noire. Un des hommes aurait été armé et avait trois mille dollars en espèces sur lui. Les quatre hommes auraient été trempés de la taille aux pieds. Cependant, lorsque la police a fouillé le véhicule, au lieu de drogues, elle aurait trouvé une pompe électrique et des piles utilisées pour alimenter la pompe ». La proximité de la mer étant idéale à Sartaneja pour prendre le relais de l’aviation : « On pense que des drogues, soupçonnées d’être de la cocaïne, ont été déchargées de l’avion, placées dans la camionnette noire et que les hommes ont ensuite transféré la cargaison sur un bateau en attente sur le Rio Hondo, ce qui expliquerait qu’ils étaient mouillés à la taille, vers le bas. On pense également que la pompe a été utilisée pour faire le plein de l’avion. Le bateau, comme l’avion, a disparu dans la nuit. » Pour illustrer l’article, 7 News met en ligne des images d’un Beechcraft inconnu qui semble bien avait été saisi, des militaires s’affairant dessus sur les moteurs. Il semblait s’être posé sur une piste clandestine et non à Sartaneja même. L’avion semblait plus être un Beechchraft 200 qu’un C-90 d’après sa longueur et la configuration de son fuselage arrière (cf sa quille centrale bien reconnaissable).

Mieux encore, aux dernière nouvelles, la fameuse piste de Sarteneja est à vendre : 260 000 dollars pour 9,74 acres autour, avec une population « tranquille et calme, alentour« . D’ici à ce que des colombiens ou des mexicains en deviennent propriétaires…

Nous n’en avons pas encore terminé pour autant avec nos arrivées de jets bourrés de coke. Le meilleur -ou le pire- est encore à venir, vous allez voir…

 

(1) Celui-là se dissimulait bien sous des branches, mais pas que. C’était en fait le N966RJ (ici à droite), un Hawker 700A numéro de série s257129, et avant d’arborer le fameux N818LD il avait porté une deuxième (fausse) immatriculation mexicaine, XB-PDD. Après volé du Mexique en Colombie en octobre 2017, il avait été vendu à un mexicain le même mois pour  être découvert dissimulé sous des branchages le 4 mars 2018 au Venezuela !!! Je vous ai expliqué dans l’épisode précédent qui l’avait vendu aux trafiquants. Il a récidivé depuis comme vous le savez (le numéro, pas l’avion lui-même !)…

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

 

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Trump : Gouverner les USA comme le Mississippi (6)

Nous y voici donc, à l’affaire promue dès le premier épisode de cette mini-série. Comme ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.